MAGAZINE

News

06/08/2009   par Plongeur.com

Quand les poissons rouges voient rouge

Depuis longtemps, les scientifiques pensaient que la lumière rouge n’avait pas d’importance pour les poissons, parce que les ondes de cette couleur sont progressivement absorbées par l’eau de mer à de faibles profondeurs. Faites l’expérience : à 10 mètres déjà, votre environnement sous-marin est dominé par le bleu-vert. Mais surtout, du moins si vous n’êtes pas un plongeur très expérimenté, ne répétez pas l’expérience de Nico Michiels. Ce zoologue, professeur à l’université de Tübingen en Allemagne, a eu l’idée saugrenue de plonger avec un filtre rouge sur son masque. C’est assez dangereux car l’absence de lumière blanche rend les instruments illisibles et le plongeur peut vite se retrouver désorienté. Mais Nico Michiels, bien équipé, a fait une découverte étonnante : un certain nombre de poissons et d’animaux marins semblaient produire une fluorescence rouge, invisible pour d’autres poissons. Il faut distinguer entre la couleur rouge (réflective) qui devient grise ou foncée avec la profondeur et la fluorescence rouge produite par certaines espèces. Nico Michiels en conclut, dans un papier scientifique, que cette fluorescence était une forme de communication et donne à cela quatre raisons.

les-yeux.jpg

Pour ceux qui ne se sentent pas de lire un papier scientifique en anglais, on peut les résumer brièvement : le rouge n’est visible que sur de courtes distances sous l’eau, donc il sert en quelque sorte de ‘conversation privée’ à certains poissons. Cette fluorescence se retrouve surtout chez des espèces benthiques, petites, vivant en paires ou en petits groupes ; elle présente une grande variation entre des individus de genres similaires et enfin, elle se trouve surtout aux endroits utilisés pour communiquer (quand on est poisson), comme les yeux et les nageoires dorsaux.

[video http://www.plongeur.com/media/les-poissons-voient-rouge.flv]

Les poissons étudiés pour ces expériences ont été collectés par les stations marines de recherche à Dahab en Egypte, et à Lizard Island en Australie. Nico Michiels a utilisé un masque Oceanic DataMask, un équipement révolutionnaire où l’ordinateur de plongée est intégré dans le masque et les données visibles de l’intérieur. Dans le cas où vous ne possédez pas ce petit bijou de technologie, il conseille d’emporter une lampe torche, d’avoir un filtre facilement détachable, et de rester dans une petite zone bien définie. Après tout, il serait très dangereux d’être pris en flagrant délit de tentative de drague d’un Ctenogobiops maculosus. Son partenaire pourrait voir rouge…  
Figure 8 - les poissons voient rouge
 
Figure 8 – légende a. : Enneapterygius destai agite sa première nageoire dorsale quand il est excité. b. : Interaction d’un couple de Corythoichthys schultzi montrant la fluorescence sur leurs queues. c. : Ctenogobiops maculosus bien camouflé devant son trou en lumière naturelle (insert) mais dont les yeux brillent rouge. d. Bryaninops natans dont les doubles pupilles des yeux sont également visibles en fluorescence.
figure-1.jpg
faune-fixe.jpg
 

  • Biologie sous-marine, Faune et Flore


SUR LE MÊME THÈME