Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
alain.max27

Plonger après le COVID

    Messages recommandés

    Je n'ai pas vu cet article sur le forum, s'il y est déjà je retire le post.

    Mais il parait évident qu'il ne faut pas approcher ce virus si l'on veux plonger sans appréhension

    Par ailleurs les visites médicales vont être plus complexes.

    si on lit cet article ( j'espère que votre navigateur va traduire automatiquement )

     

    https://www.wetnotes.eu/tauchen-nach-covid-19-erkrankung/?fbclid=IwAR02ztId8MvLO7OVr2JEgmZ1KNn4cQrBYp5oYURE4fjufw0ROlda9Wv9Pls

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 4 minutes, alain.max27 a dit :

    Je n'ai pas vu cet article sur le forum, s'il y est déjà je retire le post.

    Mais il parait évident qu'il ne faut pas approcher ce virus si l'on veux plonger sans appréhension

    Par ailleurs les visites médicales vont être plus complexes.

    si on lit cet article ( j'espère que votre navigateur va traduire automatiquement )

     

    https://www.wetnotes.eu/tauchen-nach-covid-19-erkrankung/?fbclid=IwAR02ztId8MvLO7OVr2JEgmZ1KNn4cQrBYp5oYURE4fjufw0ROlda9Wv9Pls

    Il me parait evident qu'apres une pathologie pulmonaire avec sequelles à type de fibrose, emphyseme, shunts, bronchopathies la visite medicale sera plus poussée et l'aptitude (comme le confinement )progressive...si elle est rendue...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    La traduction FB de cet article publié sur Wetnotes pour ceux qui ne lisent pas l'allemand.

    Très intéressante mise à jour

     

    Le Poumon - plongée après la maladie de Covid 19 ?
    Dr. Frank Hartig dirige le service des urgences d'Innsbruck (Tyrol) et se trouve dans un point chaud de la pandémie Du Covid19. Son équipe est confrontée à de nombreuses énigmes, notamment en ce qui concerne les changements massifs observés dans les poumons.
    Six plongeurs infectés et guéris ont néanmoins reçu une mauvaise nouvelle préliminaire en ce qui concerne leur aptitude à la plongée.
    Pour vous tenir informé, l'article du numéro de juin est déjà disponible en téléchargement gratuit:
     
    Chers lecteurs de WETNOTES,
    La pandémie corona fait désormais partie de la vie quotidienne et les attentes pour normaliser le plus rapidement possible à tous les niveaux deviennent de plus en plus impatientes. Pour nous plongeurs, cependant, je voudrais dériver quelques observations importantes de la réalité et de la recherche. Comme vous le savez peut-être, je ne suis pas seulement médecin de plongée, mais également médecin en soins intensifs et d'urgence, pendant de nombreuses semaines j’étais au milieu de la ligne de front. Je ne veux pas sauter sur le train des soi-disant experts. J'écris tellement que les soi-disant experts du Covid n'existent pas du tout, car nous apprenons tous de nouvelles choses chaque jour et de nombreux livres doivent être réécrits. Les virologues ou épidémiologistes ne peuvent actuellement nous aider que très peu, même s'ils sont cités quotidiennement dans des interviews et des articles. Nous serons tous plus intelligents dans le futur seulement. Les innombrables rapports reflètent un réel éventail qui va des rapports sérieux aux théories du complot.
     
    Des faits troublants
    Cependant, en tant que médecin COVID-19, qui n'est certainement pas un expert, je voudrais attirer votre attention sur quelques faits passionnants mais aussi inquiétants qui nous affecteront nous les plongeurs.Au cours des dernières semaines, nous avons eu des patients COVID-19 de tous âges, du disséminateur sans symptômes aux patients en soins intensifs de réanimation. Les poumons sont l'un des nombreux organes cibles, ce qui nous intéresse clairement, nous les plongeurs.
     
    Six plongeurs actifs faisaient partie des infectés
    Après avoir dû attendre jusqu'à 32 heures pour les résultats des tests dans les premiers jours (ce que l'on appelle le test PCR), les radiologues ont observé qu'une tomodensitométrie des poumons montrait des changements typiques et similaires. Ils ont donc rapidement fait ce scanner thoracique en plus du test PCR. La tomodensitométrie a réussi même chez les patients sans toux ni essoufflement avec seulement de la fièvre et des contacts COVID suspects. Dans le cas de changements typiques, le patient atteint de pneumonie corona a été admis en surveillance jusqu'au résultat du test. Dans l'intervalle, ces connaissances ont également été publiées et le diagnostic ne nécessite pas toujours un test PCR positif, mais de nos jours l'image CT typique est souvent suffisante.
     
    Il était et est intéressant de constater qu'il existe une différence remarquable entre les résultats et le ressenti du patient. Des jeunes, en meilleur âge de plonger, se rendent à l'urgence à pied, ont des signes vitaux normaux et n'ont subjectivement pas besoin d'oxygène. Et puis ils ont ces impressionnants infiltrats bilatéraux dans leurs poumons qui ressemblent à quelque chose comme si on mettait une ou deux lingettes dans un seau d'huile avant de les suspendre au mur. D'autres patients ont la même image et viennent à la clinique avec une sous saturation en oxygène. À l'exception d'une augmentation de la fréquence respiratoire, que les patients ne remarquent guère, ils vont bien selon les circonstances, même s'ils ont des niveaux de gaz sanguins si mauvais que, selon le manuel, on devrait immédiatement penser à l'intubation. Si vous leur donnez ensuite 2 litres d'oxygène, la saturation en oxygène sera un peu meilleure, mais quelques heures plus tard, beaucoup d'entre eux sont en unité de soins intensifs avec intubation et insuffisance pulmonaire sévère. De nombreux collègues ont le sentiment que l'oxygène déclenche une cascade. Aucun de nous ne sait exactement ce qui se passe ici. Cela fait souvent peur. Mais n'oublions pas environ 80% des patients tout se passe très bien.
     
    L’une des raisons premières de mon article est la contribution récente de l'un des experts phares de la médecine de la plongée, qui a prétendu que l’on pouvait guérir le Covid en traitant des personnes avec une thérapie en chambre hyperbare. Cela montre que certains collègues, bien qu’ils ne veuillent que notre bien à tous, sont tout de même à des milliers de kilomètres du patient et de la réalité du terrain.
     
    Les premiers contrôles de ces six plongeurs, arrivés aux contrôles cliniquement sains après 5 à 6 semaines, sont maintenant très intéressants.
    Chez deux d'entre eux, nous avons constaté une carence en oxygène importante en situation de stress, signe typique d'un shunt pulmonaire persistant.
    Deux avaient les bronches encore très irritables pendant l'effort, comme c’est le cas chez les asthmatiques.
    Quatre des six plongeurs présentait au scanner encore des changements pulmonaires impressionnants.
     
    Il est maintenant clair ou est-ce que je veux en venir:
    -Aucun des six plongeurs ne peut recevoir de validation médicale pour la plongée pour le moment malgré son bien-être apparemment.
    -Les jeunes, remis d’un COVID qui veulent plonger à nouveau rapidement et semblent en bonne santé au premier abord pourraient échapper à la vigilance du médecin traitant lors d’un control médical.
    -Les shunts pulmonaires visibles des consolidations pulmonaires ne sont pas bons pour la plongée.
    -L'hyperexcitabilité bronchique / l'asthme ne sont pas bons pour la plongée.
    -L'hypoxémie physique n'est pas bonne pour la plongée.
    -Une sensibilité accrue à la toxicité pulmonaire de l'oxygène n'est pas bonne pour la plongée.
    -Et les infiltrats / consolidations (zones pulmonaires qui ne sont pas correctement ventilées) sont de toute façon des contre-indications strictes pour la plongée de toute nature.
    Bien entendu, ces effets s'appliquent également à l'apnée et à la plongée loisir.
     
    Dommages à long terme?
    La mesure dans laquelle les effets à long terme restent sur les poumons n'est pas claire et n’est actuellement que très spéculative. Nous ne savons pas combien de temps ces changements persisteront. En regardant les résultats, il est souvent difficile de croire à une guérison complète et totale, même sur le long terme.
    Ce qui est certain, c'est que les plongeurs qui, dans l'ensemble, se sentent à nouveau en bonne santé, ont manifestement des séquelles sérieuses, même après plusieurs semaines, ce qui ne conduit en aucun cas à l'aptitude à la plongée.
    Au cours des prochains mois, ces examens devront également être discutés au sein des médecins plongeurs, à savoir si les plongeurs doivent être examinés différemment ou plus en détail après une infection COVID.
    Avec ce petit nombre de cas, tout est actuellement encore hypothétique et de nouvelles études apporteront plus de clarté l'année prochaine. Mais nous sommes très vigilants.
     
    Ne soyez pas téméraires
    Mon évaluation personnelle est que le plongeur actif après une infection COVID survivante doit être examiné très attentivement par un médecin de plongée expérimenté du point de vue médical de la plongée. Et encore mieux: tout professionnel de la plongée doit faire tout son possible pour éviter de tomber malade du COVID-19 par simple négligence, donc les plongées de groupe / excursions de plongée avec le commentaire « Allez on fait tout, sauf les exercices avec échanges d’embouts » ne sont en aucun cas recommandées et pas vraiment professionnel.
     
    Malheureusement, nous avons également au Tyrol un grand nombre de jeunes patients dans l'unité de soins intensifs. Le plus important ce n’est pas la plongée, c’est surtout la survie.
     
    Nos observations sont actuellement en ligne avec les publications, et nous en saurons certainement plus à ce sujet dans d'autres groupes de recherche l'année prochaine.
     
    Que ce soit un fort ressenti de manque de la plongée, ou même dans le pire des cas la ruine financière pour un professionnel, l’idée que cela nous sauvera d’une catastrophe encore plus grande et potentiellement tragique nous aidera et sera peut être une consolation.
     
    Bonnes bulles où que vous soyez
    Frank Hartig
    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Posté(e) (modifié)

    Outch... :o/

     

    Bon, bah radio des poumons pour tous avant reprise ?

     

    Il y a 12 heures, Amore a dit :

    Si vous leur donnez ensuite 2 litres d'oxygène, la saturation en oxygène sera un peu meilleure, mais quelques heures plus tard, beaucoup d'entre eux sont en unité de soins intensifs avec intubation et insuffisance pulmonaire sévère. De nombreux collègues ont le sentiment que l'oxygène déclenche une cascade.

    Ça voudrait dire une attention particulière aux mélanges sur-oxygénés si l'O2 a un effet déclenchant ?

     

    Bref on n'est pas sorti des ronces...

     

    Modifié par emmanuelC

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Et une pour le cerveau ... pour éviter une narcose à 10 m

    LE CORONAVIRUS SEMBLE AUSSI AFFECTER LE CERVEAU

    Les médecins de New York traitant des patients atteints de Covid-19 observent de plus en plus qu'avec la fièvre, la toux et l'essoufflement, un autre symptôme apparaissait : certains éprouvent de la confusion, au point de ne pas savoir où ils sont, ni quelle est l'année actuelle.

     

    Des études commencent à décrire le phénomène. Dans la revue de l'Association de médecine américaine (Jama), la semaine dernière, des médecins ont rapporté que 36% de 214 patients chinois avaient des symptômes neurologiques, allant de la perte d'odorat à des douleurs nerveuses, et jusqu'à des crises convulsives et des accidents vasculaire cérébraux (AVC).

     
    Dans le New England Journal of Medicine, la revue médicale américaine la plus cotée, des médecins français à Strasbourg ont décrit que plus de la moitié de 58 patients en réanimation étaient confus ou agités. Des scanners des cerveaux ont révélé de possibles inflammations.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Après le poumon et le cerveau ... c'est au tour des vaisseaux sanguins d'être concerné

    par cette !§%µ$?& de virus. Pas grave, ce ne sont que des tissus inutiles pour les plongeurs 😬

     

    Et la rate, ... et la rate ...

    Le coronavirus attaque les vaisseaux sanguins, selon une étude

    Par CNEWS -
    Mis à jour le 21/04/2020 à 17:14 Publié le 21/04/2020 à 17:13
     
    063_1210291151_5e9f045cc2349.jpg?itok=P-D'après cette étude, les patients souffrent d'une inflammation systémique des vaisseaux sanguins qui peut endommager tous les organes.[©Karen Ducey / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP]

    Des scientifiques zurichois affirment que le coronavirus peut s’attaquer aux vaisseaux sanguins, ce qui peut provoquer des défaillances d’organes vitaux.

    Selon cette étude de l'hôpital universitaire de Zurich publiée dans la revue scientifique The Lancet, le Covid-19 n’affecte pas seulement les poumons.

    Après avoir examiné au microscope des échantillons de tissus de patients décédés, ils ont découvert que le virus peut pénétrer dans l'endothélium - la couche de cellules tapissant l'intérieur des vaisseaux sanguins qui participe activement à la défense de l’organisme contre les agents pathogènes - de différents organes et ainsi provoquer la mort des cellules, des tissus et des organes touchés.

    D'après leurs résultats, les patients souffrent non seulement d'une inflammation des poumons, mais aussi d'une inflammation systémique des vaisseaux sanguins qui peut endommager le cœur, le cerveau, les poumons, les reins, mais aussi l'intestin, a expliqué Franck Ruschitzka, auteur de l’article et directeur de la clinique de cardiologie de l'université de Zurich.

    Plus précisément, les chercheurs affirment que le virus SARS-CoV-2 attaque le système immunitaire directement par les récepteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine II (ACE2) présents dans l'endothélium, qui de ce fait, perd son rôle protecteur.

    L'endothélium des plus jeunes est généralement capable de faire face aux attaques du virus. Mais chez les personnes souffrant d'hypertension, de diabète ou de maladies cardio-vasculaires, la fonction endothéliale est déjà particulièrement affaiblie.

    C'est pourquoi chez ces patients à risque, il est essentiel de lutter contre la multiplication du virus dans l'organisme tout en protégeant et stabilisant leur système vasculaire, a souligné le chercheur qui suggère de baptiser désormais cette maladie «COVID-endothélite».

    image.gif

    Et enfin cette communication de la commission médical de la ffessm :

    http://medical.ffessm.fr/?p=1742&fbclid=IwAR0q2CVl4rI_qNc--1NLXxx9hW1ch9VIjZzf-OG2o6yGgxY2yddZ6974XNk

    Covid-19 : attention à ne pas reprendre vos activités palmées trop tôt !

    21 avr, 2020 | Par Anne HENCKES

    Si vous avez présenté des symptômes comme

    • de la fièvre (ressentie ou réelle),
    • une toux,
    • une douleur dans la poitrine, associée ou non à de la toux,
    • des difficultés respiratoires
    • une altération du goût et/ou des odeurs

     … attention à ne pas reprendre la plongée trop tôt !

     

    Le Covid 19 donne le plus souvent une infection spécifique du poumon, avec parfois très peu voire pas du tout de gêne ou de manifestation ressentie ; il peut aussi toucher le cœur …

    Il y a un risque de séquelles qui peuvent être, dans certains cas, peu invalidantes dans la vie de tous les jours mais qui peuvent avoir un retentissement fonctionnel et être à risque accru  d’accident de sport et de plongée (accidents cardiaques et/ou respiratoires potentiellement graves notamment !) : nous vous conseillons fortement d’attendre 3 mois avant la reprise de vos activités de plongée après la fin de vos signes et de consulter votre médecin de plongée avant de rechausser vos palmes.

    • Thanks 3
    • Sad 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Et encore une avancée ... le lien est fait entre Covid et Embolie pulmonaire

    Pas très bon pour l"incertitude de la reprise en plongée pour ceux qui ont été au contact de la maladie mais une bonne avancée pour traiter les malades

     

    Coronavirus : une équipe de médecins du CHU de Besançon fait un lien entre covid-19 et embolie pulmonaire

    L'information peut se révéler capitale pour la survie d'un nombre conséquent de patients atteints du Covid-19: l'équipe de radiologie du CHU de Besançon a publié hier un article dans la revue internationale RADIOLOGY établissant pour la première fois un lien entre embolie pulmonaire et Covid-19.

    Par Catherine Schulbaum Publié le 24/04/2020 à 15:02Mis à jour le 24/04/2020 à 21:21

    Jusque là, quand un patient atteint du Covid-19 présentait des difficultés respiratoires, on lui faisait passer un scanner thoracique.
    Il s'agit d'un scanner sans injection de produits de contraste qui ne permet pas de déceler une embolie pulmonaire.
    Or, on ne comprenait pas pourquoi certains malades ayant un faible pourcentage d'alvéoles pulmonaires atteintes par le Covid19 c nécessitaient une ventilation mécanique. La réponse proposée par l'équipe du Professeur Eric Delabrousse au CHU de Besançon est qu'ils souffraient d'une embolie pulmonaire associée au Covid-19.

    Etudes sur cent patients

    L’objectif de l'étude était d’évaluer l'intérêt de la réalisation d’un angioscanner pulmonaire - un scanner qui utilise une injection de produit de contraste - chez tous les patients atteints de COVID-19 présentant des signes de pneumonie, notamment pour détecter une embolie pulmonaire associée. Elle a été menée du 16 mars au 4 avril sur cent patients explorés par angioscanner pulmonaire. Vingt trois présentaient une embolie pulmonaire, c'est à dire près d'un sur quatre.
    "Là où on croyait au départ à la migrationde gros caillots en provenance des veines des jambes, on notait des emboles trés périphériques et diffus,probablement secondaires à une inflammation pulmonaire majeure", précise le Professeur Delabrousse.
    Une constatation qui a conduit les médecins à débuter cez ces patients un traitement par anti-coagulants pour fluidifier le sang et éviter la formation de ces caillaux intra- pulmonaires.

    Recommandation mondiale

    "Le diagnostic d'embolie pulmonaire chez les patients COVID-19 est impératif et impose la réalisation d'un angioscanner pulmonaire au lieu du scanner thoracique sans injection actuellement recommandé" conclut l'équipe du CHU.
    Une recommandation qui, selon elle, devrait s'imposer à tous. A l'hôpital de Besançon, depuis la fin de l'étude, tous les patients présentant des symptômes respiratoires bénéficient d' un angioscanner et tous les malades Covid-19 admis en réanimation sont sous traitement  anti-coagulant. "Un vrai virage dans la prise en charge des patients covid19 à l'échelle mondiale", dit le Pr Delabrousse.
    • Thanks 4

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Une imagerie intéressante et bien illustrative sur l'état des poumons post-covid

     

     

    • Thanks 2

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Question : est-ce que les poumons retrouvent ou peuvent retrouver leur état normal ou partiellement au bout d'un certain temps ?

     

    Tant est soit-il que l'on soit à ce jour être en mesure de donner une réponse ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 19 minutes, LA LOUBINE a dit :

    Tant est soit-il que l'on soit à ce jour être en mesure de donner une réponse ?

    J'aurais dis... la réponse D

     

    qui-veut-gagner-des-millions-max-decash.jpg.49b9bba950f2432feb851b5bf2bfc6ac.jpg

    • Haha 2

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Le titre de cet article paru sur divemagazine.co.uk qui compile quelques études et avis scientifiques est simple :

    Nouvelle recommendation de prudence concernant un retour rapide à la plongée pour les personnes atteintes du Coronavirus

     

    Et la conclusion n'est guère bien envourageante :

    "Une évaluation complète des problèmes que les plongeurs peuvent rencontrer après une infection  COVID-19/SARS-Cov-2 est sans aucun doute de plusieurs mois loin devant nouset, comme le Dr Hartig le fait remarquer, tout avis médical au long cours serait pure spéculation avant que des essais en études cliniques ne soient conduit.

    Entre temps, cependant le conseil est clair. SARS-CoV-2 peut endommager les poumons et le coeur. La plongée avec des lésions d'une partie quelconque du système cardiovasculaire peut conduire à des blessures sérieuses et à la mort.

    Nous aimerions tous retourner rapidement dans l'eau dès que possible et comme nous le pouvons, le faire, sans considération médicale adaptée pourrait créerplus de mal que de bien."

     

    New Advice Cautions Against Rushed Return to Diving for Coronavirus Patients

    coronavirus lungs title

    Coronaviruses attack the respiratory system, and SARS-CoV-2 can cause serious damage to the lungs

    By Mark 'Crowley' Russell

    The Coronavirus pandemic has already had a devastating impact on the scuba diving world – but there's another question on divers' minds: 'What happens if I get it? Can I dive after COVID-19?' And the answer is not straightforward.

     

    An article published in the German magazine Wetnotes (click here for a Google Translated English version) on 15 April gives an insight into the medical problems that scuba divers who have contracted SARS-CoV-2 might face. In it, Dr Frank Hartig, a senior consultant and response crisis coordinator/disaster officer for SARS-CoV-2 at Innsbruck University Hospital in Austria – and a scuba diver himself – describes some of the problems he has already encountered as a physician.

    The acronym SARS – as in SARS-CoV-2, the official name of COVID-19 – stands for Severe Acute Respiratory Syndrome. SARS attacks the lungs, and while research into the long-term effects of the novel coronavirus is only just beginning, its physical impacts are all too tragically well known. Lung damage caused by conditions such as pneumonia and acute respiratory distress syndrome (ARDS) has been widely reported. It is also known to attack other organs, including the heart, although cardiac damage may go unnoticed until the heart is actually checked. Although we might not know much about the coronavirus itself, it has long been established that scuba diving with a compromised cardiopulmonary system can lead to serious injury, even death.

    In his article, Dr Hartig describes his involvement with six active scuba divers who were hospitalised with conditions brought on by SARS-CoV-2 and who subsequently recovered and were discharged. When they returned for a check-up several weeks later, they all outwardly appeared to be healthy, but a closer examination proved otherwise.

    pulmonary oedema image

    A build-up of fluid in the lungs can lead to the body being starved of oxygen

    'The first checks of these six divers, who came to the check-up clinically healthy after 5 to 6 weeks, are interesting,' writes Dr Hartig (translated from German). 'In two of them, we saw significant oxygen deficiency when under stress as a typical sign of a persistent pulmonary shunt. In two others, bronchial tubes were still very irritable during exercise, as in asthmatics. Four of the six divers in the check-up CT [scan] still had significant lung changes. None of the six divers can be released for diving for the time being, despite their wellbeing.'

    Exercise-induced asthma is a well-known contraindication to diving, and in layman's terms, a pulmonary shunt is when blood fails to pick up more oxygen as it passes through the lungs, which leads to the body being starved of oxygen. It is often caused by fluid in the lungs, also the result of pneumonia and pulmonary oedema, a condition becoming widely recognised as a leading cause of diver fatalities. 

    At this stage, any questions over long-term damage to the lungs caused by SARS-CoV-2 would be entirely speculative, but it is clear from Dr Hartig's assessment that divers who have been affected by the coronavirus should not dive until they have had a thorough medical examination – even if they otherwise appear healthy. As Dr Hartig notes, if proper precautions are not taken, 'Young, COVID-healthy people who want to dive again quickly and appear healthy at first could [slip through our fingers].'

    A report published on 12 April by the Belgian Society for Diving and Hyperbaric Medicine gives advice to scuba divers who may have contracted and recovered from Covid-19 based on current medical knowledge. To summarise, the report states that:

    1. Risk of Infection: Someone who has been infected with COVID-19 can still spread the virus to others. In a diving context that would be especially likely when conducting air sharing or rescue training exercises. Before returning to diving, divers should, therefore:
      • Wait a minimum of two, preferably three months, if they had symptoms of the virus 
      • Wait a minimum of one month if they tested positive for the virus but were asymptomatic.
      • Those who have not been tested and never had symptoms may still be susceptible to infection and should 'observe a waiting period' after lockdowns are lifted, which may be variable depending on location and type of diving.
      • Divers and dive centres should strictly observe guidelines for gear disinfection as distributed by DAN
         
    2. Risk of Pulmonary Barotrauma: People who have had COVID-19 may have significant damage to their lungs for an unknown period of time, possibly permanently, and therefore have an increased risk of pulmonary barotrauma – or lung overexpansion injury – even if they don't make rapid, breath-holding ascents. A diver who was hospitalised with lung-related problems should wait at least three months and undergo complete pulmonary function testing and a high-resolution CT scan of the lungs before returning to diving. Divers who had lung-related symptoms but were not hospitalised are still strongly recommended to have the test.
       
    3. Risk of Cardiac Events: Damage to the heart caused by COVID-19 may go unnoticed during the acute phase of the disease, but may lead to heart failure during diving. Therefore, it is recommended that a diver who was hospitalised with cardiac or pulmonary symptoms should, after the three-month waiting period, undergo a thorough cardiac evaluation with echocardiography and exercise testing (exercise electrocardiography – sometimes called the 'stress test'). Those who had symptoms but were not hospitalised are strongly advised to have the tests as well.
       
    4. Pulmonary oxygen toxicity: It appears that some COVID-19 patients' symptoms worsened after being given pure oxygen. Although little is known about an increased pulmonary sensitivity to oxygen, the report suggests it would be 'prudent' to avoid technical diving involving the prolonged breathing of hyperoxic gas with a pO2 of 1.3 ATA or higher. Simple nitrox diving (maximum pO2 of 1.4 ATA) should not present any problem.
       
    5. Decompression illness: tiny bubbles of inert gas form even on normal dives and are safely eliminated through the lungs during breathing. However, damage to the lungs may prevent the lungs' 'bubble filter' from working and lead to an arterial gas embolism or other form of decompression illness. Ddivers who have suffered from pulmonary symptoms of COVID-19 should, therefore, remain well within the no-decompression limits of their dives.

    A complete assessment of the problems that divers might face following a COVID-19 / SARS-CoV-2 infection is undoubtedly many months away and, as Dr Hartig notes, any long-term medical advice will remain speculative until clinical trials have been conducted. 

    In the short-term, however, the advice is clear. SARS-CoV-2 can damage the lungs and the heart. Scuba diving with damage to any part of the cardiovascular system can lead to serious injury and death. Much as we might all wish to rush back into the water as soon as we can, doing so without proper medical consideration may cause more harm than good.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Aux vues de ces différents articles, la reprise de la plongée fait peur. 

    Quels examens envisager si l'on pressent avoir été infecté ? 

    Plutôt que de parler de gestes barrières, il serait bien que les instances médicales spécialisées tentent élaborer une check list. 

    Ça ne doit pas être simple mais ça apporterait une aide.

    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 29 minutes, alain.max27 a dit :

    Aux vues de ces différents articles, la reprise de la plongée fait peur. 

    Quels examens envisager si l'on pressent avoir été infecté ? 

    Plutôt que de parler de gestes barrières, il serait bien que les instances médicales spécialisées tentent élaborer une check list. 

    Ça ne doit pas être simple mais ça apporterait une aide.

    va courir, essaie des apnées... si tes poumons ont été atteints, tu le verras vite et tu pourras faire un lever de doute

    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 22 heures, LA LOUBINE a dit :

    Question : est-ce que les poumons retrouvent ou peuvent retrouver leur état normal ou partiellement au bout d'un certain temps ?

     

    Je n'ai pas encore trouvé de réponse claire à cette question plus que pertinente. Je cherche ...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...