Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
jportemer

Méthode de planification d'une plongée avec déco

    Messages recommandés

    Bonjour à tous :)

     

    (En écrivant je me rends compte que je suis en train de pondre un pavé... si vous voulez aller directement à la question c'est en paragraphe 5 :D)

     

    Cela fait un moment que je n'avais pas posté sur le forum, du coup, je vais présenter un peu plus afin de mettre en relief la question que je me pose.

    J'ai une centaine de plongées au compteur et "jeune" plongeur N3 (dans le sens où je ne le suis que depuis l'été dernier) ; je n'ai donc pas eu l'occasion de plonger beaucoup dans ces nouvelles prérogatives (et à ces occasions jamais très profond ; jamais dépassé les 35 mètres passé le stage final. Je pense de toute façon que mes occasions de pratique étaient pour le moment trop disparates pour gagner une accoutumance à la profondeur. Breeeeeef...).

     

    Durant ma formation associative N2 puis N3, sans remettre en cause la qualité indéniable du contenu et de la pédagogie de mes moniteurs, je restais sur ma faim sur la question de la planification notamment au regard de l'autonomie en air. Certes nous avons fait des exercices sur les tables ainsi que les calculs pratiques à la sauce Mariotte pour la conso à telle profondeur. Mais dans la pratique, jusqu'au stage final, les principes qui nous étaient donnés me semblaient "light" ; en caricaturant : "Depuis X mètres tu remontes en général quand ton binôme ou toi atteint Y bars ; tu auras normalement assez pour faire tes paliers. Sauf si le DP te donne une consigne plus précise, dans ce cas tu la suis.". Bref, cela me semblait un peu trop pifométrique, pas assez argumenté (alors que tout le reste l'était) et surtout pas du tout personnalisé en fonction du profil de plongeur et de sa conso. D'où deux questions qui me sont venues à l'esprit assez vite en pratique :

    • Comment personnaliser le plan de la plongée connaissant ma consommation équivalent surface (calculée sur PC à l'aide de l'historique de profils déchargés depuis l'ordi, des pressions notées sur mon carnet de plongée ainsi que le volume de la bouteille) et celle de mon binôme ?
    • La crainte : mon mano m'indique 110 bars, je suis à 40 m, j'ai tant de palier à faire. Euh... je dois remonter tout de suite ou j'ai encore du temps devant moi ?

     

    Bref, j'ai pris conscience que j'avais encore à apprendre si je voulais vraiment maîtriser mes plongées. J'ai regretté de ne pas avoir posé ce genre de questions durant mon stage final, j'avoue que dans le "feu de l'action" je n'y avais juste pas vraiment pensé... Il fallait donc dorénavant que je cherche les renseignements par moi-même afin de sécuriser ma pratique. C'est alors en parcourant ce forum que je suis tombé sur le thread de @bardass qui propose une méthode pour planifier une plongée basée sur la DTR et la connaissance de la conso personnelle :

    https://www.plongeur.com/forums/topic/59799-méthode-de-planification-de-plongée-loisir-à-lair

     

    Je voulais donc en profiter pour te remercier au passage Laurent, pour cette méthodo qui m'a remis les idées au clair et que j'applique maintenant à toutes mes plongées. Méthodo que j'ai pu passer au crible de mon sens critique et que j'accepte de part ses arguments objectifs (il me semble en effet important de d'abord se convaincre de la solidité d'un enseignement, d'une méthodologie, avant de l'appliquer soi-même, mais cela n'engage que moi :)).

     

     

    Maintenant, j'ai passé mon Nitrox confirmé. La méthode de @bardass fonctionne déjà à l'air et au Nx fond, mais comment l'adapter quand on embarque une pony de gaz supplémentaire, Nx ou O2 ?

    En y réfléchissant j'ai envie de répondre ceci, mais j'aimerais bien avoir votre avis :

     

    • Je pars du principe que j'ai assez de gaz déco pour assurer mes paliers (bien sûr, il faut s'en assurer en pratique :D, pony pleine par exemple) ;
    • CONDITION DE PRESSION : On décolle du fond lorsque mon binôme ou moi atteint la pression donnée par le calcul sans paliers (DTR = Pabs : 4 mn à 30 mètres, 5 mn depuis 40, 6 mn depuis 50...). Sauf si bien sûr on décide d'une condition plus contraignante lors du briefing (suite consigne DP par exemple) ;

    OU

    • CONDITION DE PALIER : On décolle dès que l'ordi commence à afficher un palier (d'une minute) à une profondeur inférieure ou égale au MOD de la déco. Par exemple, 1' de palier à 6m alors que la déco est à l'O2 (MOD 6 m si on se cale à 1,6 bar de pp max en décompression).

     

    Arguments pour cet "embryon" de méthodo :

    1. De cette manière, nous nous assurons d'avoir au moins la pression de réserve lorsque nous arrivons aux paliers et que nous "switchons" de gaz, avec une petite marge vu que je considère le trajet jusqu'à la surface alors qu'on change au palier.
    2. En cas de pépin (perte de déco par exemple), nous sommes proches de la surface avec au moins 50 bars de gaz fond chacun pour demander une éventuelle assistance depuis la surface ou faire nos paliers en mode dégradé, si c'est possible. Dans tous les cas, on a de la marge pour anticiper.
    3. La dernière condition sur la profondeur du palier (je ne pense pas qu'elle se produise beaucoup en plongée loisir pour des couples temps/profondeur raisonnables) permet de s'assurer qu'on fera dans le pire des cas 1 minute de palier avec le gaz fond, et comme la condition de pression est respectée par ailleurs, il nous restera bien la pression de réserve voulue au moment du "switch".

     

    Est-ce que ces principes de départ vous paraissent raisonnables ou est-ce que d'après vous il faudrait modifier certaines choses ?

    Ou alors, tout ça vous semble hors de propos car par expérience vous avez d'autres manières de faire fiables et éprouvées ?

     

    "La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien." :

    Je n'ai pas encore d'expérience pour l'utilisation de la déco depuis ma formation. Je n'ai donc pas la prétention d'arriver avec mes grands sabots à proposer la-méthode-à-laquelle-personne-n-aurait-pensé-jusque-là. Mais d'un autre côté, dans la continuité de ce que j'ai pu dire au début, il me paraît nécessaire de me poser ce genre de questions justement pour pouvoir planifier et gérer le briefing correctement dès la première plongée (même si pour cette reprise elle bien sûr sera peu profonde, et avec un binôme de confiance).

     

    Merci de m'avoir lu jusqu'ici en tout cas !

    Modifié par jportemer

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    tu considères que tu dois pouvoir faire tes paliers même si tu perds ta déco.

    et souvent, tu plongeras avec quelqu'un qui n'a pas ta formation ....
    ton Nitrox riche, ce sera un bonus pour toi.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 9 minutes, jportemer a dit :

    ...

    Merci pour le retour

     

    il y a 9 minutes, jportemer a dit :

    Maintenant, j'ai passé mon Nitrox confirmé. La méthode de @bardass fonctionne déjà à l'air et au Nx fond, mais comment l'adapter quand on embarque une pony de gaz supplémentaire, Nx ou O2 ?

    En y réfléchissant j'ai envie de répondre ceci, mais j'aimerais bien avoir votre avis :

     

    • Je pars du principe que j'ai assez de gaz déco pour assurer mes paliers (bien sûr, il faut s'en assurer en pratique :D, pony pleine par exemple) ;
    • CONDITION DE PRESSION : On décolle du fond lorsque mon binôme ou moi atteint la pression donnée par le calcul sans paliers (DTR = Pabs : 4 mn à 30 mètres, 5 mn depuis 40, 6 mn depuis 50...). Sauf si bien sûr on décide d'une condition plus contraignante lors du briefing (suite consigne DP par exemple) ;

    OU

    • CONDITION DE PALIER : On décolle dès que l'ordi commence à afficher un palier (d'une minute) à une profondeur inférieure ou égale au MOD de la déco. Par exemple, 1' de palier à 6m alors que la déco est à l'O2 (MOD 6 m si on se cale à 1,6 bar de pp max en décompression).

     

    Arguments pour cet "embryon" de méthodo :

    1. De cette manière, nous nous assurons d'avoir au moins la pression de réserve lorsque nous arrivons aux paliers et que nous "switchons" de gaz, avec une petite marge vu que je considère le trajet jusqu'à la surface alors qu'on change au palier.
    2. En cas de pépin (perte de déco par exemple), nous sommes proches de la surface avec au moins 50 bars de gaz fond chacun pour demander une éventuelle assistance depuis la surface ou faire nos paliers en mode dégradé, si c'est possible. Dans tous les cas, on a de la marge pour anticiper.
    3. La dernière condition sur la profondeur du palier (je ne pense pas qu'elle se produise beaucoup en plongée loisir pour des couples temps/profondeur raisonnables) permet de s'assurer qu'on fera dans le pire des cas 1 minute de palier avec le gaz fond, et comme la condition de pression est respectée par ailleurs, il nous restera bien la pression de réserve voulue au moment du "switch".

     

     

     

     

    peux-tu nous dire comment est réglé ton ordinateur de plongée ?

    je n'ai pas bien compris tes conditions de décollage :
    1 - condition de pression : "On décolle du fond lorsque mon binôme ou moi atteint la pression donnée par le calcul sans paliers (DTR = Pabs : 4 mn à 30 mètres, 5 mn depuis 40, 6 mn depuis 50...).
    ".
    cela veut-il dire que tu décolles à 65-70b sur le bloc fond, peu importe le volume de paliers réels à faire ? 

    2 - condition de palier : tu décolles selon ton gaz de déco si j'ai bien compris. Donc si ta déco est un Nx50, tu attends d'avoir un palier à 21m pour décoller du fond ?

    Je ne suis pas certain d'avoir compris tes conditions.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour vos retours !

     

    il y a 34 minutes, DuboisP a dit :

    tu considères que tu dois pouvoir faire tes paliers même si tu perds ta déco.

    et souvent, tu plongeras avec quelqu'un qui n'a pas ta formation ....
    ton Nitrox riche, ce sera un bonus pour toi.

     

    OK si on veut l'utiliser simplement pour augmenter sa sécu. Mais il y a aussi l'approche de l'utilisation pour augmenter son temps fond, non ? (si tout le monde est équipé, ça va de soi)

    En tout cas, ça faisait des possibilités abordées durant la formation (même temps de palier mais temps fond rallongé).

     

    il y a 28 minutes, bardass a dit :

    peux-tu nous dire comment est réglé ton ordinateur de plongée ?

     

    OSTC réglé avec des GF 80/80. Gaz de la pony rajouté en temps que gaz déco.

     

    il y a 28 minutes, bardass a dit :

    1 - condition de pression : "On décolle du fond lorsque mon binôme ou moi atteint la pression donnée par le calcul sans paliers (DTR = Pabs : 4 mn à 30 mètres, 5 mn depuis 40, 6 mn depuis 50...). ".

     

    cela veut-il dire que tu décolles à 65-70b sur le bloc fond, peu importe le volume de paliers réels à faire ? 

     

     

    Je ne suis pas rentré dans les détails pour ne pas alourdir mon premier post, c'est pour ça que j'ai considéré que la déco permettait de faire les paliers quel qu’ils soient. Mais j'ai conscience qu'il manque quelque chose. Je dirais comme pour ta méthode originale convenir également d'une DTR max (compatible avec ce que dit le DP) qu'on s'autorise qui est également une condition de décollage.

     

    il y a 28 minutes, bardass a dit :

    2 - condition de palier : tu décolles selon ton gaz de déco si j'ai bien compris. Donc si ta déco est un Nx50, tu attends d'avoir un palier à 21m pour décoller du fond ?

     

    Non bien sûr ! On part dès qu'une des deux conditions est rencontrée. Du coup, 1 se produira avant 2 :)

     

    C'est plus clair ?

    Modifié par jportemer

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 58 minutes, jportemer a dit :

    OK si on veut l'utiliser simplement pour augmenter sa sécu. Mais il y a aussi l'approche de l'utilisation pour augmenter son temps fond, non ? (si tout le monde est équipé, ça va de soi)

    En tout cas, ça faisait des possibilités abordées durant la formation (même temps de palier mais temps fond rallongé).

     

    ou si tu consommes plus que ton binôme.

    tu sais que tu as ta déco à la remontée.

    il faut prendre en compte la possibilité de défaillance du matériel, ce qui est quand même rare.

    l'expérience te donnera de la souplesse 🙂

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 4 heures, jportemer a dit :

     

    OK si on veut l'utiliser simplement pour augmenter sa sécu. Mais il y a aussi l'approche de l'utilisation pour augmenter son temps fond, non ? (si tout le monde est équipé, ça va de soi)

    En tout cas, ça faisait des possibilités abordées durant la formation (même temps de palier mais temps fond rallongé).

     

    Si tu veux augmenter ton temps de fond, tu prends plus de gaz fond (passage en bi, voir en gros bi 😮 ), ou tu passes au CCR (mais tu auras d'autres problématiques à résoudre comme la quantité et le type de gaz de bailout par exemple :aga: )

     

    Planifier sa plongée en ne considérant pas la perte total de la déco, ça me semble, à titre perso, hasardeux ;) 

    Même si oui, dans xx,xxxx% des cas, bah tu sortiras avec ton bloc fond à 100b voir plus...

     

    Après tu peux tirer sur la sécu, et donc tirer sur ton gaz fond toussa. Mais le jour où il y a un grain de sable qui vient au milieu de tout ça, ça risque d'être un peu chaud sous l'eau. Moi je ne joue pas à ça

     

    Avant le passage en CCR, j'était passé sur un bi10 car frustré également du temps de fond limité, même avec déco :D

    Le bi10 a été une sacrée révolution pour moi, tout ce gaz :iloveu:

     

    Après je comprends que ça soit frustrant car c'est des événements peu probable. Mais bon, tirer sur la sécu c'est jamais une bonne idée sur le long terme.

    Modifié par iove
    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 11 heures, jportemer a dit :

    OK si on veut l'utiliser simplement pour augmenter sa sécu. Mais il y a aussi l'approche de l'utilisation pour augmenter son temps fond, non ? (si tout le monde est équipé, ça va de soi)

    En tout cas, ça faisait des possibilités abordées durant la formation (même temps de palier mais temps fond rallongé).

     

    Je rejoins les propos des autres...  éliminer la possible perte totale de la déco n'est pas pour moi la solution, ceci même si le % de (mal)chance est très faible.

     

    Je m'arrange toujours pour commencer ma remonté en sachant que j'aurais suffisamment de gaz fond pour faire tous mes palier avec celui ci. tout en terminant avec ma réserve. 

     

    La déco suroxygéné c'est du bonus je switch pour améliorer ma désaturation, donc ma sécurité... et à la fin je profite du gaz fond que j'ai en quantité suffisante pour me balader dans la zone des 3 à 7 disons 10 m max pour profiter des petits poissons... je me fais plaisir...

     

    Je suis comme @iove, CCR en ligne de mire... mais je "refuse" de passer par la case Bi puisque mon objectif est clairement défini. je veux éviter de faire ce détour

     

    Si j'ai plus de besoin d'air je passerai sur 2 blocs de déco et je tirerais un peu plus sur le 15 L. Je dis un peu plus c.a.d je me fixerai un réserve de sortie un peu plus faible en sortie qu'actuellement 

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Perso' je plannifie pour avoir assez pour remonter du fond avec le gaz fond...à deux dessus.

    Ce qui fait que je ressors rarement avec moins de 90-100 bars dans le bloc sur les plongées profondes.

     

    Ensuite j'utilise un logiciel de planif' (Subsurface et Pastodeco) pour planifier la plongée, avoir une idée du runtime et des paliers que je vais manger.

     

    Sur des tombants, comme j'aime bien faire des plongées à étages (60-50-40 mètres par exemple) pour explorer toute la hauteur), j'ai un runtime simple avec les temps et pressions de décollage de la profondeur actuelle.

     

    En général on sort "à la minute" et "aux 5 bars"

     

    Plan the dive, dive the plan 😉

    • Like 2
    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pour moi ça dépend si c'est des profondes "A la francaise" du genre touch and go a 60m avec un 15L, tu restes 7-10mn en bas et tu remontes, ou des profondes "planifiées" avec un bi et une ou 2 décos.

     

    Dans le premier cas la méthode de bardass (je crois?) est top et suffit, et puis tu connais assez vite "tes" paramètres sur ces plongées.

    Dans ce cas je me fixe au grand mini 50b sous le bateau une fois les paliers finis (a adapter selon les plongées et selon ce qu'impose le DP), quitte a glander après dans 4m d'eau jusqu’à 30b si l'endroit s'y prête.

     

    Dans le 2e cas comme @val74700 je fais une planif sur logiciel de déco, et je planifie toujours pour avoir assez d'air pour remonter si je perds 1 déco.

    Comparé au premier cas, quand j'ai une déco je planifie donc assez de gaz pour au moins

    • remonter sur mon bloc principal presque a vide en cas de perte de déco, ou bien
    • remonter a deux sur mon principal jusqu’à profondeur de switch déco (selon si mon binome a une déco aussi)

    Ca reste des règles un peu génériques, évidemment je ne prend pas le même niveau de marge si je suis a Marseille avec au pire des cas un caisson pas loin, qu'au milieu des Philippines ou la tu as intéret de prévoir un max de marge...

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    yop

     

     

    @ JP : imaginons une plongée à 40, sur épave, plongée carrée.

    Sur la cote basque, elle se fait couramment avec un 12 litres, perso, je la fais en 15 l (parce que je n'ai pas de 12).

    Prenons comme parametres 10 minutes de DTR, décollage à 100 bars, premier des deux parametres atteint par l'un des membres de la planquée,  et un plongeur lambda qui consomme 20l/min. Selon la méthode de Laurent, il faudra 40 bars avec un 12 l pour arriver à la surface. Reste dans le bloc 60 bars.. Mais, si tu dois intervenir sur l'équipier, et que ta conso, entre les gestes, le palmage, le stress, monte à 60 l/minute rapporté à la surface, penses tu que ce sera assez ? meme si le copain est zen et qu'il consomme autant que toi, vous sortez avec 20 bars dans ton bloc ; l'accident et le sur accident ne sont pas loin.

    je n'ai pas oublié que tu avais un bloc de déco, simplement, n'oublie JAMAIS que ce n'est que du bonus !

    ton bloc a pu ne pas etre refermé avant la mise à l'eau et etre vide (déjà vu, bien sur), son détendeur peut etre bloqué fusant, inutilisable... tu as peut etre du abandonner le bloc déco quand tu es rentré d'un coté de l'épave (et ça s'est mal passé, tu es obligé de te casser sans le récuperer) (déjà vu aussi)...

     

    un autre exemple tordu ???

    2 plongeurs font une profonde sur épave (56 m) ils ont prévu 12 minutes de DTR et/ou 100 bars.. Ils se checkent régulierement.

    le premier des deux, celui qui consomme le moins s'inquiete, arrivant à 100 bars (donc son compère doit avoir déjà dépassé ce cap).. Il checke de nouveau son équipier qui lui répond OK..

    Comprenant qu'il est cuit, il lui fait signe "fin de plongée, on remonte"...

    en se réunissant sur le fil du parachute, un regard sur le mano du copain lui confirme que ça va etre compliqué : 65 bars pour la conso retour, la déco.. normalement, ça va etre chaud...

    Vers 45, le binome émerge de sa narcose et s'agite ; il a compris qu'il n'arriverait pas en haut avec ce qui lui reste... il gaspille (en gesticulant et en respirant comme un goret)...

    ce n'est qu'un exemple..

     

     

    d'où l'interet du briefing avant la plongée et de la mise au point d'un signe qui indique le OK en lieu et place du signe traditionnel (ça peut etre le majeur vers le haut, le V de la victoire, le pouce à l'horizontal, bref, un truc changeant qui montre la concentration de l'équipier)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci à tous pour vos retours :)

    Ça m'aide beaucoup.

     

    Pour résumer l'approche partagée par la plupart (n'hésitez pas à me corriger) :
     

    • Le rôle de la déco est d'augmenter la sûreté ; du "bonus". Pas pour augmenter le temps fond. Trop de possibilités que ça parte en vrille même si les probabilités individuelles sont faibles.
      Si on planifie "à la bardass", il n'y a donc pas lieu de chercher à adapter la méthode : on planifie à l'air  comme si on n'avait pas de déco. Au pire l'air en réserve peut servir à "vadrouiller" à faible profondeur et éventuellement adapter avec l'expérience, le site... Possibilité de préparer ses run-times, approche plus tech, pour les plongées les plus engagées.
       
    • Si on veut augmenter le temps fond, on augmente la quantité de gaz fond, d'où l'intérêt de passer au bi 2 x 10 par exemple (voire au CCR pour ceux qui en ont les moyens 🤑).
       

    Comme j'ai passé le Nx confirmé avant tout pour augmenter ma sécurité ces principes dictés par la sagesse de l'expérience me vont bien :)

     

    <HS> (j'ouvrirai un autre fil si besoin)

    Depuis un moment je me dis que justement j'aimerais bien tester la plongée en bi-bouteilles. Mais comme je suis de "l'intérieur" et que je vadrouille pas mal sans voiture je loue la plupart de mon matos sur place (sauf combi, ordi, lampe). Du coup pour le moment j'avoue que ça me freine un peu... Ça se fait couramment dans les centres de louer wing et bi ?

    Est-ce qu'il y a des formations spécifiques pour l'apprentissage de la plongée en bi-bouteilles ou bien ça s'inscrit toujours dans une formation tech, type extended range TDI/IANTD par exemple ?

    (Tu me diras, ça peut aussi être une occasion de s'y mettre... Même si je ne pense pas aller jusqu'au Trimix.)

    </HS>

    Modifié par jportemer
    Mise en forme

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Tu es d'où ?

     

    Pour moi le rôle de la déco' ben...c'est de faire ma déco' :petard:. Pour ça qu'en général je suis à l'oxy' pur, vu que je plonge à l'air.

    En effet le max' de palier que je prends à 9 mètres c'est deux trois minutes, et encore, comme on est en lac, ils s'effacent souvent avant d'arriver à 9 mètres, vu qu'on remonte doucement le long de la pente.

    Donc palier à 6 et 3 mètres...donc oxy' pour le max' d'efficacité.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 13 minutes, jportemer a dit :

    <HS> (j'ouvrirai un autre fil si besoin)

    Depuis un moment je me dis que justement j'aimerais bien tester la plongée en bi-bouteilles. Mais comme je suis de "l'intérieur" et que je vadrouille pas mal sans voiture je loue la plupart de mon matos sur place (sauf combi, ordi, lampe). Du coup pour le moment j'avoue que ça me freine un peu... Ça se fait couramment dans les centres de louer wing et bi ?

    Est-ce qu'il y a des formations spécifiques pour l'apprentissage de la plongée en bi-bouteilles ou bien ça s'inscrit toujours dans une formation tech, type extended range TDI/IANTD par exemple ?

    (Tu me diras, ça peut aussi être une occasion de s'y mettre... Même si je ne pense pas aller jusqu'au Trimix.)

    </HS>

    louer un bi ou une wing, à part dans les clubs spécialisés profonde et trimix, tu peux oublier.
    et là encore, louer une wing pour faire une profonde est une très très mauvaise idée.

    on ne change qu'une chose à la fois, on l'apprivoise, et on change la chose suivante.

    2-3 façons d'utiliser un bi :

    - on considère que c'est un gros bloc, avec un robinet isolateur qu'on laissera ouvert, et il n'y a rien à gérer (on passera quelques détails, comme éventuellement les 2 manos, le routage des tuyaux. plein de messages à ce sujet)

    - on considére que ce sont 2 blocs isolés, robinet isolateur fermé, et on respire alternativement sur l'un et l'autre. les 2 manos sont ici obligatoires.

    - on considère que ce sont 2 blocs reliés, mais qu'il faut savoir les isoler. un peu d'exercice ne fait pas de mal avant de se retrouver dans une situation d'urgence, style détendeur givré. 2 manos obligatoires.

     

    sinon, pas d'apprentissage spécifique. ça change un peu la stabilité et le trim. le lestage est à revoir (et encore, que je sois en bi-12 ou en 15L, j'ai le même lest)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 14 minutes, val74700 a dit :

    Tu es d'où ?

    Grenoble.

     

    il y a 15 minutes, val74700 a dit :

    Donc palier à 6 et 3 mètres...donc oxy' pour le max' d'efficacité.

    Euh... Quand on dit palier à 6 mètres, ça ne veut pas dire que 6 mètres est la profondeur plafond ? Du coup, je croyais que c'était incompatible avec l'O2 vu que sa MOD est de 6 mètres 🤔

    (Mais bon, palier à 6 mètres, pour le moment ça ne m'est arrivé qu'une seule fois : 1 mn :D )

     

    il y a 17 minutes, DuboisP a dit :

    louer un bi ou une wing, à part dans les clubs spécialisés profonde et trimix, tu peux oublier.

    Oui, je me doutais un peu... Mais je voulais avoir une confirmation. Et effectivement dans la démarche tech de l'apprivoisement de sa config' perso (pas plus d'une inconnue à la fois), ça semblait compliqué.

    À réfléchir donc !

     

    Merci pour les différentes manières d'utiliser le bi. Par curiosité, quelle est l'approche la plus utilisée selon toi ? (j'imagine qu'il doit y avoir beaucoup de débats là-dessus dans le forum tech 😛)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 19 minutes, DuboisP a dit :

    2 manos obligatoires.

    Pas d'accord avec ça (le "obligatoire) : Si ça part en freestyle, de toute façon on remonte. Donc savoir ce qui  reste comme gaz ne changera pas la donne.

     

     

    il y a 1 minute, jportemer a dit :

    croyais que c'était incompatible avec l'O2 vu que sa MOD est de 6 mètres 🤔

    :D:petard::D.

    T'inquiètes, tu ne te dissous pas dans d'horribles souffrance si tu fais ton palier à 6.3 mètres hein 😉.

    En plus perso' ma déco' étant de l'oxy', je fais tous mes paliers à 6 mètres (fenêtre oxy, toussa)...et chui pas encore mort..

    il y a 4 minutes, jportemer a dit :

    Merci pour les différentes manières d'utiliser le bi. Par curiosité, quelle est l'approche la plus utilisée selon toi ?

     A mon avis c'est le bi isolable, mais les avis, c'est comme les trou du c%l...tous le monde en a un.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...