MAGAZINE

News

11/06/2007

Un plongeur aux Caymans

ArrivéeCertains le savent... d'autres non : j'ai gagné un séjour pour 2 personnes aux Iles Caymans lors d'un concours photo organisé par Wetpixel.com et DivePhotoGuide.com. Nous avons quitté la France le 31 mai pour rejoindre la mer des Caraïbes ! Un peu de géographie: les iles Caymans sont situées entre Cuba et le Mexique... Il y a Grand Cayman, Little Cayman et Cayman Brac - je vais passer mon séjour sur Grand Cayman... la plus grande des iles (comme son nom l'indique) et, bien sûr, la plus peuplée ! Ces Iles sont principalement connues pour le côté "Paradis Fiscal"... mais aussi, aux Etats Unis, pour leurs sites de plongée... vais essayer de voir ce qu'il en est !

l'arrivée...

Après 1 nuit à l'aéroport de Francfort (hotel très sympa...) et 17h00 dans les avions et les aéroports, nous arrivons enfin à destination ! Un peu surpris par l'accueil (genre... "je suis de mauvaise humeur ce soir"), nous avons rejoint une chambre des plus spacieuses avec 2 lits dont la largeur fait la longueur du nôtre en France : King-Size comme ils disent ici... Nous attends une belle vue sur le jardin et ses palmiers et la mer juste là à une vingtaine de mètres... Un ciel nuageux et menaçant gâche un peu le tableau - ça fait des années qu'ils n'ont pas connu ça à cette période... et c'est vrai qu'à chaque fois que je suis allé aux Caraïbes, c'était début juin, et je n'ai jamais connu ce type de météo ! Sur ce, nous sommes allés prendre un repas... car réveillés depuis 22h00, les p'tits encas de la Lufthansa nous ont laissés sur notre faim - surprise : vu que les repas ne sont pas inclus... un tarif un peu désopilant... mais : nous sommes en vacances ! Après ça... retour dans la chambre pour essayer nos King-Size...

1er jour

Après une bonne nuit de sommeil et, décalage horaire oblige, un réveil aux aurores : une matinée à se promener en ville pour - changer des euros en $... à l'aéroport il n'y a pas de change ce qui a failli nous poser un problème pour le taxi (...) - trouver un adaptateur AC pour charger piles & ordi - dans chaque magasin on nous envoyait à un autre... en rentrant dans le 15ème nous avons dit "c'est le dernier"... et c'est là que nous avons trouvé notre bonheur ! Au retour, en s'arrêtant boire un café, nous avons fait connaissance avec un serveur Français qui vient d'arriver récemment sur l'ile. Il n'a pas pu nous apprendre grand chose... sinon qu'en faisant de l'apnée il voyait régulièrement des raies, des requins nourrices, ... L'après midi, l'Aquatiliette ayant une interdiction provisoire de plonger, je pars avec une famille dans le cadre des plongées illimitées du bord : - Jo... le Papa - Christine... la Maman - Chris... le fils de 14/15 ans - Stéphanie... la fille de 11/12 ans Une famille américaine très sympa originaire de Floride ! Tout allait bien sauf qu'une fois à l'eau, la mère n'a pas réussi à nous rejoindre au fond et est restée en surface durant toute la plongée. La fille, quant à elle, passait sa plongée à vider son masque et, ceci faisant, à donner des coups de palme sur le corail ! Un peu excédé, j'ai fini par lui donner mon masque et prendre le sien - le problème, c'est que celui-ci était équipé d'une sangle velcro que j'ai fini par avoir dans les mains. J'ai donc donné le tout au père pour remise en état... mais voyant après 3 minutes les yeux ouverts sous l'eau qu'il n'y arrivait pas, j'ai décidé de finir la plongée avec le masque... sans sangle ! Sinon, pour le peu que j'ai vu, les coraux sont relativement détruits... et le corail un peu éparse - mais ce n'est peut-être pas lié aux plongeurs (quoique !!!) ! Bien que gêné par un poisson-ange Français qu'il fallait pousser pour pouvoir faire des photos, j'ai pu faire quelques macro de corail... et faire un 1er essai du viseur 45° qu'Hubert m'a prêté histoire de faire un test plus complet (compte rendu bientôt dans la rubrique préférée de votre site préféré... ;))

caymans caymans Caymans Caymans

Dans l'eau, j'ai remarqué un petit problème avec une des commandes du caisson qui ne fonctionnait plus. Après l'avoir rincé et séché, je suis allé voir Madame Cathy Church en personne. Après un "Nice to meet you" et les blablas type politesses habituelles, elle a déballé tous ses outils histoire de trouver la clé 6 pans qui allait bien pour remettre en état mon caisson... et m'a fait promettre de lui ramener - ce à quoi je m'exécutais tout juste 5 minutes plus tard ! Après tant d'émotions... et n'ayant pas trouvé un binôme pour une plongée de nuit : une douche (sans pression)... un repas avec nos nouveaux amis américains... et dodo car... le décalage horaire fait que !

2ème jour

Après une bonne nuit de sommeil, nous voilà prêt à «affronter» une nouvelle journée - pendant le petit déjeuner, de gros nuages viennent vers nous et amènent une pluie battante digne des petits orages habituels de notre hexagone. Cinq minutes plus tard, re-voilà le soleil qui sèche tout en moins de 2 ! Un inhabituel vent du sud souffle et, la houle faisant, interdit tout départ de ce côté de l'ile - nous allons prendre un minibus pour rejoindre un bateau du côté nord histoire de faire une sortie en mer !

caymanscaymansCaymans

 

Padi, les consignes sont strictes : 40 minutes... 30m max ! Un moniteur du centre se propose en tant que guide... et nous voilà parti pour une plongée en palanquée de 8 !!! Tout le monde suit le guide qui file à une vitesse qui ne permet même pas de se rendre compte de la beauté des fonds : des coraux en veux-tu en voilà... des éponges de couleurs variées... de la faune de partout... bref : sublime ! Je regrette un peu de m'être équipé pour de la macro-photo mais... au passage d'une gorgone, je vois un coquillage que je me devais de ne pas louper durant le séjour : the flamingo tongue... ou monnaie des Caraïbes à ocelles ! Durant cette course effrénée vers... rien de spécial...... j'ai aussi eu le temps de voir une minuscule syngnathe mais le temps de faire la mise au point, celle-ci avait disparu ! Je ressors de l'eau après avoir pris 11 photos... et espère que la prochaine plongée ne sera pas du même tonneau !

CaymansCaymans

Une petite pause de ¾ d'heure accompagnée de quelques quartiers d'oranges - et le briefing de la suivante a lieu - là encore, des consignes strictes : 30 minutes... 20m max ! Je pars avec mon binôme du jour et, effectivement, je vais être plus tranquille ! Toujours équipé en macro, je continue à chercher du tout petit et à faire du graphisme avec le corail omniprésent... De retour à l'hôtel, après rinçage du matériel, j'apprends qu'il n'y aura pas d'autre plongée ce jour : la météo n'est pas de notre côté ! Vu l'état de la mer... ce n'est pas vraiment justifié mais... va falloir faire avec ! Demain, je vais m'équiper en grand angle... en attendant de trouver un binôme plus patient !

3e jour

Ce matin, les nuages ont un peu quitté le ciel pour laisser place à du grand soleil ! Le vent soufflant toujours du côté sud... nous voilà à nouveau contraint à aller du côté nord pour nos plongées : les sites y sont à priori réputés pour leurs tombants. On m'adjoint un nouveau binôme et me voilà dans l'eau pour mes 1ères photos au grand angle ! Je vais enchaîner 2 plongées : la 1ère est à nouveau une course en groupe... et la 2ème est plus tranquille : Lors de cette dernière, nous avons eu droit à une rencontre avec une superbe raie aigle... mais les requins marteaux dont on nous a parlé au briefing ne seront pas du rendez-vous ! L'après-midi, les plongées du bord étaient initialement interdites – mais la météo s'arrangeant, j'ai commencé ma quête pour trouver un binôme – je profiterais au final d'une plongée organisée par Cathy Church qui donnait un cours photo – j'ai pu apprécier sa technique d'approche des poissons : un tube de fromage... et les v'là qui tournicotent au tour d'elle au moindre mouvement ! J'aurais pu faire aujourd'hui des photos que je voulais faire depuis bien longtemps : les coraux et les éponges du côté des caraïbes manquaient à mon «tableau de chasse».

p435_001.jpg p436_005.jpg p436_007.jpg p436_008.jpg

p436_035.jpg p436_037.jpg p437_046.jpg p437_055.jpg

p435_024.jpg

p436_032.jpg

4e jour

Encore une belle journée qui s'annonce. Le ciel est bleu, le vent a cessé de souffler, la mer est d'huile ! Aucune hésitation, nous voilà sur le départ pour un site au sud de l'ile.

Après une demi-heure de navigation, nous descendons sur un fond de sable et commençons à pénétrer dans des failles qui nous amènent à plus de 30m.

Le site est relativement pauvre en corail, comparé à d'autres... mais les galeries et les grottes nous permettent de voir un lieu plus particulier que nous avions vu jusque là !

CaymansCaymansCaymansCaymans

Pour la 2ème plongée, le guide nous demande si nous sommes intéressés par une plongée sur épave. Nous acceptons volontiers d'autant que pour lui c'est une des plus belles plongées du coin : le Balbao, qui se trouve dans le port de Georgetown... Effectivement, une plongée magique à 15m de fond !

CaymansCaymansCaymansCaymans

La plongée de nuit sera moins magique par contre : je pensais que la «petite faune» allait sortir... il n'en est rien – j'ai pu croiser une cigale de mer, mais en dehors de ça, rien de bien spécial (quoique... la raie pastenague qui chassait...).

CaymansCaymansCaymansCaymans

CaymansCaymansCaymansCaymans

Conclusions de la journée : une visibilité exceptionnelle dans une eau à 28°... et des blocs qui ne font que 10l – je me disais bien que j'arrivais très rapidement sur la réserve !!!

5e jour

Je retrouve enfin les Caraïbes telles que je les connais au moins de juin : une météo idéale... ni trop chaud ni trop froid, avec quelques courtes averses qui passent de temps à autre. Aujourd'hui, je ré-attaque la macro – va juste falloir que j'essaye de ralentir un peu le rythme de palmage du team et, ça tombe bien, mon binôme attitré est une DiveMaster du centre de plongée. Elle cherchait malgré tout à me presser et avait un comportement un peu douteux sous l'eau : elle s'est mise à enfoncer son bras dans le sable pour m'en sortir une anguille jardinière... et n'a rien trouvé d'autre que de mettre sa main à côté de la crevette péréclimènes que j'étais en train de photographier (elle espérait une p'tite manucure) ! L'après-midi, dans le cadre de la plongée du bord, je suis parti avec un couple d'américain : enfin une plongée normale... genre celles avec Olivier et Laurent (alias Bloop et Merlinos) où on prend le temps de chercher et de fouiner dans le moindre recoin ! En sortant de l'eau, j'apprends qu'eux aussi étaient excédé par le rythme de palmage... le rendez-vous est pris pour le lendemain ! L'anecdote du jour : en photographiant un p'tit labre nettoyeur sur du corail cerveau, ses acolytes ont pris la décision de s'occuper de ma main avec laquelle je me tenais au substrat – conclusion, si vous voulez une manucure : prenez en photo le chef de la bande !!! ;)

p441_011.jpg p441_025.jpg p442_002.jpg p442_012.jpg

 

p442_013.jpg p442_020.jpg p442_023.jpg p442_027.jpg

 

p443_012.jpg p443_022.jpg p443_024.jpg p443_031b.jpg

 

p443_041.jpg p443_044.jpg p443_046.jpg p443_048.jpg

 

p443_054.jpg

6ème jour

Petite pause de mi-séjour pour la plongée... aujourd'hui, nous allons en ville faire du shopping (ndlr : pffffffff...) !!!

Georgetown, la cité des magasins-souvenirs, des bijouteries et... des banques - pour le reste : rien à voir ! A priori nous n'avons pas choisi le bon jour : 4 immenses bateaux de croisières ont mouillé dans la baie et les bateaux-taxi font d'incessants va et vient pour ramener les «croisiéristes» au port – en fin de compte, une fois en ville, il y a du monde mais sans plus ! Ces navires peuvent embarquer entre 3000 et 4000 personnes mais, heureusement, tout le monde ne cherche pas à aller à terre ferme lors des arrêts – à noter qu'il est amusant de constater que ces gens viennent acheter des souvenirs sur une île où ils auront passé au maximum 3 heures (le Hard-Rock café fait salle comble !!). Au retour, une p'tite pause-déjeuner au café francophone ou l'on nous confirme ce que nous pensions : ici... la vie est extrêmement chère... mais il n'y a pas d'impôts – en saison morte : impossible de trouver du travail et en saison pleine, il y en a de trop ! De retour à l'hôtel, j'ai à peine le temps de préparer mon caisson avant de retrouver mes nouveaux binômes : Mitsy et Todd. Nous partons pour une plongée photo-macro... mais je n'y prends pas le même plaisir que le jour précédent : comme quoi, d'une plongée à l'autre, un site est complètement différent. En rinçant le matériel, nous nous sommes mis d'accord pour une plongée de nuit sur le même site... dans la foulée – moi qui ne voulait plus en faire, je serais à nouveau déçu : c'est vraiment pauvre en faune ici – heureusement qu'il y a la «monnaie des caraïbes» !

dscf1767.jpg dscf1768.jpg dscf1772.jpg dscf1775.jpg

 

dscf1776.jpg p444_026.jpg p445_005.jpg p445_031.jpg

p448_058.jpg

 

7ème jour

Sortie bateau aujourd'hui : il est complet. Trois Japonais sont avec nous... et malgré leur équipement haut de gamme flambant neuf, ils sont visiblement de bons débutants. L'un d'eux est intégralement équipé spéléo - en cherchant à savoir s'il en fait, nous apprenons qu'il compte en faire... un jour (...) ! Le guide les ayant repéré, il se propose de plonger avec eux – au final, nous aurons été presque médisant : seule la femme qui compose le trio était, on va dire, «limite»...

Les sites que nous allons faire sont, soi-disant, parmi les meilleurs de l'île : des petites grottes et des failles bien sympathiques... mais qui ne valent en rien les sites en Egypte comme Shaab Claudia. A ce propos, je me rends compte ici que nous avons bien de la chance d'être à 5h00 de vol de la Mer Rouge car le rêve du plongeur américain : c'est d'y aller ! L'après midi, rendez-vous est pris pour une plongée sur l'épave toute proche du rivage de l'hôtel... et pour un sunset dive en fin d'après-midi : pour ces 2 plongées... je me suis éclaté – entre un poisson le poisson-ange Français de Mme Church qui a joué le modèle, j'ai fini par voir mes premières murènes et, aussi, un sous-marin chargé de touristes qui nous saluaient en passant là... Je me suis aussi lancé à nouveau dans le panoramique mais n'ai pas encore le résultat final à l'heure qu'il est. La rencontre du jour sera la «pistol-schrimp» : une crevette qui a une pince beaucoup plus musclée que l'autre et qui, quand on s'approche de son anémone fétiche, la fait claquer – étonnant le vacarme que peut faire cette petite bête de 2cm de long !

p445_042.jpg p446_002.jpg p446_019.jpg p446_021.jpg

 

p447_012.jpg p448_071.jpg p448_080.jpg p449_020.jpg

 

p449_046.jpg

8ème jour

Aujourd'hui, pas de sortie bateau le matin... mais une sortie sur un site mythique de l'ile l'après-midi : Sting Ray City ! Vu ce que j'ai entendu, il risque d'y avoir du monde... En attendant le départ, j'apprends par un des guides du centre qu'il y a des hippocampes dans la baie (message subliminal pour Bloop) : va falloir que je revienne moi !!!

Vers 11h30, une grosse averse trempe tout le paysage et un panaché d'odeurs embaume l'atmosphère : Lunch Day Rain... me disent-il – au mois de juin et juillet, ce sera comme ça quasiment tous les jours ! A 13h30 c'est le départ pour Sting Ray... nous arrivons sur le site 1h00 plus tard. Lors du briefing, j'apprends qu'en fait nous allons faire du Ray Feeding : d'après une étude, ces raies auraient 10% de leur nourriture apportée par l'homme. Nous nous jetons à l'eau et le ballet de raies commence immédiatement... Il y en a de partout : en-dessous, au-dessus, à côté – elles nous passent fréquemment en frôlant la tête (les tubas sont d'ailleurs interdits ici pour éviter de les blesser) ! Seul 'hic' pour les images... leur ballet et les plongeurs soulèvent une bonne quantité de sable qui, heureusement, retombe assez rapidement ! Le guide nous emmène après faire un petit tour du côté de la barrière de corail : nous y verrons du petit (crevettes peréclimènes, monnaie des caraïbes, ...), du moyen (langoustes, trompettes, barracudas, ...) et aussi une murène verte qui, elle aussi, est une habituée de l'homme via le feeding – le guide la fera donc valser au tour de lui durant un petit moment. De retour sur le bateau, les raies reviennent : elles fouinent dans le sable pour trouver les restes du festin je suppose. Bilan de l'opération : nul besoin d'aller profond – à Sting Ray City on voit de tout à 3m de fond. Après tant d'émotions... retour à l'hôtel – dans le bus, je me mets d'accord avec Massao – un des japonais – pour faire une sortie sur l'épave qui se trouve à l'hôtel : on y croisera 2 tortues juste avant de finir cette dernière plongée du séjour...

p450_026.jpg p450_068.jpg p450_086.jpg p450_109.jpg

 

p450_125.jpg p450_127.jpg p450_128.jpg p450_131.jpg

 

p450_138.jpg p450_148.jpg p451_082.jpg

9ème jour

Enfin les vacances : pas de plongée aujourd'hui :D ! Ce sera farniente au bord de la piscine et, malgré tout, un peu de snorkeling avec mes copines tortues de la baie ! Nous en profitons pour, au fur et à mesure de la journée, saluer ceux avec qui nous avons sympathisé... laisser quelques pourboires aux serveurs et femmes de ménage... et encore aller prendre des photos terrestres des alentours pour notre carnet de souvenirs personnel.

Dernier /></a></p>

<h3> 10ème jour</h3>
Réveil 4h30 du matin…pour nous qui venions juste de nous habituer au décalage : c’est dur - heureusement que nous n’avons pas trop compté sur le service de réveil de l’hôtel car là, nous étions certain de louper notre avion !

A l’aéroport, nous sommes surpris de la sympathie des hôtesses au sol : elles sont souriantes, aimables et cherchent à vous faciliter le voyage (et je ne dis pas ça parce que nous avons été surclassé en Business Class pour le vol Miami/New-York suite à une erreur de l’une d’elles qui a édité tous les billets au nom de l’Aquatiliette :)) ! Il en est de même dans les aéroports de Miami et de New-York : alors que nous étions un peu sceptique vu ce qu’il se trame dans les aéroports en ce moment, je me suis rendu compte que c’est, en fin de compte, aux Etats-Unis qu’ils sont le plus cool et le mieux organisé !

Arrivée à Francfort… nous avons par contre la mauvaise surprise du jour : nos bagages ne sont pas là ! Mon matos subaquatique est resté dans sa Pelican Case quelque part aux Etats-Unis avec 2 autres valises !
<h3> 11ème jour</h3>
En train de me remettre du décalage horaire, je téléphone au service des bagages : ils en ont retrouvé deux d’entre eux… mais la Pelican Case est toujours manquante.

Le soir, vers 17h00, on me livre les deux premiers et on m’apprend que le 3ème avait été retrouvé et qu’il serait livré le lendemain à la même heure ! Woufff… voilà un séjour qui se termine bien – en espérant que tout sera dans la valise !!!
<h3> Voilà... c'est fini ! :(</h3>
Les eaux de Grand Cayman sont surtout belles pour le corail qu'on y trouve à profusion. La faune n'est pas très présente, ce qui enlève au charme de ces plongées. Reste que cette eau limpide d'une température de 28° est un régal... Pour en revenir à la faune, la monnaie des Caraïbes fait figure de proue – p'têt qu'elle aussi sait que c'est défiscalisé ici ;) !!!

Les sites de plongée : le principe «1er arrivé, 1er servi» est très bien... si un bateau occupe un site, un autre n'aura pas le droit de s'y mettre (c'est un accord entre la trentaine de centres de plongée de l'île) !

L'hôtel «Sunset House» est bel et bien un hébergement de plongeurs pour des plongeurs : les blocs gonflés sont dispos 24/24h pour des plongées du bord à volonté (mais vraiment à volonté) ! D'ailleurs, si vous passez là avec votre matériel de plongée : suffit de vous garer sur le parking, de prendre un bloc et d'aller vous en faire une petite – ça s'passe comme ça au Sunset House (et, à priori, dans de nombreux centre de plongée du coin).

Le gros inconvénient sera... les prix pratiqués : des Chicken Wings avec une salade verte à 10€... le hamburger à 12€ (ok... y'a des champignons dessus)... l'expresso à 3.50€ et la bière à 4.30€ - durant la semaine nous avons pris conscience que la facture finale ne sera pas des moindres !!!
Sur l’île, Il règne un grand sentiment de sécurité: on ne subit pas de racisme de la part des créoles du coin qui sont très sympas (contrairement à ceux de la Guadeloupe par exemple) – et, pour ce qui est «vol», on n’a que peu à craindre pour ses affaires puisque le matériel oublié est, j’ai pu m’en rendre compte, systématiquement ramené au centre de plongée qui le tient à dispo des propriétaires dans un coin «objet trouvé» !
Si vous y allez un jour, ne vous embêtez pas à prendre des Dollars Caymans… le Dollar Américain, même si ce n’est pas la monnaie officielle, est la monnaie usuelle à tel point que si vous voulez payer en Dollar Caymans  les commerçants sortent leur calculatrice !

Un adage local dit «what happens in Cayman stays in Cayman»... ce n'est pas tout à fait vrai puisque nous partirons de là la tête pleine de souvenirs pour lesquels aucune photo ne saura donner le rendu !
<p align=Claude Ruff - Juin 2006

Claude


  • Voyages, séjours


SUR LE MÊME THÈME