Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

L’analyse des risques en plongée


JCT1953
 Share

    Recommended Posts

    il y a une heure, nobubble a dit :

    La plongée sportive c'est typiquement la plongée française à l'air au-delà des 40 avec la bite et le couteau sans aucun moyen de décompression évolué.

    Bon je viens de decouvrir que j'etais un sportif ....:bounce: Ceci dit suite aux debats sur ce forum j'ai laissé tomber le couteau...😇

     

    Plus serieux En tout cas merci pour ces eclaircissements; j'avoue n'avoir jamais "envisagé" le sujet sous cette approche que j'aime bien . Je parle de l'ensemble du post pas seulement ce que j'ai quoté😉

    • Haha 1
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 24 minutes, brenique a dit :

    Bon je viens de decouvrir que j'etais un sportif ....:bounce: Ceci dit suite aux debats sur ce forum j'ai laissé tomber le couteau...😇

     

    Plus serieux En tout cas merci pour ces eclaircissements; j'avoue n'avoir jamais "envisagé" le sujet sous cette approche que j'aime bien . Je parle de l'ensemble du post pas seulement ce que j'ai quoté😉

    Il est important de ne pas confondre la plongée sportive avec le sportif. L'un ne présage pas du suivant 😂. C'est à dire que tu peux faire de la plongée sportive (à la française) mais ne pas être sportif pour un rond. Dans ce cas on pourra dire que l'engagement devient maximal.

    C'est d'ailleurs un peu le PB de la plongée française. On plonge encore avec des méthodes qui datent des années 50 où les quidams étaient de vrais sportifs mais le souci est que l'on a pas tenu compte de l'évolution de la population. Donc oui ce qui était de la plongée loisir hier (engagement faible pour de vrais sportifs) est devenu de la plongée sportive aujourd'hui (engagement fort car on s'adresse, pour le même type de plongée, à des personnes qui n'ont plus le profil des plongeurs des années 50).

    CQFD 😇 !!!

    Edited by nobubble
    • J'aime 1
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 5 heures, gerard95 a dit :

    je me suis surement mal exprimé.
    Une DTR de 10mn m semble une limite acceptable de la plongée dite Loisirs; mais déjà là ca rale.
    A un poil près c'est la fameuse plongée 30m-30mn" d'avant"
    Au déla DTR de 20mn par eemple c'est équivalant à une 30m-35mn avec 17mn de palier; c'est pas neutre ni en temps, ni en air ni en deco, ni en refroissement, .. et on y arrive vite en 2e plongée.

     

    je comprends mieux.

    Perso pour une plongée à l'air sans déco, je suis plus à limiter la DTR à 15min et 20min est mon grand max que je n'atteint jamais.

    Il y a 3 heures, nobubble a dit :

    Par simplification on peut dire qu'une plongée avec palier obligatoire est dite sportive.

    je pense que le mot "sportive" n'est pas le plus adapté...

    A la limite j'opterai plus pour "semi-technique" ou "plongée avancée"

     

    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 42 minutes, whodive a dit :

    je pense que le mot "sportive" n'est pas le plus adapté...

    A la limite j'opterai plus pour "semi-technique" ou "plongée avancée"

    Ces 2 qualificatifs me semblent un peu compliqués. Je préfère sportive car c'est d'une part un terme souvent employé pour la plongée usitée chez nous (loisir VS sportive) mais aussi car cela fait partie du langage courant (loisir, sportive, technique) que l'on connait depuis longtemps et que Gardette à d'ailleurs repris dans ses formules pour l'engagement. En fait je préfère éviter l'apport de nouveaux termes qui risquent d'amener de la confusion.

    La complexité extrême de notre système génère déjà énormément de confusion. Pour s'en rendre compte il suffit de voir les questions posées quotidiennement sur le forum.  Évitons d'en rajouter mais je ne doute pas que d'autres s'en chargeront. Dans les hautes sphères nous avons des spécialistes en la matière.

    Edited by nobubble
    Link to comment
    Share on other sites

    Le 05/11/2021 à 10:51, JCT1953 a dit :

    J’ai fait une petite synthèse sur l’analyse des risques en plongée loisir et Tec. Ce document est sous Licence Creative Commons CC BY-NC-ND. Vous pouvez donc le distribuer gratuitement à tous le monde.

     

    Le but de ce document est de conscientiser les plongeurs, encadrants et moniteurs à l’immense importance que revêt l’analyse de risque avant de partir plonger, d’emmener des clients ou des amis ou des membres plonger !

     

    Il est principalement destiné aux Instructeurs Trainers et Course Directors, qui pourront y trouver les ressources pour sensibiliser leurs candidats à cette problématique.

     

    Je suis, bien entendu, à l’écoute des suggestions constructives me permettant d’améliorer ce document

     

    http://www.jctdive.be/page-version2004/chargement/Analyse de risques en plongée loisir.pdf

     

    Analyse de risques en plongée loisir .pdf 845 Ko · 61 téléchargements

     

    Bonjour Jean-Claude
    En première lecture, j'ai vu une seule coquille de mon point de vue :

    page 13, tu évalues l'exposition à 2 pour une TTS > 20 min alors qu'elle est à 3 au niveau de la prévention.
     

    1281611414_Capturedecran2021-11-08a22_05_54.jpg.f01d47afbb0d16b741e73f852bd64037.jpg

     

    A titre professionnel, j'utilise les deux méthodes d'analyse des risques au niveau de mon boulot, le plus souvent la matricielle.

    Et je l'utilise sur certaines plongées vraiement "engagées" pour moi.
     

    La question que je me pose quant à ce document est : comment diffuser une méthode d'analyse de risques applicable auprès des plongeurs loisirs ?

     Je m'explique : lorsque je forme des plongeurs PA40 et +, j'ai un cours spécifique sur le "Que faire si".

    Le but est de les faire réfléchir aux types de risques (matériel, environnemental, humain), leurs interactions, l'engagement de la plongée, l'anticipation/prévention/diminution des risques.

    Et on réfléchit ensemble à des cas concrets qui leurs sont arrivés, qui les angoissent ou dont ils ont entendu parler.
    C'est une façon des les sensibiliser à l'analyse et la gestion des risques.

    Mais de là à leur inculquer une méthode d'analyse chiffrées qu'ils appliqueraient réellement, je ne sais pas faire.  
    Autant les plongeurs tek sont normalement plus que sensibilisés à gérer les risques via une grille de what if, autant les plongeurs "loisirs" voire "sportifs" (si je reprends la site du fil), j'ai des doutes.

    qu'en penses-tu ?
    qu'en pensez-vous ?

    • Merci 3
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 10 heures, bardass a dit :

    Autant les plongeurs tek sont normalement plus que sensibilisés à gérer les risques via une grille de what if, autant les plongeurs "loisirs" voire "sportifs" (si je reprends la site du fil), j'ai des doutes.

    qu'en penses-tu ?
    qu'en pensez-vous ?

    Je plussoie. L'analyse des risques en plongée est surtout une approche théorique quelque peu abstraite qui par définition ne va intéresser que ceux qui y sont fortement confrontés. Les plongeurs loisirs et sportifs ont comme principale préoccupation de se faire plaisir en toute simplicité et surtout sans prise de tête. On sait déjà que beaucoup de plongeurs loisirs préfèrent les cursus nord-américains au français car plus ludique et beaucoup plus abordable du point de vue technique comme théorique. On peut donc en conclure, sans se tromper, que l'analyse du risque est juste un vague concept qui rappelle que la plongée est une activité à risque mais pas plus que de monter tous les jours dans sa voiture.
    Si maintenant on regarde du côté des plongeurs techniques (à l'air ou au trimix) on se rendra certainement compte que peu connaissent ses notions si ce n'est comme précédemment sous la forme d'un vague concept ou d'une lapalissade. L'approche du what if présente quant à lui un réel intérêt pour le plongeur technique car directement applicable et visible mais l'analyse du risque n'apporte rien de concret dans la pratique de tous les jours si ce n'est que plus tu vas profond et plus longtemps tu restes, plus tu prends de risques. Cela tout le monde le sait mais n'a pas besoin de chiffres pour s'en convaincre. De plus l'analyse des risques s'appuie sur des valeurs choisies arbitrairement sans véritable lien avec une réalité physique assimilable par le commun des mortels.

    Au final l'analyse des risques trouve principalement sa place dans le domaine scientifique et pour un usage professionnel.

    Edited by nobubble
    • J'aime 4
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 12 heures, whodive a dit :

    C'est sur que quand on utilise pas les bons mots ça amène de la confusion.

    Gardons donc le terme "sportive" pour différencier deux mêmes activités aussi physique l'une que l'autre.

    La notion de physique reste relative. Une plongée dans 20 mètres d'eau dans la courbe de sécurité et dans le courant pourra être aussi physique qu'une faite par 80 mètres dans de bonnes conditions. Cependant la prise de risque ne sera certainement pas la même.
    Par définition on ne peut nier qu'une plongée (à conditions identiques) à 60 est plus physique qu'une à 15 mètres. cela veut dire que les appellations loisir, sportive et technique ont tout de même un sens réel en lien avec la réalité du plongeur.
    Ces qualificatifs permettent également de mettre en lumière un type de pratique.
    Un plongeur PADI qui me dit qu'il fait de la plongée loisir, je sais tout de suite de quoi il s'agit. Un plongeur FFESSM qui me dit la même chose et je suis incapable de savoir si j'ai à faire à un plongeur profond à l'air ou à un simple promeneur à la mode loisir au sens nord-américain. De même que selon ma définition si tu me dis que tu es un plongeur sportif je saurais immédiatement que tu ne te contentes pas de faire de la simple promenade à faible profondeur et donc que tu es au minimum N2 voire N3.
    Comme toutes définitions cela reste des conventions. Le plus dur est de se mettre d'accord sur ladite convention.

    • J'aime 3
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 11 heures, bardass a dit :

     

    Bonjour Jean-Claude
    En première lecture, j'ai vu une seule coquille de mon point de vue :

    page 13, tu évalues l'exposition à 2 pour une TTS > 20 min alors qu'elle est à 3 au niveau de la prévention.
     

    1281611414_Capturedecran2021-11-08a22_05_54.jpg.f01d47afbb0d16b741e73f852bd64037.jpg

     

    A titre professionnel, j'utilise les deux méthodes d'analyse des risques au niveau de mon boulot, le plus souvent la matricielle.

    Et je l'utilise sur certaines plongées vraiement "engagées" pour moi.
     

    La question que je me pose quant à ce document est : comment diffuser une méthode d'analyse de risques applicable auprès des plongeurs loisirs ?

     Je m'explique : lorsque je forme des plongeurs PA40 et +, j'ai un cours spécifique sur le "Que faire si".

    Le but est de les faire réfléchir aux types de risques (matériel, environnemental, humain), leurs interactions, l'engagement de la plongée, l'anticipation/prévention/diminution des risques.

    Et on réfléchit ensemble à des cas concrets qui leurs sont arrivés, qui les angoissent ou dont ils ont entendu parler.
    C'est une façon des les sensibiliser à l'analyse et la gestion des risques.

    Mais de là à leur inculquer une méthode d'analyse chiffrées qu'ils appliqueraient réellement, je ne sais pas faire.  
    Autant les plongeurs tek sont normalement plus que sensibilisés à gérer les risques via une grille de what if, autant les plongeurs "loisirs" voire "sportifs" (si je reprends la site du fil), j'ai des doutes.

    qu'en penses-tu ?
    qu'en pensez-vous ?

    Le but était surtout de sensibiliser les encadrants, comme je l'ai indiqué sur la page de garde. J'ai pris 2 comme valeur d'exposition (E) car pour moi (dans ma région) c'est moins d'une fois /mois  ce genre d'exposition. Il est clair que si tu fait ce type de plongée au moins une fois par semaine tu utilise 3 

     

    Merci pour ton commentaire judicieux

    Link to comment
    Share on other sites

    Je sors un peu du cadre de ce documents et des réflexions qui vont avec. Merci aux différents contributeurs qui ont bien "éclairé" le truc.

     

    J'imagine que beaucoup ici font du "vrai" sport. J'ai du mal avec le terme de plongée sportive...'y a vraiment pas grand chose de sportif à se promener en impesanteur dans la veine d'eau en donnant deux-trois coups de palmes de temps en temps, que ce soit à 10 mètres ou 60 !

     

    Faire un footing tranquillou de 3 kilomètres c'est déjà dix fois plus sportif :D

     

     

    • J'aime 3
    • Haha 1
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a une heure, JCT1953 a dit :

    Le but était surtout de sensibiliser les encadrants, comme je l'ai indiqué sur la page de garde. J'ai pris 2 comme valeur d'exposition (E) car pour moi (dans ma région) c'est moins d'une fois /mois  ce genre d'exposition. Il est clair que si tu fait ce type de plongée au moins une fois par semaine tu utilise 3 

     

    Merci pour ton commentaire judicieux


    Pour le coefficient : sur la même ligne, tu mets 2 en coefficient de risque et 3 en coef de prévention.

    Ma remarque est donc : sur la même ligne, peu importe que ce soit 2 ou 3, il faut juste que ce soit la même valeur.

    Quant au public : j'ai bien compris que ce document s'adresse aux CD et instructeurs.
    Toutefois, je considère que des documents en lien avec des procédures doivent être diffusés jusqu'aux plongeurs "loisirs" pour faire évoluer leur pratique.

    Mais autant je peux envisager l'enseignement de concepts purement théoriques à des instructeurs, autant leur déclinaison réaliste à destination des plongeurs me semble ardue dans le cas concret de l'analyse des risques en plongée "loisir". 
    Ce n'est en aucune manière une critique envers ton document.

    C'est un simple constat personnel je n'ai toujours pas trouvé la bonne façon de faire.

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a une heure, val74700 a dit :

    J'imagine que beaucoup ici font du "vrai" sport. J'ai du mal avec le terme de plongée sportive...'y a vraiment pas grand chose de sportif à se promener en impesanteur dans la veine d'eau en donnant deux-trois coups de palmes de temps en temps, que ce soit à 10 mètres ou 60 !

     

    Faire un footing tranquillou de 3 kilomètres c'est déjà dix fois plus sportif :D

    Comme dit plus haut les appellations ne sont que des conventions. La notion de plongée sportive ou non est comme beaucoup de chose tout à fait relative. Toutes les plongées ne consistent pas uniquement à donner un petit coup de palme pour avancer. Çà c'est la plongée loisir. Quand tu te retrouves dans le courant à palmer comme un fou par 50 mètres de fond tu es bien content d'avoir de bons mollets et surtout un bon cœur pour éviter l’essoufflement. Oui j'appelle cela du sport au même titre que de faire quelques km de course à pied. Le sport c'est fonction du niveau d'entrainement personnel. Trois km de course à pied c'est même pas un échauffement pour un marathonien. Pour un adepte de la chaise longue ce sera la crise cardiaque à peine passé le premier km.
    Quand je vais me faire un petit footing dans les champs près de chez moi j'ai juste à mettre mes baskets, mon sweat et sortir prendre l'air une demi-heure. J'appelle cela une promenade de santé🥱. Quand je pars pour une plongée trimix en recycleur (ou simplement une belle plongée profonde à l'air + déco O2) j'en reviens bien plus fatigué avec quelquefois même, des courbatures. Si tu me demandes alors si j'ai fait du sport aujourd'hui je te dirais que oui mais peut-être pas au sens ou tu l'entends 😉.

    • J'aime 1
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Un peu comme @nobubble, même si je peux pas courir autant qu'avant, mon décrassage de 10kms de l'époque n'etait pas pour moi du "sport", mais juste un entretien ou je ne ressortais pas vraiment rincé.

    Par contre, mes derniers plongées de formation trimix ou je passais à l'eau avec mon JJ, mes 2 S80 et ou je me faisais torturer au fond, oui j'ai trouvé plutôt ça "fatiguant".

    Fatiguant physiquement mais également psychiquement !!

    Je pense d'ailleurs que j'étais plus épuisé par la tension psychique que par le reste.

    La tension nerveuse à laquelle tu es soumise sur ce genre de plongée est quand même particulièrement éprouvante, tu sors quand même bien rincé.

     

    Je pense d'ailleurs que c'est peut-être un aspect de notre sport qui n'est pas toujours pris en considération lorsqu'il est présenté au public. Mais je pense qu'en tant qu'encadrant, nous avons tous un jour rencontré un client/élève qui prenait énormément sur lui pour pouvoir plonger et ça se voit.

    Ces gens là, à la sortie de l'eau, ils sont épuisés.

     

    mais bon, je m'écarte du sujet et je n'ai toujours pas dit bravo à Jean-Claude.

    Je l'ai lu en travers, mais j'ai beaucoup aimé, donc 2eme lecture un peu plus attentive à venir rapidement.

     

    A+

     

    🍻

     

     

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 2 heures, bardass a dit :

    Quant au public : j'ai bien compris que ce document s'adresse aux CD et instructeurs.
    Toutefois, je considère que des documents en lien avec des procédures doivent être diffusés jusqu'aux plongeurs "loisirs" pour faire évoluer leur pratique.

     

     

    Il y a une école de pensée, vraisemblablement soutenue par au moins Alain Forêt, qui veut que ce n'est pas forcement une bonne idée de charger les plongeurs avec les textes "verbeux" qui "noient les notions essentielles en plongée dans des considérations annexes."

     

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 4 heures, bardass a dit :


    Pour le coefficient : sur la même ligne, tu mets 2 en coefficient de risque et 3 en coef de prévention.


    Quant au public : j'ai bien compris que ce document s'adresse aux CD et instructeurs.

     

    Tu a tout à fait raison Mea culp. j'ai modifié la valeur de E. J'attends encore une semaine ou deus pour avoir tous les retours et je publie le document corrigé

     

    Disons que le document s'adresse en priorité aux encadrants mais cela n'empêche pas les autres plongeur de s'en inspirer. Dans le cas contraire je ne l'aurais pas partagé dans le public. 🙂 

     

    Je pense que tout le monde doit pouvoir avoir accès au maximum d'information disponible 

    Il y a 2 heures, McLean a dit :

     

    Il y a une école de pensée, vraisemblablement soutenue par au moins Alain Forêt, qui veut que ce n'est pas forcement une bonne idée de charger les plongeurs avec les textes "verbeux" qui "noient les notions essentielles en plongée dans des considérations annexes."

     

    Moouuiiaiiii Mais cela n’empêche pas de rendre l'information disponible. Le plongeur le lis ou pas en tient compte ou pas c'est son choix 

    • J'aime 3
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    • Dernières Discussions

    • Similar Topics

      • 16
        Bonjour.   Ce qui suit est totalement théorique et c'est aussi une réflexion ( = pas sûr que ce soit réalisable en pratique mais j'ai envie de creuser le sujet) J'essaye de voir comment les choses pourraient être améliorée dans le cas d'une remontée assistée.   Situation : à 40m, le binôme ne va pas bien, il respire mais semble inerte. Décision prise de faire une remontée assistée en maintenant son détendeur dans sa bouche.   Actuellement : la RA se déroule com
      • 57
        Bonjour,   Comme le souligne @alofi sur un autre fil :     À partir de quand commencez-vous à initier, voir former vos élèves ou plongeurs à l'utilisation d'un ordinateur de plongée ?   Es-ce réservé selon vous aux plongeurs autonomes, non encadrés ? Proposez-vous une ou plusieurs plongées de formation ? Une formation théorique au calme ou à chaud avec les ordis au poignet ? dans les différents modes et conditions ?   Au plaisir de lire vo
      • 8
        Bonsoir,   J'ai enfin décidé de laisser tomber ma torche à ampoule qui n'éclaire rien.   N'y connaissant rien en matière de lumens, auriez-vous un avis sur les produits en vente chez segitek (chez qui je m'équipe en grande partie): https://www.segytek.com/materiels/lampe-phare/lampes/lampes-dive-rite.html   Le modèle de 3500 lumens n'est-ce pas too much pour de la plongée loisir ?   J'ai egalement repéré la d710 de orcatorch. https://www.tradeinn
      • 16
        Ça vous dit de plonger dans le "Cantales" ?   Quésako Cantales ?   Il s’agit du lac de St Etienne Cantales, une quinzaine de km à l’ouest d’Aurillac ; il se termine par un barrage avec une centrale hydroélectrique.   Ça fait un certain temps que je me balade régulièrement dans la région, en vacances et je n’avais jamais vu de plongeurs sur le site ; le post d’un forumeur du coin de Brive (ou Tulle ?) m’ayant interpelé, je me suis attelé à la recherche de ce qu’on pouvait bien y faire.
      • 2
        slt,   Je suis plongeur niv 3 et nitrox...   ... je souhaite faire un séjour plongée au mois d'aout d'une semaine, j'ai un budget de 1500/2000e. Je pensais partir aux canaries par habitude car j'aime bien cette archipel.   Mais je changerais bien de  destination histoire de voir autres choses, flores, animaux etc... alors j'ai pensé a l'égyptes. Aprés lecture sur le forum FL team me semble assez fiable pour un séjour.   J'ai également vu l'ucpa qui propose
    ×
    ×
    • Create New...

    Bonjour,

     

    logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

     

    L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

    Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.