Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Révision détendeurs


Lioson

Recommended Posts

Dites petite question, vous passez des heures pour parler de certification, normes, réglementations et j'en passe.

 

Par contre la révision des détendeurs, n'importe quel simple pékin peut la faire sans problème ?  

 

Les assurances vont rien dire si monsieur michu informaticien de métier (je parle pour moi, pas d'attaques envers les informaticiens) fait sa révision et va au carton ?

Link to comment
Share on other sites

Bonne question @Lioson que je me suis posé également étant dans le cadre d'un club qui met à disposition de ses adhérents des détendeurs durant la saison estivale.

 

Ayant pris la responsabilité de mon club récemment et n'ayant pas le réponse, j'ai proposé de faire réviser les détendeurs par un professionnel cette année alors qu'avant c'était fait en interne.

 

En contre partie nous demandons maintenant une participation à hauteur du cout de la révision pour ce prêt estival.

 

Cela semble un bon compromis entre sécurité (y compris juridique) et cout.

 

PS : A titre perso c'est aussi révision par pro. car étant aussi informaticien :) je suis pas joueur !

Edited by Pan34
  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Pan34 a dit :

PS : A titre perso c'est aussi révision par pro. car étant aussi informaticien :) je suis pas joueur !

Ben moi je suis également informaticien et je pense bien franchir le cap...et faire mes révisions moi même.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Par expérience, et ayant suivi 2 formations, sur certains modèles c'est vraiment simple.

Sur d'autres, même formé avec un autre technicien sous le coude (2nd étage Aqualung Mikron) cela a été bien compliqué.

Nous avions a disposition les plans, le matériel, banc de test, etc.

 

Je parlerais pas de la légalité, car à chaque on me dit que j'en fait trop.

 

Dans mon esprit, si vous êtes responsable de club ou encadrant , sans disposer des compétences, matériel et kit de révision, confiez les à un pro.

 

Certains clubs choisissent également le réassort d'une partie du matériel en revendant d'occasion pour racheter du neuf tous les 2 ans par exemple, c'est aussi une solution.

 

Autres idées, ne pas mélanger les détendeurs piscine vs mer et enfin prendre l'habitude de respirer au moins au palier sur les octopus. Il s'useront moins vite s'ils sont utilisés.

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, caolila a dit :

Ben moi je suis également informaticien et je pense bien franchir le cap...et faire mes révisions moi même.

 

 

Oui c'est un choix personnel à faire en fonction de sa propre évaluation capacité/bénéfice/risque.

 

 

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Lioson a dit :

la révision des détendeurs, n'importe quel simple pékin peut la faire sans problème ?  

N'importe quel pékin peut le faire avec de la notice d'entretien et l'éclaté du détendeur. Restes à trouver le kit d'entretien à prix correct.

si monsieur michu fait sa révision et va au carton ? 

il ne peut prétendre à invoquer sa propre négligence pour demander réparation, par une quelconque assurance, d'un préjudice causé à lui-même.

Autrement dit, révises ton propre détendeur, pas celui des autres...

Je conclurai ainsi : Le travail de l'amateur éclairé dépasse celui du professionnel négligent.

20200331_114349.jpg

Edited by vasi
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, vasi a dit :

N'importe quel pékin peut le faire avec de la notice d'entretien et l'éclaté du détendeur. Restes à trouver le kit d'entretien à prix correct.

si monsieur michu fait sa révision et va au carton ? 

il ne peut prétendre à invoquer sa propre négligence pour demander réparation, par une quelconque assurance, d'un préjudice causé à lui-même.

Autrement dit, révises ton propre détendeur, pas celui des autres...

Je conclurai ainsi : Le travail de l'amateur éclairé dépasse celui du professionnel négligent.

 

 

Je pensais plus à une couverture accident pas à une demande de réparation

 

En suisse si tu vas au delà de certaines limites ou compétences et que tu as un accident, l'assurance peut réduire ces prestations et te demander de prendre en charge une partie des soins

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Lioson a dit :

 

Je pensais plus à une couverture accident pas à une demande de réparation

 

En suisse si tu vas au delà de certaines limites ou compétences et que tu as un accident, l'assurance peut réduire ces prestations et te demander de prendre en charge une partie des soins

 

En suisse, même en cas d'activité téméraire (risque trop élevé), il n'y a pas réduction sur la prise en charge des soins (aux frais de traitement, de sauvetage et de transport).

Les seul réduction sont sur les indemnités journalières et les rentes d’invalidité). Et la ca va faire très mal au porte monnais.

Edited by sacha.r
Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, PlongeurSDF a dit :

Par expérience, et ayant suivi 2 formations, sur certains modèles c'est vraiment simple.

Sur d'autres, même formé avec un autre technicien sous le coude (2nd étage Aqualung Mikron) cela a été bien compliqué.

Nous avions a disposition les plans, le matériel, banc de test, etc.

 

Je parlerais pas de la légalité, car à chaque on me dit que j'en fait trop.

 

Dans mon esprit, si vous êtes responsable de club ou encadrant , sans disposer des compétences, matériel et kit de révision, confiez les à un pro.

 

Certains clubs choisissent également le réassort d'une partie du matériel en revendant d'occasion pour racheter du neuf tous les 2 ans par exemple, c'est aussi une solution.

 

Autres idées, ne pas mélanger les détendeurs piscine vs mer et enfin prendre l'habitude de respirer au moins au palier sur les octopus. Il s'useront moins vite s'ils sont utilisés.

tout pareil : entre réviser son matériel

et réviser celui d'un club...

 

Pour ma part, je vois des techniciens agrées qui révisent le materiel club... (et pas des particuliers, meme doués)...

 

le hic que j'y vois, c'est que si on révise le matos du copain, ou pire, celui d'un groupe, d'un club et qu'il y a un loup, un accident, et que cela entraine la saisie et l'expertise du matériel, il faudra juste serrer les fesses en espérant que l'accident ne soit pas du à notre travail... (et, pour le matos du copain, c'est de voir la veuve ou l'épouse du mari handicapé qui se retournera vers le technicien non agrée qui y aura envoyé les doigts)... (parce que, là, il n'y a plus d'ami)

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, vasi a dit :

Je conclurai ainsi : Le travail de l'amateur éclairé dépasse celui du professionnel négligent.

 

Cela pourrait être vrai, sauf que le pro dispose généralement d'un banc de test qui en fin d'opération devrait pouvoir valider les opérations.

 

Globalement, pour un autonome, si tu faits même que 10 plongées par an (ce qui est très peu pour quelqu'un qui détient son propre matériel), que tu faits la révisions tous les 2 ans. La révision ayant coûté 70 €. Cela revient à 3,50 € / plongée.

 

Pour un encadrant, 2 détendeurs, 50 plongées par an, cela fait moins de 3 € / plongée.

 

Sachant qu'en France, la plongée est très peu chère 0 à 40 €, si c'est en club associatif voir en structure pro. Sachant que généralement, même l'encadrant associatif sera aidé lorsqu'il encadre.

 

Je rentre de Polynésie, plongée 109 $ (tout matériel fourni), donc pas d'entretien. Au US, pas rare de payer 80 $.

 

Je rappelle que lorsque tu es autonome, 1 seul 1er étage, si tu dois donner de l'air, l'octopus est sur le même 1er étage (testé à 30 m et non 50 m, dans la norme), si 1er étage est mal réglé, tu prends le risque de léser ton binôme, toi même ou les 2.

Edited by PlongeurSDF
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, sacha.r a dit :

 

En suisse, même en cas d'activité téméraire (risque trop élevé), il n'y a pas réduction sur la prise en charge des soins (aux frais de traitement, de sauvetage et de transport).

Les seul réduction sont sur les indemnités journalières et les rentes d’invalidité). Et la ca va faire très mal au porte monnais.

 

Je sais pas comment interpreter ce texte du coup :

 

. La loi prévoit ainsi, dans l’assurance des accidents non professionnels, le refus des prestations d’assurance ou la réduction des prestations monétaires dans diverses situation

 

Entreprises téméraires: Risques de réduction des prestations (weka.ch)

 

J'aime bien les entreprise téméraires absolues :)

Citation

 

Notion d’entreprise téméraire absolue

Il y a entreprise téméraire absolue lorsqu’une activité :

comporte des risques particulièrement importants,  indépendamment de l’instruction, de la préparation, de l’équipement et des aptitudes de l’assuré;

implique des risques dont la pratique ne répond à aucun intérêt digne de protection ou qui peut être considérée comme déraisonnable ou répréhensible.

Les périls absolus sont par exemple:

- Base Jumping

- Compétitions de boxe

- Bris volontaire de verre

- Courses resp. entraînement automobile

- Cours de motocross, entraînement compris

- Plongée à une profondeur supérieure à 40 mètres

 

 

Link to comment
Share on other sites

@Liosonil faut comprendre cela comme une baisse globale de la prestation assurée qui comporte plusieurs points. Certains sont garanties d'autre pas suivants l'activité. Dans ton lien ils donnent les détail.

 

"En ce qui concerne les prestations, il convient de distinguer trois catégories, le sauvetage, les traitements médicaux et enfin les prestations en espèces.

Sauvetage : le sauvetage d’une personne est couvert par l’assurance, même s’il peut être considéré comme une entreprise téméraire.
Traitements médicaux : même en cas d’entreprise téméraire, l’assurance accidents prend en charge les frais de traitement ainsi que le coût des moyens auxiliaires destinés à compenser un dommage corporel ou la perte d’une fonction.
Prestations en espèces : en cas d’accidents non professionnels dus à une entreprise téméraire, les prestations en espèces sont réduites de moitié ou refusées dans les cas particulièrement graves (art. 50 al. 2 OLAA). On peut citer comme exemple d’une entreprise particulièrement dangereuse qui permet à l’assurance de refuser le versement de prestations en espèces la randonnée en montagne très difficile effectuée en solitaire, par mauvais temps et malgré la mise en garde d’alpiniste expérimentée


Par prestations en espèces, on entend :

Les indemnités journalières qui se substituent aux revenus de l’activité lucrative en cas d’incapacité de travail.
La rente d’invalidité a pour but de compenser une incapacité de gain totale ou partielle présumée permanente ou de longue durée.
L’indemnité 
pour atteinte à l’intégrité est versée lorsque l’assuré souffre d’une atteinte importante et durable à son intégrité physique, mentale ou psychique.

L’allocation pour impotent versée lorsque l’assuré a besoin de façon permanente de l’aide d’autrui ou d’une surveillance personnelle pour ses besoins quotidiens.
La rente de survivants remplace la perte de soutien résultant du décès de l’assuré des suites d’un accident (peut être versé aux enfants et, dans certaines circonstances au conjoint survivant ou divorcé)."

 

C'est pour cela que la FSSS propose une assurance avec prestations en espèces garanti même en cas d'activité téméraire (la somme est correct mais c est pas bon plus suffisant)

Edited by sacha.r
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, PlongeurSDF a dit :

 

Cela pourrait être vrai, sauf que le pro dispose généralement d'un banc de test qui en fin d'opération devrait pouvoir valider les opérations.

Pour aller dans le sens de @vasi, le mot important est "professionel négligent"

 

Car (expérience vécue), malgré un joli graphique de banc de test remis avec le détendeur, ça n'a pas empêché ce dernier de fuir copieusement à la première mise sous pression.

 

Merci encore au gérant de la SCA où j'etais qui l'a ouvert au retour de la plongée devant moi pour le réparer....il manquait "juste" un joint dans le 1er étage. Alors le banc de test.... 🙄

 

On est d'accord... Le pro risque gros si ca pète à 60m et si l'analyse prouve la faute.

Sauf que toi t'es mort. Ou ta plongée est foutue (et tant pis si c'etait la plongée Manta de l'année)

 

Maintenant: tous les pros ne sont pas négligents, et tous les amateurs ne sont pas éclairés donc à chacun de choisir où il met le curseur en fonction de ses aptitudes.

 

Mais comme le dit si bien @christophe 38, la confiance s'en va plus vite qu'elle ne se gagne 😔

 

 

Il y a 2 heures, PlongeurSDF a dit :

Globalement, pour un autonome, si tu faits même que 10 plongées par an (ce qui est très peu pour quelqu'un qui détient son propre matériel), que tu faits la révisions tous les 2 ans. La révision ayant coûté 70 €. Cela revient à 3,50 € / plongée.

 

Pour un encadrant, 2 détendeurs, 50 plongées par an, cela fait moins de 3 € / plongée.

 

 

Tout a fait d'accord. 

Le prix par plongée est négligeable au regard des autres frais (transports, avion, croisieres a plusieurs milliers d'euros)

 

Reste la question de la confiance envers le prestataire

 

Et de la disponibilité (ici entre 1 et 3 mois d'immobilisation du matériel pour entretien selon les saison, et selon les shops) 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.