Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Reepreuve regime TIV, TIV annuelle rattée obligatiob de faire requalifer


plangeard
 Share

    Recommended Posts

    Bonjour,

    ma bouteille a été requalifiée en au 04/2019, puis inspection visuel le 01/02/2020 mais j'ai raté celle de 2021.

    Suis-je obligé de refaire une répreuve pour repartir dans le regime du TIV ?

     

    Merci pour vos lumières

    Link to comment
    Share on other sites

    il y a une heure, plangeard a dit :

    Merci caolila, tu sais ou je peux trouver des infos sur cette dérogation ?

     

    Regarde avec ton TIV il devrait avoir les info, sinon sur le site TIV de la Fédé (j'ai pas suivi le truc puisque mes blocs sont a jour d'inspection ;) )

    Link to comment
    Share on other sites

    je te laisse lire

     

    A l’attention de :
    Comité Directeur National de la FFESSM
    Président(e)s des comités régionaux de la FFESSM
    Président(e)s des comités départementaux de la FFESSM DTN, MFN, directeur, chargé de missions, référent national TIV,
    Président de la commission technique nationale de la FFESSM,
    Cadres techniques d’Etat,
    Clubs et SCA de MayoƩe, Saint-Pierre et
    Miquelon, Wallis et Futuna,
    Clubs relevant des armées à l’étranger
    (CSAD)
    SCIA et sections du club France FFESSM
    international

    Chères amies et chers amis,
    Parmi les conséquences de l’arrêt de tout regroupement au sein des EAPS, puis suite aux
    mesures de confinement, maintes structures fédérales se sont vues amputées de toute
    séance d’inspection visuelle des appareils haute pression.
    Je souhaite à cet égard, m’appuyant sur les travaux de notre référent national TIV Charlie
    Gouin et sur ceux de notre expert chargé de mission Alain Delmas, aborder avec vous le
    thème du « CHÔMAGE DES INSTALLATIONS SOUS PRESSION
    ».
    Nous évoquons ici une procédure de « chômage » des équipements sous pression (ESP) qui
    permettrait de gérer le cas de vos bouteilles de plongée et de vos bouteilles tampons qui
    sont arrivées au terme de leur inspection périodique et qui ne peuvent pas bénéficier de la
    visite validant la nouvelle inspection, en raison du confinement et de toutes les difficultés
    actuelles liées au Covid 19

     

    Le contexte : selon l’arrêté du 20/11/17 (art. 15 et 18), les bouteilles de plongée qui ne font
    pas l’objet d’une inspection périodique au bout d’un délai maximum de un an, doivent faire
    l’objet d’une requalification périodique avant leur utilisation. C’est ainsi le cas des récipients
    bénéficiant du dispositif des TIV, mais également des récipients dont les exploitants ont opté
    pour une requalification tous les 2 ans, hors dispositif TIV.
    Concernant les bouteilles tampon l'arrêté du 20/11/17 (art. 25 §IV) précise : "Il est interdit
    d'exploiter un équipement soumis au régime de la requalification périodique s'il ne dispose
    pas d'une attestation valide...".

    La solution réglementaire : dans le même arrêté (art.4), il est prévu un dispositif de
    « chômage des installation » définie par ailleurs (art.2) comme la période pendant laquelle
    un équipement ou une installation n’est pas exploité, mais soumis à des dispositions de
    conservation nécessaires au maintien de son bon état. Sous réserve de ces dispositions et du
    maintien en état de marche des équipements, la période de « chômage » n’est pas prise en
    compte pour déterminer les opérations de contrôle et la remise en service est subordonnée

    à la réalisation d’une inspection périodique si son échéance est dépassée (ou d’une
    requalification périodique si la date est dépassée).

    La transposition à nos équipements : sous réserve de mettre en place les préconisations
    fédérales décrites ci-après, les blocs de plongée et les tampons qui auraient du faire l’objet
    d’une inspection périodique durant la période actuelle et ne le peuvent pas, pourront
    bénéficier d’un report de période grâce à la procédure de mise en « chômage ». Lorsque les
    opérations de visite pourront reprendre, et sous réserve que le temps passé depuis la
    précédente inspection périodique ne soit pas supérieur à un an hors période de
    « chômage »
    , il sera possible de réaliser une simple inspection périodique préalable à la
    remise en service du récipient. Cette procédure permet d’empêcher la rupture du dispositif
    TIV avec obligation de requalification périodique avant utilisation pour ceux qui l’ont choisi
    et de devoir également réaliser une requalification périodique pour les autres récipients.

    Les préconisations fédérales : selon l’arrêté, un guide approuvé par le ministre chargé de la
    sécurité industrielle devrait définir les dispositions de conservation d’un équipements mis en
    « chômage », mais à notre connaissance, ce guide n’a jamais été publié à ce jour. Cependant,
    dans la réglementation existante, une circulaire du 06 mars 2006 indique :
    est considéré comme en chômage un équipement mis hors service de façon volontaire et
    répondant aux conditions suivantes :
    Il ne contient plus les fluides contenus en exploitation (
    le bloc doit donc être vidé.)
    La pression interne est abaissée à une valeur égale ou légèrement supérieur à la
    Patm (
    là encore le bloc vide répond à cette contrainte)
    Il n’est plus exploité depuis plusieurs mois (la période de « chômage » peut donc courir
    sur plusieurs mois)
    Nous vous recommandons également de stocker ces récipients à l’écart des bouteilles à jour
    d’inspection et de requalification et si possible des les identifier comme « au chômage » par
    tout moyen à votre convenance afin qu’ils ne puissent être utilisés par inadvertance.
    Par ailleurs, afin de pouvoir assurer la traçabilité de ces opérations de « chômage » des
    récipients sous pression, nous avons réalisé un modèle de fiches ci-jointe sous format Word
    et pdf que nous vous engageons à renseigner et à conserver, au moins le temps de la
    période entre deux requalifications du récip
    ient concerné. Vous trouverez également ces
    deux formats de l’attestation téléchargeable dans la partie documentaire de l’application
    TIV :
    hƩp
    https://tiv.ffessm.fr/Documents/Download/d317179c-c72c-4e39-a608-24f8acbeeb07

     

    voici la reglementation

    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 9 heures, plangeard a dit :

    Bonjour,

    ma bouteille a été requalifiée en au 04/2019, puis inspection visuel le 01/02/2020 mais j'ai raté celle de 2021.

    Suis-je obligé de refaire une répreuve pour repartir dans le regime du TIV ?

     

    Merci pour vos lumières

    TA bouteille !!!
    Je suis un peu surpris.
    Si c'est TA bouteille perso solitaire : tu fais la requalif à 2 ans .. (ils font une IV avant de tester)
    Si ta bouteille était inscrite sur le registre du club etc etc etc tu aurais du être invité à faire une IV de TA bouteille.
    Je dis ca comme ca parce cette semaine dans mon club on vient de se payer l'IV de 60 blocs du 6L au 15L, et en faire la réepreuve. Reste le regonflage.
    L'année dernière on a fait l'IV des mêmes. Le Covid n'est pas une excuse à tout, dans la mesure ou même les gars qui plongent très peu ont participé à l'IV.

     

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 9 heures, gerard95 a dit :

    TA bouteille !!!
    Je suis un peu surpris.
    Si c'est TA bouteille perso solitaire : tu fais la requalif à 2 ans .. (ils font une IV avant de tester)
    Si ta bouteille était inscrite sur le registre du club etc etc etc tu aurais du être invité à faire une IV de TA bouteille.
    Je dis ca comme ca parce cette semaine dans mon club on vient de se payer l'IV de 60 blocs du 6L au 15L, et en faire la réepreuve. Reste le regonflage.
    L'année dernière on a fait l'IV des mêmes. Le Covid n'est pas une excuse à tout, dans la mesure ou même les gars qui plongent très peu ont participé à l'IV.

     

     

    Dans la limite de la réglementation, chacun à l'organisation qu'il veut ou peut.

    Si la notion de chômage a été créée c'est bien qu'elle avait sont utilité.

    Interdiction de plongée de se réunir, voir même d'ouvrir les structures pendant une longue période.

     

    Est-ce que depuis la reprise, post chômage, on peut noter plus d'incidents avec des bouteilles ? Pas vraiment.

    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 9 heures, gerard95 a dit :

    TA bouteille !!!
    Je suis un peu surpris.
    Si c'est TA bouteille perso solitaire : tu fais la requalif à 2 ans .. (ils font une IV avant de tester)
    Si ta bouteille était inscrite sur le registre du club etc etc etc tu aurais du être invité à faire une IV de TA bouteille.
    Je dis ca comme ca parce cette semaine dans mon club on vient de se payer l'IV de 60 blocs du 6L au 15L, et en faire la réepreuve. Reste le regonflage.
    L'année dernière on a fait l'IV des mêmes. Le Covid n'est pas une excuse à tout, dans la mesure ou même les gars qui plongent très peu ont participé à l'IV.

     

    Bonjour,

     

    surpris, pourquoi ? tu peut très  bien être propriétaire de ton ( tes blocs ) et que ceux ci soit enregistrè  au club !!

    mes blocs sont chez moi,  il ni a que moi qui les utilise et pourtant ils sont inscrit au registre du club ou je prend ma licence,  et sont donc sous régime IV .

    Il ni a la rien de surprenant  c'est une pratique des plus courante

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 59 minutes, PlongeurSDF a dit :

     

    Dans la limite de la réglementation, chacun à l'organisation qu'il veut ou peut.

    Si la notion de chômage a été créée c'est bien qu'elle avait sont utilité.

    Interdiction de plongée de se réunir, voir même d'ouvrir les structures pendant une longue période.

     

    Est-ce que depuis la reprise, post chômage, on peut noter plus d'incidents avec des bouteilles ? Pas vraiment.

    yop

     

    comme proposé plus haut, voir avec le TIV du club, celui qui enregistre, qui a la responsabilité, ce qu'il en pense.

    Acceptera t il de tiver le bloc et de l'enregistrer ou pas ?

     

    A titre personnel (puisque je suis aussi TIV, voire formateur de ), l'organisation du club où je donne un coup de main, a tivé les blocs en juin. Donc, pour moi, trop tard....

    Mais, là, je dirai que c'est le choix de chaque responsable...

     

    (et, pour ceux qui froncent les sourcils, je n'ai qu'une question (qui peut etre aussi pour l'auteur du post) : sorti du cas particulier du copain ou de son bloc, où placez vous le curseur ? (jusqu'à quelle date, si vous etiez responsable, placeriez vous le seuil d'acceptation de la dérogation du chomage ?) (et, le bloc, était il vraiment au chomage, c'est à dire entreposé dans un coin, sans servir ? ou a t il servi l'été passé ? (donc, pas en chomage, simplement periode TIV dépassée, donc requalif).

    le curseur, c'est le "truc" "génant" : c'est à dire que ce que l'on accepte de l'un, on l'accepte de tous, ce qu'on refuse à l'un, on le refuse à tous.

    C'est une obligation morale de cohérence et d'exemplarité.

    Edited by christophe 38
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    La procédure de mise en chômage est à l'origine prévue pour des matériels industriels sous pression non utilisés dans les entreprises ayant une réutilisation éventuelle.  Cela permet d'éviter des contrôles et des frais inutiles pour du matériel maintenu en bon état .

    La dérogation mise en place pour les blocs de plongée était nécessaire lorsque les conditions de circulation et de confinement ne permettaient de réaliser les IV.

    Aujourd''hui  cette dérogation ne s'applique plus,  les blocs doivent avoir été inspectés ou requalifiés avant tout regonflage toute utilisation. Il en va de la responsabilité des acteurs.

     

    Quand je lis que chacun entretien et gère son matériel comme il l'entend. C'est exact.

    Quand je lis qu'il n'y a pas plus d'accident post chômage.  Heureusement 

     

    Il n'empêche que les règles et délais d'inspection ( 2 ans en indépendant et 6 ans sous le régime IV) ont été mis en place pour éviter au maximum les accidents et doivent être respectées.

    Dans le cas présent, 

    soit le bloc est géré en indépendant dans ce cas c'est requalif tous les 2 ans pour qu''une structure de regonfle

    soit il est géré au sein d'un club et c'est une inspection tous les ans et une requalif tous les 6 ans pour que le club le regonfle.

    Enfin' le bloc peut être géré à la maison, inspection et regonflage. Dans ce cas, le propriétaire engagé entièrement sa responsabilité quelque soit le type d'accident de plongée rencontré et ses conséquences. 

    D'experience, malheureusement, une enquête de la gendarmerie maritime est intégrante dans l'analyse des conditions d'utilisation du matériel de plongée. 

     

     

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Le 09/10/2021 à 15:53, PlongeurSDF a dit :

    Comme @christophe 38, me concernant TIV/Formateur et depuis peu avec mon compresseur, donc toute latitude pour vider le bloc, faire l'IV "autant que nécessaire" et regonfler ensuite.

     

    Mais c'est un luxe.

    Bonsoir,

     

    Situation ,qui il me semble  ne dégage pas pour autant de l'obligation d'inscription du (des) bloc(s) au sein d'un club  car même Tech Inspection Visuelle ce que je suis aussi !!  Et propriétaire de son compresseur 'ce qui est aussi mon cas !!   mon ( mes ) bloc(s)  doivent de toutes les manières pour  entré dans le régime TIV être pour cela  dument inscrit sur le registre d'un club ou d'une  structure bénéficiant du régime dérogatoire ! 

     

    Edited by doumes
    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share

    ×
    ×
    • Create New...