Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

bulle29

Membres
  • Compteur de contenus

    38
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

10 Good

À propos de bulle29

  • Rang
    Rang du forum : Poisson perroquet

Informations personnelles

  • Localisation
    crozon
  • Passions
    surf, danse, plongée
  • Profession
    employée

La Plongée

  • Féderation(s)
    anmp
  • Niveau en plongée
    2
  • Professionnel de la plongée
    Non
  1. auh, un avis de fille? alors faudrait d'abord savoir pourquoi elle t'a quitté: si tu lui collais trop, une photo sous l'eau avec une belle sirène la ferait peut être revenir. (ah la jalousie!!!) Si tu ne lui disais pas assez ton amour, c'ets une bonne ID les photos sous marines....un peu laborieux, non? une belle lettre ça marche aussi! et voilà une rubrique "courrier du coeur sur le forum"!!! Je propose que Burp soit modérateur, on va rigoler
  2. bulle29 est prolixe en ce moment,et pour cause: les conditions de ce mois de septembre sont idylliques pour nous les finistériens... samedi matin, notre bien aimé big boss de Presqu'ilemersion nous a emmené sur l'épave de l'Emile Allard, près de la pointe St Matthieu au nord de Brest. Plusieurs N1 sont de la partie, y compris des tous jeunes diplômés, sacrés veinards... On met le bateau à l'eau dans le port de Camaret, au pied du vieux gréement du père jaouen, le bel espoir, qui se refait une beauté au sec en ce moment. Les lumières de l'automne sont pâles et grises, ça donne au port une athmosphère d'ancien temps. la croisière nous secoue un peu, on est contents de jeter la pelle et couper le moteur 23m au sondeur, pas trop de courant, pas trop de houle, tout va bien. Je pars avec mon binôme dans les premiers, 230b dans mon 12l, on est tranquiles pour un moment. L'eau est bien claire, on arrive directement sur l'arrière de l'épave. dès qu'on se rapproche un peu, on se retrouve dans un énorme banc de mulets qui nous accompagnera tout au long de la balade. J'ouvre mes bras en grand pour les embrasser tous, ils continuent à évoluer nonchalament autour de moi, créant un paysage insolite et mouvant. L'épave est tout petite et le treuil est tombé il y a quelques années, mais l'avant est un bonheur: la structure est encore bien en place, très ajourée, offrant un terrain de jeu formidable pour les gamins que nous sommes: on zigzague entre les poutres, on se glisse sous les montants pour découvrir de nouveaux points de vue, trouver les congres dans les trous et réveiller les dormeurs lovés dans leur cachette. Alors que je taquine un congre dont la taille est supérieure à la mienne, mon binôme me tape sur l'épaule: un gros St Pierre est en train de nous observer tranquilement, et n'a pas l'air décider à nous quitter...nous restons tous les quatre un bon moment comme ça: le St Pierre, le Congre, mon binôme et moi...c'ets là que je me dis qu'il va falloir que je pense à faire de la photos un de ces jours.... Quand le St Pierre a décidé de mettre fin à cette entrevue, nous passons tout à l'avant, à l'intérieur du bateau, il y a plusieurs hublots carrés alignés sur le côté, et nous nous posons pour admirer le spectacle: tout autour de nous, derrière les hublots, des centaines de mulets défilent doucement. On se croirait dans notre salon, en train de regarder un film en grand écran et troisD!!! Cette image restera dans mon esprit pendant longtemps comme l'une des plus belles qu'il m'ait été donné de voir... Lorsque nous sortons de l'épave, les mulets s'écartent un peu, entrent à leur tour dans l'ossature pour jouer à cache-cache. Nous retrouvons les autres palanquées et aurons la chance de voir un autre St Pierre et d'autres curiosités, puis remontons tranquilement pour un court pallier. On est restés longtemps au fond, finalement!!! Cette épave est facile, tranquile et belle comme dans les livres qui nous font rêver, enfants...j'en suis encore toute retournée!
  3. bulle29

    Un grand sourire

    à côté de ça, les conditions bretonnes, c'est du gâteau, non?
  4. bonjour! pour répondre à Sioul Mor: la récupération se fait au parachute (pallier en dérivant!), le bateau connaît le sens du courant donc estime à peu près le lieu où on va sortir, il vient nous récupérer.. pour répondre à PMK: oui j'ai lu ton récit, c'était marrant de voir que toi aussi tu découvrait les joies de ce genre de plongée. Vivement la prochaine!
  5. bonjour Kroll! Personnellement je n'ai pas le vertige sur terre, par contre lors de mes premières plongées je ressentais une sorte d'angoisse "physique" au moment de la descente liée, je pense, au fait d'évoluer dans 3 dimensions et de descendre vers le vide (en plus sans visi c'est déstabilisant). Une fois que le repère du fond était visible cette sensation disparaissait. J'ai encore un peu cette gène, mais qui s'est transformée: maintenant, elle est associé au plaisir de descendre, de plonger et je la vis plus comme une sorte d'ivresse. Par contre, cette sensation redevient une angoisse si la narcose survient avant d'arriver au fond. (ça m'est arrivé une fois parce que j'avais dû beaucoup palmer contre le courant en descendant) Je peux me sentir perdue au milieu de nulle part, avec une sensation très oppressante. Une fois que le fond arrive, ça va mieux. voilà! bonne journée
  6. waou Jeffpat, tu me donnes envie d'aller à Hendaye! vous faites des épaves par là? tu as déjà fait des CR de plongée? j'aimerais en savoir un peu plus...
  7. ma première véritable dérivante, waou super! jeudi dernier nous voilà partis pour une petite plongée après le bouleau avec des gens du coin, deux palanquées de deux autonomes, et Romain, le moniteur. Le temps étant au beau fixe et les coefficients de marée assez bas, on se dirige vers le goulet de Brest, destination: le plateau des fillettes. Comme on est à mi-marée, il y a tout de même un peu de courant. Donc Romain nous propose une dérivante. youpi! Il nous largue au-dessus du plateau qui s'étend dans le sens du courant jusqu'à un autre site, les mainguants (orth?), où il doit nous récupérer. on se dépêche de descendre pour rester au-dessus du plateau. Nous décidons de rester tous les 4 au maximum, ce sera plus facile pour nous récupérer. C'est une plongée à 20-26m, très colorée et variée. Quel pied de se laisser porter par le courant, on vole au-dessus des roches et des algues, il y a beaucoup de vie, plein de poissons. On s'accroche au fond quand il y a des choses à observer. Il y a de gros rochers qui ponctuent le paysage d'îlots et de failles, rendent les lumières changeantes et belles, et les laminaires forment des chevelures de sirènes ondulantes. Je passe la première à travers une faille, et je me retrouve de l'autre côté au milieu d'un formidable banc de tacauds! ils ne sont pas farouche et ne s'énervent pas à mon arrivée, ils s'écartent juste un peu et s'éloignent tranquilement au fur et à mesure que les autres plongeurs arrivent. Quelqu'un me tape sur l'épaule, me sort de ma contemplation pour que je me retourne. Un gros homard est posé devant son trou, avec un dormeur mort entre les mandibulles. On se retrouve tous les 4 en "rang d'oignons", accrochés sur le fond pour le regarder. l'un de nous lui chatouille un peu les moustaches, ce qui le fait reculer puis avancer, sans lacher son casse croûte. "bande d'enquiquineurs, on peut même pas manger tranquile" On lâche nos cailoux et la promenade continue. je sens que je consomme plus que d'habitude, mon binôme aussi. J'ai un peu de mal à ne pas contrôler ma trajectoire, il faut vraiment se laisser aller et je ne suis pas habituée. ce sont des sensations nouvelles, très agréables. Un peu plus loin, de nouveau configuration "rang d'oignons": cette fois-ci c'est un St Pierre qui nous fait son show. C'est le plus beau que j'ai jamais vu, il est assez gros avec des dessins très marqués et sa tache ronde est bien noire. Il nous regarde, tourne un peu sur lui-même, pas du tout perturbé par le courant. Il se tient immobile et maîtrise parfaitement ses déplacements, seule sa ligne de nageoire dorsale ondule rapidement. On repart dans le courant pour terminer notre balade. La remontée se fait sans encombre au parachute. ce qui est bien quand on ne va pas profond (là on avait 26m max), c'est qu'il n'y a pas de pallier à faire.... Voilà une soirée qui commence bien!!!
  8. coucou! pour répondre à ta question, non, ce n'est pas difficile, c'est une plongée N1 que j'ai faite pour la première fois alors que j'avais 3 ploufs à mon actif! il y a une petite zone où il y a du courant, mais rien de difficile: à l'aller, tu l'as dans le nez, donc tu rampes un peu au fond pour pas te fatiguer à palmer, et retour, tu te laisses faire tranquilou, et le courant te ramènes juste là où il faut pour terminer ta balade. Rien que du bonheur:D
  9. euh ouh là j'ai pas trop suivi le débat, là!!! Ce que je sais c'ets que mon club fait passer le N3, que si tu as le N2, que tu as déjà les compétences N3 (je rentre pas dans les considérations PADI or not PADI) et que tu es OK pour passer des tests, il devrait peut-être y avoir moyen de trouver une solution! voici les coordonnées du club: presqu'ilemersion, le responsable s'appelle Romain Balestreri et tu peux le joindre au: 06 18 05 91 76 je ne sais pas quelle réponse il te donnera, mais je sais qu'il est sérieux et sympa...
  10. tu habites où? si tu es loin de la mer, tu peux bouger jusque où?
  11. beau CR, merci. Pour moi c'est un peu surréaliste, je suis impressionnée. Je ne veux pas insister sur Barbara, mais c'est vrai que c'est un peu "le choc de la photo". Et quand tu dis qu'il y a une plaque pour elle "à côté des autres"..il y a eu tant de décès que ça à cet endroit? Il y a une raison particulière ou c'est simplement parce que c'est très fréquenté, donc où il y a eu statistiquement plus d'accidents? que veux tu dire par "fuck nitrogen dive helium"? que lui est-il arrivé? sorry, c'est peut-être une question naïve et le modérateur jugera si je m'éloigne trop du sujet, mais forcément ça suscite des interrogations de voir ça...
  12. encore une réussite! hier soir, j'ai donc plongé à 20-25, les conditions étaient assez difficiles: eau refroidie à 14° au fond, beaucoup de houle (on se faisait bien balader!), et pas du tout de visi ni de lumière. c'était assez glauque à vrai dire. J'ai suivi le conseils du forum et j'ai pensé à me mouiller le visage avant de descendre. J'ai dû prendre sur moi pour faire les exercices, parce que je n'étais pas super bien, et que j'avais tout sauf envie d'avoir de l'eau sur la figure. Je suis contente de l'avoir fait, c'était nickel! je m'étais préparée à avoir un peu d'eau dans le nez, et m'étais même dit que ça nettoierait mes sinus qui sont légèrement encombrés. Eben non!!! Cette fois je crois que c'est bon, tout est passé comme une lettre à la poste. Youpi je vous dirai quand même pour la prochaine plongée plus profonde...après j'arrête, c'ets promis!
  13. merci géodiver et wonderwall pour ces deux dernières ID d'exercices, je ne considère pas que la partie soit gagnée à 100% et je vais essayer les deux techniques pour prendre de l'assurance... Wonderwall, ne crois pas que ce que tu m'as raconté est inutile, au contraire c'ets rassurant de savoir que c'est un problème que de bons plongeurs ont pu rencontrer à leurs débuts, et que ce n'était pas si simple de le surmonter!!! je fais un petit plouf à 20m ce soir après le taff, je vais continuer à m'entraîner, et je vous tiens au courant. bizz
  14. oui, raie torpille c'est bien ça, ma fourche a langué... Le club où je vais c'est Presqu'ilemersion, une petite boite qui a 4 saisons maintenant, basée à Crozon, mais avec des plongées au départ de Morgat, Roscanvel, Camaret ou lanvéoc selon les conditions et les coeff de marée. L'ambiance est toujours agréable on n'est jamais trop nombreux à la fois. chez Léo, l'équipe a changé depuis 3 ans (direction et moniteurs), ils sont super sympas mais c'est une plus grosse structure... L'île de groix, ça me tenterait bien aussi, je ne suis jamais allée plonger par là-bas...et du côté d'Audierne, tu y vas? ya des coins sympas?
  15. bonjour, j'ai déjà dit tout le bien que je pense du site des Tas de Pois à Camaret, pourtant c'est une plongée peu profonde, facile, toute simple quoi. J'y suis retournée pour la troisième fois samedi, c'était si agréable que j'ai envie de le raconter! Nous mettons le semi-rigide du club à l'eau au port de Camaret sous un beau soleil de fin d'été. La balade pour arriver sur le site est magnifique, avec les falaises et les plages de la pointe. On jette l'ancre au pied du dernier des tas de pois, ces trois énormes cailloux qui marquent notre bout du monde. Une plongée ne suffit pas pour faire le tour de l'un d'entre eux. On part à trois, tous contents de commencer le week-end aussi joliment. Comme à chaque fois que je suis allée sur ce site, la visi est bonne (10-15m). On commence le tour du caillou (profondeur 20-22m), il y a pas mal de crustacés (dormeurs et araignées surtout) cachés dans les trous, les parois verticales décorées de corynactis (anémones bijou) de toutes les couleurs et bien ouvertes à cette saison, et de plusieurs sortes déponges. On a sous les yeux un tableau multicolore que je pourrai rester regarder, le nez collé dessus, pendant une éternité! comme je ne suis pas toute seule je "déscotche" et on continue la balade, au milieu des vieilles qui font des effets de robe "la mienne est tachetée de bleu, la mienne est rouge ocre, la mienne est plus sobre". Au fond d'une faille, je repère la plus grosse vieille que je n'ai jamais vu: un bon 60cm (pas de marseillaise), bien dodue. Une raie dort sur le sable. PLus tard, la discussion ne nous aidera pas à définir quel est son nom, mais les avis se rangent plutôt pour la raie électrique. Je suis fière d'avoir repéré deux jolis nudibranches aux couleurs chatoyantes...d'habitude c'est mon chéri qui les trouve, ils sont au milieu des anémones marguerite blanches. On détour du caillou, on arrive sur la partie exposée au courant, qui se trouve entre les deux "tas de pois". Le courant vient de face, on est dans une belle faille bien large, la lumière verticale qui l'éclaire donne une atmosphère nouvelle. Pour avancer, on s'accroche aux cailloux tapissés de moules sur le fond, ce qui nous permet de regarder les étoiles de mer droit dans les yeux! pas le peine de se fatiguer à trop palmer, on s'essouflerai pour rien. L'un des plongeurs arrive à 100bars, il va être temps de faire demi tour. Youpi, c'ets le moment que je préfère, le courant nous ramène directement là où il faut pour le chemin du retour, il n'y a qu'à se laisser porter et admirer le paysage, on en profite pour faire un concours de poses dans tous les sens, comme des gosses. moi je suis superwoman tête en bas, lui c'est l'araignée, etc...ça vallait le coup de lutter un peu à l'aller pour s'offrir ce tour de manège! Au retour, on aperçoit un drôle de poisson qui nage en biais, avec ses nageoires qui ondulent. On le suit de loin, il n'y a plus de doute: c'ets un baliste! il était mignon celui là...décidément, il faut que je me mette à la photo! On a raté le mouillage de peu, donc remontée prudente près du caillou...ça va le bateau n'ets pas loin, on y est en quelques coups de palme. Tout le monde se retrouve pour se raconter ses impressions, et le retour se fait dans la joie et la bonne humeur. Vivement la prochaine!
×
×
  • Créer...