MAGAZINE

News

28/10/2013
Formation pro : fin du monopole de l'INPP pour les Classe II A
plongeur professionnel formation scaphandrier
Scaphandrier ... une profession qui fait rêver beaucoup de jeunes, une vocation bien souvent. Depuis juin 2013 l'INPP a perdu son monopole pour la délivrance du niveau Classe IIA, une excellente nouvelle pour les plongeurs qui veulent faire carrière. Le scaphandrier est un plongeur professionnel (parfois appelé plongeur industriel pour le distinguer du moniteur de plongée) qui est apte et formé pour intervenir en milieu hyperbare. Ainsi il doit connaître et respecter les procédures pour accéder au chantier, y vivre pendant la durée des travaux et en sortir en toute sécurité. Cette technicité s'applique dans des secteurs très variés : travaux maritimes, opérations de génie civil, industrie nucléaire ou pétrolière... Il réalise sous l'eau des tâches qui se font généralement à l’air libre : soudage, découpe de métaux, raccords de tuyauterie, travaux de maçonnerie ou encore inspection de barrages ou d'épaves, le tout à des profondeurs qui peuvent atteindre 150 à 200 mètres. Les conditions de plongée sont bien souvent loin d'être idéales : mauvaise visibilité, eau froide, polluée, avec du courant... De plus, il est rare que ce métier puisse s'exercer "en bas de chez soi", le scaphandrier peut même être amené à s'expatrier. Heureusement les salaires peuvent être motivants, jusqu'à 10.000 euros par mois dans les situations extrêmes ! Les plongeurs accèdent à ce titre professionnel en quelques mois, la durée de la formation dépend de la spécificité choisie.
plongeur professionnel formation scaphandrier

Où acquérir ce Saint Graal ?

Depuis 1982, tout candidat à la formation de scaphandrier devait s’adresser à l’INPP (Institut National de Plongeur Professionnel), seule école en France agréée pour organiser des stages de plongeur professionnel (Classe 1, 2 ou 3, mention A). [nice_link]Pour en savoir plus et retrouver toute la liste officielle des organismes de formations : Arrêté du 21 juin 2013 portant agrément d'organismes habilités à dispenser la formation à la sécurité des travailleurs intervenant en milieu hyperbare[/nice_link] Une petite révolution vient bouleverser ces habitudes séculaires : l’INPP perd son exclusivité pour la formation des Classe IIA au profit du CMPP (Centre Méditerranéen de Plongée Professionnelle) et du Cap Trebeurden. Le Centre Méditerranéen de Plongée Professionnelle (CMPP), basé dans le Var à Bandol, vient d’obtenir du Ministère du Travail l’agrément lui permettant de dispenser des formations de scaphandrier Classe II A. Cet acteur n'est pas nouveau dans le monde la plongée, puisqu'il forme les plongeurs pro marocain depuis 2009 : CMPP Maroc. Quant au Cap Trebeurden, basé en Bretagne, il proposait déjà des formations classe I, il enrichit ainsi sa gamme de formation. Les premières sessions de formation dans ces centres se déroulent en janvier... il est encore temps de se renseigner !
CMPP CAP TREBEURDEN
Une bonne nouvelle donc pour le monde des professionnels de la plongée qui aura ainsi accès à des sessions de formation plus nombreuses, et gageons que cette concurrence soit une émulation positive pour des formations de qualité. [nice_info]Différence entre un Classe IIA et un Classe I B : tout comprendre ! En fonction de leur formation, les scaphandriers ont accès à plusieurs zones de profondeurs, définies par une catégorie, appelée « Classe » : - « Classe 0 » pour travailler jusqu’à 12 mètres de profondeur ; - « Classe I » pour travailler jusqu’à 30 mètres de profondeur ; - « Classe II » pour travailler jusqu’à 50 mètres de profondeur ; - « Classe III » pour travailler au-delà de 50 mètres de profondeur. Leur formation leur donne également accès à différents types de métiers, définis par une mention correspondant à l’activité professionnelle exercée : - Mention A pour les travaux subaquatiques (activités de scaphandrier) : travaux maritimes, pétroliers, industriels, opérations de génie civil (BTP), etc. ; - Mention B pour les interventions subaquatiques : a) Activités physiques ou sportives ; b) Archéologie sous-marine et subaquatique ; c) Arts, spectacles et médias ; d) Cultures marines et aquaculture ; e) Défense ; f) Pêche et récoltes subaquatiques ; g) Secours et sécurité ; h) Techniques, sciences et autres interventions. - Mention C pour les interventions sans immersion : concerne essentiellement les personnels affectés à la mise en œuvre des installations hyperbares médicales (médecins, infirmiers, aides-soignants, techniciens, etc.) mais également les travailleurs intervenant dans les domaines : a) de la défense ; b) des secours et de la sécurité ; c) scientifiques et techniques. - Mention D pour les travaux sans immersion: concerne tous les autres personnels qui interviennent en milieu hyperbare sans immersion (tunneliers, soudeurs hyperbares, tubistes, agents des centrales nucléaires, personnels de l’industrie aéronautique, etc.).[/nice_info]

Merci au CMPP pour les images d'illustration.


  • Formation, profession


SUR LE MÊME THÈME