MAGAZINE

News

09/03/2008

La peau des concombres de mer inspire le développement industriel

concombres de mer ou holothurieUne holothurie est un animal invertébré, au corps mou et oblong, à symétrie radiale, à la peau rugueuse, possédant un cercle de tentacules autour de la bouche. Elle est aussi appelée concombre de mer ou bêche de mer. Son nom en portugais, bicho do mar, serait à l'origine du nom de la langue parlée au Vanuatu : le bichelamar. Il fait partie de l'embranchement des échinodermes et de la classe des holothurides. Il peut atteindre 25 cm de long. Il vit au fond des mers chaudes et est pêché en Indonésie et en Chine. Cet animal à la particularité de dégager, pour la plupart, des toxines en cas de stress intense d'attaque ou danger. Ces toxines sont dangereuses, voire mortelles, pour la plupart des poissons et autres animaux marins. Ces propriétés offrent un potentiel biomédical prometteur notamment pour des implants cérébraux, expliquent les chercheurs de l'université Case Western Reserve (Ohio), auteurs de cette étude parue dans la revue américaine Science datée du 7 mars. Il s'agit d'un nouveau polymère doté de qualités mécaniques et chimiques permettant de s'adapter à différents environnements. C'est ainsi que cette matière plastique peut devenir, tout comme la peau du concombre de mer, dure ou molle et inversement en quelques secondes au contact d'un liquide, ont précisé ces scientifiques. «Nous pouvons fabriquer ces nouveaux polymères en programmant leurs propriétés mécaniques à savoir, dans ce cas, leur degré de fermeté ou de souplesse quand ils sont exposés à des substances chimiques spécifiques», explique Christoph Weder, l'un des auteurs principaux de cette étude. «Ces nouveaux matériaux ont été conçus pour changer de consistance et passer de la dureté du plastique à la mollesse du caoutchouc mou quand ils sont plongés dans l'eau», précise Stuart Rowan, un membre de l'équipe de recherche. «Ces créatures peuvent rapidement durcir leur peau, normalement très souple, en réaction par exemple à une menace», ajoute Jef Capadona, un autre des auteurs de la recherche.

  • Biologie sous-marine, Faune et Flore


SUR LE MÊME THÈME