MAGAZINE

Rencontres plongeur

09/04/2018   par Plongeur.com

Karma diving & café, la plongée éco responsable par Laura et Raphaël

Plongeur.com vous propose de rencontrer Laura et Raphael, qui ont pour projet de créer Karma diving & café, un centre de plongée et un café éco responsables en Indonésie, et dont la campagne de financement participatif est en cours.

 

Plongeur.com : Bonjour Laura et Raphael, pour commencer, pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Raphaël : Bonjour Matthieu! Nous sommes deux jeunes trentenaires français passionnés par le voyage depuis pas mal d’années déjà.

Cela fait quelques années que l’on parcourt la planète. Laura de par sa formation de chargé de projet pour des ONG françaises spécialisées dans la mobilité européenne a toujours placé le voyage au centre de ses intérêts. Quant à moi suis parti de France pour n’y revenir que pour des vacances !

Nous avons également d’autres passions bien évidemment, la plongée d’une part dont nous avons fait un métier et celui de faire plaisir aux gens que l’on rencontre. L’accueil pour nous est primordial ainsi que de faire de nouvelles rencontres.

Nous avons souhaité réunir ces passions dans un seul et même projet professionnel.

 

Karma Diving Raph et Laura

 

P.com : Dites-nous en plus sur le projet Karma diving & café, comment vous est venue cette idée d'associer les deux ? Depuis combien de temps construisez-vous ce projet ?

Laura : Cela fait presque trois ans que nous travaillons dessus.

L’idée est venue quand nous nous sommes rencontré, Raphaël rentrait de 3 ans en Thaïlande après avoir travaillé et géré des clubs de plongée. Je souhaitais pour ma part réfléchir à un nouveau projet de vie. Nous souhaitions développer quelque chose par nous-même, qui nous permette de vivre et de s’engager dans des projets qui nous plaisent.

Nous avons associé les deux car nous pensons que la plongée peut amener à des projets de défense de l’environnement et surtout sensibiliser les touristes. Le café est en accord avec un style de vie et pour promouvoir une certaine culture du bien vivre ainsi que développer l’agriculture biologique là où nous nous installons: à Nusa Penida à côté de Bali.

 

P.com : Quelles ont été les étapes du projet depuis le début ? Et que reste-t-il à faire ?

Raphaël : Ouhla ! C’est long !

D’abord l’idée doit mûrir, ensuite il s’agit de choisir le bon pays en fonction des opportunités : nous hésitions entre les Philippines et l’Indonésie. Laura a de la famille installée en Indonésie dont cela a influencé notre choix. Ensuite il s’agit de choisir la bonne île, nous nous sommes portés sur Nusa Penida car l’île est en train de s’ouvrir. Surtout il est encore possible de la protéger et de développer des programmes d’éco conservation qui auront du poids.

Laura : Pour nous il est important de bien choisir l’emplacement. Nusa Penida est une île qui peut offrir de la plongée de “classe mondiale” comme disent les spécialistes. Les sites sont encore en très bonne santé et on peut y voir les raies mantas toute l’année ainsi que le poisson lune (Mola Mola) de juillet à novembre. Il n’y a pour l’instant que 6-7 clubs de plongée sur l’île, nous compris. Ce qu’il reste à faire ? Encore beaucoup, nous venons de lancer la création de la compagnie qui prendra 2-3 mois et nous allons construire un bâtiment simple en bambou, au minimum pour accueillir le club, le café ainsi qu’une salle de Yoga. Je laisse le choix de l’équipement à Raphaël et son équipe mais ce n’est pas le plus difficile !

 

logo karmaLogo Karma diving & café

 

P.com : Etes-vous seuls dans cette aventure ? Qui compose votre équipe ?

Raphaël : Non nous ne sommes pas seuls. Tu connais l’adage : plus on est de fous,…! Nous sommes cinq : en plus de nous il y a deux instructeurs de plongée dont un est formateur d’instructeur. Ils nous suivent depuis le début et nous permettront de former les gens jusqu’aux plus hauts niveaux professionnels. Il y a ensuite un professeur de Yoga avec qui nous allons développer ces activités. Sans oublier l’équipe locale ! Donc au total nous devrions être pas loin de dix joyeux lurons tous embarqués dans une superbe aventure humaine.

J’en profite pour préciser que nous fonctionnons comme un collectif : nous prenons les décisions ensemble et essayons de supprimer la relation patron / employé. Nous gardons évidemment le leadership mais tout est discuté en groupe.

 

P.com : Avec quelle(s) fédérations allez-vous plonger ?

Raphaël : Nous avons choisi comme fédération principale SSI, mais nous allons également proposer des formations SDI et TDI (Technical Diving International). Pour cette dernière, elle nous permet d’offrir à nos plongeurs de la plongée d'exploration en décompression donc aucun problème pour les plongeurs CMAS ou FFESSM.

Notre Course Director peut enseigner jusqu’au niveau Instructeur pour les trois fédérations SSI/SDI/TDI.

Nous sommes également en train d’étudier notre adhésion à Sea Shepherd pour intégrer leur réseau mondial.

 

P.com : Concrètement, c'est quoi un club eco responsable ?

Laura : C’est pas un club qui fait des économies en tout cas ! (rires). Plus sérieusement notre philosophie met en avant la sensibilisation du plongeur ainsi que la protection de l’environnement au centre de nos préoccupations. Nous avons monté par exemple un partenariat avec Coral Guardian qui a monté une ferme à corail sur l’île. Nous allons faire visiter cette ferme à nos plongeurs et assister l’association dans sa logistique. Nous travaillons également avec le réseau communautaire BookGreeners qui compte environ 150 professionnels de l’éco tourisme sur Bali et qui veut promouvoir le développement durable sur l’île. D’autres partenariats sont à venir et nous organiserons dès la fin de l’année une conférence avec les acteurs locaux et d’autres acteurs internationaux.

Raphaël : En addition, nous avons élaboré des chartes responsables pour le club, notre équipe de guides et instructeurs ainsi qu’une charte de bonne conduite pour nos clients.

Nous allons mettre l’accent sur des compétences primordiales de plongeurs tels que le contrôle de la flottabilité mais aussi ramassé d’éventuels déchets lorsque nous sommes en plongée. Nous organiserons également des nettoyages de site et de plage en association avec d’autres groupes comme Trash Hero. Nous appliquerons au possible les mêmes logiques dans nos constructions futures en privilégiant les matériaux naturels et l’emploi local.

De même que nous appliquons un “Plastic Ban” dans notre structure, nous proposerons des pailles en Bambou pour le café et des gourdes en matériaux non plastique ou plastiques recyclés. Mais c’est au cœur de la formation plongée et notamment celle des débutants que nous serons le plus efficaces.

L’enjeu est d’inculquer des comportements que le touriste reproduira au cours de son voyage ainsi qu’au retour dans son pays d’origine.

 


Vidéo de présentation de la campagne de financement

 

P.com : Pourquoi le financement participatif et à quoi seront utilisés les fonds récoltés ? Que proposez-vous à vos "Backers" ?

Raphaël : Nous proposons des packs plongées, l’intégralité de nos formations, ainsi que de la randonnée palmée (snorkeling) et même des petits-déjeuners ! (Rires).

Toutes ces contreparties sont non limitées dans le temps et non-nominatives, elles peuvent donc être gardées et offertes à un proche. Les Backers peuvent aussi choisir d’offrir ces contreparties (par exemple un baptême) à un habitant de l’île pour lui permettre de découvrir son environnement sous-marin. Il suffit de nous envoyer un mail et de le préciser.

Laura : Les fonds récoltés vont nous permettre de finaliser notre installation mais surtout de financer pour nos premiers projets d’éco conservation : nettoyages de sites et plages, achats d’une machine à recycler et upcycler le plastique avec PreciousPlastic.com notamment.

 

P.com : Est-ce que ça ne vous limite pas aux plongeurs qui ont un projet de voyage dans la région ? Un crédit participatif ne permettrait-t-il pas de "ratisser" plus large ?

Laura : Oui c’est sûr que cela peut être une contrainte : une certaine impossibilité de se projeter. Mais comme précisé les contreparties sont non nominatives et non limitées dans le temps donc si dans 3,4, ou 5 ans vous voulez l’utiliser : aucun problème. De même si vous avez un membre de la famille qui projette de venir c’est un beau cadeau à lui offrir ou encore à un collègue. Cela peut aussi être une motivation supplémentaire pour prévoir un tel voyage !

Vous pouvez également faire plaisir à un habitant local ce qui changera peut-être ses habitudes et donnera accès à un espace qui lui appartient et qu’il n’aurait pas forcément visité.

Concrètement, cela reste des contreparties “physiques” autres que seulement “votre nom sur une photo et notre plus beau sourire” ou des contreparties de ce type.

Nous souhaitons véritablement donner de la plongée ou du snorkeling en échange de participations.

Pour le crédit participatif c’est une idée à laquelle nous pensons pour développer d’autres projets.

Raphaël : Depuis une vingtaine d’années la plongée s’est largement démocratisée avec de plus en plus de plongeurs “occasionnels” chaque année. Les fédérations l’ont compris aussi, c’est ce public qu’il faut sensibiliser car ce sont de grands consommateurs de voyages. L’objectif est de leur inculquer de bonnes pratiques mais surtout de leur rappeler que les comportements qu’ils ont chez eux, d’ordinaire de bonnes pratiques, sont à garder aussi en voyage ! De bons nombres de touristes s’oublient et polluent beaucoup.

Les plongeurs représentent également un public averti car ils sont les premiers observateurs des dégâts de la pollution et du plastique sur la faune marine et assez souvent les premiers à s’engager.

Nous comptons sur ce public pour nous soutenir. On est également ouvert à tous les non plongeurs, nous proposons des randonnées palmées et bientôt des marches à travers l’île.

 

Affiche karmaAffiche campagne crowdfunding

 

P.com : Vous êtes sûrs que ce n'est pas juste moyen de vous faire payer des super vacances ? :)

Raphaël : Hahaha ! On pourrait croire que travailler dans le tourisme et dans un pays tropical c’est des vacances. Mais c’est tout le contraire ! Répondre aux exigences des visiteurs, faire tourner une entreprise et être responsable d’une équipe entière sont des responsabilités communes aux entrepreneurs. C’est sûr que c’est plus sympa peut-être de le faire dans un pays comme l’Indonésie et encore qu’il faut gérer la vie sur une île qui est moins facile que l’on peut croire, avec une culture parfois très éloignée de la nôtre.

Sans penser à la gestion de l’éloignement de la famille : ne pas être là aux anniversaires, Noël et autres.

C’est comme partout, on attend la basse saison pour partir en vacances !

Laura : Cela fait presque deux ans que nous avons quitté la France, d’abord pour la Nouvelle Zélande (un an), puis un tour en Asie (Laos, Thaïlande et Malaisie), pour visiter les amis et justement prendre nos vacances avant de se lancer dans notre projet ! Ce qui risque de nous prendre quelques années avant de pouvoir vraiment souffler.

 

P.com :  Une dernière question : pourquoi cet engagement ?

Laura : Parce que la protection de l’environnement sont des valeurs qui se sont développées et ancrées en nous, que l’on défend et souhaite partager. En contribuant à notre manière. En sensibilisant, en donnant des lignes de conduite, en réalisant un projet qui puisse être motivant pour d’autres.

 Nous pensons aussi qu’il est plus facile d’être efficace dans une destination qui se développe, Nusa Penida était encore presque inconnue il y a deux ou trois ans et les choses vont vite. Les acteurs locaux se mobilisent pour que l’île ne fasse pas les mêmes erreurs que sa grande soeur Bali. Nous n’avons pas forcément les moyens de monter une telle initiative en France surtout que le marché est déjà bien rempli. De plus, les Indonésiens et plus particulièrement les habitants de Nusa Penida ont besoin d’investissements étrangers et surtout d’initiatives. Ils sont bien conscients des enjeux en cours.

Raphaël : Comme vient de le dire Laura, ils sont bien conscients des enjeux. Mais la première étincelle vient d’abord des touristes ! Nous avons besoin du tourisme pour monter des projets ambitieux et cela partira de cette première campagne que nous souhaitons pleine de succès. Pour le moment c’est encore un peu lent et nous avons besoin de plus de soutiens. Donc tout partira sûrement des lecteurs de Plongeurs.com !!

 

Si vous souhaitez les soutenir, vous trouverez toutes les informations ci-dessous :

FbK, Instagram, Twitter : @KarmaDiving

Site (en construction) : www.karmadiving.fr

Campagne : starter.globedreamers.com/crowdfunding/travels/karma-diving-and-cafe




SUR LE MÊME THÈME