Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Assistance panne d'air


    Messages recommandés

    Le 10/09/2020 à 22:47, la philoche a dit :

    Pour moi c’est vraiment un truc de base que n’importe quel débutant devrait connaître. Cette histoire me rappelle que ça n’a toujours pas infusé dans les plongeurs. Cette été quand j’ai encadré j’ai du rappeler plusieurs fois que quand on vérifie les détendeurs, on regarde les manos en même temps.

     

    C'est effectivement ce qu'on apprend en école N1.

    Sauf que une fois, j'ai volontairement à peine ouvert le bloc (1/4 de tour) et j'ai pu faire toute les vérifications de détendeurs que j'ai voulu, (à coups de grandes inspirations) sans que l'aiguille ne bouge d'un millimètre du 200b... (en surface, bien sur)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 218
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Popular Posts

    Voilà je voulais remercier le forum et surtout val qui a partagé son histoire et tout ceux qui ont contribué à ce fil car j´ai vécu la même chose avec mon fils ce dimanche (heureusement vers les 20m m

    Avant lamise à l'eau verifier l'ouverture des robinets en inspirant sur les detendeurs en regardant le comportement des manos devrait etre un reflexe....qui m'a parfois ete utile...

    Encore plus simple et rapide : quand tu es en butée, tu ne peux pas te tromper de sens, que ce soit pour ouvrir ou pour fermer

    Posted Images

    Il y a 6 heures, Moulagaufre a dit :

    C'est effectivement ce qu'on apprend en école N1.

    Sauf que une fois, j'ai volontairement à peine ouvert le bloc (1/4 de tour) et j'ai pu faire toute les vérifications de détendeurs que j'ai voulu, (à coups de grandes inspirations) sans que l'aiguille ne bouge d'un millimètre du 200b... (en surface, bien sur)

    On y apprend aussi que respirer dans le détendeur permet de tester son fonctionnement. Ou encore que l'on ouvre le robinet à fond, avant d'effectuer 1/4 de tour en arrière ( environ ), histoire de préserver l'intégrité de la robinetterie. Et oui y en a marre d'effectuer des opérations de maintenance sur les robinetteries qui ont été forcées par des "Goliath" !

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 9 heures, la philoche a dit :

    Avec la FFESSM peut être , si c’est avec la FFS ça va à l’encontre de ce qu’on a défini. Résurgence ou fond de trou ne change rien : le principe c’est que si tu perds un bloc au point le plus loin, tu disposes tu double du volume de gaz nécessaire pour ressortir. La règle peut paraître contraignante mais elle est dans une logique de sécurité pour des plongeurs solo.

    Je comprends l'idée, mais du coup j'aurais tendance à prendre plus de blocs pour conserver mes possibilités de pénétration et trop de matos j'aime pas (même quand c'est le scoot qui tire).

    Je pourrais aussi aller moins loin, mais j'aime pas non plus.

    Je plonge seul également, une fois sur deux.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, pparis a dit :

    On y apprend aussi que respirer dans le détendeur permet de tester son fonctionnement. Ou encore que l'on ouvre le robinet à fond, avant d'effectuer 1/4 de tour en arrière ( environ ), histoire de préserver l'intégrité de la robinetterie. Et oui y en a marre d'effectuer des opérations de maintenance sur les robinetteries qui ont été forcées par des "Goliath" !

     

    D'ailleurs le tester en surface ou sur le bateau n'est pas top. Une gamelle fuyante ne sera pas repérée comme ça. Il faut le tester tête dans l'eau. J'ai eu le cas sur un détendeur club, et le test hors de l'eau ne montre rien. 

    Je n'aime plus le terme quart de tour, j'aime bien 'déblocage' à la fin d'un V-Drill (😇).

    Il y a 9 heures, pmariett a dit :

    Sans blague, il existe une FAQ, un abécédaire quelque part ?

     

    A force de lire et apprendre en anglais on oublie les termes français. 

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 4 heures, pparis a dit :

    On ouvre le robinet à fond, avant d'effectuer 1/4 de tour en arrière ( environ ), histoire de préserver l'intégrité de la robinetterie. Et oui y en a marre d'effectuer des opérations de maintenance sur les robinetteries qui ont été forcées par des "Goliath" !

     Fausse bonne idée qui date d'un autre temps. 

    Il n y a plus aucune utliter d'expliquer cela (effectuer un 1/4 en arrière) pour un utilisateur de robinet actuellement sur le marché. 

     

    Je m'explique sur les robinettes actuel il n y a plus aucun o-ring qui est mis sous tension à l'ouverture ou à la fermeture complet du robinet. Il n y a donc pas de possibilité de casse. 

     

    La seul casse possible est l'extussion du joint Téflon si le robinet est ouvert comme une brute (par un goliath). L'extussion est une déformation mécanique qui est dynamique et se passe lors que le robinet est forcé. Un 1/4 de tour en arrière n'y changera rien les dégâts sont déjà fait et ne peuvent pas être réduit après coups. 

     

    C'est la même chose pour le marquage exessife du Téflon du pointeau lors serrage trop fort. Un quart de tour en moins change rien. 

     

    Le seul conseil utile et efficace pour préservé les robinet. C'est de pas y aller comme un ours. Et faire preuvent de délicatesse. 

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 17 heures, McLean a dit :

     

    Ce n'est pas ce qui est enseigné par un bon nombre d'écoles qui préfèrent systématiquement isoler pour sauver du gaz puis régler le problème.

     

    L'intérêt est qu'il n'y a justement pas à réfléchir et éventuellement se tromper: on agit par réflex (tout comme "problème de détendeur = on passe sur le secours")

    Mais alors je comprends pas ou se situe l'avantage d'avoir le manifold ouvert pendant la plongée, mis à part d'avoir une lecture directe sur les mano?  Quelqu'un pourrait il m'apporter ses lumières? Puisque s'il est fermé, en cas de pépin tu te retrouves avec une manipulation en moins à faire et que fatalement du vas y perdre moins de gaz? Je précise que je ne fais pas de sout' et que j'ai été formé, et je forme maintenant à la chapelle de Marseille?

    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 25 minutes, Perfoben a dit :

    Mais alors je comprends pas ou se situe l'avantage d'avoir le manifold ouvert pendant la plongée, mis à part d'avoir une lecture directe sur les mano?  Quelqu'un pourrait il m'apporter ses lumières? Puisque s'il est fermé, en cas de pépin tu te retrouves avec une manipulation en moins à faire et que fatalement du vas y perdre moins de gaz? Je précise que je ne fais pas de sout' et que j'ai été formé, et je forme maintenant à la chapelle de Marseille?

     Tu peux assister avec 100% de ton gaz disponible par exemple en monitorant la conso totale, même si l'un des deux est plus stressé?

    T'as pas de risque d'oublier de switcher?

    1 seul mano, pas de calcul?

    Etc...

     

    Et non, je ne suis pas d'accord avec cette phrase ou on apprend à isoler. 

     

    Chez TDI ca s'explique par le fait que le pont est ouvert d'un quart de tour, l'isolation prend très peu de temps, ensuite, on résoud le pb.

    Chez GUE on cherche à résoudre le pb d'abord. ISOLER c'est le dernier recours.

     

     

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 54 minutes, Perfoben a dit :

    Mais alors je comprends pas ou se situe l'avantage d'avoir le manifold ouvert pendant la plongée, mis à part d'avoir une lecture directe sur les mano?  Quelqu'un pourrait il m'apporter ses lumières? Puisque s'il est fermé, en cas de pépin tu te retrouves avec une manipulation en moins à faire et que fatalement du vas y perdre moins de gaz? Je précise que je ne fais pas de sout' et que j'ai été formé, et je forme maintenant à la chapelle de Marseille?

     

     

    mon petit point de vue :

    le bi est fermé par le manifold moins un quart de tour (l'air passe d'un bloc à l'autre), c'est à dire que les 2 blocs s'équilibrent en consommation normale.

     

    En cas de givrage d'un coté ou de flexible mano ou pire DS qui pete, le robinet qui est sur le manifold est plus facilement accessible main droite ou main gauche.

    Et, pour isoler, il n'y a qu'un quart de tour à faire.

     

    Ensuite, tu peux "perdre du temps" pour fermer le robinet du coté fuyant (c'est généralement moins aisé, parce qu'on perd en souplesse d'épaule pour fermer les robinets).

    Une fois ce robinet, du coté fuyant, fermé, tu peux rouvrir le robinet du manifold pour récuperer le volume de gaz restant dans le bloc dont le robinet a été fermé.

     

    personnellement, je ne pourrai que t'incite à t'entrainer, au calme, dans peu d'eau, posé sur le fond, pour comprendre ce que tu fais, pourquoi tu le fais et lever les doutes dans les sens ouvert/fermé.

     

    apres, regulierement (ça peut etre une fois par mois) tu manipules tes robinets pour t'assurer que tu peux toujours le faire ou tu trouves une autre méthode...

     

    je vais juste préciser un "détail" : pour vider un bloc, sur un givrage, le temps necessaire est à peine d'une minute ! donc, la premiere reaction, c'est de preserver du gaz (en isolant avec le manifold) et ensuite de fermer le fuyant, pour enfin, re ouvrir le manifold pour recuperer ce qui reste du coté fuyant)

    Modifié par christophe 38
    • Like 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 6 heures, sacha.r a dit :

    Je m'explique sur les robinettes actuel il n y a plus aucun o-ring qui est mis sous tension à l'ouverture ou à la fermeture complet du robinet. Il n y a donc pas de possibilité de casse. 

     

    Il n'est pas question de casse mais de maintenance répétée .

    Amuse toi avec une robinetterie "Scubapro" par exemple, démonte la et tu comprendras peut être mieux mon propos. Va aussi expliquer à un arrivage de 40 plongeur, qu'il faut user de "délicatesse" ...

    Perso, au risque de paraître vieux jeu , je pense que certaines idées d'un autre temps ont encore de beaux jours devant elles ;)

    • Like 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 9 heures, sacha.r a dit :

     Fausse bonne idée qui date d'un autre temps. 

    Il n y a plus aucune utliter d'expliquer cela (effectuer un 1/4 en arrière) pour un utilisateur de robinet actuellement sur le marché. 

     

    Je m'explique sur les robinettes actuel il n y a plus aucun o-ring qui est mis sous tension à l'ouverture ou à la fermeture complet du robinet. Il n y a donc pas de possibilité de casse. 

     

    La seul casse possible est l'extussion du joint Téflon si le robinet est ouvert comme une brute (par un goliath). L'extussion est une déformation mécanique qui est dynamique et se passe lors que le robinet est forcé. Un 1/4 de tour en arrière n'y changera rien les dégâts sont déjà fait et ne peuvent pas être réduit après coups. 

     

    C'est la même chose pour le marquage exessife du Téflon du pointeau lors serrage trop fort. Un quart de tour en moins change rien. 

     

    Le seul conseil utile et efficace pour préservé les robinet. C'est de pas y aller comme un ours. Et faire preuvent de délicatesse. 

     

    hummmm

     

    étant plus de 100 fois par an sur des bateaux de plongée, et ce, depuis quelques années, déjà, je peux te certifier que tu vas trouver des gens qui confondent ouvert et fermé dans la manipulation des robinets des blocs de plongée.

    Le cas le plus flagrant se trouve sur le pont du bateau, robinet plein ouvert, comme tu le conseilles. Pour une raison X, la gamelle du second étage passe en débit continu.:tare:

    Il faut fermer...

    hébé, si tu voyais le nombre de personnes qui bloquent le robinet plein ouvert, en forçant... tu serais certainement moins affirmatif.

    Je le laisse donc à tes certitudes ; ce que je vois me suffit pour continuer les procédures du siecle dernier.

     

    et, dans l'eau, avec le stress du débit continu, l'éventuelle narcose si tu fais ça à une profondeur narcotique... je ne mets pas un kopeck sur le résultat.

    le truc de vieux, avec le quart ou le tiers de tour te permet, très vite d'arriver en butée et de faire jaillir l'idée que le serrage s'est fait dans le mauvais sens... (si, en France, sur 500 000 plongeurs, plus de 330 000 pratiquent moins de 20 fois par an, peut etre faut il leur apprendre quelque chose qui marche à tous les coups (et pas bloquer le robinet, à tous les coups 😂 )

     

    je te laisse donc à la modernité.. Nous ne plongeons pas ensemble et si c'etait le cas, je t'inciterai à fermer toi meme tes robinets (comme ça, pas de blocage, pas d'erreur et le coupable, en cas d'erreur, est vite trouvé).😇

    • Like 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 11 heures, Perfoben a dit :

    Mais alors je comprends pas ou se situe l'avantage d'avoir le manifold ouvert pendant la plongée, mis à part d'avoir une lecture directe sur les mano?  Quelqu'un pourrait il m'apporter ses lumières? Puisque s'il est fermé, en cas de pépin tu te retrouves avec une manipulation en moins à faire et que fatalement du vas y perdre moins de gaz? Je précise que je ne fais pas de sout' et que j'ai été formé, et je forme maintenant à la chapelle de Marseille?

     

    Pour le cas d'un détendeur qui part définitivement en débit continu il est certainement un petit peu mieux d'avoir l'isolateur déjà fermé.

     

    Mais une configuration n'est pas construite autour d'un seul cas de figure, c'est plutot le meilleur compromis pour tous les cas de figure.

     

    Modifié par McLean
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Mais sérieusement, y a encore des plongeurs qui pratiquent le quart de tour qui tue en 2020??? Il me semble que tout le monde, depuis le temps, aurait déjà du recevoir le mémo, non? Même au fin fond des DOM/TOM les plus reculés, il me semble, non? 🤔

    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 4
        Voici un incident lié à une panne d'air que je viens de recevoir via la Newsletter DAN.   Même si tout s'est bien terminé au final, j'ai du mal à comprendre que le gars n'ait pas échangé son tank quand il s'est rendu compte qu'il était à moitié vide (ça aurait dû être sa priorité) Pire encore, pourquoi n'a t'il jamais regardé son manomètre de toute la plongée avant de tomber en panne d'air.   Ce sont quand même des sacrés fautes de débutant... @Ma
      • 6
        Bonjour, J'ai recherché sur internet et sur le forum mais rien trouvé de parlant pour moi sur le sujet. A part celui de devoir remonter à la surface, y a-t-il un risque en cas de panne du détendeur BP si celui-ci laisse passer l'air sous pression à 10 bar jusqu'à la bouche du plongeur. Va t'on simplement laisser échapper l'embout ou y a-t-il un risque de "surpression" dans les voies respiratoires ?   Je vous explique le pourquoi de mes interrogations : je compte utiliser un p
      • 3
        Ola todos Quelqun aurait un olympus Tg5? Nouveau détenteur d'un Tg5 de moins de 6 mois, on le disait robuste, le mien vient bizarrement de me lâcher!   Pourriez vous me dire en branchant le câble de charge usb (sans la batterie dans l'appareil) si il se passe quelque chose, voyant on/off ou affichage écran? Ça me permettrait de confirmer si ça vient de la batterie.   Un grand Merci d'avance. Et bonne photos
      • 9
        Bonjour,   Sur cet autre fil , j'ai signalé une panne de ma sonde Uwatec sur un Galileo Luna.   Les intervenants ont fort logiquement pensé à un problème de pile, mais après échange des deux piles, celle de l'émetteur et celle de l'ordi le problème subsiste.   Les symptômes : - à l'allumage l'indication de pression n'est transmise qu'à la condition de mettre en contact l'ordi avec la sonde. - si l'on maintient la sonde à une distance normale entre 50 cm et 1 m, la transmission ne
      • 2
        Bonjour,   Voilà, j' ai une stab Subgear back pure (Achetée Planet plongée) . Elle a environ une centaine de plongée (j' entretien mon matériel). A deux reprise elle s' est mise en gonflage continu. C' est le poussoir de l' inflateur qui était bloqué. Après lecture des archives du forum je la démonte: rien, pas de saleté rien. Je fais néanmoins tremper dans du vinaigre puis je remonte: le poussoir ne remonte pas totalement. je pense que c' est le ressort qui est défectueux et ne remplis plus
    ×
    ×
    • Créer...