MAGAZINE

News

06/08/2009

Quand le DRASSM s'intéresse aux trésors engloutis de Juan De Nova

Pour la première fois, des scientifiques du Département de recherche archéologique subaquatique et sous-marine (Drassm) ont jeté les bases d’un inventaire du patrimoine maritime des Éparses dans l’océan indien. Cette route de navigation a connu de nombreux naufrages qui n’ont jamais été étudiés. Les différentes îles Éparses ont vraisemblablement été toutes découvertes fortuitement par les Européens lorsque les premiers navires marchands sur la route des Indes doublaient le cap de Bonne-Espérance. C’est le cas de l’île Europa dont l’existence est connue de la Compagnie des Indes et des Français installés à Madagascar et qui est alors utilisée comme refuge par des pirates fuyant la Marine Royale française. L’île Juan-de-Nova est également connue des premiers navigateurs européens. Situées autour de Madagascar et de l’archipel des Comores et non loin de la Réunion ou encore de l’île Maurice qui deviendront des colonies françaises, les îles sont peu à peu intégrées à l’empire colonial français. Route maritime très fréquentée, le canal du Mozambique recèle de trésors qui n’ont été qu’épisodiquement localisés voire étudiés. Les scientifiques du Département de recherche archéologique subaquatique et sous-marine (Drassm), dépendant du ministère de la Culture et de la Communication profite de la  mission du Marion-Dufresne dans ce cinquième district des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) pour pouvoir intervenir dans cette zone. Le Marion Dufresne est un navire polyvalent. Lancé en 1995, il assure deux fonctions principales :
  • La recherche océanographique : sur la majeure partie des océans, sous la responsabilité de l'IPEV.
  • La logistique des îles australes françaises : Crozet, Kerguelen, Amsterdam, sous la responsabilité des TAAF
Le Drassm n’a pu se rendre sur ces sites qu’une seule fois dans les années 80, et seulement à Bassas da India. Dans le peu de temps qu’ils disposeront , les archéologues ,chargés d’évaluer le patrimoine historique potentiel de l’ensemble du domaine public maritime (DPM) français, veulent établir dans les Éparses une carte des plus précises possibles, pour recouper celles du service hydrographique et océanique de la Marine. sstottenham.jpg Sur Juan de Nova, où les épaves fleurissent, même les plus récentes ont leur intérêt. Le travail doit être réalisé aussi bien sur les plages que sous l’eau. C’est ainsi que l’équipe va travailler sur une épave déjà connue mais restant elle aussi à répertorier avec des coordonnées GPS précises et des photos d’identification, l’épave du S.S. Tottenham, un navire marchand britannique échoué sur le récif au sud de Juan de Nova. Grace à des photos satellites, l’équipe a repéré, avant leur départ, des traces qui laissaient supposer un échouage non loin de ce navire britannique. Les scientifiques découvre sur place pas moins de 19 pièces d’artillerie en ferraille d’environ 1,80 m, entièrement concrétionnées et alignées de part et d’autres d’un chenal virtuel et corail, une ancre monumentale qui dépasse de l’écume. En faite, les archéologues estiment que ce n’est pas les traces d’un naufrages mais plutôt d’un déséchouage. Les canons sont trop bien alignés de part et d’autre d’un chenal, comme si l’équipage avait voulu se délester des canons pour soulager le bateau. L’ancre a pu servir de point de fixation pour ensuite haler le navire. Parallèlement, d’autres membres de l’équipe grâce un magnétomètre relèvent le signal d’un cargo de 80 m de long, gisant entre 15 et 30 m et dans un état de conservation exceptionnel. Ils plongeront à Juan à six reprises sur des épaves ainsi découvertes, dont une autre de 100 mètres de long.

st-juan-de-nova.jpg

Ce travail de prospection, les archéologues du Drassm le répèteront avec plus ou moins de bonheur sur l’ensemble des îles Éparses visitées par le Marion Dufresne. Pour mieux comprendre le travail des archéologues de la mer, plongeur.com vous invite à visiter ce site : http://www.archeologie-sous-marine.culture.fr/

  • Plongée Tech, Spéleo, Epaves


SUR LE MÊME THÈME