Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Difficulté d'un élève Préparant le N3 sur les IPD


    Messages recommandés

    Il y a 7 heures, Youdivemecrazy a dit :

    En fait si on lit le MFT la vitesse rapide au décollage est TOLÉRÉE. Pour beaucoup ça ce transforme en obligatoire, mais ce n'est pas l'esprit.

    Finalement , on en revient à une opération de secourisme ou l'on n'engage pas une intervention avant mise en sécurité du secouriste puis de la victime ....

    En supposant qu'au départ l'ensemble du binôme est  équilibré, quelques coups de palmes énergiques devraient suffire à s'extraire du fond rapidement, ce qui pourrait avoir comme effet d'éviter une gestion à venir rendue délicate par l'inertie d'un sur-gonflage éventuel . ;)

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 7 heures, emmanuelC a dit :

    Ravi de lire que tes "éducatifs" semblent avoir débloqué la situation. C'est cool !

     

    D'après la description de son moniteur, à part les remontées, ce plongeur est plutôt pas mal (gestion, paramètres, etc...). Avec 140 plongées, il n'est pas forcement inexpérimenté (reste à voir s'il n'a pas fait que des plongées encadrées à 25 mètres, toujours dans de l'eau claire et chaude ;o)...

    :+1:
     

    Il a 2 handicaps, sa condition physique et son mode de vie.

    La formation en cours lui a clairement fait réalisé cette cruelle vérité.

    Il lui reste maintenant à corriger le tir et c’est possible.

    • J'aime 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a 24 minutes, PlongeurSDF a dit :

    La formation en cours lui a clairement fait réalisé cette cruelle vérité.

    Il lui reste maintenant à corriger le tir et c’est possible.

     

    ça c'est super... mieux vaut tard que jamais :)

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 2 heures, pparis a dit :

    Finalement , on en revient à une opération de secourisme ou l'on n'engage pas une intervention avant mise en sécurité du secouriste puis de la victime ....

    En supposant qu'au départ l'ensemble du binôme est  équilibré, quelques coups de palmes énergiques devraient suffire à s'extraire du fond rapidement, ce qui pourrait avoir comme effet d'éviter une gestion à venir rendue délicate par l'inertie d'un sur-gonflage éventuel . ;)

    Point de vue très personnel, mais je n'aime pas le coup de palme (je ne dis pas que c'est mal, juste que je ne le fait pas moi-même). Pourquoi se "fatiguer" quand on a d'autres outils à côté ? En faible profondeur un coup de poumon balaste suffit. A grande profondeur un peu de DS, on décolle, quite à purger immédiatement. Ca m'a toujours réussi. Je ne sort la palme que quand mon "binôme" a fait le viscieux et se fait très lourd sur l'intervention.

    • J'aime 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 13 heures, PlongeurSDF a dit :

    A 25 m (départ 30), on était toujours entre 5 à 7 m / min.

    Donc trop lent pour l'objectif visé de dégager la zone fonds puis réguler.

     

    J'attendais plus un décollage de 30 à 25 à 20 voir 25 m/min

    Puis 10 à15 m/min à partir de 25 m.

    yop

     

    le probleme, c'est que de dégager vite de la zone fond, un bon pourra peut etre le faire et encore ; un débutant, tu lui mets la barre trop haut !

    A quelle vitesse est reglée l'alarme survitesse sur vos ordis ?? si c'est 10 m/min, il n'a pas à aller plus vite ! (dans cette base de données, les ordis grand public ne proposent rien au delà de 12 m/min ; bref, l'inciter à partir comme une bombe, c'est avoir une victime désorientée, narcosée (bref, un truc leger qui va bientot passer) et le sortir de cette zone en flirtant avec l'accident de déco).

     

     

    déjà à la base, il ne sait pas se ralentir sans trop purger et recouler...

    vous lui donnez un postulat de départ erroné... (et, si ta victime à 25 m se "reveille", voit qu'elle remonte trop vite et se purge tout (et souffle fort), par peur de sortir jusqu'à la ceinture, tu crois que ce sera mieux ??)

     

    s'il part (ce que tu appelles) lentement, il a le temps de se placer, de regarder le mec en vrac, de localiser les purges, de se synchroniser le souffle avec la purge,

    lui demander/proposer comment il veut purger (la victime d'abord ou lui ? ou les deux, l'un puis l'autre) (perso, je prefere me purger en premier, me faire tirer vers la surface par la victime avant de le purger, petit peu par petit peu : en lac, nous preferions ceci : si nous devions lacher la victime, elle partait (trop vite) vers la surface, mais arrivait en haut et nous, nous pouvions nous gerer ; dans le cas inverse, la victime coule dans le noir, nous, on bondit vers le haut ; le temps de purger, on a perdu de vue la victime et rien ne nous dit que nos sinus passeront pour redescendre le chercher et qu'on la retrouvera)

     

    bref, postulat de départ (s'arracher de la zone) qui est merdique (en plus, avec un mec qui a une condition physique à l'ouest, c'est lui qui risque de finir au caisson pour faire le geste)

    Modifié par christophe 38
    • J'aime 2
    • Merci 2
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a une heure, christophe 38 a dit :

    les ordis grand public ne proposent rien au delà de 12 m/min ;

    Pas exact:

     

    Les Aladins déjà à l'époque :

     

     

    Les Galileos maintenant 

     

    Screenshot_20210328-134915_Drive.jpg

    Screenshot_20210328-135118_Drive.jpg

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a 13 minutes, nics a dit :

    Pas exact:

     

    Les Aladins déjà à l'époque :

     

     

    Les Galileos maintenant 

     

    Screenshot_20210328-134915_Drive.jpg

    Screenshot_20210328-135118_Drive.jpg

    re

     

    d'une maniere concise, j'essayais de dire que les ordis grand public proposent une vitesse de remontée de 10-12 m/min ; je n'avais pas la prétention de recenser tous les ordis (actuels, parce qu'à l'époque, j'ai connu 20 m/min, 17 et 18 m/min aux tables, etc).

     

    Ce que je veux surtout souligner, c'est qu'en partant vite, le risque de "suraccident" n'est pas absent, pour, parfois, une simple désorientation, ou un coup de stress.

     

    et, quand bien meme, en arrivant en surface trop vite, (lire sans faire les paliers) la réimmersion therapeutique n'est pas conseillée en métropole (pas loin des caissons).

    Et, en bateau, le temps que la cavalerie arrive (la SNSM), que les deux arrivent au caisson, il se sera passé une paire d'heures...

    tout cela pour une remontée trop rapide...

     

     

     

     

    enfin, une dernière question (qui pique) : autant les moniteurs vont faire des remontées avec leurs élèves, autant, combien de N3 "révisent" cette manip ??

    combien de N3 vérifient la config de leur binôme ??? savent où se trouvent ses purges ?

    combien de N3 vérifient les prises qu'ils peuvent avoir à prendre ? (je n'ai pas de fenstop ni de pectorale... personne ne vient me voir et reflechi pour une prise, au cas où).

     

    Bref, savoir le faire pour l'aisance, pour dire "je l'ai fait, un jour ..." oui...

    mais, si le geste technique n'est pas entretenu, combien de temps pour le perdre ??

    • J'aime 3
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a une heure, nics a dit :

    Pas exact:

     

    Les Aladins déjà à l'époque :

     

     

    Les Galileos maintenant 

     

    Screenshot_20210328-134915_Drive.jpg

    Screenshot_20210328-135118_Drive.jpg

     

    Les valeurs des vitesses ont été (largement) revues à la baisse avec le Galiléo G2

     

    1374537364_GaliloG2.jpg.b294aa496d5f92991f7cfc0f913171ed.jpg

     

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 3 heures, christophe 38 a dit :

    re

     

    d'une maniere concise, j'essayais de dire que les ordis grand public proposent une vitesse de remontée de 10-12 m/min ; je n'avais pas la prétention de recenser tous les ordis (actuels, parce qu'à l'époque, j'ai connu 20 m/min, 17 et 18 m/min aux tables, etc).

     

    Ce que je veux surtout souligner, c'est qu'en partant vite, le risque de "suraccident" n'est pas absent, pour, parfois, une simple désorientation, ou un coup de stress.

     

    et, quand bien meme, en arrivant en surface trop vite, (lire sans faire les paliers) la réimmersion therapeutique n'est pas conseillée en métropole (pas loin des caissons).

    Et, en bateau, le temps que la cavalerie arrive (la SNSM), que les deux arrivent au caisson, il se sera passé une paire d'heures...

    tout cela pour une remontée trop rapide...

     

     

     

     

    enfin, une dernière question (qui pique) : autant les moniteurs vont faire des remontées avec leurs élèves, autant, combien de N3 "révisent" cette manip ??

    combien de N3 vérifient la config de leur binôme ??? savent où se trouvent ses purges ?

    combien de N3 vérifient les prises qu'ils peuvent avoir à prendre ? (je n'ai pas de fenstop ni de pectorale... personne ne vient me voir et reflechi pour une prise, au cas où).

     

    Bref, savoir le faire pour l'aisance, pour dire "je l'ai fait, un jour ..." oui...

    mais, si le geste technique n'est pas entretenu, combien de temps pour le perdre ??

    La reimmersion thérapeutique n'est en effet pas pratiqué en France car les caissons sont toujours proche. On considère que les deux heures d'attente pour arriver au caisson sont moins dangereuses qu'une immersion non contrôlée. 

     

    Par contre la reimmersion suite à une rupture de palier est tout à fait conseillée. Il s'agit de deux choses différentes. 

     

    Le mec qui est sorti de l'eau et qui 30min après commence à avoir des problèmes on ne le reimmerge pas. Le mec qui s'est foiré et a percé la surface plein pot lui si. 

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a 10 minutes, Youdivemecrazy a dit :

    La reimmersion thérapeutique n'est en effet pas pratiqué en France car les caissons sont toujours proche. On considère que les deux heures d'attente pour arriver au caisson sont moins dangereuses qu'une immersion non contrôlée. 

     

    Par contre la reimmersion suite à une rupture de palier est tout à fait conseillée. Il s'agit de deux choses différentes. 

     

    Le mec qui est sorti de l'eau et qui 30min après commence à avoir des problèmes on ne le reimmerge pas. Le mec qui s'est foiré et a percé la surface plein pot lui si. 

    pas de souci ; j'attire simplement l'attention que, selon la "qualité" de la remontée, sensée sauver la victime, on risque plus gros.

     

     

    et, pour ré immerger, il faut que les 2 parties soient d'accord... (tu comprends que j'ai déjà vu une victime refuser de redescendre au palier)...

     

    bref, la balance benefice risque, toujours... (je rappelle la réponse de youdivemecrazy : "En fait si on lit le MFT la vitesse rapide au décollage est TOLÉRÉE. Pour beaucoup ça ce transforme en obligatoire, mais ce n'est pas l'esprit. ")

     

    vaut il mieux y aller vite et prendre le risque de se manquer ou y aller à vitesse "normale" (10 m/min) avec des risques réduits ou nuls ?

    mettez vous à la place de l'assisté...

    • J'aime 3
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a 3 minutes, RoussetteSoyeuse a dit :

    Belle réflexion @C38 merci

    de rien ; j'ai déjà rencontré des cas, des plongeurs qui se sont fait des frayeurs et qui n'ont pas voulu redescendre dans les 3 minutes au palier (et meme apres les 3 minutes)...

    Je précise, pour ceux qui sont taquins, que j'étais sur les bateaux dans plusieurs cas et pour un cas, c'est moi qui l'ai freiné ( !!!)  (sur un fond de 20 m, du coté de la presqu'ile de Giens, un des membres de ma palanquée s'est mis à genou au fond, puis, devant l'entrée d'eau dans son masque, a donné un coup de palme pour rejoindre la surface ; je lui ai "sauté" dessus, j'ai sorti mes palmes (comme on sort des aerofreins), j'ai soufflé et je me suis purgé, mais, nous avons crevé la surface ; arrivé en haut, il a jeté son masque... que j'ai du aller récuperer et j'ai tenté de le raisonner ; c'est devant la peur de la paralysie que j'ai réussi à le convaincre ; j'ai sorti le parachute, nous sommes redescendus à 3m, je le tenais comme un bapteme et nous avons bouffé 50 bars avant de remonter sur le bateau... le reste de la palanquée ? ils ont fait leur plongée sans s'occuper de nous ! le bateau ? il était à 400 m en train de larguer des plongeurs qui s'entrainaient pour un N4).

    Un accident, c'est une succession de petites choses, d'emmerdements, et au bout, ça s'emballe et on ne controle plus rien.

    • J'aime 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 1 heure, christophe 38 a dit :

    pas de souci ; j'attire simplement l'attention que, selon la "qualité" de la remontée, sensée sauver la victime, on risque plus gros.

     

     

    et, pour ré immerger, il faut que les 2 parties soient d'accord... (tu comprends que j'ai déjà vu une victime refuser de redescendre au palier)...

     

    bref, la balance benefice risque, toujours... (je rappelle la réponse de youdivemecrazy : "En fait si on lit le MFT la vitesse rapide au décollage est TOLÉRÉE. Pour beaucoup ça ce transforme en obligatoire, mais ce n'est pas l'esprit. ")

     

    vaut il mieux y aller vite et prendre le risque de se manquer ou y aller à vitesse "normale" (10 m/min) avec des risques réduits ou nuls ?

    mettez vous à la place de l'assisté...

    Moi je suis bien d'accord puisque c'est moi que tu cite. 😉

     

    • Haha 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 10 heures, Youdivemecrazy a dit :

    Point de vue très personnel, mais je n'aime pas le coup de palme (je ne dis pas que c'est mal, juste que je ne le fait pas moi-même). Pourquoi se "fatiguer" quand on a d'autres outils à côté ? En faible profondeur un coup de poumon balaste suffit. A grande profondeur un peu de DS, on décolle, quite à purger immédiatement. Ca m'a toujours réussi. Je ne sort la palme que quand mon "binôme" a fait le viscieux et se fait très lourd sur l'intervention.

    Rien de personnel, juste un point de vue, tout est bon à partir du moment ou ça marche suivant les objectifs à atteindre. Pas de dogme, Le moniteur est là pour proposer des solutions, quitte à en faire la démo. Il revient à l'élève de trouver sa voie et au moniteur de remédier si nécessaire  ...

    Modifié par pparis
    • J'aime 2
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 11 heures, christophe 38 a dit :

    yop

     

    le probleme, c'est que de dégager vite de la zone fond, un bon pourra peut etre le faire et encore ; un débutant, tu lui mets la barre trop haut !

    ...

     

    C'est un avis qui mérite réflexion. Merci pour ton retour.

    • J'aime 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...