MAGAZINE

News

15/06/2009   par Plongeur.com

Le Vandenberg : touché, coulé en seulement 104 secondes !

Le mercredi 27 mai 2009 le navire militaire américain General Hoyt S. Vandenberg, ex-transporteur de troupes et chasseur de missiles, est devenu le deuxième plus grand récif artificiel du monde.

2009-05-26_vandenberg_anchoring-by_keith_mille_fwc.jpg

On attendait ce moment depuis 13 ans. Après le Spiegel Grove en 2002 et l’Oriskany en 2006 le Vandenberg était programmé pour être coulé dans le Florida Keys National Marine Sanctuary (sanctuaire marin national de Floride) dans l’espoir de devenir une des épaves les plus spectaculaires au monde. Mais son sabordage volontaire a failli ne pas avoir lieu. Il y a quelques mois le bateau était encore à quai, mis sous scellés et mis en vente aux enchères parce qu’il n’y avait pas assez d’argent dans les caisses pour payer son nettoyage et son remorquage. L'opération a fini par coûter près de neuf millions de dollars US.

2009-05-26_vandenberg_anchoring-by_keith_mille_fwc-158.jpg

2009-05-26_vandenberg_anchoringby_keith_mille_fwc104_small.jpg 2009-05-26_vandenberg_anchoringby_keith_mille_fwc161_small.jpg 2009-05-26_vandenberg_anchoringby_keith_mille_fwc168_small.jpg 2009-05-26_vandenberg_anchoringby_keith_mille_fwc245_small.jpg

Construit en 1943, le Vandenberg sert de 1944 à 1946 au transport de troupes vers les ports de l'Atlantique et du Pacifique; puis de 1946 à 1950 il assure le rapatriement du personnel américain vers les Etats-Unis. Ensuite il est utilisé pour le transport de réfugiés entre l’Europe, les Etats-Unis et l’Australie. En 1958, après sa mise à la retraite, il est racheté par l’armée de l’Air qui le restaure totalement et l'équipe en chasseur de missiles. Tous les lancements de missiles américains et russes, ainsi que les premiers lancements dans l’espace des programmes spatiaux ont été suivi par le Vandenberg.

2009-05-26_vandenberg_anchoringby_keith_mille_fwc317_small.jpg

2009-05-27_vandenberg_deployby_keith_mille029_small.jpg 2009-05-27_vandenberg_deployby_keith_mille035_small.jpg 2009-05-27_vandenberg_deployby_keith_mille051_small.jpg 2009-05-27_vandenberg_deployby_keith_mille054_small.jpg

Ensuite, le navire est utilisé comme navire de guerre soviétique pour le tournage du film « Virus » (1999) avec Jamie Lee Curtis. De cette époque il garde encore beaucoup de panneaux écrits en russe, clairement visibles dans les vidéos. Peu de temps après le tournage, une association basée en Floride et constituée de plongeurs et de propriétaires de centres de plongée choisit le Vandenberg pour former un récif artificiel dans le but d'accroître le tourisme, créer des emplois et développer l’économie locale. Ils ont fort justement pensé que disposer d'une superbe épave à plonger enlèverait la pression sur les récifs coralliens des environs. Pour trouver les fonds nécessaires, l’association vend des T-shirts et organise des activités, mais le temps passe et le coût du nettoyage augmente. Le gouvernement fédéral met 2,5 millions d'US$ : le prix de la démolition si on l’envoyait à la casse, puis l’Etat de Floride double la mise. Pour débloquer la situation, la banque privée, déjà propriétaire du navire, le rachète aux enchères et enfin le Florida Fish and Wildlife Conservation Commission prend les choses en main. C’est ici qu'entre en jeu Keith Mille, l’auteur des images de cet article. Spécialiste des récifs artificiels, son travail le « Jour J » consiste à faire fuir les mammifères marins qui se trouvent sur le lieu d’immersion et qui risqueraient d’être blessés par les explosions ou aspirés par la vitesse de descente d’une telle masse. La présence d’une seule tortue aurait pu retarder la mise à feu des explosifs. Keith est donc sur place le mercredi 27 mai 2009, à 0,3 milles nautiques précisément quand l’ordre est donné à 10 h 20 d’appuyer sur le bouton rouge.

2009-05-27_vandenberg_deployby_keith_mille106_small.jpg

2009-05-28_vandenberg_diveby_keith_mille_fwc0025_small.jpg C’était extraordinaire, génial, incroyable ! » raconte Keith, « il a coulé en moins de deux minutes; un tir parfait. Ensuite, dès qu’il n’en restait plus rien à la surface, nous étions les premiers sur place pour vérifier que tout allait bien. Puis les scaphandriers démineurs descendent en premier, pour contrôler que les 44 charges explosives ont bien fonctionné… Il y avait 22 charges sur chaque côté de la coque, sous la ligne de flottaison et les plongeurs démineurs ont compté les trous ! Les prochains à descendre étaient les plongeurs du sanctuaire marin, pour vérifier que les quatre bouées d’amarrage étaient restés en place, et en accrocher deux autres. Il y a maintenant six bouées sur l’épave. Notre équipe était la troisième à la voir. Une nouvelle épave a toujours quelque chose de spéciale...d’émouvant. Qu’est-ce qu’elle est belle ! Sa couleur claire contraste si bien avec le fond, et le grand bleu. Je suis sûr qu’elle deviendra une des plongées les plus merveilleuses des Etats-Unis » Keith regrette seulement qu’elle soit située à 12 heures de route de chez lui; un peu loin pour y aller chaque week-end !

 

2009-05-28_vandenberg_diveby_keith_mille_fwc0029_small.jpg

2009-05-28_vandenberg_diveby_keith_mille_fwc0007_small.jpg 2009-05-28_vandenberg_diveby_keith_mille_fwc0031_small.jpg 2009-05-28_vandenberg_diveby_keith_mille_fwc0032_small.jpg 2009-05-28_vandenberg_diveby_keith_mille_fwc0077_small.jpg

[nice_info]Quelques chiffres pour bien situer le Vandenberg : 44 explosions pour l’envoyer par 44 mètres de fond en seulement une minute et quarante-quatre secondes ! L’épave se trouve à environ 7 milles de la côte de Key West (une heure de bateau) entre Western Sambo et Sand Key, dans le sud de la Floride. Le site a été choisi parce que le fond y est dur, sans vie, sans corail et sans autre épave. Le Vandenberg mesure 174 mètres de long par 22 mètres de large et déplace 17 000 tonnes. Pour avoir les 13 mètres d’eau réglementaires au-dessus de l’épave, sa quille a été rogné, et certains équipements descendus un peu. Les plongées varient entre 15 et 44 mètres. On peut visiter l'intérieur si l’on possède les qualifications nécessaires mais beaucoup de portes et de trappes ont été enlevées pour faciliter son immersion et pour la rendre plus sécurisée pour les plongeurs. Comptez entre 75 et 149 US$ pour une sortie de quatre heures selon votre choix d’opérateur et vos besoins en équipement.[/nice_info]

Crédits photo : Keith Mille Keith mille


  • Plongée Tech, Spéleo, Epaves
  • Biologie sous-marine, Faune et Flore
  • La Une


SUR LE MÊME THÈME