Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Surpression pulmonaire, un mal pour un bien ?


    Recommended Posts

    De retour dans les îles, des plongeurs et encadrants me racontent avoir vécu un accident de plongée malheureusement assez typique.

    Mais qui a eu l’intérêt de révéler une situation médicale préoccupante pour la victime.

     

    De ce que j’ai pris en discutant avec divers protagonistes :

    - Petite plongée cool du we,

    - 2 palanquées décident de se suivre,

    -:Palanquée 1, une plongeuse N1, la soixantaine, qui a commencé la plongée sur le tard, N1 validé, mais connue pour son niveau un peu faible, plonge occasionnellement, le GP est E2, plongeur aguerri qui connait la plongeuse et en tient compte, respect stricte des paramètres fixés par le DP,

    - Palanquée 2, Monsieur et Madame, plongeurs réguliers, Mr N4, Mme N1, ils ne prennent jamais aucun risque. Leur plaisir c’est de plonger ensemble regarder les petits poissons,

    - Ils décident donc de se suivre,

    - Durant la plongée, la plongeuse N1 de P1, qui est en shorti, ressent une piqure ou démangeaison après un contact avec du corail de feu ou une autre espèce qui n’a pas été déterminée. La plongeuse signale l’incident mais sans plus. La plongée continue.

    - La plongée se terminant, le GP déclenche la remontée, pas de déco obligatoire (grand max 20m, durée 50 min environ), à partir de 7 m environ, la plongeuse 1 semble remonter un peu plus vite que tout le monde, son GP la rattrape, l’autre palanquée reste sur sa vr.

    - À la surface, la plongeuse se plaint d’avoir été gênée par sa jambe qui est irritée.

    - De retour au bateau, ils se déséquipent, papotent, boivent un coup, aucune plainte particulière de la plongeuse.

    - Dans la nuit, elle fait un malaise assez sérieux, en parle à son mari, plongeur également qui appelle les secours.

    - À l’hôpital, les radios révèlent une SP, avec déchirement de sacs alvéolaires, de l’air est passé dans le système circulatoire jusqu’au coeur,

    - Elle est envoyée au caisson, mais il est décidé par ses spécialistes que cela n’est pas nécessaire.

    - En revanche les examens révèlent une masse de 2 cm au poumon qui était inconnue jusqu’alors. Elle est en cours d’exploration. En attendant son état s’améliore lentement.

     

    On peut regretter le manque d’observation, de communication, de prise au sérieux de l’incident, ce qui a provoqué un déni avec retard de prise en charge. Vraisemblablement, à l’approche de la surface, la plongeuse en avait assez et voulant sortir de l’eau aurait gonflé son gilet. Elle ne se rappelle pas avoir bloquer son expiration, mais se n’est pas impossible. Elle n’avait pas d’ordinateur, donc impossible d’avoir son log.

     

    Encore une fois, tout incident au décours d’une plongée devrait éveiller « un accident de plongée » avec une prise en charge adaptée. Je renvoi à nos cours RIFAP et autres procédures de prise en charge de la commission médicale par exemple.

     

    Cette femme a eu la chance que son mari percute le lendemain et que l’incident révèle ce qu’elle ne savait pas avant même de plonger ce jour là. On espère que ce soit bénin et surtout que cela pourra être pris en charge à temps.

    • Merci 1
    Link to comment
    Share on other sites

    "- La plongée se terminant, le GP déclenche la remontée, pas de déco obligatoire (grand max 20m, durée 50 min environ), à partir de 7 m environ, la plongeuse 1 semble remonter un peu plus vite que tout le monde, son GP la rattrape, l’autre palanquée reste sur sa vr.

    - À la surface, la plongeuse se plaint d’avoir été gênée par sa jambe qui est irritée.

    - De retour au bateau, ils se déséquipent, papotent, boivent un coup, aucune plainte particulière de la plongeuse."

    En même temps, qu'aurais-tu voulu que fasse l'encadrement ?
    Des plongées avec des petits incidents comme ceux relatés, il en existe des tonnes sans que cela engendre un accident :

    - une remontée un poil rapide mais retenue et contenue par le GP, quel encadrant n'en a pas connu ?
    - un plongeur qui a ou trop froid, ou trop chaud (ça arrive), une crampe, ou s'est fait piquer,

    mais qui dans tous les cas ne demande ni à abréger la plongée, ni n'a un comportement aberrant ou erratique suite à cet évènement, c'est courant
    - un plongeur qui a un comportement parfaitement normal sur le bateau, qui ne présente aucun signe hormis qu'il s'est fait piquer par un oursin ou un corail, A part traiter la piqure, qu'en déduire ?
    une SP ?

    Edited by bardass
    • J'aime 4
    • Merci 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Exactement, un incident de plongée classique comme il en arrive tous les jours. Et aucune plainte rapportée par la plongeuse.

    Éventuellement la faute est dans son camp si a la sortie elle avait une douleur et qu'elle l'a masqué à l'encadrement.

    Ou éventuellement une lacune de formation car le N1 a été sensibilisé aux accidents de plongée et a donc surveiller son état. Il y a parfois des baptêmes qui rapportent après coup des mal aux oreilles alors que tu leur a pourtant bien dit durant le briefing ... Mais une N1 ne doit plus avoir ce genre de réaction.

    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 24 minutes, benbulle a dit :

    Mais une N1 ne doit plus avoir ce genre de réaction.

     

    C'est clair mais c'est humain (l'égo ? la pression sociale ? ..), ce n'est pas une question de niveau.

     

    J'ai eu récemment en binôme un N3 (ou N4) qui a eu du mal à équilibrer tout la descente, qui a insisté pour continuer à descendre (35 m sur une épave et un peu de déco), qui a passé toute la plongée en me disant "ok je vais bien" et qui en fin de plongée, croisant un instructeur un peu insistant a fini par dire "pas bien l'oreille".

     

    Je suis sortie furieuse (si j'avais eu un souci il aurait été incapable de m'aider, il gérait sa douleur ...) et lui le tympan abimé, il n'a pas plongé pendant trois mois. Ma faute c'est à la descente, j'aurais du le remonter d'autorité ...

     

    Il replonge avec nous de temps en temps, je refuse d'être en binôme avec lui.

     

    Tout ça pour dire qu'il faut aussi que la personne qui a un problème ai une réaction adéquate ... on ne peut pas deviner ! Ou si, avec beaucoup d'expérience, dans le regard ou le comportement de la personne.

     

    Pas simple.

     

    Edited by Julaye
    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Je dis toujours à mes N1 :

    Pensez uniquement à vous, ne vous dites pas "ah mais si je signale le problème je vais faire raccourcir la plongée et les autres vont m'en vouloir voir me disputer, alors je préfère rien dire".

    Je préfère avoir une palanquée qui remonte en surface et s'engueule a plein poumon en s'envoyant toutes les insultes possible à la gueule .... c'est signe que vous êtes en bonne santé 🤣 .

    • J'aime 5
    • Merci 2
    Link to comment
    Share on other sites

     

    Il y a 3 heures, PlongeurSDF a dit :

    De retour au bateau, ils se déséquipent, papotent, boivent un coup, aucune plainte particulière de la plongeuse.

    Il y a 3 heures, PlongeurSDF a dit :

    À l’hôpital, les radios révèlent une SP, avec déchirement de sacs alvéolaires, de l’air est passé dans le système circulatoire jusqu’au coeur,

    Je m'interroge; Pas de manifestations symptomatiques en surface pour un SP telle que décrite, apparemment plutôt sérieuse :confused:

    Je dis cela car j'ai été témoin par le passé d'un début de SP avec à la clé, dès le retour en surface des signes typiques et une détresse non simulée . La suite immédiate pris un tournant très favorable sans séquelles détectées...

    Link to comment
    Share on other sites

    En l'absence de symptôme à la sortie, difficile pour l'encadrement d'avoir une réaction autre que de traiter la plongeuse comme si tout allait bien.

     

    Des remontées mal/non contrôlées de 7m ca arrive tous les jours et heureusement ca ne se termine pas systématiquement en SP.

    Je doute qu'un ordi aurait changé grand chose à la problématique, la plupart n'imposent pas de palier obligatoire pour remontée rapide et si ca avait été le cas (suunto ?) on aurait juste dit "ah oui mais t'as un suunto ils sont chiants sur les remontées rapides".

    A priori sans plus d'info sur la vitesse et le niveau de maitrise de la remontée, il est difficile de voir une faute qqpart.

    Link to comment
    Share on other sites

    Mon premier commentaire était particulièrement light afin de ne pas donner l'impression d'enfoncer tel ou tel acteur de la situation.

     

    Je n'ai jamais dit qu'elle n'avait pas eu de symptômes) , mais c'est une plongeuse non aguerrie (je l'avais précisé, N1 d'un niveau faible, c'était également indiqué) qui ne s'est pas plainte (peur du groupe) mais avait un comportement anormalement calme et peu communicante. Ce qui n'est pas son habitude. Elle a prit sur elle.

     

    Elle s'en était tout de ouvert au GP et son mari qu'elle avait une brulure à la jambe et des sensations pas comme d'habitude à la sortie.

     

    Le GP l'a rattrapéex, mais ils ont percés. Personne n'a poussé plus loin l'interrogation. Personne n'a eu l'idée ne serait-ce que d'appeler un médecin.

     

    Quand un plongeur autonome, aguerri, se retrouve dans la même situation, je peux éventuellement admettre que l'on passe à côté. Lorsque c'est un encadré, quasi débutant. Il y a un réel souci. 

     

    L'encadrement ne doit pas se défausser sur le plongeur victime. Il est étonnant de voir que le DP concerné (Moniteur pro depuis près de 20 ans) ne réagisse pas du tout comme vous et est désolé d'avoir raté cela. Quand certains osent penser que cela arrive tous les jours (une SP pour un N1), je m'étonne un peu.

     

    Le guide avait été prévenu de faire particulièrement attention à cette personne (ce qui justifiait le 1 pour 1). L'autre palanquée s'est décidé à les suivre, car ils souhaitaient également faire une plongée très, très cool. Donc des même consignes de plongée.

     

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 2 heures, PlongeurSDF a dit :

    [...] Le GP l'a rattrapée, mais ils ont percés. Personne n'a poussé plus loin l'interrogation.

    [...] L'encadrement ne doit pas se défausser sur le plongeur victime. [...]

    Il y a quand même un "détail" qui me chagrine : chacun des commentaires donne à penser qu'il y a eu soit une faute de la plongeuse, soit une faute de son encadrant. Soit carrément les deux.

     

    Mais il y a ici une autre hypothèse : avec une masse de 2 cm dans le poumon, difficile de croire qu'il soit toujours pleinement opérationnel, et pas dysfonctionnel. Et si, à la faveur de cette masse, un shunt avait permis, la pression aidant, à l'air pulmonaire de passer soit dans la circulation, soit du côté de la plèvre ?

    Cette hypothèse, qui ne peut à ce stade pas être écartée, pourrait expliquer à elle seule la SP : pas besoin d'aller alors chercher des responsabilités là où il n'y en a peut-être pas...

     

    • Merci 2
    Link to comment
    Share on other sites

    il y a 55 minutes, crouton a dit :

    Il y a quand même un "détail" qui me chagrine : chacun des commentaires donne à penser qu'il y a eu soit une faute de la plongeuse, soit une faute de son encadrant. Soit carrément les deux.

     

    Mais il y a ici une autre hypothèse : avec une masse de 2 cm dans le poumon, difficile de croire qu'il soit toujours pleinement opérationnel, et pas dysfonctionnel. Et si, à la faveur de cette masse, un shunt avait permis, la pression aidant, à l'air pulmonaire de passer soit dans la circulation, soit du côté de la plèvre ?

    Cette hypothèse, qui ne peut à ce stade pas être écartée, pourrait expliquer à elle seule la SP : pas besoin d'aller alors chercher des responsabilités là où il n'y en a peut-être pas...

     

    Les 2 premiers sont certains.

    Et oui un accident est très souvent, pour pas dire toujours le résultat d'un ensemble de facteurs favorisant qui une fois réunis font un cocktail détonnant.

    C'est la qu'une technique comme l'arbre des causes peut parfois permettre d'identifier les failles, les remédiions possibles, la prévention future.

     

    Malheureusement le seul avec lequel je n'ai pas échanger, c'est le GP en cause.

    Par contre j'ai eu le témoignage du DP, de l'autre GP et sa binôme, de la plongeuse concernée, son mari, soit 5 sur 5 des personnes directement présentes.

     

    Pour l'absent que je n'ai pas vu depuis, j'avais déjà mon avis suite à d'autres incidents mineurs déjà constatés.

    Edited by PlongeurSDF
    Link to comment
    Share on other sites

    Tu nous racontes une histoire en omettant certaines parties (le comportement anormal de la plogeuse, la remontée,...), en laissant planer des sous-entendus (le GP et ses autres incidents déjà constatés),...

    Du coup, où veux-tu en venir ? Que faut-il qu'on retienne de ton post ?

    Link to comment
    Share on other sites

    • 3 weeks later...

    Pour revenir sur le GP concerné, lorsque j'étais stagiaire peda, cette même personne en autonomie avec 2 autres plongeurs, sur une 50 m avec 15 min de DTR. Après coup l'on a appris qu'ils étaient descendus bien au delà avec 20 minute de "palier". Ils ont finis avec 2 blocs à sec.

     

    Depuis, plongeant avec lui et une amie monitrice pro BEES1 / MF2 ; de nouveau le DP nous donne 50 m DTR 12 min, 50 bar au bateau.  Nous stoppons notre descente à 50 m, il continue seul 4 à 5 m en dessous. Nous décidons de ne pas le suivre. Durant toute la plongée, il sera toujours plus bas que nous. Je suis le seul à annoncer ma consommation. Au moment de faire le palier de déco, il traine dans les 15-16 m puis 7 à 8 m. Aucune communication possible avec lui. Nous finissons par remonter au palier que nous terminions avec 30 à 40 bar.

     

    Apparemment, il est remonté avec 10 bar dans son bloc en râlant car "la DTR cela ne sert à rien, on est assez grand pour savoir ce que l'on fait" et qu'en plus nous n'avions plongé que 54 minutes sur les 60 auxquels il est en droit de s'attendre.

     

    C'était la 1ère fois où j'avais l'occasion de plonger avec lui.

    Pas un grand souvenir.

     

    Quand à la plongeuse, j'avais déjà dis, un âge avancé, quelques plongées, comportement non stabilisé.

    Donc à surveiller de près. Les consignes avaient été données dans ce sens.

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Le 15/11/2022 à 13:01, nics a dit :

    Qu'il exige le port d'un ordinateur qui se serait peut-être mis en alarme, permettant ainsi d'attirer l'attention...

    🙄

    Et quoi ? Remontée rapide ?

    Si toutes les RR se finissaient en SP 🙄

    D'autant plus qu'a 6 m/min, bien essoufflé ou bloqué ou pas bien, ca pète très bien....

    On en revient à la base : le meilleur detecteur de problème, c'est un cerveau bien eduqué...

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 10 heures, Xabi a dit :

    Et quoi ? Remontée rapide ?

    Ben oui...

    Si quand tu arrives sur le bateau, il y a quelqu'un qui a un ordinateur qui siffle et qui est en alarme à cause d'une remontée qu'il considère comme "trop rapide", tu surveilles la personne et tu t'inquiètes de sa santé beaucoup plus... non ?

     

    Il y a 10 heures, Xabi a dit :

    On en revient à la base : le meilleur detecteur de problème, c'est un cerveau bien eduqué...

    L'un n'empêche pas l'autre... au contraire !

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share

    ×
    ×
    • Create New...

    Bonjour,

     

    logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

     

    L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

    Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.