MAGAZINE

News

12/11/2008

La Mer Rouge, Mecque de la plongée profonde : enfer ou paradis ?

Chroniques de la Mer Rouge

La Mer Rouge, Mecque de la plongée profonde : Enfer ou Paradis ?

Plongée profonde en mer Rouge

Au fil des années, la Mer Rouge s’est affirmée comme la Mecque mondiale de la plongée profonde. Les conditions y sont en effet excellentes : eau chaude entre 22 et 30 degrés selon la saison et la profondeur, très bonne visibilité, sites sans courant et parfois départ du bord comme à Dahab.

Plongée du bord à Dahab

Plongée profonde Dahab  Plongée profonde Dahab  Plongée profonde Dahab  Plongée profonde Dahab

Et une kyrielle de tek facilities, club proposant des formations ou tout simplement la location de matériel tek et le gonflage en Trimix ou nitrox. Certaines de ces structures proposent des formations de qualité par des instructeurs soucieux de la sécurité et ne louent du matériel -en bon état !- qu’ à des plongeurs certifiés, expérimentés et accompagnés. D’autres sont beaucoup moins regardant…

Plongée profonde Dahab

Plongée profonde Dahab  Plongée profonde Dahab  Plongée profonde Dahab  Plongée profonde Dahab

Et puis la zone du Blue Hole est si tentante. Outre les conditions de rêve évoquées dès le début, ce qui caractérise ce site est l’accès rapide et « facile » aux grandes profondeurs. On dégringole à -90, -100, -110 mètres et plus bas encore sur les tombants alentours, en palmant peu. Ajouté aux conditions paradisiaques, pour les plongeurs imprudents le jeu devient carrément dangereux comme en témoignent les plaques commémorant plusieurs accidents mortels, sur la petite falaise toute proche. Et il devient difficile, voir impossible de connaître leurs nombres exacts. On parle souvent de plus de 200 !

Un autre fait inquiétant réside dans le fait que la proportion de plongeurs tek dans ces accidents est en constante augmentation. Au départ, c’était surtout le fait de plongeurs à l’air dépassant leur prérogatives à l’air. Le cas d’école du gars qui plonge à -30,40... 50 mètres ou plus sans expérience, avec un mauvais lestage, palmage, équilibrage… et qui pris par la narcose, l’essoufflement ou la panique, le plus souvent un mauvais mélange des 3, se retrouvait inanimé par -100/110 mètres de fond. Certains cadavres reposent encore toujours dans le sable…

Ces accidents, bien que moins nombreux existent malheureusement toujours. Mais depuis quelques années viennent s’y ajouter les kamikazes du tek, avides de profondeur à tout prix,. Trop souvent peu ou pas formés à de telle plongées, manquant de maturité et d’expériences, ces tekkies ont simplement oublié que « les problèmes arrivent » parfois en cascade et qu’il est très difficile d’y faire face efficacement sans une préparation sérieuse et réfléchie, en fait l’observation du fameux « What if ? »/(Qu’est ce que fais si ?) cher aux formateurs tek !

Et si-mis à part le « Bad Day « tant redouté par Jim Bowden, la solution résidait simplement dans l’observation des règle de base, afin que ces plongées profondes un peu exceptionnelles restent dans le domaine du raisonnable… et du plaisir.

Texte : Pascal Bernabé Photos : François Brun Toute reproduction même partielle interdite © Plongeur.com

Plongée profonde Dahab


  • Voyages, séjours
  • Plongée Tech, Spéleo, Epaves


SUR LE MÊME THÈME