Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Incident "remontée rapide".


Recommended Posts

il y a une heure, tom0tom a dit :

 

Salut LGF.

Je sais qu'il n'y a pas de procédure "absolue" et que c'est une question d'arbitrage selon les circonstances, mais ce qui s'enseigne généralement en cas de remontée rapide c'est pas de redescendre à mi-profondeur (plutôt qu'au palier le plus profond) et d'y rester 5 minutes?

 

C'est tout à fait ça, l'enseignement classique parle d'une seule procédure qui est celle héritée du mode d'emploi des tables MN90 employées historiquement à la FFESSM.

Cette procédure est une possibilité, il en existe d'autres, qui sont tout aussi imparfaites mais qui offrent des solutions alternatives.

Aucune ne permet d'être sûr du résultat.

 

Cette procédure que je propose est dérivée d'un autre jeu de tables de plongée, qui n'est en général pas enseigné à la fédé.

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, LGF a dit :

 

C'est tout à fait ça, l'enseignement classique parle d'une seule procédure qui est celle héritée du mode d'emploi des tables MN90 employées historiquement à la FFESSM.

Cette procédure est une possibilité, il en existe d'autres, qui sont tout aussi imparfaites mais qui offrent des solutions alternatives.

Aucune ne permet d'être sûr du résultat.

 

Cette procédure que je propose est dérivée d'un autre jeu de tables de plongée, qui n'est en général pas enseigné à la fédé.

La question m'avait aussi effleurée et ce d'autant plus qu'il est inscrit au-dessus de la courbe "interruption de paliers"...et non "remontée rapide"

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, brenique a dit :

La question m'avait aussi effleurée et ce d'autant plus qu'il est inscrit au-dessus de la courbe "interruption de paliers"...et non "remontée rapide"

 

oui tout à fait, c'est la procédure palier interrompu que je proposais d'adapter à cette situation particulière et pas la procédure "remontée en catastrophe" qui est similaire aux MN90.

 

Pour ceux que ça intéresse, un peu de culture générale en pièce jointe, page 43 et suivantes pour les "situations inhabituelles".

Aucune de ces procédures n'a été testée et validée scientifiquement, ce sont des procédures de rattrapage qui sont censées faire mieux que de rester à attendre sans rien faire. Chacune de ces procédures nécessite que les moyens humains, matériels et psychologiques le permettent.

 

Dans la situation la pire décrite: plongeur isolé ayant perdu son moyen de flottabilité principal, en lac sombre et froid, plongée à 50 ou 60m à l'air, DTR conséquente, bloc O2 disponible, je suis parfaitement en accord avec @val74700: redescendre à 30m dans ces conditions me semble bien trop dangereux pour être envisageable.

 

Soit on reste sur du classique en procédure secourisme: remontée, O2 15l/min, appel des secours et évacuation rapide au caisson; soit on propose autre chose qui ne mette pas le plongeur en danger et qui puisse améliorer sérieusement le risque encouru: c'est le sens de la réflexion que je propose.

Tables de plongée Bühlmann.pdf

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, LGF a dit :

 

oui tout à fait, c'est la procédure palier interrompu que je proposais d'adapter à cette situation particulière et pas la procédure "remontée en catastrophe" qui est similaire aux MN90.

 

Pour ceux que ça intéresse, un peu de culture générale en pièce jointe, page 43 et suivantes pour les "situations inhabituelles".

Aucune de ces procédures n'a été testée et validée scientifiquement, ce sont des procédures de rattrapage qui sont censées faire mieux que de rester à attendre sans rien faire. Chacune de ces procédures nécessite que les moyens humains, matériels et psychologiques le permettent.

 

Dans la situation la pire décrite: plongeur isolé ayant perdu son moyen de flottabilité principal, en lac sombre et froid, plongée à 50 ou 60m à l'air, DTR conséquente, bloc O2 disponible, je suis parfaitement en accord avec @val74700: redescendre à 30m dans ces conditions me semble bien trop dangereux pour être envisageable.

 

Soit on reste sur du classique en procédure secourisme: remontée sur le bateau, O2 15l/min, appel des secours et évacuation rapide au caisson; soit on propose autre chose qui ne mette pas le plongeur en danger et qui puisse améliorer sérieusement le risque encouru: c'est le sens de la réflexion que je propose.

Tables de plongée Bühlmann.pdf 885.19 Ko · 0 téléchargement

Il n'y a pas non plus 36 possibilités :

soit on fait comme ça à été déterminé il y a quelques décennies :

Immersion à la moitié de la profondeur durant 5 minutes (donc 25m dans le cas de départ) et remonter normalement ensuite.

c'est clair que de ce cas, comme de l'oxygène est disponible, on peut le prendre le plus tôt possible pour encore améliorer le truc...

 

Soit on sort, on se met sous oxy, on appelle l'ambulance et on sert les fesses...

Mais commencer à vouloir inventer et  broder des trucs, ça va pas être le meilleur des choix

Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, emmanuelC a dit :

Merci Nicolas @Nicolas Duguay,

C'est tiré de quel bouquin ?

C'est normalement dans les cours TDI et autres, sur l'usage de l'étanche.
Meme chez "le code Vagnon" dans son petit bouquin "Le vetement étanche" page 49, ou il est titré "La Stab l'équipement indispensable"

Edited by gerard95
  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Celà m'est arrivé ...une seule fois , et volontairement ---Il me semble que je l'ai déjà relaté ici...Je vais raconter rapidement...Plongée à l'air sur 55 m -- Nous sommes partis avec un ami sur son petit bateau, et  lui a invité son fils et un de ses amis.Je ne connais ni l'un ni l'autre .Mon copain m'assure qu'ils savent plonger......... Nous plongeons sur un pain de sucre dont le sommet pointu est à 26 m , et le sable à 55 m. 1 bloc en sécu à 6 m , et un autre reste dans le bateau .  Ancre posée sur le sable à proximité du rocher. La plongée se déroule normalement , des langoustes à la base du rocher et tout le monde y descend  . Nous remontons en tournant autour du rocher, nous sommes 10 m sous les 2 autres plongeurs  . Arrivé vers 30 m,les 2 plongeurs "inconnus" décident de remonter  , (nous sommes toujours vers 40 m)... ils vont jusqu'au mouillage s'y accrocher et commencent leur remontée ...Il nous reste à tous les deux pas mal d'air , plus grand chose à voir sur le haut du rocher , nous rejoignons le mouillage ..d'un coup le bout du mouillage commence à monter , puis arrive la chaine ...un coup d'oeil en haut , un nuage de bulle et je vois passer l'ancre .....nous sommes vers 30 m ...  puis l'ancre et la chaine redescendent, il n'y a plus de bulle , et les deux loustiques sont en train de remonter sur le bateau  .  Coup classique, ils n'ont pas géré les stabes , ce sont cramponné au mouillage et la petite ancre et petite chaine n'a plus suffit et ils n'ont pas réagi lorsqu'ils se sont vu dans les bulles .....

On attends qu'ils redescendent ...mais non, ils restent en surface, et un est en train de remonter sur la bateau ... s'ils ne redescendent pas , avec le temps fond que l'on vien d'avoir et leur vitesse de remontée, c'est L'ADD assuré..je décide de remonter en vitesse pour les faire redescendre...et je gonfle un peu ....je sens les bulles me picoter sous la peau ...étrange sensation ..arrivé en surface je les engueules copieusement, leur dit de redescendre au mouillage immédiatement et leur explique rapidement ce que l'on va faire... et demande la bouteille de sécu restée sur le bateau avant de redescendre ...On est donc rescendu à 30 m , resté au moins 5 mn, puis doublé les palier et terminé tout l'ai que l'on avait à 4/5 m .....  Le copain , lui avait continué sa remontée tranquille et nous à surveillé pendant la notre ... et pas de plongée le lendemain... Les deux loustiques qui savaient plonger...1 NIV  et l'autre sans niveau, c'est son père qui lui avait appris....  Du coup, ne pas faire confiance, même aux copains, toujours approfondir la question....

Je peu dire que la méthode à fonctionné sur 3 plongeurs ....

 

 

  • Merci 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 17 minutes, gerard95 a dit :

C'est normalement dans les cours TDI et autres, sur l'usage de l'étanche.
Meme chez "le code Vagnon" dans son petit bouquin "Le vetement étanche" page 49, ou il est écrit "La Stab l'équipement indispensable"

De mémoire, dans le manuel PADI et concernant la plongée "récréative", il y avait une différence selon le type de vêtement étanche utilisé :

Cas d'une néoprène => celui-ci s'écrasant avec la profondeur la flottabilité va varier au cour de l'évolution sous-marine, et une fois la quantité minimale injectée pour être non compressé, il faudra utiliser le gilet pour s'équilibrer.

Cas d'une toile => celui-ci ne s'écrasant pas (peu), son volume (donc sa flottabilité) reste inchangée (d'où le vieux terme de "volume constant"). De fait, la compensation du simple volume du vêtement suffit à la stabilisation.

Evidemment, ceci implique que le plongeur soit correctement lesté (quasi à minima en fait).

Dans le cadre de la plongée Tek (article du livre de @Nicolas Duguay), il est entendu que le plongeur est de fait surlesté (ils parlent de 9Kg). Ce surlestage est donc très difficile à compenser par le volume d'air à injecter dans le vêtement (inconfort et risque de rupture de la fermeture), et le gilet doit donc être utilisé quelque soit le type de vêtement étanche.

 Si @Nicolas Duguay peut nous mettre en photo la (les) pages précédentes, il me semble que c'est dedans...

Link to comment
Share on other sites

Bi 12 230 bars plus à minima une 7 litres à 200 bars. En gaz on est à 7 kg de différence entre plein et 50 bars. Tu rajoutes une S80 est on est aux 9 kg.

Mon aile fait 17 litres. Ca fait 10 kg de "poussée" en rab' en début de plongée...ça cause délà bien ! D'où mes 45 mètres/minutes à la remontée 🤪

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, NTD a dit :

Cas d'une néoprène => celui-ci s'écrasant avec la profondeur la flottabilité va varier au cour de l'évolution sous-marine, et une fois la quantité minimale injectée pour être non compressé, il faudra utiliser le gilet pour s'équilibrer.

Pour du néoprène 5 ou 7mm...

Pour du 2mm, ça change pas. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, nics a dit :

Pour du néoprène 5 ou 7mm...

Pour du 2mm, ça change pas. 

Peut-être oui (bien que je ne connaisse pas d'étanche en néo 2mm), mais je pense que le document se veut généraliste (néoprène d'un côté et toile de l'autre).

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, NTD a dit :

Peut-être oui (bien que je ne connaisse pas d'étanche en néo 2mm), mais je pense que le document se veut généraliste (néoprène d'un côté et toile de l'autre).

Sf tech par exemple...

Depuis... plus de 15 ans ?

Link to comment
Share on other sites

Le 02/04/2024 à 16:20, bardass a dit :

et bien, tu n'as pas dû avoir un gros débit lors de ton essai.
Car pour avoir fait des tests sur plusieurs stab pour préparer une session sur le sujet avec des Prépa N3, je peux t'assurer que lorsque cela débite fort, aucun purge rapide n'a été en capacité à compenser. Tests réalisés sur des stab scubapro et aqualung.

Salut,

Ca me titillait et j'avais promis un test, alors on a été plusieurs à voir ça hier... 

Testé en piscine avec Scubapro T-one :

- en surface, gonflé à fond (purge haute qui pete), on maintient la pression sur l'inflateur pour gonfler en continu tout en actionnant la purge haute : on coule...

- à 3m, équilibré (donc avec déjà de l'air dans l'enveloppe), on actionne l'inflateur tout en purgant avec la tirette purge haute : on ne bouge pas puis après 1/2 secondes on coule.

 

Ce test corrobore mes écrits précédents, en tous cas pour ce modèle de stab. La purge rapide haute a un débit plus important que ce que donne l'inflateur, donc en actionnant rapidement la dite purge si un inflateur reste ouvert on ne se fera pas embarquer.

C'est un test simplement technique, un constat, je n'en déduis donc pas les actions concrètes à mener sous l'eau.

Dernier point et non des moindres: si on a tardé à actionner la purge et qu'on a atteint une vitesse importante, la variation de volume va évidemment jouer en plus et modifier le résultat de cet essai (de manière pessimiste). Bon dans 3m d'eau c'était compliqué à réaliser 😆, je vais me le tenter en mer pour voir, je suis curieux !

  • Merci 2
Link to comment
Share on other sites

Merci @val74700 pour ce retex.

 

Je pense en toute sincérité que j'aurais mal réagi à ta place, même avec tous les conseils donnés (pas assez entrainé). J'espère que cela ne m'arrivera jamais ! Y avait-il un défaut de détendeur ou d'entretien ? Heureusement que tout va bien pour toi maintenant.

 

Moi même, j'ai subi une remonté très rapide, il y a maintenant quelques années, mais beaucoup plus cool que la tienne, et sachant que dans mon cas, c'était clairement de ma faute (détendeur qui fuse sans pouvoir l'arrêter, lâcher et reprise d'embout en retenant ma respiration !!!!! pour voir ce qu'il se passe au niveau de l'équipement.

Mais ma préoccupation première en remontant était de vider mes poumons pour éviter la surpression pulmonaire. J'étais redescendu ensuite dans la foulée, après avoir vu mon "prof" :) remonter quelques 1/2 minutes après moi. 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Le 06/04/2024 à 08:58, NTD a dit :

Dernier point et non des moindres: si on a tardé à actionner la purge et qu'on a atteint une vitesse importante, la variation de volume va évidemment jouer en plus et modifier le résultat de cet essai (de manière pessimiste).

C'est bien là le problème. A 45 m/minute...

Ma stab' fait 17 litres, donc, avec cette vitesse là, elle prend, lors de mon ascension, 1.3 litres par seconde.

En plus, je ne suis pas parti équilibré, mais stab' gonflée à bloc. 

J'ai dû mettre  une dizaine de secondes (je pense ?) pour percuter et réagir en débranchant mon inflateur.

Techniquement en début de plongée je dois être gonflé aux alentours de 7-8 litres, ça fait donc un surplus à virer de 10 litres, plus 1.3 litres par seconde de variation de volume à la montée !

 

Je ne connais pas les débits des purges rapides/lentes sur les stab', si quelqu'un a ?

 

J'ai fait le test samedi. En me tenant à un objet au fond, j'ai gonflé à bloc et ai lâché. En réagissant tout de suite, j'ai pris pas loin de deux mètres avant de m'arrêter. Et encore, je n'appuyais pas en même temps sur l'inflateur.

 

Sinon tout va bien, j'ai fait une modif' "qui va bien" sur ma stab', dimanche j'étais bien :D

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.