MAGAZINE

News

12/08/2009

2nd Mediterranean Freediving Meeting and Depth Competition, comme si vous y étiez !

"Il faut toujours connaître les limites du possible. Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions."

"One should always know the limits of the possible, not to stop there but to be better prepared to attempt the impossible."

Romain Gary, Charge d'âme.

MGuillaume néry - poids constant sans palmes photo fred buyleichèle m'en avait dit tellement de bien, que lorsqu'elle m'a proposé de participer au "2nd Mediterranean Freediving Meeting and Depth Competition "en Grèce du 22 juin au 5 juillet 2009, l'hésitation n'a été que de courte durée. Après tout, il faut bien commencer un jour.

L'aventure débute quelques mois plus tôt avec les entrainements en eau chlorée. Passage obligé, surtout lorsque l'on vit sous d'autres cieux que les tropiques, mais dont la majorité des apnéistes se passerait bien. Les milieux naturels, si possible, salés et chauds étant privilégiés, on s'en douterait.

Après moult allers et retours à compter les carreaux de la piscine, j'ai essayé les yeux fermés je nage de biais, les beaux jours arrivent enfin.  Nicolas Guerry, qui participe également à la compétition, et moi délaissons alors quelque peu les bassins, pour les lacs environnants. Ces entrainements en profonde sont indispensables pour habituer peu à peu le corps à la pression de l'eau, ainsi que pour entrainer l'égalisation des oreilles.  En effet, plus que l'apnée en tant que telle, ce sont ces deux aspects qui limitent la plupart les apnéistes dans leur descente. La compensation des tympans m'arrête d'ailleurs  à ce moment à 25 mètres environ.

Je ne m'inquiète cependant pas. L'objectif principal de ma participation étant de vivre une première expérience d'apnée profonde dans le contexte d'une compétition. De plus, la première semaine étant dédiée à l'entrainement et ayant sollicité le coaching du franco-canadien William Winram, j'aurai tout loisirs d'améliorer mon aisance dans l'eau, et donc de progresser, avant de plonger dans les abysses à la recherche du tag tant convoité.

Le visage du dragon

Plombs - photo kimmo lahtinenSouhaitant  faire connaissance avec « le dragon » qui m'attend à Sougia, je participe, trois semaines avant le départ, à ma première compétition indoor dans le cadre des championnats Suisse d'apnée. Il est important pour moi d'initier mon voyage dans le monde  des "breath-hold divers" dans un lieu familier , donc sécurisant, de découvrir la tension, bien que toute relative à mon niveau, du top officiel, du protocole de surface, des juges, de tous ces petits riens, qui font beaucoup. Quelques athlètes inscrits à Sougia sont également présents. Philippe Beauchamp venu de son Québec natal, les belles et talentueuses anglaises Liv  Philip et Georgina Miller, leur compatriote Stuart Bond, mes acolytes suisses, Nicolas Guerry et Cédric Schmid, ainsi que William Winram qui a trouvé un slot entre deux avions pour nous rejoindre.

L'ambiance est excellente laissant présager le meilleur pour la Crête. Mon dragon m'apparaît plutôt docile, sympathique, quelque peu imprévisible, mais plein de belles surprises.

En route pour le paradis

Je pensais naïvement qu'en passant de la plongée bouteille à l'apnée ma vie de voyageuse serait allégée. C'était sans compter les combinaisons, la mono palme, les bi palmes, les plombs de cou, les masques, qui valent leur pesant d'or. Commence alors la val(i)se à trois temps de ce qui est absolument utile, moyennement utile et parfaitement inutile.
Sougia, crête - photo mayra vez
  Après 5 heures de voyage,  l'attente à l'aéroport d'Athènes pour le vol interne est longue, William Winram, Michèle Monico Winram, Paysage de crête - photo mayra vezNicolas Guerry, Philippe Beauchamp, Geneviève Tousignant et moi atterrissons enfin à Chania (prononcé Rania). Nous y retrouvons Ana Von Boettischer arrivée d'Allemagne et le français Romain Boisvieux. Des taxis nous emmènent vers notre destination  en parcourant une heure et demie des routes sinueuses et étroites sur lesquelles des chèvres sauvages ont élu domicile.  Le décor est planté : Welcome in Creta.  
Sougia, crête - photo mayra vez
 

Sifi le patron du restaurant lottos - photo andreas dimJulie gautier - photo andreas dimRandonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vezNous arrivons à Sougia en début de soirée. C'est un petit village pittoresque qui abrite hors saison une quarantaine d'habitants. Quelques hôtels de taille et en nombre raisonnables, préservant ainsi le paysage environnant, bordent la route principale. Les chambres sont en majorité équipées de cuisine, les hôtels ne servant pas de repas. Outre les logements, le village compte plusieurs restaurants , bars, shops et épiceries, ou dépanneurs comme diraient nos amis canadiens, dans lesquels on y trouve tout !  J'aurais pu alléger d'avantage encore ma valise. Pour les non-plongeurs ou pour les jours off, il y a le choix entre la plage, les randonnées pédestres, le ferry, les parois de grimpe, la chasse sous-marine ou tout simplement le farniente, discipline dans laquelle les apnéistes excellent en période de compétition. Entre deux tentatives, moins on en fait, mieux c'est !!

Randonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vezRandonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vezRandonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vezRandonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vez
 

Sougia, crête - photo mayra vez Randonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vezRandonnée aux alentours de sougia - photo by mayra vez

Stavros kastrinakis - photo by kimmo lahtinenNous sommes accueillis par Stavros Kastrinakis, l'organisateur de la compétition. Stavros vit de sa passion en prodiguant des cours d'apnée en Grèce. Il est accompagné dans la vie par la douce Panagiota Balanou, médecin hyperbare, juge, professeur de yoga et apnéiste. Il est l'initiateur de cette rencontre d'apnée qui a eu lieu pour la première fois l'année passée.  Bien que n'ayant aucun point de comparaison, cependant  les échos des "habitués" corroborent  mes impressions, il faut souligner le professionnalisme, la qualité, le sérieux et la gentillesse dont le staff  fait preuve. Tout est arrangé pour faciliter la vie des participants, qu'ils soient venus ou non pour la compétition: “Zone sèche” - photo by kimmo lahtinen- un planning d'entrainement avec une navette qui va et vient tout au long de la journée, permettant ainsi à tous les apnéistes de s'entraîner équitablement, - un bateau zone sèche,  rattaché à la plateforme, offrant la possibilité aux plongeurs de se reposer et de se concentrer en toute quiétude avant une performance, Plongeur de sécurité - photo by kimmo lahtinenOxygène de surface - photo by kimmo lahtinen- une plateforme (bateau) avec une ligne principale pour les tentatives d'un côté et une gueuse de l'autre, équipé de tout le matériel nécessaire pour assurer un niveau de sécurité optimal, - une équipe de plongeurs de sécurité hautement formés, attentifs, prévenants, encourageants et passionnés. En effet, après avoir passé des heures dans l'eau à veiller sur nous, ils n'ont qu'une envie, celle d'y retourner pour chasser, meditation.jpg- des meetings organisés quotidiennement pour faire le point de la journée et les prévisions du lendemain, - des cours de yoga délivrés par Panagiota tous les soirs, sans exception, - un site paradisiaque, Sougia, qui contribue pour une part à la réussite de cette compétition. L'eau turquoise est d'une pureté rare, les commerçants du village sont accueillants, souriants et d'une serviabilité sincère et honnête. On y mange bien, sans crainte et pour les amateurs, on y sert du vin local surprenant de prime abord, mais délicieux une Fred buyle, guillaume néry, william winram - photo mayrafois l'effet de surprise passé. Attention à l'alcool du pays, le Raki, dont même les effluves ont le pouvoir de vous ensorceler tel le chant de sirènes, - enfin,  Stavros a demandé à Fred Buyle de mettre à contribution de l'événement ses talents de photographe-apnéiste, et sa souplesse que l'on peut admirer sur les clichés de Kimmo Lathinen, afin d'immortaliser les moments aquatiques.
Plage de sougia - photo by mayra vez
  La majorité des « in  list » arrive entre samedi et dimanche. Beaucoup de participants se connaissent déjà, pour les autres, la cérémonie de bienvenue permet un premier contact amical et chaleureux qui s'intensifiera au cours de l'événement. Parmi les inscrits, quelques absents sont annoncés, dont les français Christian Maldamé et Marc Lenoir, la Russe  Natalia Molchanova et Bill Stromberg, président d'AIDA international.
Sled anna von boetticher - photo kimmo lahtinen
 

L'entraînement avec un premier record national grec en poids variable

Concentration avant le top officiel - william winram photo by kimmo lahtinenAvec la première journée d'entrainement débute également la première émotion forte. Elle a lieu sous l'eau... de ma douche!  Alors que j'enfile le bas de ma combinaison 3mm flambant neuve , avec ce que je pense être une grande précaution ,  elle se déchire sur plusieurs centimètres. J'étais pourtant prévenue de l'extrême fragilité de ce néoprène, mais j'étais loin d'imaginer la réalité ! Heureusement, ce matériau se recolle aussi très vite et très bien. Cette petite mésaventure me permet de découvrir la solidarité des plus chevronnés qui ont, outre le kit glue pour apnéistes maladroits, la gentillesse de m'apprendre la "chirurgie reconstructive" de cette 2ème peau. Mais l'entraide ne s'arrête pas là, Anna n'hésite pas à me prêter l'une de ses combinaisons pour me permettre de goûter, enfin, à l'eau de Sougia. Exquise. D'autres incidents, heureusement sans conséquence grave, arriveront aux uns et aux autres tout au long des deux semaines de meeting. Ces imprévus, tels que combinaison déchirée avant une tentative,  oreilles fatiguées, blessures aquatiques ou terrestres, perte d'équipements... font partie du « package » de l'apnéiste qui, avec le temps et l'expérience, vit cela avec avec beaucoup de philosophie.
Plateforme - bateau zone sèche photo by mayra vez
  Dans l'eau, chacun travaille durement pour atteindre ses objectifs. Certains sont venus pour participer à la compétition, d'autres visent des records nationaux ou personnels dans une ou plusieurs disciplines, ou encore ont opté pour un entrainement sans participer à la compétition. Pour ma part, je concentre mes efforts sur la compensation et l'aisance dans l'eau. J'opte donc, sur les conseils de William, sur une semaine d'entraînement en ne pratiquant que l'immersion libre. Cette discipline qui consiste à descendre en se tirant avec les bras le long d'une corde, permet de se relâcher facilement,  d'égaliser en douceur et  d'apprendre à connaître les réactions de son corps face à la pression de l'eau. Les débuts se déroulent dans une ambiance décontractée et amicale. Les conditions météorologiques sont excellentes, même si quelques nuages menaçants font des apparitions en fin de journée. La mer est claire, plutôt calme et agréable, bien que l'eau ne soit pas à température pour la saison. Elle est un peu froide au goût de certains (21°c), glaciale pour les habitués du coin. Peu, voire pas de courant,  des brises de vent lorsque la journée avance. Durant cette semaine, un premier record national grec tombe. Stavros atteint la profondeur de 106 mètres en poids variable (VWT /Variable Weight). Il a rejoint cette profondeur abyssale à l'aide d'une gueuse et a entamé sa longue remontée à la force de ses jambes en se propulsant avec une palme. Ce magnifique exploit est annonciateur de bons présages pour la suite des événements.
Stavros kastrinakis lors de sa tentative à 111 mètres en poids variable
 

Jour J-1

La veille de la compétition nous sommes tous réunis pour un meeting durant lequel sont rappelés le règlement AIDA et le déroulement de la semaine. La liste des départs se fera en alternance de l'annonce la plus profonde à la moins profonde, toutes catégories confondues. La compétition sera remportée par l’apnéiste ayant totalisé le plus de points. Les trois disciplines dans lesquelles les apnéistes se mesurent, avec la possibilité d’homologation (AIDA) en cas de nouveaux records, sont: CWT / constant weight - poids constant avec palmes : L'apnésite descend et remonte à l'aide d'une monopalme ou de bi-palmes, sans l'utilisation de ses bras et sans se tirer le long de la corde. Cette discipline requiert une parfaite coordination des mouvements et la maitrise des techniques d'égalisation.
Poids constant avec palme (cwt) - photo fred buyle
  CNF / constant weight no fins - poids constant sans palmes : Le plongeur descend et remonte sans l'utilisation d'équipement de propulsion (gueuse, palmes...), et sans se tirer le long de la corde. Cette discipline est la plus éprouvante et difficle parmi les catégories profondes. Elle requiert une parfaite maitrise technique et de coordination entre les mouvements, l'égalisation et la flottabilité.
Poids constant sans palmes (cnf) dave tranfield- photo fred buyle
  FIM / free immersion - immersion libre : L'apnésite plonge sans l'utilisation d'équipement de propulsion. Il se tire à la force des bras le long de la corde, tête en bas ou en haut, selon la capacité de chacun pour compenser. Cette discipline, peut-être plus que d'autres, apporte des sensations pures de liberté sous l'eau.
Immersion libre (fim) - apnéiste remontant d’une performance avec son tag photo fred buyle
  Contrôle des longes de sécurtié - photo mayra vezPhoto mayra vezLes juges, Kimmo Lahtinen, également grand amateur de photo sous-marine, ainsi que Panagiota vérifient la solidité et la validité des « lanyard », longe qui nous relie à la corde principale et assure une partie de notre sécurité. Les dernières recommandations données, Stavros annonce l'heure officielle à laquelle tout le monde s'aligne ! En effet,  tout retard implique une disqualification ! La réunion terminée, un délicieux repas offert par les organisateurs est servi. La soirée est belle, le ciel scintille de milles étoiles, cependant les rues sont vite désertées, l'extinction des feux se fait tôt ce soir là.

Jour J et les débuts d'une longue succession de nouveaux  de records nationaux

Michèle monico winram et sifi patron du restaurant lottosLe lendemain matin je me lève de bonne heure et retrouve Michèle sur la terrasse du Lottos où nous avons élu domicile depuis le début de l'événement. L'excellent Sifi (Joseph), patron des lieux et grimpeur émérite, nous sert un de ses excellents jus de fruits frais pressés afin de faire le plein de vitamines.  Les Dieux de la mer, des vagues et du ciel semblent s'être mis d'accord pour nous accorder une journée somptueuse !  Mais les nouvelles reçues via talkie-walkie de Panagiota qui se trouve sur la plateforme sont moins réjouissantes. Un fort courant dès la surface est signalé. Photo mayra vezIl faudra donc faire avec pour ma première tentative en immersion libre. J'essaie de me détendre au maximum en me convaincant que rien ne diffère d'un entraînement. - 2  minutes before official top - 1 minute ... 5, 4, 3, 2, 1 official top, 1, 2... j'inspire, profondément et entame doucement la descente. Je m'aggripe à la ligne, le courant est fort et m'entraine tel un drapeau. Ce sont des conditions nouvelles pour moi, dès lors j'ai de la difficulté à me relâcher complètement. M'approchant de mon objectif, je ne peux m'empêcher de regarder en direction du tag pour évaluer la distance qu'il me reste à parcourir ! Erreur - you look, you loose - me dira plus tard Guillaume Néry. Je suis à 38 mètres, la compensation se bloque, je décide de remonter, sans tag, à 2 petits mètres de mon objectif. Dommage.  En surface, je réalise le protocole de surface et ma performance est validée par un carton jaune. Je suis un peu déçue, mais heureuse de cette première expérience motivante pour la suite. J'ai encore quatre autres tentatives pour ramener ce fameux tag et pour valider la performance par un carton blanc.
Immersion libre dans un fort courant mayra vez - photo kimmo lahtinen
 
  Photo mayra vezÉtant dans les shalows - peu profond - j'ai plongé en deuxième. Je m'installe alors toute la matinée sur la terrasse de notre QG et observe, amusée, le va et vient des apnéistes. Il y a ceux qui, conformément à la règlementation AIDA, s'annoncent une heure avant leur top officiel auprès de Michèle, laquelle valide leur présence, ceux qui se détendent en pratiquant des massages et des étirements, ou encore ceux qui exercent leur mouth-fill en émettant un son gutural venu des profondeurs de leur poitrine, technique qui permet de compenser au-delà d'une certaine profondeur . Tout cette agitation intriguent les badauds installés sur la terrasse qui n'hésitent pas à venir poser des questions et prendre quelques photos souvenirs. Cette première journée se solde par de beaux résultats, puisque 3 nouveaux records nationaux sont validés. Ils seront suivis par une longue série d'autres belles performances qui s'effectueront dans une mer toujours plus belle et chaude et dans une ambiance détendue où la solidarité, l'esprit d'entraide et la bonne humeur prévalent, et ce malgré les enjeux importants pour certains compétiteurs.
Poids constant avec palme (cwt) - photo kimmo lahtinen
  Le français, Guillaume Néry, multiple recordman du monde en poids constant, délaisse quelque peu sa monopalme, sa spécialité, pour le poids constant sans palme. Il vise et réalise à trois reprises un nouveau record national français : une première fois avec 65 mètres, une seconde avec 72 mètres et une troisième avec 75 mètres. De belles performances qu'il effectue avec une aisance déconcertante, mais surtout,  avec un plaisir resté intacte depuis les années de pratique. Plaisir, par ailleurs, qui est communicatif.
Guillaume néry et julie gautier - photo kimmo lahtinen
  Le Danemark, fortement représenté, est venu à Sougia avec des objectifs ambitieux. Maria Livbjerg focalise ses efforts sur le poids constant. Ses efforts sont récompensés puisqu'elle part avec un nouveau record national danois plongeant à 65 mètres avec sa monopalme. Elle réussit également une jolie tentative en poids constant sans palme, mais sa plongée est invalidée par un carton rouge. Omettant de retirer son pince nez, cette faute de protocole lui vaut une malheureuse disqualification. Le dernier jour et malgré des conditions de mer difficiles, forte houle et courant, Jesper Stechmann réalise un magnifique 91 mètres en poids constant avec palmes, établissant ainsi un nouveau record danois.
L’équipe danoise : jakob hansen, jesper stechmann, maria livbjerg, rune hallum sørensen
 
Du côté de l'Allemangne, on retrouve la brillante Anna Von Boetticher, qui a troqué il y a deux ans environ ses bouteilles et détendeurs tek pour l'apnée. La gueuse l'emmène à 90 mètres, d'où elle repart, le tag en poche, pour rejoindre la surface à la force de sa monopalme. Elle établit ainsi un nouveau record national allemand en poids variable. Son objectif rempli, elle réalise un autre record national avec un 60 mètres en poids constant.

[youtube IodCF4buQZE nolink]

Anna Von Boetticher - National Record Variable Weight -90 m

Poids variable anna von boetticher - photo kimmo lahtinen
 
L'helvète, Nicolas Guerry, Champion du monde 2007 en statique à Maribor (Slovénie), voit également ses entrainements et sa persévérance récompensés, puisqu'il décroche un nouveau record national suisse en poids constant sans palmes avec 53 mètres.
Nicolas guerry - photo kimmo lahtinen
 
En Immersion libre, le record des USA  est battu par le sympathique et non moins brillant Robert King ou "Rob de Floride", descendu récupérer le tag à 82 mètres.
Immersion libre robert king - photo by kimmo lahtinen
 
Adel Abu-Haliqa, venu des Emirats Arabes, établit tour à tour pas moins de 4 records nationaux. En poids constants avec palmes 35 mètres, puis 43 mètres. En poids constant sans palmes, il remonte le tag des 21 mètres et en immersion libre, des 37 mètres. Ce sport étant relativement nouveau, il est peu, voire n'est pas pratiqué dans certains pays, cela laisse l'opportunité d'établir des records nationaux dans des zones moins abyssales que pour certaines autres nations.
Poids constant avec palmes (cwt) adel abu-haliqa - photo kimmo lahtinen
 
Enfin, Stavros Kastrinakis, après ses 106 mètres en poids variable, refait une tentative quelques jours plus tard à 111 mètres  qui se solde par un magnifique carton blanc et un nouveau record national grec. Il faut encore souligner les excellents résultats du canadien Philippe Beauchamp qui établit tour à tour deux records québécois. Le premier en poids constant sans palme avec 43 mètres et le second en immersion libre avec 50 mètres. Philippe qui débute dans la compétition semble détenir un avenir prometteur dans le milieu de l'apnée. Il vient par ailleurs de réussir les difficiles et exigeantes sélections pour être parmi les plongeurs de sécurité qu'Aida Canada délègue pour les prochains championnats du monde d'apnée profonde aux Bahamas en novembre prochain.
Poids constant sans palme (cnf) philippe beauchamp - photo kimmo lahtinen
  Pour quelques athlètes, les objectifs ambitieux qu'ils se sont fixés ne sont malheureusement pas atteints. Pour le franco- canadien William Winram, qui détient plusieurs titres panaméricains, sa tentative de record à 100 mètres en Immersion libre est manquée suite à une erreur de synchronisation d'alarmes entre sa montre et l'ordinateur officiel porté lors des tentatives jugées. En effet, en plongée l'apnéiste a la possibilité d'enclencher des alarmes sur son ordinateur afin d'être averti lorsque la profondeur pour se laisser couler est atteinte (freefall), ou quand c'est le moment de pratiquer le "mouthfill", ou encore lorsque l'objectif n'est plus qu'à 10 mètres. Ce sont les aléas des compétitions et William, qui n'en n'est pas à sa première expérience, vit cela avec humour et détachement. En outre, la compétition est certe un moyen de vivre pleinement sa passion et permet d'aller tutoyer la barre de ses propres limites, mais elle n'est pas tout. Depuis quelques temps, William, au côté de Fred Buyle, met à contribution ses compétences d'apnésite à d'autres fins, puisqu'il s'investit dans divers projets environnementaux et éducatifs en sillonant les quatre coins du monde.
Poids constant sans palme (cnf) william winram et stavros kastrinakis - photo kimmo lahtinen
 
Le suédois Johan Dahlström après avoir réalisé un "personnal best" à 90 mètres, tente de passer la barre mythique des 100 mètres en poids constant avec palmes. Bien qu'atteignant les 101 mètres et remontant avec le tag en surface, sa performance n'est pas validée. Nul doute cependant qu'il réussira à atteindre son objectif prochainement, il n'était qu'à "un souffle" de l'aboutissement. Le rendez-vous est en tous les cas déjà donné aux prochains championnats du monde au Bahamas.
Poids constant avec palme (cwt) johan dahlstörm - photo kimmo lahtinen
  Enfin, l'anglais Dave Tranfield, arrivé à Sougia avec l'objectif de décrocher un record national en poids constant sans palmes à 52 mètres, est quant à lui freiné dans ses performances par un état grippal qui ne le quittera jamais véritablement de tout l'événement. Mais Dave en a vu d'autres et avec son flegme tout anglais prend la situation avec sérénité. Il aura d'autres occasions pour réaliser son record.
Poids constant sans palmes (cnf) dave tranfield- photo fred buyle
  De mon côté, je poursuis ma route des "breath hold divers" avec l'envie grandissante de goûter à toute la quintessence de l'apnée qui résulte d'un subtil et délicat équilibre entre le physique, le mental et une pointe d'esprit.  

Rendez-vous est donné l'année prochaine

Le dimanche soir, l'événement est officiellement clôturé par un dîner offert par la mairie de Sougia, ainsi que par la remise des médailles. Liv Philip (UK) remporte la compétition, au côté de Guillaume Néry (F), vainqueur pour la deuxième fois consécutive. Tous deux reçoivent, outre les médailles et les honneurs, une invitation à participer gratuitement à la 3ème édition.
Stavros kastrinakis, panagiota balanou, liv philip - photo mayra vezGuillaume néry - photo kimmo lahtinenLes lauréats de gauche à droite - stavros kastrinakis (organisateur), liv philip, giorgina miller, robert king, sofus kreutzmann, guillaume néry, mayra vez, giorgios sakkas, anna von boetticher, jakob hansen, william winramL’équipe des “safety divers” - foivos diakogiannis, manos papadakis, andy dimitriou, giannis stoupas, nikos psarakis, giorgos papadopoulos
 

[TABLE=5]

[TABLE=6]

La partie officielle terminée, la soirée se prolonge jusqu'au petit matin, permettant ainsi à la bulle dans laquelle nous étions durant deux semaines de s'ouvrir en douceur au monde extérieur. Les premiers taxis quittent Sougia à l'aurore emportant avec eux des apnéistes heureux qui rêvent déjà, à la prochaine fois. poster.jpg Stavros travaille par ailleurs à son organisation. Le prochain meeting aura certainement lieu mi-juin 2010 (évent. du 12 au 27). Le lieu est encore à définir. Les places pressenties sont : - Agia Fotia, Sud Ouest de la Crête - L'île de Santorini - L'île de Kerkyra (Corfu) dans la Mer ionnienne. L'annonce définitive de l'événement se fera dans le courant du mois de décembre. Outre le lieu qui différera des deux précédentes éditions, celle-ci pourrait bien se faire sous l'égide internationale ! On attend donc les nouvelles avec impatience.     D'ici là, d'autres compétitions internationales ont lieu, dont notamment : Triple Depth 2009 - Egypte Dahap - du 1er au 7 septembre 2009 Aida Individual World Championship 2009 - Bahamas, Dean's Blue Hole - du 25 novembre au 5 décembre 2009   Un grand merci à Stavros, Panagiota, Michèle, Kimmo, Alex, à l'équipe des "safety divers" Foivos, Manos, Andy, Giannis, Nikos Psarakis and Giorgos, ainsi qu'au preneur d'images Fred. See you next year ! Poids constant sans palmes (cnf) - guillaume néry (f) photo fred buyleQuelques liens utiles Retrouvez Stavros en Grèce Fred Buyle - photographe apnéiste Toutes les photos de Kimmo Lahtinen  

  • Apnée
  • La Une
  • Championnats, compétition, salons


SUR LE MÊME THÈME