Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Présentation BSAC sur problème liés à la densité des gaz


    Messages recommandés

     

    Pour les bilingues, une petite présentation que j'ai trouvé très intéressante sur les problèmes liés aux densités de gaz en profondeur.

    Risque accru d’œdème pulmonaire d'immersion et de rétention de CO2 amenant d'autres soucis:

    - Toxicité CO2

    - Toxicité O2

    - Narcose

    - Risque d'accident de désaturation

     

    Il y est conseillé par BSAC d'utiliser une densité de MIX inférieure à 5.2 g/L (avec max absolu de 6.3 g/L).

    Cette présentation est basée sur les recherches effectuées par Simon Mitchell et Gavin Anthony en 2015.

    J'ai mis en PJ les tables (Circuit ouvert, fermé, bailout et déco) qui seront préconisés par la BSAC pour leurs plongées techniques.

     

    En tout cas ça rajoute un argument pour l'arrêt de la plongée à l'air au delà des 40 mètres...

     

    Gas density BailOut and Deco Mix to be used.png

    Gas density Closed Circuit Mix to be used.png

    Gas density Open Circuit Mix to be used.png

    Modifié par Adentrotter
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 61
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Popular Posts

    Oui, la densité du gaz respiré est un facteur qui peut conduire à des accidents graves (essoufflement notamment).   Oui, programmer des plongées à l'air dans la zone des 60 m n'est pas dénué

    je le conçois tres bien ;   je vais donc utiliser un mot que je pense fort, aytollah.   quand je suis avec des ayatollah qui pensent comme ça et qui ne laissent pas d'espace pour l

    un peu pareil (et je suis encore mort ce matin)...   bref, ce n'est pas dans ma culture... J'ai commencé la plongée à une époque où nous pouvions plonger à 82 ou 85 metres à l'air..

    Posted Images

    il y a une heure, DuboisP a dit :

    mince, je suis mort depuis longtemps

    un peu pareil (et je suis encore mort ce matin)...

     

    bref, ce n'est pas dans ma culture...

    J'ai commencé la plongée à une époque où nous pouvions plonger à 82 ou 85 metres à l'air..

    donc, tu comprends bien que des plongées qui seraient limitées à 40....

    comment dire ???

    ça ouvrirait d'autres problemes !

    il faudrait plonger trimix, l'hélium est rare et cher (et de production polluante) ; les cadres sont rares... les plongées sont planifiées, découpées... la vitesse de remontée est limitée sous peine de carton qui laissera des sequelles,

    bref, celui qui veut se limiter à 40 m et 1.4 de pp02, c'est bien... qu'il le fasse. Personne ne lui impose d'aller plus bas.

    Modifié par christophe 38
    • Like 2
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 11 heures, christophe 38 a dit :

    un peu pareil (et je suis encore mort ce matin)...

     

    bref, ce n'est pas dans ma culture...

    J'ai commencé la plongée à une époque où nous pouvions plonger à 82 ou 85 metres à l'air..

    donc, tu comprends bien que des plongées qui seraient limitées à 40....

    comment dire ???

    ça ouvrirait d'autres problemes !

    il faudrait plonger trimix, l'hélium est rare et cher (et de production polluante) ; les cadres sont rares... les plongées sont planifiées, découpées... la vitesse de remontée est limitée sous peine de carton qui laissera des sequelles,

    bref, celui qui veut se limiter à 40 m et 1.4 de pp02, c'est bien... qu'il le fasse. Personne ne lui impose d'aller plus bas.

     J'ai une question / des questions qui m'intrigue. 

     

    Pourquoi vous ne plongée plus à l'air a 82/85m à l'air ? 

     

    Peur du gendarme et volonté de suivre les règle ? 

    Prise de conscience d'un risque excessifs ? 

    Ou autre ? 

     

    Ce changement de limite a-t-elle bien été accepté (à l'époque par vous et votre entourage)? 

     

     

    Il y a pas de jugements de ma parts, je m'interroge sur le sujet "peut-on transposé les raison d'un passage volontaire de 82 à 60m à celui de 60 à 40m.

     

     

    Ps je suis un peux jaloux de votre métabolisme qui vous a fait affronter de telle condition et épargner. 

    Modifié par sacha.r
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    L'autre question, c'est quand tu plonges à 80m à l'air, est-ce que tu te rappelles de la plongée en détails ?Aussi le "what if", si quelque chose se passe mal et tu dois faire un effort physique non prévu à cette profondeur..

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a une heure, sacha.r a dit :

    Ps je suis un peux jaloux de votre métabolisme qui vous a fait affronter de telle condition et épargner. 

    ça n,'est rien, juste une bonne hygiène de vie !

    S'alimenter correctement ( 5 fruits et légumes/ jour etc ... )

    Pratiquer une activité physique régulièrement.

    Pas de tabac ni d'alcool.

    Boire de l'eau.

    Avoir une vie sociale.

    En résumé : Le bonheur d'une vraie vie monastique. :top:

     

    • Thanks 1
    • Haha 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 2 heures, sacha.r a dit :

    Pourquoi vous ne plongée plus à l'air a 82/85m à l'air ? 

     

    parce que les connaissances ont évolué.

    quand Cousteau a "inventé" la plongée sous-marine, ils (l'équipe) ont essayé beaucoup de choses.

    même eux ont fini par admettre que 100m à l'air n'était pas une bonne idée.

    et à l'époque, les plongeurs étaient plutôt du type "militaire", bien en forme.

     

    • Like 3
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Quarante mètres c'est ma limite...en apnée 🤪

     

    Dix plongées depuis le déconfinement. Moyenne des profondeurs max' : 48 mètres...la moitié entre 56 et 61 mètres....

     

    Et un zombi de plus :D

     

    • Like 2
    • Haha 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 4 heures, sacha.r a dit :

     J'ai une question / des questions qui m'intrigue. 

     

    Pourquoi vous ne plongée plus à l'air a 82/85m à l'air ? 

     

    Peur du gendarme et volonté de suivre les règle ? 

    Prise de conscience d'un risque excessifs ? 

    Ou autre ? 

     

    Ce changement de limite a-t-elle bien été accepté (à l'époque par vous et votre entourage)? 

     

     

    Il y a pas de jugements de ma parts, je m'interroge sur le sujet "peut-on transposé les raison d'un passage volontaire de 82 à 60m à celui de 60 à 40m.

     

     

    Ps je suis un peux jaloux de votre métabolisme qui vous a fait affronter de telle condition et épargner. 

    démocratisation de la plongée ??? la plongée accessible pour tous ?? quelque soit le mental ou la condition physique ?

    changement des logiciels de décompression ?

    passage de la table aux ordinateurs, par exemple (et d'une logique de décompression d'une plongée carrée, on est passé à une plongée individuelle dont la décompression colle au profil ?)

    accessoirement, on peut aussi regarder le calendrier : avant les années 1993-1995, le trimix n'existait pas (d'où le danger pour celui qui veut juger les faits d'hier avec les yeux d'aujourd'hui) et le mix a mit longtemps avant de se démocratiser (et le trimix n'est surtout pas la solution : la vitesse de remontée est LE parametre qui va casser des plongeurs : 10 metres par minute etant la vitesse maxi à ne jamais dépasser, et beaucoup de plongeurs ne maitrisent pas cette vitesse, cette donnée, donc, des cartons en devenir).

     

    la Science, les études ont prouvé que l'hyperoxie est plus dangereuse que la narcose...

     

    quant au passage à 40m, on peut aussi plonger virtuellement, sans se mouiller, sans faire d'oedeme, sans se noyer, virtuellement...

     

    sinon, dans le monde de la plongée pro, c'est toujours 60 la limite de la plongée travail, à l'air..

     

     

    quant au métabolisme... il y a ceux qui cassent (parce qu'ils ont un FOP), ceux qui ont fait la fete la veille, ceux qui n'ont pas mangé ou déjeuné, ceux qui sont encore bourrés, ceux qui ont pris des produits ou des substances... tout ceux ci ont des circonstances favorisantes.. (comme ceux qui ont froid et qui ont plus de 40 ans (l'oedeme) et qui font des efforts..)

     

    je vais plagier une citation : "ils ne savaient pas que c'etait impossible, alors, ils l'ont fait"...

    Il y a 4 heures, Adentrotter a dit :

    L'autre question, c'est quand tu plonges à 80m à l'air, est-ce que tu te rappelles de la plongée en détails ?Aussi le "what if", si quelque chose se passe mal et tu dois faire un effort physique non prévu à cette profondeur..

     

    l'effort physique à faire consiste à appuyer sur le surpresseur pour gonfler la wing ou l'étanche et remonter... est ce insurmontable ??

     

    pour le reste, la narcose, on s'accoutume (pour les gestes reflexes)... et pour ma part, pour en pratiquer régulierement, je me rappelle de ce que je vois dans la zone des 60 (voire un peu plus bas).

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 14 minutes, christophe 38 a dit :

     

     

    l'effort physique à faire consiste à appuyer sur le surpresseur pour gonfler la wing ou l'étanche et remonter... est ce insurmontable ??

     

     

    Si tu t'es emmêlés les pinceaux avec ta bobine, celle d'un binôme ou une ligne qui traînait par là, qui est attachée à un point fixe, tu appuies aussi sur le surpresseur?

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 1 minute, Adentrotter a dit :

    Si tu t'es emmêlés les pinceaux avec ta bobine, celle d'un binôme ou une ligne qui traînait par là, qui est attachée à un point fixe, tu appuies aussi sur le surpresseur?

     

    et que tu casses un ressort de palme

    et qu'un sous marin lance un filet pour te capturer...

     

    je ne tire pas de fil à 80, ni meme à 60 à l'air...

    quant à la ligne qui traine là, je t'invite à regarder de nouveau les photos de ma config ; tu y verras un coupe fil sur le tuyau annelé du DS.

    • Like 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 14/07/2020 à 11:18, Adentrotter a dit :

    un argument pour l'arrêt de la plongée à l'air au delà des 40 mètres...

     

    Il y a 20 heures, sacha.r a dit :

    je m'interroge sur le sujet "peut-on transposé les raison d'un passage volontaire de 82 à 60m à celui de 60 à 40m.

    Oui, la densité du gaz respiré est un facteur qui peut conduire à des accidents graves (essoufflement notamment).

     

    Oui, programmer des plongées à l'air dans la zone des 60 m n'est pas dénué de risque. Tout le monde en est conscient ici.

     

    Mais l'attitude d'ériger un chiffre de densité comme valeur seuil et barrière infranchissable, et du coup d'interdire la plongée à l'air au de la de 40 m me semble tout simplement un peu trop radicale.

     

    C'est d'abord oublier un peu vite l'effet temps. L'augmentation de densité du gaz ventilé est d'autant plus risquée en en terme d'essoufflement que le temps d'exposition est prolongé. Une bonne part des incursions à plus de 40 m à l'air ne sont que des pointes de quelques minutes. Un exemple pour illustrer, samedi dernier encore, pointe à 49m sur un tombant. On a passé peut être 5 ou 6' à plus de 40 m sur une plongée qui a duré 1 heure. Qu'aurait apporté le trimix sur cette plongée, si ce n'est beaucoup de complexification ?

     

    Autre point à considérer : la réalité du terrain. Certains sites en France sont très régulièrement plongés à l'air malgré un profondeur au moins partiellement supérieure à 40 m. Des sites comme le Donator, le Grec, l'Espingole, le Togo, les Impériaux, le Messerschmit et le tombant du Chaouen, le tombant des Américains ... constituent des sorties à haute valeur ajoutée. L'obligation de passer au Trimix réduirait fortement la fréquentation. C'est bon pour le biotope, mais ça tuerait immanquablement quelques centres qui en vivent directement.

     

    Denier point, socialement incorrect, mais bien réel : le trimix, fut-il normoxique, n'est pas accessible à tous. Et je ne parle pas d'argent. Juste de capacités intellectuelles et organisationnelles. Nombre de plongeurs qui peuvent aujourd'hui faire une incursion à 43 m à l'air au cours d'une plongée lambda, n'ont pas les ressources d'abstraction suffisantes pour se former et pratiquer au trimix, spécialités particulièrement rigoureuse et exigeante.

     

    A ce sujet, d'ailleurs, je trouve assez drôle ce retour déguisé de l'élitisme dans la plongée, qu'on avait tenté de chasser dans les années 90-2000 en démocratisant l'enseignement de la plongée pour la rendre accessible au plus grand nombre. Le voici réapparu sous la bannière "tek" ...

     

    • Like 3
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...