Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Politique et développement de la FFESSM


    Messages recommandés

    il y a 4 minutes, Norman76 a dit :

    Dans l'absolu tu as raison mais malgré ma faible expérience j'ai vu des N3 avoir un palmage standard déjà pas très académique donc leur demander de maîtriser le frog kick...

      Tous les plongeurs sont loin d'être perfectionniste, la plupart souhaite juste plonger, la technique ils s'en moque complètement. Et intégrer ce genre de type de palmage dans les formations traditionnel ne me parait pas aller dans le bon sens pour la démocratisation de la plongée. Par contre peut-être que la 2F devrait proposer des modules complémentaires un peu comme le fait PADI

     

    Ce serait pourtant bien pour pouvoir respecter le partenariat Longitude 181...

     

    https://ffessm.fr/les-partenaires-longitude-181-nature#:~:text=Qui est Longitude 181 %3F,hommes et de leurs traditions.

     

    Citation

    conjuguer les moyens des deux partenaires pour développer et accroître la sensibilisation à l’environnement marin et sous-marin, à ses fragilités, à ses dégradations.

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 110
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Popular Posts

    Allez, je mets mon grain de sel.   Je verrais bien comme évolution de la plongée « à la française » une approche totalement différente de la technique. Aujourd'hui on est toujours énorméme

    Tu as raison, mais je ne suis pas convaincu que ça aide au développement de la fédé et à l'accessibilité de notre loisir de "l'imposer" dans le MFT (sans parler d'avoir les formateurs au courant et en

    Permettez moi de faire part de mon expérience....de tentative de création d'une section aviron dans une association FSGT. Je prend contact avec la FFA et je suis rappelé par un cadre de la dite fédéra

    Posted Images

    il y a 13 minutes, iove a dit :

    ce n'est pas, pour moi, un critère de validation d'un niveau de plongeur "loisir".

     

    Absolument d'accord avec ça.

     

    Ce que je reproche à la fédé, c'est de ne pas en parler, de ne pas créer un module "fundies" comme ça se fait partout.

    Tu fais ton niveau  classique. On te le valide. Et là, on te dit "tu sais, si tu veux t'améliorer, on a un module palmages spécifiques et flotta' fine. Ca te dit ? Ce n'est pas un niveau, y'a pas de cacarte, pas d'exam'...just for fun..."

    T'as envie, tu fais. T'as pas envie, tu fais pas. Point.

    Mais au moins tu sais que ça existe.

     

    Idem  pour le matos...j'comprends pas pourquoi dès le niveau 1 on ne montre pas aux futurs plongeurs toutes les possibilités existantes (étanche, wing, side', recycleur, ...). J'dis pas apprendre à utiliser ou expliquer dans le détail à quoi ça peut servir. Mais au moins montrer, qu'ils sachent que ça exister. Ca coûterait quoi ? Dix minutes pour montrer trois photos et expliquer vaguement à quoi ça sert.

     

    Anecdote : Quand je suis rentré de mon fundies, au club, on se foutait de ma gueule en m'appelant superman, parce que je plongeais les bras devant.

    Aucun n'est venu me demandé pourquoi je plongeais comme ça...ni E3, ni E2..personne !

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 35 minutes, Norman76 a dit :

    Dans l'absolu tu as raison mais malgré ma faible expérience j'ai vu des N3 avoir un palmage standard déjà pas très académique donc leur demander de maîtriser le frog kick...

      Tous les plongeurs sont loin d'être perfectionniste, la plupart souhaite juste plonger, la technique ils s'en moque complètement. Et intégrer ce genre de type de palmage dans les formations traditionnel ne me parait pas aller dans le bon sens pour la démocratisation de la plongée. Par contre peut-être que la 2F devrait proposer des modules complémentaires un peu comme le fait PADI

    pour moi, le truc, ce n'est pas d'avoir un palmage exotique, c'est d'une part, d'éviter de lever la touille, donc un palmage adapté selon l'endroit où l'on se trouve

    et, d'autre part d'avoir un palmage/trim efficace (ne pas consommer comme un porc), etre capable de s'arreter, rester immobile sans palmer, par exemple.

     

    mais, une fois le brevet obtenu, combien cherchent à se perfectionner ??

    • Like 1
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

     

     

     

    Pour ceux qui pensent que je casse juste du sucre sur la fédé, j'suis en cours de formation pour faire E1 (pas rentré avec la COVID 😭).

    Mon objectif...justement essayé d'apporter ça dans mon club.

    ..."essayer..."...Raaaah !

    • Like 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, christophe 38 a dit :

    le probleme du hors structure, c'est que si tu viens sur un site qui n'est accessible qu'en bateau et qu'il te faut passer par une structure, tu te retrouves avec des qualifications qui ne sont ni connues, ni reconnues

    oui et non, on s'organise entre copains. Un à le bateau et l'autre la station de gonflage mobile dans la camionnette  pour faire les mimix qui vont bien 🙂

    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 01/04/2021 à 12:24, Chedo a dit :

     

    Et si (en s'inspirant d'autres organismes), on formait des plongeurs autonomes plutot que des plongeurs assistés ? Le besoin en encadrants pour la vie des clubs serait d'un coup moins important.

     

    (apres, c'est sur que certains dinosaures risquent de freiner.

    Fini l'adulation du moniteur sans lequel on ne peut pas plonger...

    Fini les plongées payées a 100% par les petits jeunes...)

    C'est aussi une question de disponibilité.
    Des clubs sans MF1 , il y en a beaucoup.
    Des clubs sans MF1 dispo , pas mal non plus.
    Des baptemes faits en piscine, par des E4, j'en vois.
    On a mis le paquet sur la formation initiateur, super pour un N1 qui vient plonger, on a 3 initiateurs, 2 MF1.
    Dimanche dernier : 2 candidats N2, premières plongées depuis 6 mois? 2 N4-E2 présents, 1 chacun, C'est le paradis. Avec 3 palanquées de N2 en autonomie.
    Au passage un des 2 E2, était candidat MF1, il a laissé tomber : trop de boulot, il ne peut pas suivre (pas Covid, boulot)
    En gag, les 2 E2 avec leur étanche ont pris la flotte;

    et le DP n'a pas plongée du tout juste pour ne pas perdre de temps avec un couvre feu, aux fesses.
    Le E2 en plus est super bien placé pour de l'accompagnement des PE40.
    En fait c'étaient les 2 seuls du club.



     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 33 minutes, christophe 38 a dit :

    mais, une fois le brevet obtenu, combien cherchent à se perfectionner ??

    D'accord avec toi, très peu.

     

    Comme je le disais la plupart des gens veut juste plonger donc juste avoir leur carte de niveau

    • Sad 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Allez, je mets mon grain de sel.

     

    Je verrais bien comme évolution de la plongée « à la française » une approche totalement différente de la technique.
    Aujourd'hui on est toujours énormément axé sur la sécurité. Évidemment, c'est mieux si on ne se tue pas sous l'eau, ni si on ne tue personne. Mais ne pourrait-on pas voir les choses différemment ?
    En plus de la découverte du milieu, on pourrait aborder la plongée comme étant un sport de glisse.
    Être fluide dans l'eau, se fondre dans l'environnement, jouer avec le milieu, s'intégrer à lui.
    Cela nécessiterait de mettre au centre certaines techniques et de revoir leur enseignement ; configuration matérielle, ventilation, stabilisation, palmage.
    Autant d'items pour lesquels l'apprentissage pourrait évoluer et se moderniser, et qui collent parfaitement avec le respect du milieu, en phase avec notre époque - et en plus, dont la maitrise renforce la sécurité !

     

    Un autre point que je vois aujourd'hui est que le public a évolué.
    Comme je le disais dans un autre fil, on a toujours des passionnés, qui s'investissent beaucoup dans l'activité, mais aussi des plongeurs non pas « loisirs » (c'est pour nous tous un loisir) mais je dirais « tranquilles » qui plongent plus ou moins régulièrement pour le plaisir, se détendre, comme ils font d'autres activités de loisir, plus ou moins sportives.
    En valeur absolue, je ne sais pas, mais en pourcentage, les « passionnés » ont baissé par rapport aux « tranquilles ».
    Le problème est que nous (centre, clubs et organismes de formation) proposons aux plongeurs toujours le même type de plongées (ou presque) qu'il y a 20-25 ans.
    Les cursus et leurs prérogatives n'ont quasiment pas évolué.
    Or pour progresser et apprendre, et donc pouvoir accéder à certaines plongées, eh bien il n'y a pas de miracle : il faut du temps.
    Le passionné le trouvera, le temps. Le plongeur plus ponctuel, moins.
    La difficulté est de pouvoir concilier certaines de nos habitudes (profondeur et plongée avec déco, notamment) avec ces pratiquants.
    C'est pour cela qu'il serait peut-être intéressant de faire évoluer nos cursus, et les prérogatives qui vont avec.
    Des idées ? 🙂

    Modifié par Pp_y
    • Like 8
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 28 minutes, Pp_y a dit :

    Allez, je mets mon grain de sel.

     

    Je verrais bien comme évolution de la plongée « à la française » une approche totalement différente de la technique.
    Aujourd'hui on est toujours énormément axé sur la sécurité. Évidemment, c'est mieux si on ne se tue pas sous l'eau, ni si on ne tue personne. Mais ne pourrait-on pas voir les choses différemment ?
    En plus de la découverte du milieu, on pourrait aborder la plongée comme étant un sport de glisse.
    Être fluide dans l'eau, se fondre dans l'environnement, jouer avec le milieu, s'intégrer à lui.
    Cela nécessiterait de mettre au centre certaines techniques et de revoir leur enseignement ; configuration matérielle, ventilation, stabilisation, palmage.
    Autant d'items pour lesquels l'apprentissage pourrait évoluer et se moderniser, et qui collent parfaitement avec le respect du milieu, en phase avec notre époque - et en plus, dont la maitrise renforce la sécurité !

     

    Un autre point que je vois aujourd'hui est que le public a évolué.
    Comme je le disais dans un autre fil, on a toujours des passionnés, qui s'investissent beaucoup dans l'activité, mais aussi des plongeurs non pas « loisirs » (c'est pour nous tous un loisir) mais je dirais « tranquilles » qui plongent plus ou moins régulièrement pour le plaisir, se détendre, comme ils font d'autres activités de loisir, plus ou moins sportives.
    En valeur absolue, je ne sais pas, mais en pourcentage, les « passionnés » ont baissé par rapport aux « tranquilles ».
    Le problème est que nous (centre, clubs et organismes de formation) proposons aux plongeurs toujours le même type de plongées (ou presque) qu'il y a 20-25 ans.
    Les cursus et leurs prérogatives n'ont quasiment pas évolué.
    Or pour progresser et apprendre, et donc pouvoir accéder à certaines plongées, eh bien il n'y a pas de miracle : il faut du temps.
    Le passionné le trouvera, le temps. Le plongeur plus ponctuel, moins.
    La difficulté est de pouvoir concilier certaines de nos habitudes (profondeur et plongée avec déco, notamment) avec ces pratiquants.
    C'est pour cela qu'il serait peut-être intéressant de faire évoluer nos cursus, et les prérogatives qui vont avec.
    Des idées ? 🙂


    "sport de glisse" , fluidité : merci Philippe !!

    • Like 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 9 heures, JCT1953 a dit :

    Une petite remarque: les certifications WRSTC (Padi....) ne donnent droit a aucune prérogatives. Il est conseillé aux plongeurs de ne pas dépasser les limites de leur enseignement.

    .....

     

    Et c'est là, par exemple, qu'on se trouve face à un N3 qui croit que tout lui est permis,
    il est AUTONOME ce qui ne veut pas dire indépendant, et en ne voyant que l'autonomie en air qu'il ne sait pas forcément gérer et encore moins prévoir. (Merci Bardass).


    Pour le Wrstc effectivement une formation en eau chaude de Floride ou Bahamas n'a que peu de valeur en Mediterranée ou en lac ou en Ecosse.
    Seul un N3 francais peut le croire.


     

    Il y a 4 heures, gKatarn a dit :

     

    Ou alors avoir son propre bateau, mais c'est un peu plus onéreux...

    OK mais tu es Hors Structure et tu fais ce que tu veux.
    Et on arrive dans un logique normale, tu veux faire un "truc" tu vas te former "chez le mec qui sait".
    et tu n'as plus besoins d'une structure qui va être obligée de suivre la p... de loi qu'on lui impose.
    La structure n'y est pour rien, mais on est en France.

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 4 heures, val74700 a dit :

    Art. A. 322-77. - Le plongeur justifie, auprès du directeur de plongée, des aptitudes mentionnées aux annexes III-14a, III-17a ou III-18a, notamment par la présentation d'un brevet ou diplôme et, le cas échéant, d'un carnet de plongée permettant d’évaluer son expérience. En l'absence de cette justification, le directeur de plongée organise l’évaluation des aptitudes de l'intéressé à l'issue d'une ou plusieurs plongées. Le plongeur titulaire d’un brevet mentionné à l’annexe III-14b justifie des aptitudes correspondantes. Au sens de la présente section, les aptitudes sont définies comme suit : ― les aptitudes à plonger encadré à l’air : PE ; ― les aptitudes à plonger en autonomie à l’air : PA ; ― les aptitudes à plonger en utilisant un mélange au nitrox : PN ; ― les aptitudes à plonger en utilisant un mélange au trimix ou à l’héliox : PTH. Dans l’espace de 0 à 40 mètres, pour justifier des aptitudes PE-12 à PE-40 et des aptitudes à plonger au nitrox, les personnes en situation de handicap peuvent bénéficier d’une assistance adaptée en encadrement ou en matériel pour évoluer en palanquée encadrée.

     

    Art. A. 322-87. – Une palanquée constituée de plongeurs titulaires d’un brevet délivré par la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail, l’Union nationale des Centres sportifs de Plein Air, l’Association Nationale des Moniteurs de Plongée, le Syndicat National des Moniteurs de Plongée ou la Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques justifiant des aptitudes PE-60 peut évoluer dans l'espace de 0 à 60 mètres, sous la responsabilité de la personne encadrant la palanquée enseignant de niveau 4 (E4) mentionné à l'annexe III-15b.

     

    Art. A. 322-96. – La pratique de la plongée aux mélanges trimix ou héliox est soumise à la justification des aptitudes par les plongeurs et la personne encadrant la palanquée conformément au tableau figurant à l’annexe III-18a. Les conditions de pratique de la plongée aux mélanges trimix ou héliox sont précisées par les annexes III-18b et III-18c. A

     

    Annexe III-18c

    Conditions d’évolution en exploration en plongée au trimix ou à l’héliox en milieu naturel (Article A. 322-91)

    Aptitudes minimales des plongeurs en autonomie

    Espace de 0 à 40 mètres PA-40 + PTH-40

    Espace de 0 à 70 mètres PA-60 + PTH-70

    Espace de 0 à 80 mètres et Espace audelà de 80 mètres et dans la limite de 120 mètres PA-60 + PTH-120

     

     

     

     

    Tu disais ?

    Je connais bien le CDS mais tu l'a lu un peu vite. 😉

    Pour plonger au delà de 40m à l'air il faut justifier de l'aptitude PA60 délivré par l'une des 6 organisations citées. 

    Pour plonger à 70m au trimix il faut justifier des aptitudes PA-60 et PTH70, sans notion d'organisme.

    Tu notera que la formulation à cet endroit est la même que pour plonger à 20m en justifiant de l'aptitude PE20 sans notion d'organisation et qui permet aux OW de plonger. 

    Un plongeur trimix TDI peut donc plonger au trimix. 

     

    Voilà ce que je disais. 😁

    Il y a 4 heures, val74700 a dit :

    Mais bordel, pourquoi vouloir à tout prix faire des techniques de palmage "spéciales" une joyeuseté Tek, comme tu dis ?!

     

    Savoir faire un frog kick, c'est pas réservé aux tekkies qui plongent au trimix à 120 mètres hein !

     

    Ca sert aussi quand tu te balades dans un herbier dans trois mètres d'eau à regarder les poissons, à éviter que celui qui te suit plonge en braille.

    Et le combo back kick + helicopter turn, ça évite quand tu viens de regarder un truc contre un tombant ou dans un trou, de te retourner "à l'arrache", verticalement, en mimant par la peuf' projetée par tes palmes frénétiques le décollage d'Apollo XIII.

    Au lieu de ça ben tu fais ta p'tite marche arrière tranquillou, stable, et quand t'es assez loin, ton p'tit demi-tour à plat...furtif, propre..zen

    Nous on en parle aux N1. On n'insiste pas trop car on a d'autres priorités, mais oui ils ont l'occasion d'essayer le frog kick et de choisir de continuer si ils veulent. 

    Il y a 3 heures, val74700 a dit :

    Anecdote : Quand je suis rentré de mon fundies, au club, on se foutait de ma gueule en m'appelant superman, parce que je plongeais les bras devant.

    Aucun n'est venu me demandé pourquoi je plongeais comme ça...ni E3, ni E2..personne !

    Sérieusement plus tu donnes des anecdotes plus j'ai l'impression que c'est les gens dans ton club le problème. Personne ne se moque de moi dans mon club. Je n'ai pas fait attention à ce que font les autres mais moi je frog en superman je n'ai jamais eu de réflexions. 

    Et pour info c'est en formation N3 et PNC que l'on m'a fait travailler tout ça. Pas la peine d'aller faire intro to Tek, les formateurs français en formation française font bien le taff. 

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    C'est amusant en formation PE40, ce matin, 2eme séance, j'apprenais à mon élève de nager en "SuperWoman", les bras devant.

     

    Pour le Frog Kick, il ya bien des moyen pour ne pas touiller @Norman76 ou @iove.

     

    @val74700, il m'arrive aussi de faire des démonstrations matériel "atypique" voir sur photo à l'occasion de la théorie. Mais comme dit plus, très souvent, une fois la Cacarte obtenue, peut d'intérêt par la technique, y compris de la part des moniteurs (peur de se ridiculiser, pas le temps, etc.).

     

    Ce n'est pas pour autant que la fédération en soit responsable. Il s'agit bien d'une activité individuelle (par opposition à un sport collectif qui implique que les uns s'appuient sur les autres), en regard des difficultés d'agenda individuel, de l'organisation des séances ou sorties, de l'état de la mer ce jour là, il est bien difficile de permettre, s'il le souhaite à chacun d'avancer à son rythme.

     

    Il n'en demeure pas moins qu'à minima, les fortes contraintes de sécurité nous rappelle qu'il faut être plus que vigilant à certaines pratiques voir dérives. J'en suis à 50 plongées (passionné, pas pro) environ en à peine 3 mois. Je ne compte pas le nombre d'incidents mineurs constatés par des plongeurs de tout niveau. Nous avons du renforcer le briefing et l'affichage sur le bateau pour rappeler que le plaisir de plongée s'obtient dans le cadre stricte du respect des consignes préventives et sécuritaires.

     

    Je parle de plongeurs locaux (Martinique), importés (télé-travailleurs qui ont choisi de rester après des vacances ou résidents temporaires). Donc ils ont pu être formé en asso, en SCA mais également beaucoup de PADI (généralement à l'occasion de voyages asiatiques).

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 2 minutes, PlongeurSDF a dit :

    J'en suis à 50 plongées (passionné, pas pro) environ en à peine 3 mois. Je ne compte pas le nombre d'incidents mineurs constatés par des plongeurs de tout niveau. Nous avons du renforcer le briefing et l'affichage sur le bateau pour rappeler que le plaisir de plongée s'obtient dans le cadre stricte du respect des consignes préventives et sécuritaires.

     

    Peux tu nous faire une petit résumé des incidents stp... j 'suis curieux... et cela peut etre instructif.

    • Like 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 2 heures, Pp_y a dit :

    Allez, je mets mon grain de sel.

     

    Je verrais bien comme évolution de la plongée « à la française » une approche totalement différente de la technique.
    Aujourd'hui on est toujours énormément axé sur la sécurité. Évidemment, c'est mieux si on ne se tue pas sous l'eau, ni si on ne tue personne. Mais ne pourrait-on pas voir les choses différemment ?
    En plus de la découverte du milieu, on pourrait aborder la plongée comme étant un sport de glisse.
    Être fluide dans l'eau, se fondre dans l'environnement, jouer avec le milieu, s'intégrer à lui.
    Cela nécessiterait de mettre au centre certaines techniques et de revoir leur enseignement ; configuration matérielle, ventilation, stabilisation, palmage.
    Autant d'items pour lesquels l'apprentissage pourrait évoluer et se moderniser, et qui collent parfaitement avec le respect du milieu, en phase avec notre époque - et en plus, dont la maitrise renforce la sécurité !

     

    Un autre point que je vois aujourd'hui est que le public a évolué.
    Comme je le disais dans un autre fil, on a toujours des passionnés, qui s'investissent beaucoup dans l'activité, mais aussi des plongeurs non pas « loisirs » (c'est pour nous tous un loisir) mais je dirais « tranquilles » qui plongent plus ou moins régulièrement pour le plaisir, se détendre, comme ils font d'autres activités de loisir, plus ou moins sportives.
    En valeur absolue, je ne sais pas, mais en pourcentage, les « passionnés » ont baissé par rapport aux « tranquilles ».
    Le problème est que nous (centre, clubs et organismes de formation) proposons aux plongeurs toujours le même type de plongées (ou presque) qu'il y a 20-25 ans.
    Les cursus et leurs prérogatives n'ont quasiment pas évolué.
    Or pour progresser et apprendre, et donc pouvoir accéder à certaines plongées, eh bien il n'y a pas de miracle : il faut du temps.
    Le passionné le trouvera, le temps. Le plongeur plus ponctuel, moins.
    La difficulté est de pouvoir concilier certaines de nos habitudes (profondeur et plongée avec déco, notamment) avec ces pratiquants.
    C'est pour cela qu'il serait peut-être intéressant de faire évoluer nos cursus, et les prérogatives qui vont avec.
    Des idées ? 🙂

    P'tain, toi, avec de si bonnes idées, tu finiras directeur d'un CREPS .... dans 25 ans ! :lol:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, CDMC a dit :

    P'tain, toi, avec de si bonnes idées, tu finiras directeur d'un CREPS

    Je voterais plutôt pour la présidence de la CTN, histoire que les bénévoles en profite aussi ! ;)

    • Like 1
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 7
        Bonjour,   Dans le cadre d’une formation puis d’exploration de Jeunes plongeurs argent ou or au sein d’une Structure Commerciale Agréés à la FFESSM, appliquez-vous les ratios du Code Sport, soit 4/1 ou du Manuel de Formation Technique soit 2/1 ?   En situant l’espace  jeunes entre 8 (Plongeur argent) et 14 ans (minimum 10 pour Or).   Le Code du Sport n’indique pas d’âge mini, mais uniquement le ratio 4/1 dans les annexes III16 a et b.   où passez vous dire
      • 916
        Il est un monde impitoyable, non loin de la Terre de la Piscine du Milieu, où se déroule une guerre sourde et meurtrière. On s'agite pour le Covid alors que des destinées se jouent et des ambitions brillantes se fracassent sur les digues de la mare délégataire.   Dans la lutte sanglante pour la conquête du trône de féd, la lutte est sans merci. Un trio se détache dans ce qui représentera l'évènement majeur de 2021 après le vrai-faux report imaginaire du Salon de la plongée   
      • 59
        Bonjour   J'ai repris la plongée cet hiver et j'ai passé un PE40 ANMP aux Antilles. Je souhaite continuer cet été en Corse cet été avec le PA20 puis poursuivre plus tard avec un PA40 et PE60. Le centre de plongée que j'ai contacté me propose un PA20 FFESSM. Personnellement ça ne me pose pas de problème mais j'ai quelques questions: - Est-ce que l'issue du PA20 et du PE40, on obtient une certification P2 qui englobe le PE40 et le PE20? - Ou est-ce que le PA20 et le P
      • 33
        Bonjour, Je cherche des renseignements pour une équivalence provisoire PADI/FFESSM (pas pour une formation mais juste pour des plongées d'exploration). Mon mari a un Advanced OWD avec PADI. J'ai contacté deux centres pour plonger cet été, dans un cas il peut plonger en autonomie à 20m et dans l'autre on nous impose un encadrement. Je n'ai pas trouvé de réponse claire dans les textes qui concernent plutôt les passages de niveau. Merci
      • 2
        2021 est une année élective pour la FFESSM. Sauf erreur on n'en a pas parlé ici? Je lance le sujet. J'ai reçu un email, le trésorier de la fédé jean-Louis Dindinaud se présente à la présidence. Ils nous ont envoyé un mail pour nous présenter leur site internet: http://votreffessm.fr/ La video est propre, j'ai bien aimé qu'il commence leur discours par les VALEURS de la fédé. Une fédération, c'est à mon avis d'abord des valeurs avant d'être une activité. Mettre la jeunesse et le sp
    ×
    ×
    • Créer...