Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Envoyer le parachute jaune dès le début de la RA


    Recommended Posts

    Bonjour.

     

    Ce qui suit est totalement théorique et c'est aussi une réflexion ( = pas sûr que ce soit réalisable en pratique mais j'ai envie de creuser le sujet)

    J'essaye de voir comment les choses pourraient être améliorée dans le cas d'une remontée assistée.

     

    Situation : à 40m, le binôme ne va pas bien, il respire mais semble inerte. Décision prise de faire une remontée assistée en maintenant son détendeur dans sa bouche.

     

    Actuellement : la RA se déroule comme on l'a appris, et une fois arrivée en surface le bateau de sécu est à proximité (ou pas !), les personnes à son bord comprennent rapidement (ou pas!) qu'il y a un problème, et s'en suit le déclenchement de la procédure à bord du bateau : remonter la personne, oxygénothérapie si nécessaire, etc. Beaucoup ont constaté que ces minutes entre "surface" et mise du masque à oxygène sont précieuses. Plusieurs fois il a été constaté que ces minutes précieuses ne sont pas "optimales".

     

    Or, en partant de 40m, il se passe au moins 4 minutes avant de faire surface.

     

    Théorie : Comment prévenir la surface (de façon à ce qu'ils se préparent) dès le début de la RA ? L'idée théorique serait de pouvoir envoyer un parachute jaune dès 40m. (je ne prétends pas que c'est LA super idée du siècle en terme de procédure, j'invite juste à y réfléchir)

     

    Imaginez ceux à bord du bateau de sécu :

    - ils voient un parachute jaune

    - ils savent de suite que c'est très important (pas d'hésitation ni de perte de temps à ce moment là)

    - à bord ça se met en branle pour savoir qui fait quoi

    - pendant ce temps les personnes du bord se préparent à sortir le plongeur (à secourir) de l'eau dès qu'il fait surface

    - et quand le plongeur sera à bord le kit d'oxy sera forcément davantage prêt que s'il n'y avait pas eu ce parachute jaune

    (on pourrait même imaginer qu'une personne "en trop" à bord du bateau de sécu pourrait se préparer à re-plonger avec le plongeur-secouriste afin de redescendre faire les paliers ensemble ..... Ou peut-être même que c'est lui qui prendrait le relai à -6m pour laisser le plongeur-secouriste faire ses paliers : ce parachute jaune lancé depuis le début de RA ouvre des voies d'améliorations)

     

     

    Le point délicat, c'est que le plongeur qui porte assistance n'a pas 4 bras.

    Pour résoudre partiellement ce problème, il y a le parachute jaune avec bouteille intégrée ( https://www.innodive.com/fr/bouees-et-parachutes/493-Parachute-de-palier-avec-bouteille-jaune.html ). L'idée théorique serait donc de déclencher ce parachute jaune juste après qu'on ait commencé à gonfler la stab du plongeur secouru. Oui mais ....

     

    ... dans le détail ce n'est pas si simple.

    Parce qu'à ce moment là le plongeur-secouriste a d'autres choses à foutre que tenir un spool/dévidoir et l'enrouler durant la remontée.

    Accrocher à la stab le dit dévidoir/spool sans s'en préoccuper et en remontant, c'est LA mauvaise idée (un coup à inévitablement être emmêlé).

    Il faut donc lâcher le spool et qu'il repose au fond (ça ce n'est pas problématique).

    Mais ça pourrait être pas mal de pouvoir être à proximité (ou au moins pas trop loin) du parachute jaune lorsque les deux plongeurs font surface.

    C'est sur cette phrase précédente que je vous sollicite : auriez-vous des idées pour que ce soit possible ?

     

    Et plus globalement, que pensez-vous de la réalisation pratique de cette idée globale très théorique ?

    Enfin, est-ce que certains d'entre-vous ont ce genre d'expérience (faite ou vue) ?

     

    Merci aux participants bienveillants.

     

     

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Bonjour,

     

    Sur le principe c’est bénéfique puisque les personnes en surface peuvent mieux se préparer. 
    Néanmoins, lâcher un parachute à une main est pas le plus simple, je suppose même avec une bouteille intégrée et là tu décris quelqu’un d’inerte à 40m : la priorité est de décoller et remonter la personne, le parachute perso on verra ensuite. 
    Tu décris quelqu’un qui respire mais semble inerte et là on arrive un peu au bout de l’expérience de pensée pour moi car trop de paramètres rentrent en compte : doit-on maintenir le détendeur de l’assisté ? L’assisté a-t-il bu la tasse voire pire ? Comment va-t-il pendant la remontée ? Etc. 
     

    Dans l’idée je remonterais jusque ~6m et en fonction de l’état et du profil j’aviserais (paliers obligatoires ou non, faisables ou non, besoin de tenir l’assisté, son détendeur etc.). 
     

    Enfin, honnêtement dans l’hypothèse d’une sécu en surface, l’oxygène n’est pas le truc qui prend beaucoup de temps et à deux assistants, je pense pas que tu gagnerais énormément à lâcher un parachute alors que tu te complexifierais la situation. 
     

    Hâte de lire vos avis et en espérant que personne n’en ait besoin. 

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Hello

    Ca paraît intéressant ! 

    Techniquement on pourrait imaginer un parachute "automatique" / "fire and forget" plutôt avec une cartouche "jetable" de CO2 type gilet de sauvetage (pas de réépreuve, etc.). on le déclenche et on l'oublie. Si on arrive à attraper son filin (s'y clipser avec un mousqueton ?) au passage on fera surface à côté de lui et ça aidera, au pire on n'en sera de toute façon pas très loin !

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 3 heures, steph06 a dit :

    Bonjour.

     

    Ce qui suit est totalement théorique et c'est aussi une réflexion ( = pas sûr que ce soit réalisable en pratique mais j'ai envie de creuser le sujet)

    J'essaye de voir comment les choses pourraient être améliorée dans le cas d'une remontée assistée.

     

    Situation : à 40m, le binôme ne va pas bien, il respire mais semble inerte. Décision prise de faire une remontée assistée en maintenant son détendeur dans sa bouche.

     

    Actuellement : la RA se déroule comme on l'a appris, et une fois arrivée en surface le bateau de sécu est à proximité (ou pas !), les personnes à son bord comprennent rapidement (ou pas!) qu'il y a un problème, et s'en suit le déclenchement de la procédure à bord du bateau : remonter la personne, oxygénothérapie si nécessaire, etc. Beaucoup ont constaté que ces minutes entre "surface" et mise du masque à oxygène sont précieuses. Plusieurs fois il a été constaté que ces minutes précieuses ne sont pas "optimales".

     

    Or, en partant de 40m, il se passe au moins 4 minutes avant de faire surface.

     

    Théorie : Comment prévenir la surface (de façon à ce qu'ils se préparent) dès le début de la RA ? L'idée théorique serait de pouvoir envoyer un parachute jaune dès 40m. (je ne prétends pas que c'est LA super idée du siècle en terme de procédure, j'invite juste à y réfléchir)

     

    Imaginez ceux à bord du bateau de sécu :

    - ils voient un parachute jaune

    - ils savent de suite que c'est très important (pas d'hésitation ni de perte de temps à ce moment là)

    - à bord ça se met en branle pour savoir qui fait quoi

    - pendant ce temps les personnes du bord se préparent à sortir le plongeur (à secourir) de l'eau dès qu'il fait surface

    - et quand le plongeur sera à bord le kit d'oxy sera forcément davantage prêt que s'il n'y avait pas eu ce parachute jaune

    (on pourrait même imaginer qu'une personne "en trop" à bord du bateau de sécu pourrait se préparer à re-plonger avec le plongeur-secouriste afin de redescendre faire les paliers ensemble ..... Ou peut-être même que c'est lui qui prendrait le relai à -6m pour laisser le plongeur-secouriste faire ses paliers : ce parachute jaune lancé depuis le début de RA ouvre des voies d'améliorations)

     

     

    Le point délicat, c'est que le plongeur qui porte assistance n'a pas 4 bras.

    Pour résoudre partiellement ce problème, il y a le parachute jaune avec bouteille intégrée ( https://www.innodive.com/fr/bouees-et-parachutes/493-Parachute-de-palier-avec-bouteille-jaune.html ). L'idée théorique serait donc de déclencher ce parachute jaune juste après qu'on ait commencé à gonfler la stab du plongeur secouru. Oui mais ....

     

    ... dans le détail ce n'est pas si simple.

    Parce qu'à ce moment là le plongeur-secouriste a d'autres choses à foutre que tenir un spool/dévidoir et l'enrouler durant la remontée.

    Accrocher à la stab le dit dévidoir/spool sans s'en préoccuper et en remontant, c'est LA mauvaise idée (un coup à inévitablement être emmêlé).

    Il faut donc lâcher le spool et qu'il repose au fond (ça ce n'est pas problématique).

    Mais ça pourrait être pas mal de pouvoir être à proximité (ou au moins pas trop loin) du parachute jaune lorsque les deux plongeurs font surface.

    C'est sur cette phrase précédente que je vous sollicite : auriez-vous des idées pour que ce soit possible ?

     

    Et plus globalement, que pensez-vous de la réalisation pratique de cette idée globale très théorique ?

    Enfin, est-ce que certains d'entre-vous ont ce genre d'expérience (faite ou vue) ?

     

    Merci aux participants bienveillants.

     

     

     

    tu as combien mains ?

    combien en faut il pour tenir l'équipier, te purger, le purger, le rassurer, sortir le para, le clamper au mousqueton, tenir le detendeur d'une main et le parachute de l'autre main pour envoyer..

     

    quant au para avec bouteille, j'en utilise depuis plus de 10 ans... il y a bien un moment où il te faut les deux mains, sans compter le rembobinage....

     

    comme tu l'écris tres bien, le fil "mou" est une saloperie qui va se prendre dans tout ce qui passe...

     

    pour moi, le seul moment où tu auras peut etre une situation calme, c'est au palier, quand il n'y a pas de flotta à gerer, dans la limite où l'autre est calme, qu'il n'est ni agité ni dans les pommes...

     

    bref, pas une mauvaise idée, mais, il faut une autre paire de mains (c'est à dire le 3eme équipier, s'il percute)

    il y a 4 minutes, kalustal a dit :

    Hello

    Ca paraît intéressant ! 

    Techniquement on pourrait imaginer un parachute "automatique" / "fire and forget" plutôt avec une cartouche "jetable" de CO2 type gilet de sauvetage (pas de réépreuve, etc.). on le déclenche et on l'oublie. Si on arrive à attraper son filin (s'y clipser avec un mousqueton ?) au passage on fera surface à côté de lui et ça aidera, au pire on n'en sera de toute façon pas très loin !

     

    se clipser au parachute ?

     

    tres, tres mauvaise idée : si un bateau passe à proximité ou que ton support surface passe sur le bout, tu dégages

     

    c'est justement le truc à ne jamais faire.

     

    et, sinon, une cartouche de CO2, c'est quel volume ? c'est combien de pression  ?  penses tu que ça gonfle un parachute de 18 litres ?

    Edited by christophe 38
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 3 minutes, christophe 38 a dit :

    bref, pas une mauvaise idée, mais, il faut une autre paire de mains (c'est à dire le 3eme équipier, s'il percute)

     

    Comme toi c'est la seule solution faire des binômes a 4 mains... ah des palanquées des 3...  :D

     

    Comme toi j'ai un para avec bouteille    que j'adore pour la simplicité de largage... mais effectivement a un moment ou un autre il faut 2 mains...

     

     

    il y a 1 minute, whodive a dit :

    Je ne sais pas si le parachute va traverser l'esprit du sauveteur en situation réel...

     

    effectivement il a d'autre "soucis"

     

    Au N4 c'était faire l'assistance et a 5-3 m c'est sortie de para 

    Link to comment
    Share on other sites

    Situation vécue. Assistance du fond sur panne d'air à 47 mètres. Personne en parfait état de santé, autonome, qui se gère. Je décide de sortir le para' pour le lancer.

    Une main qui tient le long hose...déjà, c'est pas simple de gérer le bordel. Heureusement l'assisté à pris son détendeur pour gonfler le para' (on était vers 35 mètres).

    Petites anecdotes

    - Il avait encore de l'air assez d'air pour envoyer dans le para'...mais n'a pas eu la présence d'esprit de respirer dessus après (en fait, robinet ouvert du fameux 1/4 de tour)

    - Il y avait un troisième larron, qui aurait pu parfaitement tirer le para', au lieu qu'on se fasse chier tous les deux !

     

    A part ça, on n'est pas complètement pété à 50 mètres (à l'air) :petard:

     

     

    Donc du coup :

    En théorie c'est faisable.

    En pratique ton cerveau à ces profondeurs à déjà bien du mal à faire un truc bien à la fois, donc...

    • J'aime 3
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    le parachute jaune d'urgence existe déjà en ... trimix, c'est vrai que cela peut être utile, mais bon cela doit être spécifié au briefing.

    quand à la remonté à 2 avec perte de connaissance d'un plongeur, be désolé j'ai que 2 mains et déjà gérer une remontée avec personne inconsciente (détendeur en bouche, gérer les volumes, gérer son stress et ta conso , qui va grimper en quelques secondes avec un coefficient multiplicateur selon ton état, trop compliquer de sortir le parachute en plus.

    et comme dit val74700  .....  En pratique ton cerveau à ces profondeurs à déjà bien du mal à faire un truc bien à la fois, donc...

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 6 heures, steph06 a dit :

    Bonjour.

     

    Ce qui suit est totalement théorique et c'est aussi une réflexion ( = pas sûr que ce soit réalisable en pratique mais j'ai envie de creuser le sujet)

    J'essaye de voir comment les choses pourraient être améliorée dans le cas d'une remontée assistée.

     

    Situation : à 40m, le binôme ne va pas bien, il respire mais semble inerte. Décision prise de faire une remontée assistée en maintenant son détendeur dans sa bouche.

     

    Actuellement : la RA se déroule comme on l'a appris, et une fois arrivée en surface le bateau de sécu est à proximité (ou pas !), les personnes à son bord comprennent rapidement (ou pas!) qu'il y a un problème, et s'en suit le déclenchement de la procédure à bord du bateau : remonter la personne, oxygénothérapie si nécessaire, etc. Beaucoup ont constaté que ces minutes entre "surface" et mise du masque à oxygène sont précieuses. Plusieurs fois il a été constaté que ces minutes précieuses ne sont pas "optimales".

     

    Or, en partant de 40m, il se passe au moins 4 minutes avant de faire surface.

     

    Théorie : Comment prévenir la surface (de façon à ce qu'ils se préparent) dès le début de la RA ? L'idée théorique serait de pouvoir envoyer un parachute jaune dès 40m. (je ne prétends pas que c'est LA super idée du siècle en terme de procédure, j'invite juste à y réfléchir)

     

    Imaginez ceux à bord du bateau de sécu :

    - ils voient un parachute jaune

    - ils savent de suite que c'est très important (pas d'hésitation ni de perte de temps à ce moment là)

    - à bord ça se met en branle pour savoir qui fait quoi

    - pendant ce temps les personnes du bord se préparent à sortir le plongeur (à secourir) de l'eau dès qu'il fait surface

    - et quand le plongeur sera à bord le kit d'oxy sera forcément davantage prêt que s'il n'y avait pas eu ce parachute jaune

    (on pourrait même imaginer qu'une personne "en trop" à bord du bateau de sécu pourrait se préparer à re-plonger avec le plongeur-secouriste afin de redescendre faire les paliers ensemble ..... Ou peut-être même que c'est lui qui prendrait le relai à -6m pour laisser le plongeur-secouriste faire ses paliers : ce parachute jaune lancé depuis le début de RA ouvre des voies d'améliorations)

     

     

    Le point délicat, c'est que le plongeur qui porte assistance n'a pas 4 bras.

    Pour résoudre partiellement ce problème, il y a le parachute jaune avec bouteille intégrée ( https://www.innodive.com/fr/bouees-et-parachutes/493-Parachute-de-palier-avec-bouteille-jaune.html ). L'idée théorique serait donc de déclencher ce parachute jaune juste après qu'on ait commencé à gonfler la stab du plongeur secouru. Oui mais ....

     

    ... dans le détail ce n'est pas si simple.

    Parce qu'à ce moment là le plongeur-secouriste a d'autres choses à foutre que tenir un spool/dévidoir et l'enrouler durant la remontée.

    Accrocher à la stab le dit dévidoir/spool sans s'en préoccuper et en remontant, c'est LA mauvaise idée (un coup à inévitablement être emmêlé).

    Il faut donc lâcher le spool et qu'il repose au fond (ça ce n'est pas problématique).

    Mais ça pourrait être pas mal de pouvoir être à proximité (ou au moins pas trop loin) du parachute jaune lorsque les deux plongeurs font surface.

    C'est sur cette phrase précédente que je vous sollicite : auriez-vous des idées pour que ce soit possible ?

     

    Et plus globalement, que pensez-vous de la réalisation pratique de cette idée globale très théorique ?

    Enfin, est-ce que certains d'entre-vous ont ce genre d'expérience (faite ou vue) ?

     

    Merci aux participants bienveillants.

     

     

     

    la priorité est de porter assistance à une personne en difficulté.
    Si elle est consciente et qu'elle peut gérer certaines choses durant la remontée (par exemple son inflateur), cela peut te libérer une main.
    Mais si elle est inconsciente, tu vas avoir besoin de trois mains rien que pour l'asisstance :
    une main pour tenir le détendeur
    une main pour tenir la tête (aucun tonus musculaire ches les personnes inconscientes)

    une main pour les purges durant la remontée.
    C'est déjà pas simple. 
    il te faut trouver une prise qui permette de tenir le détendeur en bouche et la tête du plongeur d'une seule main.

    C'est déjà suffisamment complexe et stressant pour ne pas pas rajouter une tâche avec le lancer et le suivi du parachute.
    Oublie.

    • J'aime 3
    • Merci 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 7 heures, steph06 a dit :

    Bonjour.

    ...

    Merci aux participants bienveillants.

     

     

     

     

    Bonjour Steph,

     

    A cette fin ,notamment, je dispose toujours de :

     

    2 parachutes dont 1 jaune,

    - Chaque parachute est équipé d'un anneau ou passant (cousu par Madame) tout en haut lorsqu'il est gonflé en surface,

    - 2 ardoises immergeables (1 pour la communication classique) et surtout 1 seconde pour la sécu qui est déjà préparée. Il reste juste à la remplir.

     

    Donc au besoin, je peux l'attacher au parachute, envoyer ce parachute qui permet d'envoyer un message à la surface.

     

    Mais comme Laurent ou Christophe, faire simple et efficace.

     

    Edited by PlongeurSDF
    • J'aime 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Pour ce qui est de la perte de tonus musculaire dans la mâchoire, on m'avait appris (quasi certain que vous aussi) une pratique (réaliste en situation réelle?) consistant à passer la main gauche sous la sangle pectorale de l'assisté, et avec la même main tenir le détendeur et la mâchoire de l'assisté. 

    Je n'ai aucune idée de ce que ça vaut en situation réelle.

    Et avec la main droite gérer la flottabilité des deux.

     

    Cette main droite seule, ne peux pas lancer un parachute classique. Quant au fait de lancer un parachute avec une petite bouteille .... juste avec une seule main, même en situation d'exercice d'entrainement, je doute que ce soit faisable. L'idée d'un percuteur semble intéressante : je n'ai aucune idée la quantité de gaz qu'il y a dans les cartouches (air? co2?) de 60g pour les gilets de sauvetage 275N. J'ai des doutes qu'il y ait au moins 4 litres compressés ...

     

    La solution la plus simple, comme ça a été dit, c'est d'être trois.

    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 7 minutes, steph06 a dit :

    Pour ce qui est de la perte de tonus musculaire dans la mâchoire, on m'avait appris (quasi certain que vous aussi) une pratique (réaliste en situation réelle?) consistant à passer la main gauche sous la sangle pectorale de l'assisté, et avec la même main tenir le détendeur et la mâchoire de l'assisté. 

    Je n'ai aucune idée de ce que ça vaut en situation réelle.

    Et avec la main droite gérer la flottabilité des deux.

     

    Cette main droite seule, ne peux pas lancer un parachute classique. Quant au fait de lancer un parachute avec une petite bouteille .... juste avec une seule main, même en situation d'exercice d'entrainement, je doute que ce soit faisable. L'idée d'un percuteur semble intéressante : je n'ai aucune idée la quantité de gaz qu'il y a dans les cartouches (air? co2?) de 60g pour les gilets de sauvetage 275N. J'ai des doutes qu'il y ait au moins 4 litres compressés ...

     

    La solution la plus simple, comme ça a été dit, c'est d'être trois.

     

    cette procédure ne vaut rien.
    pour plusieurs raisons :
    - il existe un paquet de stab ou wing sans sangle pectorale.

    - tu peux passer la main sous la sangle, cela n'empêchera pas la tête du plongeur de tomber en arrière (aucun tonus musculaire)
    - si tu te rates avec le gilet de ton plongeur, ta main reste coincée par la sangle. Pas terrible

    la meillure prise est une prise arrière qui te permet de maintenir le détendeur en bouche et d'appuyer la tête du plongeur avec ton épaule. l'autre main est libre pour travaille ravec les inflateurs et purges.

    Inconvénients :
    il faut de l'air dans la stab de l'assisté car c'est elle que l'on va gonfler et qui va nous ramener vers la surface. Si la bouteille de l'assistée est vide, cette technique ne fonctionne pas. C'est du vécu.

    Tu ne vois pas les yeux du plongeur.
    Et il faut pratiquer cette technique n'est vraiment pas compliquée une fois qu'on a compris comment procéder. 
    On ne peut pas tout avoir.

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Au delà de la question du début qui est tout à fait légitime, J'aimerai savoir si ce parachute jaune pour signaler un plongeur en détresse est courant. Pour ma part dans mon club je n'en ai jamais entendu parlé,

     La fédé dit même que un seul parachute par palanquée est nécessaire alors dans la pratique il doit y avoir que très peu de parachute jaune?

    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 23 minutes, Norman76 a dit :

    Au delà de la question du début qui est tout à fait légitime, J'aimerai savoir si ce parachute jaune pour signaler un plongeur en détresse est courant. Pour ma part dans mon club je n'en ai jamais entendu parlé,

     La fédé dit même que un seul parachute par palanquée est nécessaire alors dans la pratique il doit y avoir que très peu de parachute jaune?

     

    le parachute jaune est issu de la pratique tek.

    il commence à se répandre, les dp sont de plus en plus informé de sa signification.

    en général, le dp propose qu’un signal de détresse se formalise par deux parachutes accolés ou un parachute agité verticalement. Tout plongeur disposant d’un parachute jaune pour signal détresse peut le signaler au DP.

     

    Edited by bardass
    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...

    Bonjour,

     

    logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

     

    L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

    Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.