MAGAZINE

News

06/08/2008   par Plongeur.com

Kipling56: le plongeur-voyageur

Portrait Kipling56 articleComment es-tu venu à la plongée ?

La mer a toujours été un élément familier pour moi. J’ai passé mon enfance en Bretagne, dans un petit village du golfe du Morbihan. Plutôt que jouer au foot, avec mes copains nous allions pêcher, nager ou faire des ballades en barque. Aujourd’hui encore, je ressens bien plus d’émotions devant un paysage de bord de mer que devant un paysage de montagnes. J’ai d’abord suivi la tradition familiale, à savoir faire de la voile. J’ai même été plusieurs années moniteur aux Glénans. Je dois reconnaître qu’enfant, je n’ai jamais pensé à la plongée. Les rares plongeurs que j’ai croisés à l’époque étaient des pompiers qui intervenaient lors de drames en mer. La plongée n’était pas associée à l’idée de loisirs, ni dans ma famille ni dans mon village. Certes, on m’avait offert des bouquins sur Cousteau & Co ; cela me fascinait mais cela restait dans mon esprit un monde inaccessible. Puis, j’ai quitté la Bretagne pour suivre mes études, et même longtemps quitté la France pour mon métier. De retour dans l’Hexagone, je cherchais un jour une destination de vacances quand je suis tombé sur une brochure proposant des séjours de plongée. Alors que je n’y avais jamais pensé avant, je me suis dit « Pourquoi pas ». Cela s’est imposé à moi comme une évidence. Dans mon esprit, la plongée est devenue un moyen d’approfondir la découverte d’un pays. Mais c’était aussi un moyen de lutter contre ma claustrophobie. J’ai facilement le sentiment d’étouffer, et la perspective de respirer par un tuyau m’inquiétait. Mais je voulais vaincre cette peur, ne pas me laisser dominer par elle. La plongée m’a beaucoup aidé à atteindre ce but.

Quel est ton parcours de plongeur ?

Mon parcours est encore très modeste puisque j’ai moins de 80 plongées en milieu naturel au compteur. J’ai effectué ma formation initiale en Egypte, à Hurghada. C’était hors-saison et il n’y avait pas trop de monde. Mon instructrice était une Autrichienne, à la fois très stricte et très pédagogue. Je pense vraiment avoir suivi une bonne formation initiale. Je me rappelle que ma première plongée en mer m’a émerveillé. Je n’imaginais pas qu’il y avait une telle vie sous l’eau. J’étais fasciné par les gorgones, les poissons multicolores, les murènes dans leur trou… J’ai tout de suite su que j’avais attrapé le virus de la plongée, que désormais je penserai sans cesse à cette activité. Quelques mois plus tard, je suis reparti plonger à Dahab. Mais j’ai ensuite dû remiser mes palmes au sec car ma boîte m’a envoyé huit mois à Londres. Plonger dans la Tamise : no, thank you. Ces deux dernières années, j’ai effectué une trentaine de plongées par an. Pour plonger davantage, il faudrait que je déménage au bord de la mer. J’ai passé mon AOW chez Padi, mon N2 et ma qualification nitrox avec la Fédé. Je suis allé plonger en Corse, de nouveau en Egypte, en Martinique et au Mexique. A chaque fois, j’ai été enthousiasmé. J’assume complètement mon statut de plongeur loisir. Pour moi, la plongée reste associée aux voyages, à la découverte, aux rencontres, au soleil, aux vacances, aux discussions d’après-plongées. Surtout pas de prise de tête, surtout pas se créer d’obligations. A ce jour, ma plus belle plongée a eu lieu à Cozumel, au Mexique. En une heure, nous avons croisé trois requins, plusieurs tortues, des langoustes grosses comme des camions, des poissons multicolores… Le tout dans une eau d’un bleu translucide à 27°, en commençant le long d’un tombant et en finissant dans un jardin coralien. Le bonheur, en un mot. Mais j’aime bien ce qu’a écrit un jour un forumeur lors d’une discussion, à savoir que la plus belle plongée est toujours la prochaine.  

 

Nahoon Kipling56Quels sont tes projets de plongée ?

Il y en a trop. A chaque fois que je lis un CR sur le forum, j’ajoute une nouvelle destination à ma liste. Je citerais en vrac les Maldives, la Thaïlande, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie, les Caraïbes encore, la Mer Rouge toujours, la Corse dont je suis tombé amoureux. Mais j’aimerais aussi tenter de nouvelles expériences : plonger en Bretagne, ce que je n’ai jamais fait malgré mon attachement à ma région ; une fois au moins plonger sous glace ; le CR de Tomek sur l’Islande et celui d’Akumal sur les rivières du Tessin m’ont aussi beaucoup impressionné. Mes seules réserves : l’eau froide et le fait d’avoir une combinaison épaisse, un matos un peu lourd, sur le dos. Je n’aime pas me sentir trop serré. Le soleil et une simple 3mm, c’est sympa aussi. Mais bon… J’aime découvrir des nouvelles destinations, tenter de nouvelles expériences. Donc, si ces nouvelles plongées se font avec des gens sympa, que je découvre une vie et un paysage sous-marin étonnant, que c’est l’occasion de quelques jours de vacances relax, alors je suis prêt à tenter l’expérience. Par contre, plonger pour plonger, ce n’est pas mon truc. Je n’ai pas envie de m’immerger dans une eau froide, avec 30 cm de visi, sur un site où il n’y a rien à voir, devoir me changer sur un parking malodorant et sous la pluie. Un autre exemple : lors de mon récent voyage au Mexique, j’ai plongé en cénotes. Ce fut une expérience très intéressante, un nouveau type de plongée, et je suis content de l’avoir fait. Mais je préfère la plongée en mer, avec de nombreux poissons, une flore abondante, des tombants pleins de vie… Cénotes Kipling56

Pour toi, la plongée reste associée au voyage ?

Au voyage et à la convivialité. Mais le voyage n’est pas forcément lointain. Un week-end en Corse ou dans le sud de la France (peut-être un jour en Bretagne ou en Normandie), c’est déjà très sympa. Aujourd’hui, je choisis mes destinations de vacances en fonction de la plongée. Mais ce n’est pas le seul critère ; je veux aussi visiter un pays intéressant. Je reviens du Mexique, et j’aurais trouvé dommage d’aller si loin pour ne faire que plonger. J’ai donc consacré une semaine à la plongée, puis quinze jours à visiter le Yucatan qui est une région absolument magnifique. L’année dernière en Martinique, j’ai plongée 5 jours, puis je me suis balladé 10 jours. Pareil en Corse ou en Egypte. Quoique l’Egypte, j’y suis déjà allé sept fois ; je commence à bien connaître, et je m’autorise désormais à y aller rien que pour plonger. Actuellement, cette alliance plongée / voyage me convient parfaitement. Mais j’évoluerai peut-être ; rien n’est figé. Je n’ai pas envie non plus de passer à côté de pays sympa sous prétexte qu’on n’y plonge pas. Mais à l’heure actuelle, il y a déjà suffisamment de pays intéressants à visiter, où l’on plonge également. J’ai été expatrié 10 ans, en Corée puis en Inde. A chaque fois, j’ai fait mon maximum pour découvrir et comprendre le pays où j’habitais, pour en parler (un peu) la langue, pour aller à la rencontre de ses habitants. Si je n’avais pas été journaliste, je serais devenu ethnologue ou diplomate. La plongée rentre dans la même logique : celle de découvrir davantage, de toujours apprendre, de savoir s’émerveiller sans jamais être blasé. Les plongeurs doivent être des gens curieux, je pense. Cela ne signifie évidemment pas se prendre trop au sérieux, ni s’astreindre à apprendre les noms de tous les poissons en latin,en grec et en arménien. La fête et la convivialité font aussi partie de la plongée. Ceux qui me connaissent sur ce forum savent que je ne suis jamais contre un (deux, trois…) verres et une bonne discussion. Dérivante Kipling56

Et Plongeur.com dans tout ça ?

J’y suis arrivé par hasard ; je ne sais même plus comment, en fait. J’ai probablement tapé « plongeur » sur Google pour je ne sais quelle recherche, et j’ai alors découvert le site. Avant de m’y inscrire, on a dû m’expliquer le sens des mots troll, mdr, thread… Puis, je me suis lancé. Mon pseudo est facile à décrypter : 56 est mon département de naissance, le Morbihan. Kipling fait référence à ma passion pour l’Inde et pour les bouquins. Au début, j’ai beaucoup posté, participé à pas mal de discussions. Je le fais moins aujourd’hui. Les querelles de clocher m’ennuient (pour parler poliment) : Bretons contre Normands, provinciaux contre Parisiens, Padi contre Fédé… Donc, j’évite certains sujets ; les rares fois où j’y ai participé, cela m’a laissé un goût amer. En disant cela, je ne porte aucun jugement de valeur ; chacun trouve et apporte ce qu’il souhaite sur le forum.

Par contre, je lis les CR avec intérêt. Je vais dans les pages Où plonger. J’apprends parfois des trucs intéressants en suivant des discussions de la page Débutants ; je suis d’ailleurs impressionné par la gentillesse et la disponibilité de nombreux forumeurs qui donnent toujours de judicieux conseils quand on a besoin de renseignements. Bien évidemment, je vais aussi au Bistrot et dans la page Evénement pour l’organisation de notre fosse mensuelle. Le forum a d’ailleurs pour moi été l’occasion de rencontrer d’autres plongeurs avec qui j’ai noué des relations très sympathiques. J’espère que cela va se poursuivre.

As-tu d’autres hobbies ?

La plongée est certainement mon hobby le plus fort aujourd’hui. C’est impressionnant à quel point cette activité occupe mon esprit. Au point de venir quotidiennement sur Plongeur.com ; au point d’envisager de déménager pour me rapprocher de la mer, peut-être même dans les Dom-Tom. J’adore aussi la randonnée et le VTT. C’est pourquoi j’aime tant la Corse, une région magnifique et accueillante, où l’on peut plonger dans un eau à 24° l’été, marcher en montagnes, visiter des jolies villages, apprécier une bonne gastronomie, tout cela à 1h30 de vol de Paris. Dans mes autres centres d’intérêts, je citerais pêle-mêle le cinéma (au moins un film par semaine), la photo (au moins une expo par mois), la musique (world, celtique, classique, jazz, rock), la lecture, les dîners avec des amis… Et bien sûr les voyages.

Tulum et Kipling56


  • Portraits - Personnalités


SUR LE MÊME THÈME