MAGAZINE

News

09/05/2010

Mantas à Maupiti : La raie au milieu.. du conflit

Maupiti, petite île de Polynésie française, havre de paix et paradis encore préservé du tourisme excessif a découvert dans ses eaux une particularité bien jalousée, un trésor vivant malheureusement convoité par différents acteurs professionnels du tourisme: la raie Manta.

Maupiti et ses raies manta

L'île est proche de Bora-Bora (40km), et la comparaison ne s'arrête pas là, c'est une copie presque parfaite, en version réduite. Elle propose à l'oeil la même explosion de couleurs. Maupiti n'a qu'une seule petite passe, par laquelle le lagon passe quasiment tout son temps à se vider. Maupiti n'est pas La Mecque de la plongée, la concurrence est encore rude avec les atolls phares comme Rangiroa et plus récemment Fakarava (lire l'article "Fakarava, plongée sport de glisse"), mais est un lieu à plonger magnifique, vierge de toute surexploitation touristique. Une seule structure de plongée y est installée : Maupiti Nautique, dirigée par Ronald Le Piniec.

Pension papahani - maupiti Pension de famille à Maupiti - Paradisiaque... Ronald le piniec - maupiti nautiqueRonald s’est installé à Maupiti en 2008 avec comme objectif le développement de spots de plongée sur les pentes externes du récif, qu'il a choisis méticuleusement en se laissant tracter tout autour de l'île, façon pêche à la traîne. Des spots que l'on atteint avec son poti marara (bateau de pêche polynésien utilisé pour la pêche du mahi mahi, des poissons-volants, traîne...), spots qui sont programmés selon la houle. Ronald est plutôt réservé, et n'a jamais eu la prétention de transformer Maupiti en Dahab (Egypte), mais la population de l'île a développé une culture du protectionnisme très prononcée. C'est une qualité qui permet à l'île d'être toujours aussi naturelle, mais un frein à toute initiative. Ronald Le Piniec a dû lutter ferme pour mettre en place un sentier sous-marin, contre l'avis de pêcheurs craignant pour leur activité, ou contre une population aveuglément remontée contre le blanc qui vient s'installer et "voler l'île de nos ancêtres", propos que j'ai personnellement entendus de vive voix... Entre bouées arrachées, panneaux détachés, plaquettes touristiques cachées et détruites, Ronald a quand même réussi a avancer dans ses projets, en s'aidant de biologistes marins. À proximité de la passe, dans le lagon, 6m de profondeur maxi, Ronald a pu repérer une "station de lavage" de raies Manta. Ronald y propose naturellement des séances d'observation à ses clients, dans le plus pur respect des consignes d'approche de ces géants sous-marins, et avec des clients parfaitement encadrés.

Raies manta à maupiti Raies Manta dans le lagon de Maupiti Si l'approche des raies Manta et des cétacés est une notion bien ancrée dans les structures de plongée sous-marine, il n'en est pas de même pour les pensions de famille qui proposent des prestations "nautiques" à leurs clients (pique-niques, balade...). Constatant la naissance d'un spot à raies Manta, certains y ont flairé une attraction plutôt lucrative et se sont autoproclamés guides pour l'observation des fameuses raies. Observation align =Il est très facile de les approcher (elles sont à 300m de la terre à la rame) et certains prestataires de l'île pourraient mettre en péril une particularité pourtant fragile, confondant observation-préservation avec attraction et gagne-pain. Tandis que vous arrivez avec Ronald ou par vous-même, moteurs coupés ou à l'extrême ralenti, évitant d'encercler les raies, sans se jeter à l'eau comme des sauvages, sans mouvements brusques, sans poursuite avec l'animal... et vous voyez arriver plusieurs fois dans la journée des embarcations à toute allure, chargées d'excités qu'on a montés en pression, qui traquent, tournent... et finissent par repérer la Bête, poussent des hurlements préhistoriques en se jetant à l'eau avec fracas... Objectifs à peine dissimulés: toucher, traquer. Il faut le voir pour le croire, et c'est un fait très inquiétant. Cet intérêt collectif subit pour les raies Manta de Maupiti, si faciles d'accès, est devenu source de conflits ouverts entre prestataires, et Ronald en est au coeur, soucieux de préserver ce lieu rare. Bien entendu, "l'étranger" ne sait pas, les autochtones eux, savent... et ils savent que ce qu'ils font est bien. Alors, chacun y va de ses arguments, mais entre des biologistes marins, un centre de plongée dont l'activité est bien d'aller sous l'eau, et des prestataires qui proposent de l'hébergement, vous pourrez penser ce que bon vous semble, mais mon choix est vite fait. La Dépêche de Tahiti du 7 Mai 2010 a donné la parole aux 2 protagonistes : Ronald Le Pinniec (Maupiti Nautique), défenseur d'une observation maîtrisée  et Gérald Sachet (Pension Poe Iti) qui avance avec panache que l'on peut toucher les raies Manta, elles reviennent de toute façon (NDLR : oserai-je dire "ces connes de Manta reviennent"), il l'a testé lui-même...

 Sortie plongée à maupiti

Il paraît que les raies Manta sont une espèce protégée en Polynésie française (et considérées comme espèce menacée d'extinction par l'UICN: l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature) mais finalement, le pays semble laisser le conflit se régler à l'ancienne, et une situation dégradée entre prestataires favorisant le tourisme. Un carton rouge pour une île tellement magnifique, qui pourrait se protéger et travailler intelligemment autour d'une table, et qui s'enfonce dans l'abrutissement de vieux égoïstes et irresponsables, enfermés dans un discours de propriété du lagon, de connaissance personnelle, et qui s'étonnent de ne pas être contactés avec des mots doux. L'éco-irresponsabilité est un jeu économique : la Manta...ble

Crédits photo : Fabrice Charleux


  • Biologie sous-marine, Faune et Flore
  • Environnement


SUR LE MÊME THÈME