Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Club et moniteur à la barre (Tahiti)


    Recommended Posts

    Procès dans le cadre d'un accident fatal à Rangiroa qui date de 2014 (!)

     

    Le procureur de la République a requis 18 mois de prison avec sursis et 500 000 Fcfp d'amende à son encontre ainsi qu'une amende de cinq millions de Fcfp à l'encontre de la SARL propriétaire du club de plongée. Le tribunal rendra sa décision le 1er juin.

     

    Mort d'une plongeuse japonaise à Rangiroa : Le club et son moniteur à la barre (tahiti-infos.com)

     

    Des conséquences potentielles d'une position de tuba à 29m de profondeur ... La prise en compte de l'état de fatigue des plongeurs dans la décision d'un guide et de son club en question ...

    Edited by Amore
    Link to comment
    Share on other sites

    Attention, pour le moment il ne s'agit bien que d'une réquisition.

     

    Vu le contenu de l'article, je ne vois pas bien comment elle pourrait être suivie par le tribunal, et j'ai tendance a penser que ça serait globalement un mauvais signe pour la profession.

     

    • J'aime 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Un tuba mal positionné !? Et ? C'est fatal ça ?

    Vingt neuf mètres avec un niveau 1 : Possible outre-mer ?

    Japonnais niveau 1 : La fédé à une antenne à Fukushima ?

     

    Comme d'hab' les articles de presse...n'ont ni queue ni tête...

    • J'aime 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 2 heures, val74700 a dit :

    Vingt neuf mètres avec un niveau 1 : Possible outre-mer ?

    Yes (au moins pour la Polynésie).

    Pour le reste, effectivement, c'est très confus.

    Sujet non maitrisé par l'auteur de l'article.

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 3 heures, val74700 a dit :

    Un tuba mal positionné !? Et ? C'est fatal ça ?

    Vingt neuf mètres avec un niveau 1 : Possible outre-mer ?

    Japonnais niveau 1 : La fédé à une antenne à Fukushima ?

     

    Comme d'hab' les articles de presse...n'ont ni queue ni tête...

    non

    ne lit pas avec des yeux de métropolitain

    La Polynesie a un gouvernement, des textes de loi et les 29 m sont normaux chez eux (comme les moniteurs PADI qui peuvent bosser sans etre DE).

    https://www.plongee-plaisir.com/fr/pf/

    http://www.assemblee.pf/travaux/downloadTexte/1275845

    page 12 et suivantes pour les niveaux d'encadrement

    page 13 pour les moniteurs PADI

     

    il existe aussi des PE 30 et des PA 30..

     

     

    https://www.tahiti-infos.com/Plongee-le-gouvernement-doit-revoir-sa-reglementation-en-partie_a178852.html

    Il y a 3 heures, val74700 a dit :

    Un tuba mal positionné !? Et ? C'est fatal ça ?

    Vingt neuf mètres avec un niveau 1 : Possible outre-mer ?

    Japonnais niveau 1 : La fédé à une antenne à Fukushima ?

     

    Comme d'hab' les articles de presse...n'ont ni queue ni tête...

    un tuba à 29 m, c'est pour changer d'embout ?

    A quoi cela sert il ? à part s'accrocher dans la roche, le coralligène ou des obstacles (épaves) ?? et, quand son porteur bouge sa tete, il fait rentrer de l'eau dans le masque.......... c'est ballot quand on ne maitrise pas le vdm ou qu'on le perd...

    sinon, faut voir que parfois, il y a du jus dans les passes ; à coté, nous sommes des rigolos.

     

    Japonais N1 ? disons que si le journaliste écrit, en français, comment se nomme le premier niveau de plongée au Japon, beaucoup risquent de ne pas comprendre..

    c'est un raccourci, pour que le lecteur reste accroché et superficiel.

     

    le truc à "piger", c'est que le tuba a du s'accrocher quelque part, faire levier, faire penetrer l'eau dans le masque, surprendre la plongeuse qui n'a pas eu les bonnes reactions.

    Edited by christophe 38
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 49 minutes, christophe 38 a dit :

    le truc à "piger", c'est que le tuba a du s'accrocher quelque part, faire levier, faire penetrer l'eau dans le masque, surprendre la plongeuse qui n'a pas eu les bonnes reactions.

     

    Sans doute, effectivement

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 5 heures, Matt a dit :

    Vu le contenu de l'article, je ne vois pas bien comment elle pourrait être suivie par le tribunal, et j'ai tendance a penser que ça serait globalement un mauvais signe pour la profession.

     

     

    J'ai de mon côté quelques doutes sur cette analyse.

     

    Car visiblement, il y aurait eu au minimum :

     

    un défaut d'appréciation des compétences réellement acquises par ces plongeurs,

    - un positionnement de ses plongeurs dans un espace peut-être un peu profonds (0-30) tel que prévu dans les annexes VII et X

     

    Annexe X 0-30 => PE30 ;

    Annexe VII =>

    - Plongeur niveau 2 - P2 Qualification PE-40

    - CMAS 2* DPP2 INPP Classe I

    - Plongeur ISO 24801-2 - avec une formation complémentaire "procédures de décompression" (1) en cas de plongée avec palier obligatoire

     

    Dans l'article, le journaliste parle de niveau 1

     

    Enfin, la possibilité de faire un dépassement de profondeur est quasi systématiquement considéré comme une faute entrainant la responsabilité du DP.

     

    En revanche, je suis étonné dans la réglementation PF, du manque de précision dans les obligations du Guide de Palanquée.

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Pour la profondeur, cela n'est plus autoriser aujourd'hui, la Polynésie a la même réglementation profondeur/niveau sauf pour la profondeur max limité a 50m a l'air.

    N1/OW = 20m

    N2/AOW = 40m

    N3 = 50m

    Une autorisation de dépassement de 10m (60m) existe si la formation le nécessite (niveau 3)

     

    L'ancienne réglementation, suffit de rajouter 9m pour chaque niveau.

     

    Contexte difficile, peut on vraiment incriminer un guide pour un plongeur qui ne respecte pas les consignes et ses prérogatives?

     

    J'ai plongé a Rangiroa, cette passe peut etre difficile sur courant entrant si celui-ci est fort.

    Il y a également des phénomènes de "machines a lavée", je suis passé de 25m a 16m très rapidement... me suis laissé surprendre (1ère fois la bas)

     

    Cette passe est difficile pour un guide si les plongeurs ne le suivent pas vraiment, les courants sont variables et tu peux vite être éloigné sans le vouloir, et te retrouver en difficulté de rejoindre la palanquée.

     

    J'ai fais cette passe en n3, limité a 40m (nitrox), avec une centaine de plongées a mon actif. Elle est pas évidente si tu sors du "rail".

     

     

    Edited by nico_40
    • J'aime 1
    • Merci 2
    Link to comment
    Share on other sites

    J'oubliais, il faut aussi préciser que dans cette passe, on observe du gros: requin tigre, marteau, grand marteau, gris, grand dauphin.

     

    Il est aussi possible qu'une panique arrive en voyant le Tigre par exemple...

     

    Si on combine tout les éléments, il y a de nombreux facteurs de risques qui peuvent avoir joué sur l'issue fatale de cette plongeuse.

     

    Il faut aussi mentionner que le guide n'est pas un surhomme, il ne pourra te rejoindre (a temps) en cas de problème si tu es dans une autre veine de courant.

    Edited by nico_40
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 37 minutes, PlongeurSDF a dit :

    Car visiblement, il y aurait eu au minimum :

     

    un défaut d'appréciation des compétences réellement acquises par ces plongeurs,

    - un positionnement de ses plongeurs dans un espace peut-être un peu profonds (0-30) tel que prévu dans les annexes VII et X

     

    Comme les autres l'ont dit, la profondeur était conforme à la réglementation de l'époque.

     

    Pour les compétences, franchement un plongeur avec 200 plongées ça commence à discuter un peu quand même, on parle de 30m pas d'une 60.

     

    Sur le récit qu'on a ici, je ne vois pas bien de faute évidente du guide, ni de lien de causalité directe entre une faute et l'accident.

    Si le guide risque la prison a chaque fois qu'il encadre un mec qui met mal son tuba et qui est fatigué, perso je vais arrêter d'encadrer tout de suite.

     

    Reste le paragraphe sur l'état du matériel du centre, mais quand bien même ce serait le cas, il faudrait démontrer qu'il y a non respect d'une réglementation, et lien de causalité avec l'accident...

     

    Nous pratiquons une activité que certains considèrent comme un sport extrême, les assureurs en particuliers.

    Il faut admettre que des fois ça se passe mal, sans que ce soit nécessairement la faute de quelqu'un.

    Dans l'immense majorité des affaires que j'ai connu, ça a été le cas.

    Évidemment quand il y a une faute évidente il faut que son auteur soit tenu responsable.

    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 40 minutes, PlongeurSDF a dit :

     

    J'ai de mon côté quelques doutes sur cette analyse.

     

    Car visiblement, il y aurait eu au minimum :

     

    un défaut d'appréciation des compétences réellement acquises par ces plongeurs,

    - un positionnement de ses plongeurs dans un espace peut-être un peu profonds (0-30) tel que prévu dans les annexes VII et X

     

    Annexe X 0-30 => PE30 ;

    Annexe VII =>

    - Plongeur niveau 2 - P2 Qualification PE-40

    - CMAS 2* DPP2 INPP Classe I

    - Plongeur ISO 24801-2 - avec une formation complémentaire "procédures de décompression" (1) en cas de plongée avec palier obligatoire

     

    Dans l'article, le journaliste parle de niveau 1

     

    Enfin, la possibilité de faire un dépassement de profondeur est quasi systématiquement considéré comme une faute entrainant la responsabilité du DP.

     

    En revanche, je suis étonné dans la réglementation PF, du manque de précision dans les obligations du Guide de Palanquée.

     

    C'est une supposition, mais une bonne, que le "niveau un" japonais était en réalité un PADI Open Water qui est effectivement ISO 24801-2. 

    Link to comment
    Share on other sites

    Clairement, la "seule erreur", si on peut qualifier d'erreur, c'est la 3ème plongée fatigué dans la passe.

     

    Mais aujourd'hui, c'est le touriste qui décide, peut etre a t'elle été déconseillé. Sauf que quand on part au bout du monde pour plonger, on veut plonger ...

    • J'aime 2
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 7 minutes, nico_40 a dit :

    Clairement, la "seule erreur", si on peut qualifier d'erreur, c'est la 3ème plongée fatigué dans la passe.

     

    Mais aujourd'hui, c'est le touriste qui décide, peut etre a t'elle été déconseillé. Sauf que quand on part au bout du monde pour plonger, on veut plonger ...

     

    Et l'encadrant se doit dire non si il a un doute sur les capacités des plongeurs, temporaires ou définitives. Mais peut-être que rien ne le laissait vraiment paraître.

    Combien des fois a t'il fallu résister à des demandes de N3 d'aller à 60m lorsqu'on n'est pas convaincu qu'ils sont prêts ou qu'on ne les connait pas. La conséquence économique et réputationnelle est bien là pour faire pression sur les choix des instructeurs et gestionnaires de centres.

    Pas simple de résister mais encore plus d'apprécier correctement. De là à engager une responsabilité pénale, l'appréciation des juges sera aussi difficile.

     

    il y a 21 minutes, Matt a dit :

    Si le guide risque la prison a chaque fois qu'il encadre un mec qui met mal son tuba et qui est fatigué, perso je vais arrêter d'encadrer tout de suite.

     

     

    Ce qu'il faut craindre, dans un cas limite, c'est que le doute ne profite pas à la personne mise en cause ou qu'une peine soit prononcée par principe. Si une jurisprudence se créée sur des bases sans évidences formelles ou soumises à intime conviction, en plus de la plongée considérée comme activité à risques, c'est le métier d'instructeur qui va devenir plus à risque (juridique) que d'autres plus évidents encore.

     

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    On parle ici d'un guide, probablement divemaster / assistant instructeur / N4 avec le GPP (Guide de Palanquée Polynésien)

     

    Un OW est considéré autonome, il n'y a pas d'encadrement a proprement parlé.

     

    Cela n'empêche qu'il peut dire non, mais, meme sans travailler dans le milieu, je me doute que le chef de centre ne soit pas ok sur le fait de refuser une plongée "légale" (3 plongées max par jours)

     

    Quand aux problèmes éventuels de matériels, cela est trop fréquent (détendeurs qui fuite, les volants de robinet fuyants ...), mais c'est rarement des problèmes importants (blocage).

     

    Et sur la disposition du matériel équipé (octopus "inaccessible"), on est pas sur un baptême, au plongeur de disposer son matériel correctement.

    Edited by nico_40
    Link to comment
    Share on other sites

    Ia ora na tatou.

     

     

    Pour compléter le panel des couvertures journalistiques du dossier, je vous joins les liens vers les articles des divers médias locaux, en complément du premier repris dans l'ouverture du sujet :

     

     

    https://www.radio1.pf/un-moniteur-et-un-club-de-plongee-juges-pour-le-deces-dune-japonaise-a-rangiroa/

     

    https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/polynesie-francaise/le-proces-de-la-plongee-mortelle-a-rangiroa-1000417.html

     

    https://actu.fr/polynesie-francaise/rangiroa_98740/noyade-en-plongee-a-rangiroa-la-relaxe-demandee_41621361.html

     

    https://actu.fr/polynesie-francaise/rangiroa_98740/noyade-en-plongee-a-rangiroa-la-relaxe-demandee_41621361.html

     

    https://www.tntv.pf/tntvnews/polynesie/justice/un-moniteur-de-plongee-juge-pour-la-mort-accidentelle-dune-touriste/

     

    Je vous laisse les découvrir.

    Je n'émettrai pas d'avis sur l'affaire elle-même.

     

    Pour confirmer les propos de @nico_40, la passe (les passes) ne sont jamais "faciles".

     

    Le phénomène des veines fluides est très marqué et le courant peut être très fort.

    j'ai, à mon actif, 16 ploufs dans la passe de Tiputa et pour illustrer les deux points ci-dessus :

    • Une plongée en dérivante entrante où, porté par le courant, j'ai palmé 80 % du temps pour rester proche du GP, n'arrivant pas à récupérer la même veine de courant que lui ... 
    • Une dérivante sans effort de près de 1,2 km après avoir grenouillé gentiment pendant un moment à l'angle (Sortie au niveau de la cardinale sud après le motu de l'aquarium pour ceux qui connaissent )
    • Des accroches volontaires, face au courant, au bord du premier canyon (il y en a deux principaux en gros perpendiculaires à la passe, en travers de celles-ci) pour une entrée coordonnée de la palanquée dans celui-ci, stand by durant lequel les bulles partent à l'horizontale, le masque tremble, le deuxième étage s'agite (merci les dents) secoué par le flexible...

    Toutes mes plongées sur Rangi (2019, 2020 et 2021) ont été faites dans le club en question.

    Certaines (les dernières à date d'ailleurs) avec l'encadrant concerné (qui n'est pas seulement GPP).

    Il est un professionnel passionné, reconnu et apprécié.

    Toutes les "sessions", même en étant "connu" de la structure, passe par une première plongée qui sert, sans vraiment le dire, d'évaluation du plongeur...

     

    Bref, aucune plongée n'est anodine...

     

     

     

    • J'aime 3
    • Merci 4
    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...