MAGAZINE

News

14/06/2010

Bien choisir une configuration photo sous-marine : une mission pas toujours facile (1)

Bien choisir une configuration photo sous-marine - compact - chapeau
Vous avez prévu très bientôt le voyage de plongée de votre vie et vous souhaitez ramener des souvenirs mémorables et personnels de vos immersions pour les partager avec vos amis. Si vous hésitez encore à choisir l’appareil photo pour immortaliser les rencontres sous-marines alors cet article est pour vous. Nous allons vous dévoiler ici quelques conseils pour faire le bon choix et pour ne pas vous tromper dans le choix de la configuration. Dans ce 1er volet, nous allons vous renseigner sur le choix d’un compact numérique et de ses accessoires.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - compact
Si vous n’avez jamais pris de photos sous-marines, le compact numérique est le meilleur compagnon que vous pourrez trouver pour immortaliser les instants magiques de vos plongées. A ce stade, nous vous déconseillons le reflex numérique qui nécessite une mise en place plus complexe ainsi qu’une connaissance minimale des principes de photos sous-marines pour effectuer les bons réglages et bien choisir les objectifs.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - compact
De plus si vous êtes un adepte du PMT (palmes, masque, tuba) le compact a l’avantage d’être léger, maniable et facile à transporter. Les compacts numériques disposent souvent d'un objectif de type zoom inamovible et le seul format d’enregistrement des photos est le JPEG.

Le capteur

Depuis quelques années, les constructeurs de compacts numériques se livrent à une course effrénée et c’est à celui qui proposera la définition la plus grande pour ses capteurs (c’est à dire le nombre de pixels disponibles). Cette définition se mesure en mega pixels : 1 mega est équivalent à 1 million de pixels. Malheureusement, la définition des capteurs a beaucoup augmenté mais leur taille a très peu varié depuis l’avènement des compacts. Au départ, on trouvait 2 mega pixels (2 millions) sur un capteur d’une taille de 8 mm de largeur par 6mm de hauteur. Aujourd’hui on en trouve jusqu'à 12 millions. Cette inflation dans le nombre de pixels a été surtout un argument marketing développé par les constructeurs car il fallait bien trouver une unité de mesure compréhensible par les non spécialistes.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - capteur Bien choisir une configuration photo sous-marine - capteur
L’inconvénient d’un grand nombre de pixels sur un petit capteur est la perte de qualité à cause du phénomène que l’on appelle le bruit : lorsqu’ils sont trop serrés, les pixels émettent de l’énergie qui provoque la perte de netteté dans la photo. Il est devenu difficile de trouver des capteurs avec une définition inférieure à 10 mega pixels et nous pensons que c’est une taille largement suffisante pour réaliser des photos de qualité.

La mémoire

Aujourd’hui, le prix des mémoires est devenu très bas par rapport au début de la photo numérique en 2002-2003. Il ne faut pas hésiter à acheter des mémoires avec une taille importante comme 4 ou 8 giga octets (1 giga = 1000 fois 1 mega). Avec un compact d’une définition de 10 mega pixels, le poids d’une photo est d’environ de 2,5 mega octets au format JPEG avec la taille maximale. Avec une mémoire de 8 giga, vous pourrez enregistrer 8000 / 2,5 = 3200 photos. N’hésitez donc pas à acheter une ou deux mémoires supplémentaires si vous ne souhaitez pas télécharger vos photos sur un ordinateur pendant votre voyage.

L’objectif et les compléments optiques

En général, les compacts numériques sont livrés avec des objectifs allant de 35 à 110mm en équivalent 35mm. C’est largement suffisant pour réaliser des photos sous-marines surtout si votre appareil dispose d’une fonction macro vous permettant de vous approcher à quelques centimètres des sujets. Mais 35 mm de focale peut s’avérer un peu juste pour la photographie grand angle. Dans ce cas, nous vous conseillons d’opter pour un appareil photo qui possède un complément grand angle adaptable soit sur le caisson, soit sur l’appareil lui-même pour avoir un angle plus important.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - compact

La fonction macro

Dans le paragraphe précédent, nous avons évoqué la fonction macro : elle est indispensable en photo sous-marine car elle permet de vous approcher très près des sujets les plus petits et avoir un cadrage maximal. En général, sur les compacts cette fonction est matérialisée par une petite fleur et la distance minimale de mise au point passe de 30 cm à quelques centimètres. Certains appareils possèdent même un mode super macro qui permet d’avoir une distance de mise au point de 2 centimètres. La fonction macro est une priorité dans le choix de votre compact.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - photo prise avec un compact

Le flash interne et les batteries

L’utilisation d’un éclairage artificiel est indispensable en photographie sous-marine car la lumière naturelle est absorbée par l’eau et si vous souhaitez montrer les couleurs présentes chez tous les sujets sous-marins, il faut par exemple utiliser un flash. C’est pour cette raison que votre compact numérique doit posséder un flash interne suffisamment puissant pour pouvoir illuminer des sujets distants de 50 centimètres sous l’eau. Il ne sera pas possible de les utiliser à une plus grande distance.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - compact
Le flash interne utilise la batterie interne de l’appareil et il est très consommateur. Il n’est pas rare qu’un jeu de batterie de type AA ne dure que 2 plongées. C’est pour cette raison que nous vous conseillons de choisir un appareil photo avec une batterie constructeur qui se recharge car elle dure beaucoup plus longtemps que les batteries AA. C’est un critère indispensable si vous ne voulez pas que votre appareil s’arrête de fonctionner à la moitié d’une plongée alors que le poisson lune que vous rêviez de rencontrer est justement en face de vous. Les batteries AA rechargeables ou non sont pratiques à l’usage mais elles ne sont pas très fiables et sont moins performantes que les batteries fabriquées par le constructeur de l’appareil.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - compact

Les fonctions supplémentaires intéressantes

Si vous n’êtes pas très à l’aise avec les logiciels de correction de photo sur ordinateur ou si vous n’avez pas de temps à consacrer au post-traitement de vos clichés, nous vous recommandons d’acheter un appareil disposant de quelques fonctions d’ajustements du contraste, de la lumière et de la saturation des couleurs. Ces fonctions sont parfois un peu délicates à utiliser et vous devez apprendre à calibrer votre appareil photo en fonction des conditions de plongée dans lesquelles vous plongez car les réglages ne sont pas les mêmes si vous plongez en Méditerranée ou en Bretagne par exemple. Si vous n’êtes pas certain de bien pouvoir régler votre compact numérique, nous vous conseillons de laisser les réglages standards tels qu’ils ont été définis en usine car une fois vos photos enregistrées au format JPEG, vous aurez beaucoup de mal à revenir en arrière même avec un logiciel de correction (ce n’est pas le cas avec les bridges ou les reflex qui peuvent utiliser le format RAW pour la prise de vue comme nous le verrons dans le prochain volet de cet article).

Les fonctions de contrôle de l’exposition

Même si vous débutez la photographie sous-marine ou alors que vous ne souhaitiez pas vous ennuyer avec des réglages pendant vos plongées, nous vous recommandons de choisir un appareil dont les fonctions de contrôle de l’exposition sont débrayables : vitesse, ouverture, sensibilité et compensation du flash. Même si ces termes peuvent vous paraître un peu complexes et que vous ne comprenez pas l’intérêt de ces fonctions, nous vous recommandons de choisir un compact qui les possède car au bout de quelques plongées et avec un peu d’habitude vous allez les utiliser. Par exemple, le réglage de l’ouverture va vous permettre de régler la profondeur de champ ; le réglage de la sensibilité va vous permettre de photographier dans des endroits avec peu de lumière naturelle comme les grottes ; le réglage de la vitesse va vous permettre de saturer les couleurs bleues. Et ce ne sont que quelques exemples d’application. Le seul moyen pour vérifier que l’exposition d’un cliché sous-marin est correcte est d’utiliser la fonction histogramme : c’est une courbe affichée dans l’écran de contrôle LCD de l’appareil photo et qui montre le niveau des lumières pour tous les pixels des capteurs. Lors de l’achat de votre appareil, assurez-vous de l’existence de cette fonction ou et qu’elle est facilement accessible en plongée même avec des gants de 7mm.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - photo prise avec un compact

Le choix du caisson

Le choix d’un caisson est assez difficile car il existe deux types de matériel : le caisson proposé par le constructeur de l’appareil photo et le caisson proposé par des constructeurs spécialisés comme Aquatica, Ikelite ou d’autres. Le choix du caisson va dépendre de l’usage que vous allez faire de votre appareil photo sous-marin : si votre boitier est destiné à un seul voyage, nous vous conseillons le caisson fabriqué par le constructeur car il est simple à utiliser, peu cher et dispose de l’ensemble des boutons pour accéder aux fonctions absolument nécessaires.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - caisson constructeur pour compact Bien choisir une configuration photo sous-marine - caisson constructeur pour compact           Bien choisir une configuration photo sous-marine - caisson constructeur pour compact  
Bien choisir une configuration photo sous-marine - caisson  constructeur spécialisé pour compact  
Bien choisir une configuration photo sous-marine - caisson  constructeur spécialisé pour compact
Par contre si vous pensez que votre appareil va servir pour de nombreux voyages ou alors pour 50 plongées par an, nous vous conseillons de vous orienter vers un caisson plus évolué comme ceux de la marque Ikelite car il vous permettra d’accéder à tous les fonctions de votre boîtier et surtout il vous sera possible d’adapter facilement un flash externe. De plus les caissons fabriqués par des constructeurs spécialisés sont plus solides et peuvent aller plus profond sans risquer la fuite d’eau. Lorsque vous choisissez un caisson assurez-vous qu’il est adapté à la profondeur à laquelle vous évoluez régulièrement quand vous plongez. En effet, si vous avez l’habitude de plonger à 50 mètres, vous ne pourrez pas utiliser un caisson fabriqué pour descendre à 40 mètres.

Le choix d’un flash externe

Après quelques plongées, vous allez très vite vous rendre compte que le flash interne est insuffisant pour photographier des sujets situés à plus de 50 centimètres de l’objectif. Il va devenir nécessaire d’acquérir un flash externe. La plupart des compacts numériques ne permettent pas de connecter un câble pour commander un flash : la seule connexion possible est la fibre optique. Le flash externe est alors commandé par un le flash interne à l’aide d’un dispositif très simple qui se fixe sur le caisson : c’est la technologie appelée STTL dans laquelle nous n’entrerons pas dans les détails dans le cadre de cet article. Si vous achetez un flash sous-marin, assurez-vous qu’il fonctionne avec une fibre optique et qu’il est le plus puissant possible. L’unité de mesure de la puissance est le nombre guide noté NG : une valeur raisonnable pour le NG est entre 7 et 10.

Quelques accessoires indispensables

En photographie sous-marine, il nous arrive souvent de réaliser des photographies en lumière naturelle (c’est à dire sans éclairage artificiel). Le milieu marin absorbe une bonne partie de la lumière et les photos prises en lumière naturelle ont tendance à avoir une teinte bleue ou verte : tout dépend de l’endroit où vos plongez. Afin de faire apparaître un peu de rouge, d’orange ou de jaune sur les clichés, nous utilisons un filtre orange lorsque nous plongeons entre 0 et 25 mètres. Avec un compact numérique, l’idéal est de fixer ce filtre orange directement sur le devant du caisson : vous devez vous assurer que vous pourrez disposer de cet accessoire lors de l’achat de votre matériel.
Bien choisir une configuration photo sous-marine - photo prise avec un compact
De nombreux constructeurs comme Sealife propose un filtre dit sous-marin dans les réglages des boîtiers : il est vendu d’un point de vue marketing comme s’il se substituait à l’utilisation d’un filtre orange ; ce qui est complètement faux. Ce filtre consiste simplement à changer la balance des blancs de l’appareil pour essayer de faire apparaître des couleurs un peu plus chaudes dans les photos. Rien ne remplace un véritable filtre orange qui va laisser passer les couleurs rouge, orange et jaune et filtrer les couleurs bleue ou verte. Un autre accessoire qui nous semble indispensable est le complément grand angle qui vient s’adapter sur le devant du caisson. Nous l’avons déjà évoqué et vous devez vous assurer qu’il est possible de l’adapter facilement.

Finalement...

Pour bien choisir un compact numérique et son caisson pour la photographie sous-marine, nous vous recommandons de choisir : - une définition de 10 mega pixels pour le capteur de votre boitier ; - d’avoir au moins deux mémoires de 8 giga octets pour partir en voyage ; - un boîtier avec une batterie capable de faire au moins 500 photos même si vous utilisez le flash intégré. Nous recommandons d’utiliser la batterie du constructeur ; - un caisson qui va dépendre de vos besoins et du nombre de plongée que vous allez effectuer avec votre appareil ; - un boîtier disposant de fonctions simples de correction de photos ; - un boîtier où les fonctions de contrôle de l’exposition sont débrayables ; - un caisson capable de supporter un flash externe commandé par une fibre optique ; - un caisson capable de supporter un filtre orange et un complément grand angle. Dans un article à venir nous vous informerons sur le choix d’un bridge numérique ou d’un reflex numérique et de leurs accessoires.

  • Photo et Video sous-marines
  • Matériel, équipement, infrastructures
  • La Une


SUR LE MÊME THÈME