MAGAZINE

News

24/09/2008

Plongée & Handicap : la FFESSM retrouve la raison !

Cet article fait suite à notre édition spéciale du 10 juillet

vous avez été informés début juillet du grave problème de discrimination dont a été victime François-Pierre Langlois, plongeur photographe que vous connaissez bien à travers ses articles et tests techniques sur notre média plongée préféré, Plongeur.com. Il s'agissait d'une lettre ouverte à Roland Blanc, Président de la FFESSM, posant des questions sur la chaîne de décisions inique qui a conduit François-Pierre à se voir interdire l'accès d'un simple stage photo fédéral, alors qu'il venait de participer une semaine plus tôt aux demi-finales du championnat de France de photo sous-marine, du simple fait que celui-ci porte les traces d'un handicap récupéré. Le caractère exceptionnel de la récupération de ce handicap est aujourd'hui reconnu par tous. Voici en substance ce que nous précise François-Pierre Langlois : lt-copen.gifLa réponse de Roland Blanc m'est parvenue aujourd'hui. Je suis heureux de pouvoir dire qu'elle me donne totalement satisfaction, elle apporte un éclairage nouveau sur les mécanismes qui peuvent conduire à de telles injustices. Je le remercie vivement d'autant de franchise et des démarches qu'il a personnellement mis en oeuvre pour régler définitivement cette affaire. Notons que le Président regrette de ne pas avoir pu suivre la voie tracée par Pierre Dunac, Président fédéral de la région dont je dépends et Président de la commission juridique, qui a pris l'initiative de la seule mesure efficace durant toute cette période pour soulager les conséquences du mal qui avait été fait. Mais je note aussi à quel point il semble actuellement difficile de diriger une grande machine comme une fédération Nationale quand les conservatismes et les positions déontologiquement limites ont encore le pouvoir de faire barrage aux positions réfléchies, mesurées, sereines et intelligentes. »
Marseille, le 19 septembre 2008 Cher Monsieur, J’aurais souhaité pouvoir vous écrire bien plus tôt que vos difficultés s’achevaient enfin. Je vous dois donc, au nom de la Fédération, des excuses pour la situation dans laquelle vous avez été placé en raison de l’application rigoureuse d’une réglementation en connaissance de son abrogation programmée. Je vous dois encore des excuses pour la lenteur avec laquelle la fédération vient enfin vous apporter une solution positive et définitive. Il faut que vous sachiez que votre Président de région, Pierre DUNAC, m’a interpellé ainsi que les membres du Comité Directeur National, dès qu’il a eu connaissance de votre situation. Il nous a transmis l’ensemble des éléments ainsi que la décision responsable qu’il a immédiatement prise pour résoudre, à son niveau à savoir au sein du Comité Interrégional Pyrénées-Méditerranée, tout problème. Il nous a également demandé l’organisation d’un vote par mail du CDN afin d’abroger au plus vite l’article réglementaire à l’origine du litige, puisque cette abrogation avait été demandée par la Commission Médicale et de Prévention Nationale dès le comité directeur national du mois de juin et donc adoptée par cette commission bien avant. J’aurais pu peut-être prendre à mon niveau la même décision que celle prise par votre président de région. Malheureusement, et même si cela ne devrait pas être le cas, les choses sont souvent plus délicates au plan national qu’au plan régional. L’idée d’un votre électronique m’est donc apparue comme étant la meilleure solution. Pour preuve d’ailleurs que les choses sont ici plus délicates, à ma grande surprise, l’un de mes vice-présidents s’est opposé au principe même de l’organisation du vote. Je ne vous cache pas que les raisons de cette opposition dépassent mon entendement et je fus consterné de ne par trouver là une issue rapide à votre situation. Parallèlement, et sans rapport avec votre cas particulier, nous avons élaboré un nouveau règlement médical durant l‘été pour lequel le CDN avait décidé,  au mois de juin, qu’il serait consulté et voterait par mail. Ce règlement vient donc d’être soumis au vote et  d’être adopté. Il ne reprend pas, comme prévu, l’article qui a été la source de vos ennuis. Dès lors, et en vous renouvelant toutes nos excuses, j’ai enfin la joie de vous annoncer  officiellement que seul votre certificat médical de non contre-indication, sans autre visa   ou formalité supplémentaire, suffit désormais à satisfaire les obligations réglementaires  en la matière. Veuillez agréer, Cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments sportifs et respectueux. Roland BLANC Le Président
lt-copen.gifCette lettre m'est parvenue le 19-09-2008 le lendemain même d'une réunion au Conseil Départemental de l'Aude de l'Ordre National des Médecins. Cette réunion de médiation faisait suite à la plainte déposée contre les deux médecins concernés par cette affaire : le médecin régional de la commission médicale et le Médecin fédéral national de plongée Handisport. Je veux informer, pas faire une chasse aux sorcières, les noms des médecins ne seront donc pas mentionnés. Lors de cette réunion étaient convoqués le docteur D….. (médecin régional), François-Pierre Langlois, en présence du docteur Delgado Vice-Président du Conseil Départemental et du docteur Baux Conseiller Ordinal. Le PV de réunion conclu dans les termes suivants : « Après en avoir débattu avec M. Langlois, le Dr D…. ne peut que déplorer et regretter les désagréments occasionnés par une réglementation désormais désuète et souhaite à l'intéressé de pratiquer son activité de plongée avec autant de passion et de plaisir. » Ces excuses faites en réunion officielle m'ont paru suffisantes pour arrêter l'action en cours. Je ne dirais rien de l'action encore en cours contre l'autre médecin. Le président Roland Blanc fait allusion à l'attitude stupéfiante d'un de ses vice-présidents. Les acteurs du forum m'ont permis d’avoir récemment connaissance des propos écrits de ce Vice-Président. Ils sont effectivement outranciers et édifiants à ce niveau de responsabilité. Nous apprenons que le médecin fédéral national de plongée Handisport a démissionné de ses fonctions nationales. Enfin et c'est le plus important, je tiens à remercier à travers ce courrier les très nombreuses personnes, que ce soit sur le site de plongeur.com ou ailleurs, qui se sont manifestées par leur soutien, leur témoignage et pour certains, leur aide efficace. Parmi eux je n'oublie pas les officiels FFESSM et FFH (même si, je ne suis pas membre de la FFH) : Pascal, Gabriel..., les amis : Fabrice, Françoise, Jean-Marc, Michel, François, Olivier, Frédéric, Stéphane, Didier..., également mon Médecin fédéral et les médecins qui ont osé prendre parti. Je renouvelle mes remerciements au président Pierre Dunac, au président adjoint Philippe Grand, et enfin au Président Roland Blanc. Pour conclure, une telle épreuve a l'avantage d'apporter de nouveaux amis, je citerais les pensées de Nietzsche que m'adresse Jean-Marc au terme de cette histoire. "Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts" Et pour d'autres acteurs de ce dossier : «La souffrance d'autrui est chose qui doit s'apprendre.» «Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou.»

  • La Une
  • Santé, Accidents


SUR LE MÊME THÈME