Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 21/08/2020 dans toutes les zones

  1. 12 points
    C'est quand même hallucinant le niveau de ce fil... Y a des réponses on se demande si ce sont des caricatures de réponses ou réellement ce que leurs auteurs pensent... On se croirait sur le fil de la féminisation de la plongée, où des filles viennent expliquer pourquoi elles ne sont pas plus que ça emballées par divers aspects liés à la plongée et que ça explique pour elles la moindre féminisation de l'activité et qu'on leur répond qu'elles n'ont pas d'excuses et qu'on sait mieux qu'elles. Ici c'est pareil, des "étrangers" (Suisses, Canadien...) et des "français qui n'ont plongé qu'à l'étranger" donnent leur avis sur une certaine approche française de la plongée qui explique probablement pourquoi il y a aussi peu de plongeurs étrangers qui viennent en France malgré les kilomètres de côtes accessibles et les épaves historiques berceau de la plongée dans le monde (on est pas à un marronnier près cet été....), bref donnent leur ressenti sur leur expérience de l'accueil à la française et on leur répond : En gros : casse-toi et retourne plonger chez toi (c'est où chez toi d'ailleurs !?) et laisse les vrais, les Hommes (avec deux testicules bien lourdes de chaque côté du mot), si tu veux pas faire d'effort et que tu t'attends à trouver la même chose que chez toi (où ça d'ailleurs ?!) ben t'es mal tombé mon coco, parce qu'ici c'est Roger et Bibi qui commande - hein Marcel ! - et si on te dit que tu portes, tu portes ! Et d'ailleurs, tu ferais tes longueurs de piscine comme tout bon plongeur, tu galérerais pas autant pour monter sur le zodiac, allez avance, tu vois bien que tu gènes, t'es pas tout seul ici et c’est l'heure de l'apéro ! Sérieux ? Parce qu'il n'y a pas moyen d'expliquer simplement que (en vrac et au choix) : - c'est un club convivial, tu vois, chacun participe et aide tout le monde, la plongée française c'est dans l'esprit associatif tu sais - c'est la France, et avec toutes ces charges mon bon monsieur, on ne peut pas se payer du petit personnel, alors il faut porter un peu - comme c'est sur une plage de galets et de sable et que c'est un site classé on ne peut pas installer un tapis qui permettrait d'utiliser un diable ou une brouette et que le mieux pour porter ça reste de s'équiper : tiens d'ailleurs t'as un banc là c'est plus pratique, tu peux faire en deux fois, sans te faire mal au dos et si tu as du mal, on demandera à machin de te donner un coup de main - (faut-il vraiment que je continue ??) Alors, on peut aussi parler de la notion de commerce, mais désolé, quand j'entends ça : Je peux entendre et comprendre les excuses qu'on cherche à trouver à quelqu'un qui exerce son métier, un métier physique et fatiguant certes, mais qu'il a choisi (oserais-je en toute connaissance de cause...) Mais b**** c'est un métier de SERVICE. On peut se voiler la face comme on veux, mais si l'ACCUEIL du CLIENT n'est pas un pilier de ta PRESTATION DE SERVICE c'est que tu n'as rien compris à ton job... Alors, oui, ce n'est pas facile tous les jours, oui, c'est physique, oui, tu n'as pas le temps de prendre une pause tous les midis, oui, tu portes des charges lourdes, oui, tu vis des situations parfois stressantes avec des clients ou d'autres, oui, tu as peut-être mal dormi parce que tu t'es levé dans la nuit, mais quand tu accueilles un client, tu essaye d'être avenant et professionnel ! Et là je ne parle pas forcément de plongée, mais simplement de "commerce". D'ailleurs, le paragraphe précédent a été écrit en pensant à mes dernières semaines de boulot et ben vous savez quoi ? Je n'avoine pas tous les clients qui viennent me voir pour leurs animaux, juste parce qu'ils ont l'impression qu'il n'y a qu'eux qui comptent alors que j'en vois 30 par jour, que d'habitude le Dr Machin (qui n'est plus là depuis 4 ans) leur fait une remise, etc... Et au passage, je ne porte pas les chiens quelque soit leur poids, j'ai investi dans des tables qui se montent et se baissent, un brancard... c'est un petit investissement certes, mais les clients apprécient, vous allez pas me faire croire qu'un système de verrin hydraulique pour monter un bloc à la bonne hauteur c'est du matériel trop technique pour un dieu de la plongée française ? (y a des plongeurs, même pas français et même pas moniteurs qui arrivent à l'utiliser en HS sur leur voiture...) Et pour finir : Bonjour, Je suis plongeur français, N3 ANMP (désolé, je ne fais pas partie de la Glorieuse Mère Fédération, peut-être que du coup mon expérience ne vaudra rien) et j'ai plongé dans plusieurs centres purement PADI à l'étranger et... ben j'y ai plongé comme tout le monde, sans qu'on me prenne la tête à propos de mon niveau, sans que je sois considéré comme dangereux ou "à surveiller". Et pour anticiper sur certains commentaires : oui, aussi dans certains cas à 40m et un peu plus, avec de la déco. Et avec la même finalité : plonger et découvrir les fonds marins. Donc, tu te trompes ? Peut-être qu'il existe autre chose dans la plongée que ce que tu connais ? J'irai plus loin en disant que j'y ai même pris du plaisir et que j'y retournerai bien volontiers ! (et ben retournes-y et fous-nous la paix - tu vois pas besoin de te fendre d'une réponse, j'ai anticipé) Peut-être une histoire de mentalité ? Pis j'ai plongé aussi dans des clubs Français, où j'ai vécu - pourtant en tant que Français, issu d'une Fédération Française - et j'y ai pris du plaisir aussi. Et pourtant il n'y a que dans des clubs commerciaux français que l'on m'a fait des réflexions désagréables car répétitives sur la lourdeur de mon sac (oui j'emmène mes plombs, ça s'appelle un P-weight, oui je sais qu'il y en a sur le bateau mais celui là il est adapté pile poil à la plaque de ma wing, oui, ma wing, c'est comme une stab dorsale mais en kit si tu veux, non, ça ne change pas grand chose à ta façon de plonger mais moi je me sens mieux dedans, et non, je n'ai vraiment pas besoin d'un autre plomb, j'ai tout ce qu'il faut merci, on peut aller plonger maintenant ?) J'ai globalement le même sac en "zone PADI" et la seule chose que l'on m'a dit c'est "ok, tu peux mettre des plombs là en plus du tiens si tu veux, penses juste à vérifier qu'ils y sont parce que comme on change les blocs entre deux plongées et qu'il sont du coup sur la sangle, ils peuvent glisser."
  2. 11 points
    bonjour, pour répondre à une question posée : oui, il existe bien des centres de plongée qui proposent des services haut de gamme, voire très très haut de gamme. Comme pour tout commerce de service, les tarifs sont bien souvent en relation. Logique. Ces centres, ne se contentent pas d'afficher :"ici service VIP, viendez tous", ils concentrent leur efforts commerciaux sur une clientèle ciblée, ils ne font pas de pub dans Subaqua par exemple, ils offrent réellement des services haut de gamme; (qui vont au delà d'un simple portage de bloc - détail ô combien débattu-), ils peuvent même commissionner des pourvoyeurs de clients. Ces centres existent en France et à l'étranger. Ce n'est pas parce qu'ils sont plus rares, ou qu'ils sont peu ou pas fréquentés par les participants de forums que ces centres de plongée n'existent pas. Contrairement à une idée reçue et souvent répétée -ce qui n'en fait pas force de loi- : le service n'est pas lié aux charges et aux salaires, mais à un état d'esprit. Parce qu'il semble être de bon ton d'y aller de son exemple (aussi marginal soit-il) pour illustrer : les marins/moniteurs de yachts sont payés de 3000 à 5000$/mois, et on ne peut pas vraiment leur reprocher un service médiocre. Sans aller jusqu'à cet extrême, de bons centres de plongée traditionnels (j'entends par là : services de base, baptême, explo, N1, N2), sur les côtes françaises sont réputés pour leur accueil et la qualité de leur service, avec quelques simples bricoles : accueil, aide, attention, sourire, bonne ambiance. Rien de fou. Pas toujours, mais bien souvent, cet état d'esprit aide à faire passer la pauvre qualité des fonds, sur lesquels lesdits centres n'ont aucune prise. Les moniteurs qui travaillent dans ces 2 exemples de cas de figure, ne se sentent pas du tout dans une position d'esclave ou de "boy", non plus. Ils ont juste le sentiment de faire leur boulot correctement dans un commerce de loisir. Comme dans n'importe quel commerce de service, à charge du prestataire d’afficher le détail du service proposé, son coût, et de respecter le tout; Reste au client de l’accepter, ou pas, et/ou de trouver le meilleur rapport qualité/prix au regard de ses attentes, de ses moyens, de ses envies. Au delà de ces faits, d'ailleurs tirés d'une étude de 2018 publiée par "The University of Poncifs", chaire de La Palissade, dirigée par le Captain Obvious, je me pose une question : un mauvais accueil, aucune aide, du sarcasme permanent, des pratiques à l'ancienne, des moniteurs fatigués le 15 Août, voire des plongeurs qui attendent un service (on croit rêver) pourraient t-ils être mis en relation avec le secteur qui tire un peu la langue financièrement parce qu'il ne travaille que quelques mois d'été par an ? Je sais pas hein, je pose la question, je préfère laisser la parole aux experts et aux sachant. Une autre question que je me pose, histoire d'élargir encore un peu : le débat MF vs DE/BEES revient souvent. Si il est admis que chacun des 2 est tout à fait capable d'enseigner un vidage de masque, une esquive/volute/saisie prise d'assistance verrouillée 90°/soumission, de faire un baptême dans les règles de l'art, ou de dessiner de tête un superbe schéma de circulation sanguine, pour un cours N4, est-ce que le module business enseigné au DE (et sans présumer de la qualité du module -que je ne connais pas-) ne fait pas justement la différence ? Je ne fais que m’interroger, histoire de causer, mais je serais très reconnaissant à ceux, qui dans ce fil, semblent avoir une solide expérience du business de la plongée, qui ont jugé que Didiplongée n'avait pas compris le fonctionnement d'une structure de plongée commerciale en France, je leur serais très reconnaissant donc, de bien vouloir m'éclairer, et d'avance, je les remercie des réponses qu'ils voudront bien apporter.
  3. 10 points
    moi je dis qu'il faut une loi pour standardiser tous ces signes Mieux !! : une loi française qu'on imposera au monde entier et surtout aux nord américains qui ne comprennent rien à la vraie plongée
  4. 8 points
    Bonjour à tous, Afin de couper court à toutes discussions sans connaitre les tenants et aboutissants je vous informe que c'est moi, Mr Canonge Lionel, dirigeant de la structure Plongée Com'Aix installé au Bourget du lac qui n'a pas validé le niveau 1 FFESSM, de Mr xxxxx. Le client s'est présenté comme ayant préparé son niveau 1 en piscine et n'a pas pu le valider suite au COVID. Il me demande donc s'il est possible de lui faire son niveau 1 sur 4 séances (le maximum de créneau qu'il avait) alors que je forme au niveau 1 sur un ensemble de 6 séances. Etant donné qu'il a déjà pratiqué je lui indique que cela doit être possible et que j'allais vérifier les acquis correspondant au cursus FFESSM. Dès la première séance, je m'aperçois que cet élève est loin d'avoir les connaissances que l'on demande pour une première séance et qu'il a un palmage et une ventilation qui sont loin de pouvoir en faire un plongeur équilibré (en parti normal car c'est la première fois qu'il pratique en milieu naturel et qu'il porte une véritable combinaison de plongée). Mes 3 premières séances ne dépassent jamais 6m tant que l'ensemble des exercices ne sont pas fait correctement et que le plongeur n'a pas un minimum d'équilibre. Au final à la dernière séance (la 4ème) je n'ai toujours pas dépassé 6m : après un très rapide débriefing sur la validation du niveau ou non à la demande du client, je lui indique que la validation du niveau 1 est impossible car il est très loin de maitriser son équilibre. Sa réponse "j'étais toujours à coté de toi". Mon vécu : un plongeur qui est sans arrêt en dessus, en dessous, avec une ventilation de terrien et un palmage sans cesse avec des appuis (entre autre pas très efficace). Suite au résultat qui ne correspond pas à ses attentes, le client a bien déchargé son bloc à la station de gonflage, a bien sortie sa combinaison pour la déposer dans le bac de lavage... la laissé... j'ai donc du la mettre moi même sur l'étendage (par 2 fois car cela n'avait pas été fait la veille non plus). Dans l'état actuel, la seule validation d'un PE12 était envisageable. Je lui est donc dit que je ferais sa validation PE12, qu'il recevrait une attestation provisoire en attendant sa carte définitive. Deux jours ont passés avant que je ne reçoive son mail : sa validation n'a pas été faite par manque de temps (mais pas de quoi s'en inquiéter, tout les clients qui ont leur niveau obtienne la carte) et il me demande de remplir son carnet de plongée et donc de lui envoyer. Si le client avait pris le temps de s'occuper de son matériel (compétence attendue N°1) et également de remplir son carnet de plongée il n'en serait pas là. Etant une structure professionnelle, mon temps c'est de l'argent. Les choses qui n'ont pas été faite par l'élève se reporte donc sur moi. En conséquence il a été demandé la somme de 50 € (rien à voir avec le coût de la carte, celui-ci est toujours inclus dans mes tarifs formation). Discussion autour de la validation : - l'élève pense avoir perdu son temps -> ce n'est pas le cas il aura progressé. - l'élève a payé pour une formation niveau 1 (tarif adapté car seulement 4 séances) et il n'obtient pas ce qu'il escompté-> il ne l'obtient pas car on n'achète pas son niveau, on l'acquiert. Voilà, tout cela est écrit en toute transparence, vous pourrez maintenant avoir des réponses éclairées.
  5. 8 points
    Je tiens à préciser que le easycut c'est la galère pour le saucisson
  6. 7 points
    en tant que DP, je demande aux plongeurs de sortir la tête de l’eau uniquement une fois les paliers obligatoires (et pas les autres) réalisés par chaque plongeur et surtout de sortir un parachute pendant ces paliers pour se signaler. Et tant qu’à faire, que le nom/surnom/prénom du plongeur soit écrit sur le parachute. cela évite le cas n° 1 que tu présentes quand au cas n° 2, je le réfute. Car le risque est important qu’un « incident » de plongée (perte d’un équipier) se transforme en accident. pas tant à cause d’une mise en carafe d’un ordinateur, mais plutôt en cas d'incapacité de réimmersion : oreille, lestage inadapté, stress, hyperventilation ... quelle est la sécurité apportée par un retour en surface alors que des paliers obligatoires n’ont pas été réalisés ? Aucune donc mise en sécurité de tous les plongeurs par le respect des procédures de fin de plongée et signalement pour la surface.
  7. 7 points
    Le pire étant qu'une fois qu'il aura eu sa formation, il voudra apprendre à certains ici comment on plonge en recycleur …
  8. 6 points
    non non, tu lis bien. La compétence indique effectivement (et entre autres choses, qui sont bien + importantes que mettre une combi sur un cintre) : "range l'équipement dans de bonnes conditions séchage, pliage....". Comme les bonnes conditions de séchage impliquent de passer la raclette sur le sol du local, et/ou s'assurer que les drains d'évacuation d'eau ne soient pas obstrués, je me demandais : c'est à ton client de le faire aussi ? On pinaille hein... Tu préfères facturer 50 balles plutôt que de faire preuve de pédagogie pour amener ton élève à valider une partie de cette compétence n°1, libre à toi. Je connaissais la pédagogie de la découverte, je découvre la pédagogie de l'amende. Et pourquoi pas 135€ ? c'est le taux à la mode. Pour ce qui concerne le mix N1/OWD en formation, séances milieu naturel , je te donne 2 exemples : - tu dis ne jamais avoir dépassé 6m. - Les séances MN 1 & 2 du cours OWD : doivent se passer à 12 m. Toi : 6m = hors standards. - si séances 3 & 4 : elles doivent se passer à 18m. Toi : 6m = hors standards. Pour le programme des séances, complet et chronophage à l'OWD : - soit tu veilles sur Kerberos, et tu ne fais pas ce qu'il y a faire avec ton élève OWD = hors standards, - soit tu suis le programme complet avec ton élève OWD et tu laisses Kerberos sans surveillance = hors standards. Tu trouveras confirmation de tout ça dans ton manuel de l'instructeur, à la rubrique "Standards & Procédures". En cas de doute, tu peux contacter ton bureau Padi Europe, et/ou ton régional manager. Pour ma part je serais heureux de t'aider à y voir clair, aussi, si tu as d'autres questions, je te fais parvenir un RIB pour que tu puisses régler mon tarif de 50 balles la consultation. N'hésite surtout pas, j'ai tout mon temps en ce moment.
  9. 6 points
    J'en ai aussi une du même genre: Samedi, petite plongée (29m max), départ depuis le bord, le plus gros de temps passé à compter les brochets (j'ai arrêter de les compter formellement après 50) et d'un coup, je m'aperçois que je suis tout seul au milieu des herbes... Je fais demi tour, je continue à pousser les brochets pour pour me frayer un passage... Après 65 minutes, je ressors de l'eau et... ben personne... C'est bien, la plongée en solo !!
  10. 6 points
    L'histoire est assez floue, et il y a du parole contre parole. Le fait que Kerberos ait validé un PE12 semble faire consensus (ce n'est ni à Kerberos ni à nous de juger s'il a le niveau pour un N1, seul le professionnel de la plongée qui a plongé avec lui est capable de se prononcer sur ce sujet (yoyo)). Il y a cette histoire de 50€ dont j'ai du mal à comprendre le rapport avec la délivrance de la carte de niveau. En synthèse de ce que j'ai compris: le niveau de Kerberos n'a pas été jugé suffisant pour le N1, et la structure lui propose donc un PE12. Chose pour laquelle les deux parties sont tombées d'accord. Il n'y a donc pas débat la-dessus, et la question qui reste en suspend est : Kerberos a-t-il reçu sa carte de niveau ? Oui: litige résolu (*). Non: pourquoi ? C'est en cours ou cela va être fait prochainement: litige en passe d'être résolu (*). Autre raison: non recevable, puisque les deux parties se sont mis d'accord sur l'attribution du PE12. (**) (*) Dans ces deux cas, la structure n'a aucun moyen de récupérer les fameux 50€ au centre du débat, et devra se les mettre derrière l'oreille. (**) Si la structure utilise ces 50€ comme moyen de pression pour la délivrance de la carte, je doute que ce soit honnête. Quant au bien fondé de réclamer 50€ pour une combi pas accrochée, je ne pense pas que ce soit exceptionnel dans la vie d'une structure de plongée d'avoir affaire à : quelqu'un qui n'a pas compris ou entendu les consignes ; quelqu'un d'étourdi qui a oublié sa combi dans le bac de rinçage ; quelqu'un de mal élevé. Si à chaque fois que cette situation se présente, cela est facturé 50 balles, je veux bien démissionner de mon boulot actuel et me faire embaucher dans un club de plongée en tant que responsable des combis oubliées dans le bac.
  11. 6 points
    Hello, Après 2 semaines intenses, je me suis dit qu'un petit retour d'expérience sur le passage du N4 à l'UCPA Niolon pouvait peut-être intéresser quelqu'un par ici... Voici donc mon histoire ! N3 ayant pour projet cette année d'intégrer un DEJEPS, je me suis dis. "Tiens, et si je tentais de zapper les épreuves d'entrée en passant un N4?". Pas mal de clubs que j'ai appelé m'ont ainsi un peu fait la morale en m'expliquant : "Arrête les bêtises, un N4 ça ne se prépare pas en 15 jours !". En effet, avec le Covid et la naissance de ma fille, je ne me suis pas du tout préparé à ça. Bon ok. Mais bon, je vais quand même tenter ma chance. Au pire, ça me servira d'entraînement pour les TEP du DEJEPS, au mieux, j'y arrive ! J'ai donc acheté mon livre N4 d'Alain Forêt et choisi l'UCPA Niolon (où je n'étais jamais allé) pour 15 jours. Un endroit dédié à la plongée où on mange et on dort plongée. Rien de mieux pour s'y mettre à fond. Arrivé sur place, bonne surprise le cadre est plutôt cool. La calanque est jolie, il fait beau... Ça s'annonce bien. Mais bizarrement, tous les gens que je croise pour mon accueil (moniteurs, employés etc) me demandent si je suis sûr de mon coup pour le N4, me disent que je peux encore faire marche arrière... Ah bon, c'est si compliqué que ça, vraiment ?? Je m'installe alors dans une chambre que je partagerai avec 3 personnes. Celle-ci est très sommaire. 15 jours là-dedans... ça va être long. Et je ne croyais pas si bien dire ! Le premier jour arrive enfin. Je rencontre mes 3 compères de galère, avec qui nous passerons beaucoup de temps durant ces 2 semaines à plonger, rigoler mais surtout réviser ! Et là c'est parti pour la galère : les premières plongées techniques (IPD, DTMR, GP...), les premières épreuves physiques (Mannequin, 800m, 500m capelé) et les premiers "rappels" théoriques me font me demander au bout d'à peine 2 jours "Mais qu'est ce que je fous ici ??". Tout me paraît insurmontable. Moi qui me pensait plutôt bon plongeur, je me sens vraiment au pied d'une montagne et pense même à abandonner, à remettre en cause mes projets futurs. "Est ce que j'aime vraiment ça? Est ce que je suis capable de guider des gens?". Mais je ne suis pas venu pour ça. Pour être négatif. Quitte à être là, autant se donner pour ne rien regretter. Alors j'ai essayé de relever la tête. Je me suis mis à fond dans les révisions et ai tout donné pour assurer pendant les épreuves physiques et techniques. Et si le week-end "off" a vraiment fait du bien, j'ai peu à peu pris le rythme difficile de cette formation... et appris à regarder les autres personnes du centre s'amuser pendant que nous, prépa N4, allions réviser et encore réviser. Quand arriva le jour de l'exam. Stressé comme jamais (alors que ce n'est pas dans ma nature), je me lance enfin dan les épreuves avec cette peur énorme de la faute éliminatoire qui anéantirait ces 2 semaines d'efforts (une apnée ratée, un VDM à 40m qui dérape de 2m, une remontée trop rapide...). Et finalement... tout se passe bien. Mes compères et moi assurons globalement sur toutes les épreuves. La théorie me paraît presque une formalité, tout comme les épreuves physiques. Et au moment des résultats, tous les 4 sommes reçus à l'examen. Libération et joie intense, suivis d'une bonne soirée arrosée. J'ai mon N4. Et c'est pas fini. Et au final, maintenant que je suis rentré... cette galère me manque Du coup, si vous désirez plus d'infos sur une expérience N4 à Niolon, n'hésitez pas à demander !
  12. 6 points
    En fait, ce qui m'impressionne c'est le déni de la réalité. Dans les journaux, tu as des articles de soignants en réa qui ont vécu la première vague de mars et qui raconte leur terreur today que ça recommence. Pendant ce temps, le Pr communique sur les "bonnes nouvelles". On dirait le curé de ma grand mère Sinon, à aucun moment, il ne prouve ce qu'il raconte, ce qui commence à être la marque de fabrique de ce monsieur. En plus de la communication complètement pétée avec la potiche qui parle 30sec comme un faire valoir. Franchement, je trouve ça au delà de la caricature.
  13. 6 points
    J'essaye d'y aller doucement avant de remettre en cause les galonnés... Je ne suis qu'un pauvre N3.
  14. 6 points
    Désolé et vous allez dire que je suis relou mais répondre rtfm a un mec qui vient poser une une question, perso je trouve qu'il vaut mieux rien dire. A minima mettre un lien vers le FM en question serait déjà plus constructif...
  15. 6 points
    Bah tu vois, dis comme ça, c'est déjà largement plus entendable comme position. Sauf que tu en viens à ça après avoir tenu un discours un peu orienté "le trim c'est la vie" (une variante du "au delà de 30m, l'air c'est la mort"), tout ça sur la base d'une photo de 2 plongeurs dans le bleu sans aucun repère visuel pour voir leur positionnement vis à vis du fond Et vu que tu ne juges que sur ce type de chose (vu/lu sur internet) sans être jamais venu plonger chez nous, et que tu as tendances à avoir des position assez fermés (trim, trimix, redondance, toussa toussa)... Il serait bien de se rappeler qu'entre ce qui est écrit (pas forcément bien par le rédacteur, moi le premier), ce qui est lu, ce qui est compris (parfois mal), et la réalité, il y a beaucoup de distorsion. Au final, je pense que ce qui fait réagir pas mal de monde sur tes interventions, c'est pas un réflexe protectionniste, c'est que tu as l'air de voir les choses en noir ou en blanc, et oublier toute la palette de gris entre les 2, prompt à juger sur internet, sans jamais être venu te faire un jugement par toi même, en vrai. Sisi, je t'assure, tu devrais, non seulement on est pas aussi con qu'on peut en avoir l'air, mais en plus il y a des plongées sympa à faire, et il y a même des clubs fréquentables pour toi où tu seras acceptés avec tes cartes SDI/TDI/PADI/whatever, et tu pourras trouver des bi, des décos, des mélanges nitrox ou trimix, toussa toussa Sinon, rassure toi, il y a des structures/club qui forme et sensibilise à la position dans l'eau (#Trim) et aux autres palmages existants (chez nous on est tellement des fous qu'on le fait dès le N1, faut dire on a le temps en piscine ). Et même qu'on pousse les gens à passer leurs nitrox, et dans certains club, on est carrément des dingues, on fait la promotion du trimix pour la plongée profonde et du CCR ! Par contre, comme Matt, le sectarisme des plongeurs tek (ou DIR, ou tout ce que tu veux qui estime que si c'est pas parfaitement fait il vaux mieux se mettre au ping-pong), j'avoue c'est fatiguant. A croire qu'ils n'ont jamais été débutant (où on vite oublié comment ils étaient à leurs débuts) Juste un truc, comme ça: ça apporte quoi ce genre de sortie de bite ? A légitimer ton discours? Perso, aussi bien dans mon boulot que dans la plongée, j'ai tendance à me méfier des gens qui se sentent besoin d'étaler leurs CV ou leurs expériences récentes, c'est souvent des "jeunes" (dans la pratique) qui sont en pleine phase d'excès de confiance et rempli de certitude A ta place, je limiterais ce type d'intervention (avis tranché + exemple récent de comment t'es trop fort avec 16 blocs et 12 mélanges, à lancer des parachutes en même temps que tu fermes tes robinets toussa) au profit d'intervention moins tranché et plus pédagogique, qui sait, tu pourrais convaincre certains gaulois réfractaire? (ou tout du moins limiter les réactions "protectionnistes")
  16. 6 points
    La bonne position sur un vélo c'est celle d'un coureur contre la montre, j'imagine que dans les rues de Montréal tous les bons cyclistes ont cette position. Le reste tous des branques?
  17. 6 points
    Réponse par ici : Bali, Maldives, Polynésie française. @Didiplongée, je pense que ton parcours jusque là explique assez bien une partie au moins de ta déconvenue. Tu n'as connu que des plongées très haut de gamme et tu attendais sans doute quelque chose d'équivalent sur le service comme sur le milieu à explorer. Sauf que la Méditerranée n'est pas tropicale, n'a pas de récif corallien. Ca, c'est un fait établi de très longue date. C'est juste que tu n'y étais pas préparé. Ce n'est pas qu'il n' y a pas de poissons, c'est juste qu'ils sont moins nombreux, plus petits (en moyenne) et moins colorés que dans l'Indo-Pacifique. Tu les remarques moins au premier coup d'oeil. Mais apprendre à connaître et apprécier cette faune bien différente, c'est aussi un intérêt potentiel de plonger dans une mer moins "paradisiaque". Sauf que la France n'est pas "bon marché" sur la main d'oeuvre "basique". Tu l'as vécu négativement par l'absence de personnel dédié à la manutention du matériel, mais beaucoup le vive aussi positivement par l'existence d'un salaire minimum ou d'une protection sociale (chomage payé, assurance maladie, retraites ...), par exemple. Après, je ne nie pas que tu puisses avoir subi un accueil déplorable, ça existe aussi, malheureusement. Peut être d'ailleurs, un accueil de haut niveau aurait pu te faire passer plus facilement le contraste du milieu et du service différent ... peut être. Et puis tu n'as fait que 2 centres ...
  18. 6 points
  19. 5 points
    Bref il ne me reste plus qu'a déposer mon chèque. Me voilà "riche" Autre chose. La première réaction lors de mon coup de fil initial a été. Vous n'avez pas d'assurance carte pour vous faire rembourser ? Bref une fois (mais la dernière) de plus Lafont a brillé par son incompétence et surtout et c'est là le plus grave une volonté certaine de tout faire pour ne pas rembourser. J'ai lorsque j'ai vu la tournure des choses envoyé des informations au service juridique de la fédé. Juste pour qu'ils soient au courant des agissements du partenaire officiel pour l'assurance des plongeurs.. le début sur place c'est bien le 2 c'est Lafont qui a dans le mail indiqué le 4... ben oui je pouvais passer a coté... et accepter qu'ils ne rembourseraient rien Voilà pour cette petite histoire. J'ai bien entendu tous les mails etc je ne me permettrais pas de raconter des conneries. Je veux a vous plongeurs de plongeur.com vous prévenir de ce que vous "risquez" en vous assurant chez Assurdiving / Cabinet Lafont.
  20. 5 points
    Pour un pro honnête ? J'en sais rien, je suis pas professionnel de la plongée, je laisse répondre ceux qui sont concernés... Dans mon domaine, je sais ce qu'il en est en ce qui me concerne. Le client est et sera toujours roi dans le business. Que tu sois d'accord ou pas ne changera rien. A partir du moment où c'est la demande qui crée l'offre, il faudra que le pro s'adapte aux exigences et désidératas de ses clients, surtout dans une activité de loisir. Qu'il y mette des barrières, des exclusions, de tout ce que tu veux dans les conditions générales ne changeront pas ce fait : soit les pros s'adaptent à la demande de leur clientèle, soit ils périclitent. Il n'est pas ici question que ce soit bien ou pas bien, mais c'est une réalité économique : pas de demande, pas d'offre. Maintenant, personnellement, je vous trouve Val et toi particulièrement pleins d'a-priori sur @Kerberos : je n'ai lu nulle part qu'il avait cherché à tirer les prix vers le bas (il ne parle d'ailleurs pas de combien lui ont coûté ces plongées de formation, il se pose juste des questions sur ces 50€ sortis du chapeau) , ni qu'il avait voulu en avoir plus (il ne demande pas son N1, il veut juste l'attestation provisoire de son PE12), ni qu'il allait casser la gueule de l'examinateur. Tu parlais de pouvoir de nuisance de l'internet, mais il n'a d'ailleurs jamais donné le nom de la structure (contrairement à la structure qui l'a nommé) et à part pour les plus locaux du forum, ça aurait pu être n'importe quelle structure de la région.
  21. 5 points
    DIR est l'acronyme de Do It Right (or don't do it) en gros : fait le bien ou ne le fait pas, c'est plus une logique de pensée qu’une école de plongée . Historiquement, ça a été crée par les plongeurs du wkpp. Ils se sont appuyé sur 2 choses , la pensée de William Hogart, qui va donner le système "hogartzien" , pour faire court, on emporte que ce qui est strictement nécessaire ( à l'époque, il faut dire que ça partait un peu dans tout les sens et qu'avec le "what if" et ça empilait pas mal de matos) et une analyse de leur plongées pour définir l'équipement, la configuration, la standardisation des équipes, des gaz ect ... pour être à la fois le plus efficace et le plus sur possible pour leur plongées. A partir de là, un des leader du wkpp, jaron Jablonski c'est dit, on fonctionne bien , on a des résultat probant sur nos explo, on fait un peu de buz et si je créais ma propre école de plongée : c'est comme ça qu'a été créé le GUE . UTD n'est qu'une éniéme scission d'école de plongé, le GUE. Le phénomène est toujours le mêmes, il y a un désaccord sur le partage des revenus entre la structure et les moniteurs, on en crée une autre; c'est comme ça qu'est né TDI à partir d'IANTD. Donc oui, elles peuvent toutes se revendiquer DIR.
  22. 5 points
    Je fais une différence entre les "réseaux sociaux". Facebook favorise l'entre soi et les regroupements par affinités, groupes cloisonnés où s'entretient le pire comme le meilleur. Entre les groupes "Soutien au professeur Didier Raoult" et "l'HCQ est chiante comme un lavement au gin tonic un soir de chemsex", c'est cloisonné niveau individus. Sur twitter, c'est plus horizontal. Sauf blocage, ca va troller vite fait dès que tu aborde un sujet avec un # bien d'actualité. J'ajoute qu'il était possible d'être bien informé sur twitter en suivant les bonnes personnes (chercheurs, médecins) à conditions d'avoir quelques bases en sciences et de chercher un peu. L'histoire de la chloroquine s'est faite démolir d'abord sur twitter. Sur la question du port du masque en lieu clos, ce réseau social à joué un rôle important aussi. Les fora sont plus spécialisé (sauf "jeuxvideos.com") et tu auras une population qui ne pense pas la même chose et qui a peut être moins envie de s'engueuler sur des sujets un peu hors charte... sans parler de la modération qui vieille Sur la question du journalisme, je fait une vraie différence entre la télévision et le journalisme. Franchement, que BFM, CNEWS et compagnie passent leur journée à donner la parole à des hurluberlus et à des faussaires, je ne pense pas qu'on puisse appeler ça du journalisme. C'est de l'animation de plateau TV.
  23. 5 points
    Encore plus simple et rapide : quand tu es en butée, tu ne peux pas te tromper de sens, que ce soit pour ouvrir ou pour fermer
  24. 5 points
    forcément : bouteille orientée horizontalement, le flux d'oxygène vertical arrive bien mieux en bouche.
  25. 5 points
    Non, pitié, pas de nouvelle réglementation ! On est déjà saturés de ces contraintes. Je rappelle quand même que dans sa forme actuelle, notre Code du Sport rend obligatoire ce parachute en fosse ! Il impose un minimum de 1 parachute/palanquée. C'est un minimum, pas un maximum. Il n'interdit pas d'en avoir plus. Libre à chaque pratiquant, chaque DP, chaque club, chaque formateur d'en prendre/demander/imposer/suggérer plus quand nécessaire. Que chacun assume et qu'on arrête de demander à l'Etat de tout gérer, jusqu'au nombre d'accessoire pour la pratique d'une activité de loisir pas franchement de masse.
  26. 5 points
    Je ne sais pas s'il faut vraiment se vanter de se toucher le robinet à toutes les profondeurs...
  27. 5 points
    Nicolas, je suis déçu : des français qui plongent à l'air à 47m, qui ne se rendent pas compte que le problème vient juste d'un robinet mal ouvert et pas un mot de ta part sur le trimix ! Vraiment je suis déçu.....
  28. 5 points
    Avant lamise à l'eau verifier l'ouverture des robinets en inspirant sur les detendeurs en regardant le comportement des manos devrait etre un reflexe....qui m'a parfois ete utile...
  29. 5 points
    Si j'étais impliqué, je sortirai le para et finirai mes paliers. Si le binôme n'a pas de palier (étrange) il se re-imerge en suivant le para. Rien n'empêche de se ballader au palier pour chercher des bulles ou des palmes. 1 accident c'est suffisant, on va éviter d'en faire 2.
  30. 5 points
    tu as oublié de parler de la 5G, de Linky, des chemtrails, des vaccins à nanoparticules, des puces rfid dans les vaccins, de l'aluminium rendant autiste, de Bill Gates, des illuminati, etc. ne pas confondre p.com et Facebook, merci.
  31. 5 points
    Bon ben plongée faite. C'était le voilier à Hermance : Un joli voilier d'une dizaine de mètres, posé debout sur 52 mètres (j'ai pas été vérifié à la vase, juste au-dessus de la coque on était à 50) avec le mât bien vertical et tous les haubanages. Mise à l'eau à la tombée de la nuit avec un peu de capelé pour "tomber" à 25 mètres, puis au cap et en suivant quelques objets jusqu'au point où démarre le fil. On avait décidé de rester au plus haut possible en fonction de la visi' pour ne pas charger. Bien nous en a pris. Avec la visi' sous 30 mètres, je pense qu'on s'est baladé un bon 10-15 mètres au-dessus du fond, en envoyant tous les lumens qu'on avait en stock . On est arrivé sur l'épave après 13' de palmage, avec une profondeur max' de 44 mètres, et là on est descendu dessus. A ce moment 'me restait 140 bars (pour 115 prévus en suivant le fond) Au final on n'a pas eu une DTR au-dessus de 18' !!! Ensuite remontée jusqu'à 20 mètres en suivant le mât. Changement de gaz pour moi (Nx50), puis prise du cap, remontée jusqu'à 10-12 mètres et rentré pleine eau, dans la touille et de nuit, jusqu'à "taper" la rive. En y arrivant, j'étais déjà no déco', et mon binôme, qui n'avait pas de Nx50, 'ne lui restait que 3 minutes. Me restait 120 bars d'air et mon binôme 70, sans avoir taper dans l'oxy'. Bref, une plongée tranquillou. Dire qu'on nous l'avait vendu comme une plongée "engagée" ! Au final, en capelant un peu, en restant 10-15 mètres au-dessus du fond et en remontant direct à 10 mètres, elle n'est même pas au niveau des plongées habituelles . Pour la petite histoire il est aussi loin parce lorsqu'ils l'ont coulé, il aurait dérivé en sombrant (courant ?). Du coup, ils ont mis un certain temps déjà pour le retrouver. En partant du bord y'en a bien pour vingt minutes pour lui tomber dessus.
  32. 5 points
    Bravo pour le grand saut @Princesse Sarah, le niveau 2 c'est chouette tu verras. Les moniteurs sont tous sympas et si par hasard il y a de l'orage avec une personne en particulier, il y a en général la possibilité de faire des changements. L'orientation n'est vraiment pas un gros problème, tu t'entraîneras et prépareras hors de l'eau avant d'aller faire joujou avec le sens des failles et le compas. Quant à la remontée de 20m, tu as toute la semaine pour t'entraîner et trouver tes repères, tes sensations de vitesse, tes automatismes. Essaie d'affiner ton lestage en cours de semaine, tu n'en seras que mieux équilibrée et confortable pour les ateliers verticaux. Tu seras peut-être la seule N2 mais il y aura plein de monde sur place: je serai aussi à la base la semaine prochaine pour l'encadrement du stage MF1 qui s'y déroulera en même temps. On pourra toujours trouver un moment pour discuter et trouver de quoi débloquer tes inquiétudes si ce n'est pas déjà fait avant.
  33. 5 points
    Mais au final, à quoi bon vouloir un ordi où l'on peut bidouiller les GF, si c'est finalement pour se caler sur la masse des ordis "grand public" ?
  34. 5 points
  35. 5 points
    bonjour, oui tout de suite, voilà : mon avis est que : ça s'appelle un client. Un client qui parce qu'il a payé, est en droit d'attendre qu'on ne se foute pas de sa gueule, qu'on l'aide quand il est en difficulté, qu'on soit aimable avec lui, et plus généralement qu'on lui explique ce pour quoi il a payé. Libre à lui d'accepter ou pas. Le concept peut sembler étonnant, mais il a l'air de se répandre un peu partout d'après ce que je sais. Un client chiant ? Possible, je ne le connais pas. Mais il reste malgré tout un client. Un client qui n'a pas encore trouvé, en France, le prestataire qui correspond à ses attentes ? Apparement oui, très certainement même. Il finira peut-être par trouver, en persévérant, en fouillant, en essayant. Il n'a pas les mêmes centres d'intérêt que toi, ni les même attentes, ni ton expérience : ça semble évident. La mauvaise nouvelle c'est qu'il y en d'autres comme lui. Pas mal d'autres même. Des gens qui, dans un cadre loisir & détente, s'attendent à être bien accueillis, bien traités etc... Alors malheureusement, il se peut que tu tombes sur l'un d'eux, un jour ou l'autre, si ce n'est déjà fait. De ce que je sais, ils ne sont pas contagieux, mais méfies toi quand même, en restant à distance, on sait jamais. Si je dis ça, c'est pour toi. "Et à part ça", eh bien : une autre étude de la fameuse "University of Poncifs", chaire de La Palissade, dirigée par le Captain Obvious, révèle en effet que le service et le prix d'un resto routier sont différent d'un 2* Michelin. Toujours selon la même étude, il semblerait qu'un hôtel sans étoile et sans personnel d'accueil soit là aussi moins cher qu'un hôtel 4 ou 5* avec conciergerie et room service. Mais je ne t'apprends rien, je pense que tu as lu l'étude toi aussi. N'hésite pas pour toute autre question, j'y répondrai avec plaisir du mieux que je peux.
  36. 5 points
  37. 5 points
    Le problème souvent Nicolas, c'est le ton de tes mots...ta condescendance et ton prosélitisme. Et aussi la caricature que tu te fais des plongeurs français. Ici, on se "mélange" sans se prendre la tête. Former des groupes avec des Padi français, Suisse, des GUE, des pur "fédé", des "multicartes", ici, ça se fait régulièrement, sans problème, et sans chercher à savoir celui qui pisse le plus loin. Comme le mélange 15 litres, bi dorsal, side', CCR....personne ne se regarde de travers...on s'adapte. Ne pas tous les mettre dans le même panier s'il te plaît. J'ai un Fundies GUE. J'en suis ravi...mais je ne plonge pas qu'avec des GUE, et je prends "certaines" libertés quand à la "philosophie" GUE....j'aime pas qu'on réfléchisse trop à ma place...
  38. 4 points
    aaaaarggghh...merde...j'arrive pas à me retenir : je cite pas de nom parce les tauliers ont dis "pas d'attaque personnelle" (et "pas d'humour"), mais les gars, dites, ceux qui se croient au bord d'un ring de boxe, qui attendent la réponse de l'un et de l'autre pour prendre parti, voire traitent de "boulet" un débutant..... zêtes gentils hein, mais vous avez lu le 1er post ????? Le gars Kerberos il demande juste de l'aide parce qu'on lui réclame 50 balles non contractuels pour valider un niveau. OH ! ça vous parle ça ? 50 balles c'est apparemment rien pour vous. Qu'en savez vous pour lui ? 50 balles pour étendre une combi et remplir un carnet, ça prend 5 minutes putain ! Dites moi ou vous allez passer vos prochaine vacances plongées, je vous garantis qu'avec un peu de chance, je m'arrange pour vous sortir une bonne facture de 500 ou 5000 balles de derrière les fagots parce qu'en remontant vous n'avez pas remis votre bloc dans le bon trou. Et on en reparle, ouais d'accord ? Il n'est pas question de PE20, PE12, xxxx nombre de plongées ou compétences de l'élève. À part les 2 concernés, personne n'était là pour juger et les 2 sont d'accord. (tiens, au passage yoyo-mon-poto, si tu prends effectivement des N1 en validation milieu naturel avec des OWD en formation, en même temps, ben t'es hors standards Padi... je dis ça c'est pour toi, t'en fais ce que tu veux, c'est toi le boss.) Du coup, je vous propose qu'on laisse de coté : - "un niveau ne s'achète pas il s'acquiert", c'est pas la question, c'est pas le débat, tout le monde est d'accord avec ça - aha ah !....... "il y a toujours 2 versions", c'est pas la question, c'est pas le débat, tout le monde est d'accord avec ça (confirmés par les 2 concernés qui sont ok sur ce point) Du coup, la question elle est simple au fond : " Ô toi pilier du forum expérimenté, au nombre incalculable de plongées, à qui on ne la fait pas, parce que tu connais toutes les fourberies possibles....on retient en otage la validation de ton niveau, on te demande des sous en plus pour remplir ton carnet et parce que tu n'as pas étendu ta combi : t'es content ? Ou t'es pas content ?"
  39. 4 points
    Le problème des réseaux sociaux et de l'infobésite (j'aime beaucoup ce terme) est qu'ils donnent autant d'importance à la parole des sachants qu'à la parole des non-sachants. La parole de Madame Dupont, en plein effet Dunning-Kruger, a désormais autant de valeurs que celle d'un véritable expert sur le sujet sur lequel Madame Dupont s'exprime. Ses locuteurs, également dans l'effet Dunning-Kruger, adhèrent parfaitement à ce qu'elle dit. Pourtant, lorsqu'on est malade, on va bel et bien voir son médecin, et pas Madame Dupont, quand bien même elle a déjà eu les mêmes symptômes. Mais sur les sujets en apparence plus accessibles (en apparence seulement), "on" a tendance à passer outre cette règle de bon sens. L'infobésité devient alors le parfait terreau pour les biais de confirmation: face à la multitude d'informations contradictoires, on va accorder beaucoup plus de crédit à celles qui confirment ce que l'on croit juste. Surtout lorsqu'il y en a beaucoup, et peu importe leur provenance (puisque, de toutes façons, à l'ère du numérique, toutes les sources sont dorénavant de valeurs égales). Le partisan d'une théorie va alors exiger des niveaux de preuves différentes dans un sens plutôt qu'un autre. Tout argument allant dans le sens de notre croyance sera immédiatement jugée acceptable, peu importe son niveau de crédibilité. Mais on exigera un niveau de crédibilité exceptionnellement haut pour accorder de l'importance à un argument allant dans le sens contraire. L'apothéose, c'est lorsque le partisan d'une théorie va alors rejeter en bloc tout argument adverse : le camp d'en face est alors réduit à une bande de moutons, à la solde (consciemment ou pas) d'une entité supérieure qui cherche à les manipuler. Peu importe les faits qu'ils auront sous les yeux, si ceux-ci ne vont pas entièrement dans le sens de leur théorie, c'est forcément que ces faits ont été manipulés. Les sources d'informations, d'ordinaire considérées comme fiables, deviennent alors à leurs yeux la quintessence de la désinformation et de la manipulation. À ce stade, on en arrive au point où une croyance est érigée en vérité. C'est comme ça que, par exemple, sur certains forums ou sites d'extrême droite, on peut lire des phrases du type "Le Monde est un torchon" au milieu d'une avalanche d'infos provenant de Sputniknews. Ou qu'on entend que "L'Inserm et l'Institut Pasteur sont des entités à la solde des gouvernements qui veulent nous vacciner de force pour contrôler la population", au milieu d'une avalanche de liens vers des sites de naturopathie ou d'homéopathie. Il y a un documentaire intéressant sur le complotisme, sur Netflix (en France en tout cas) : Behind The Curve, qui s'intéresse aux partisans les plus frénétiques de la thèse de la terre plate. Ce documentaire est très intéressant pour plusieurs raison: - Il traite d'un sujet pour lequel >95% de la population est d'accord pour dire que la terre est belle et bien plate, - C'est un sujet qui fait surtout sourire: les partisans de la terre plate ne font, au fond, de mal à personne, que ce soit directement ou indirectement. Cela rend le sujet assez facile à traiter. Le reportage est intéressant car il met en évidence la mécanique des théories du complot, et les biais cognitifs dans lesquels s'enferment ceux qui y adhèrent. À la fin, on suit le parcours de quelques bonhommes avec le minimum de connaissances scientifiques pour qu'ils mettent au point des expériences scientifiques visant à démontrer que la terre est plate. Naturellement, toutes leurs expériences montrent le contraire de ce qu'ils souhaitent. Un bon scientifique devrait alors remettre en cause sa théorie. Mais eux font l'inverse, et remettent en cause les expériences. Si on devait donner une définition du complotisme selon moi: pour savoir si je suis complotiste, je dois me poser les deux questions suivantes : Quels sont les arguments qui me font penser que j'ai raison ? Surtout: qu'est-ce qui me ferait changer d'avis ? Si la réponse à la question 2 est vide, ou bien qu'elle demande des niveaux de preuve bien supérieurs (en nombre ou en qualité) à ceux de la réponse 1... et bien... j'ai une mauvaise nouvelle pour vous
  40. 4 points
    J'ai beau me relire, je ne vois pas où j'ai pu t'offenser. En particulier, je n'ai jamais écrit que ce que tu faisais était dangereux. J'ai seulement exposé rapidement mon passé de plongeur sout' et j'ai donné la raison pour laquelle j'avais abandonné le manifold lorsque je plongeais encore en dorsal. Pour résumer ce dernier point, avant de passer au SM, j'ai souhaité supprimer le manifold de ma configuration car il ne m'apportait personnellement aucun avantage (la récupération des gaz ne m'intéressait pas, mes plongées étaient planifiées différemment) et j'y voyais au contraire un point faible car j'évolue dans un milieu où les chocs sont quotidiens et les étroitures nombreuses. Plus généralement, Je pense qu'il n'y a pas une manière plonger ou qu'une chapelle détient LA vérité.
  41. 4 points
    Bonjour Voici un exemple du travail effectué par des associations de vrais passionnés d’histoires maritimes, qui ne se prennent pas pour autant pour des "inventeurs" et travail avec leurs moyens et parfois le soutien de certaines entreprises. Elles au moins communiquent vers le public, sur leurs travaux et leur découvertes lorsqu'elle ont lieux et sont validées par des investigations sérieuses ! https://mailchi.mp/21adc35d2593/samm-dernires-nouvelles?e=672b08981e
  42. 4 points
    Il y a toujours une limite aux libertés, c'est là où commences celle des autres ... Tu as la liberté de parole, tant que tes propos ne sont pas considéré comme illégaux (négationnisme, racismes, ... en gros qu'elle ne remettent pas en cause les libertés des autres, ... et quand bien même tu as le droit de les dires, juste tu dois en assumer les conséquences légales). Pareil pour celle de disposer de ton corps, tu en fais ce que tu veux, tant que tu reste dans les limites (l'exibitionnisme par ex ....) Oui quel scoop ils se sont trompé, bon ben comme tout le monde a un moment ou un autre. De la on peux effectuer un classement, de celui qui c'est le moins trompé a celui qui ne fait que se tromper, et au hasard, on appellerai les médias les plus fiable, journal de référence et sérieux, à médias de propagande diffuseur de fakenews. C'est quand même incroyable que personne n'y ai pensé avant, ni n'oeuvre dans ce sens .... Cela n'as jamais existé, arrêtes de croire a une époque rêvée et fantasmée. Forcement à partir du moment où il y a un individu dans la boucle, il insère son point de vue. Certains arrivent à limiter ce biais, d'autres l'utilisent volontairement pour partager leurs idées .... Pareil ya toutes les nuances possibles, à toi d’être suffisamment "intelligent" pour sélectionner tes sources d'informations et ne pas prendre forcement que celles qui vont dans le sens que tu veux et qui confortent tes opinions (choses que font les algorithme des réseaux sociaux .... ). Non pas forcement on peux penser différemment de lui, sans pour autant qu'il nous classe dans ce groupe. Par contre tenir des propos sans nuances comme tu l'as fait sur des sujet classiques et ayant une forte audience dans le milieux complotisme, je ne sais pas encore si je te classe dans un troll évolué (sur ces sujet) qui s'amuse avec notre amis canadien, ou si vraiment tu verse dans ce milieu (car sur bien d'autres sujet tes intervention sont intéressantes a lire). Et puis bon notre petit quebecquois ne se cache pas de son "expertise" dans ce domaine particulier, (et il suffit de le stalker un peu pour vite s'apercevoir que ya de la consistance dans son domaine). Oui sur la plongée il joue beaucoup à nous bousculer dans nos pratique (il cherche a comprendre et a mettre en perspective sa pratique avec ce qui se fait ailleurs), certes la methode est peut etre discutable, mais pour le classement il n'est pas le seul à t'y mettre, dans le groupe des complotistes
  43. 4 points
    Encore une fois, une configuration n'est pas construite autour d'un seul cas de figure mais est un compromis entre tous les cas de figure. La configuration "isolateur ouvert" a été réfléchi puis évalué sur des centaines de milliers de plongées en toute sorte de plongée, avec toute sorte de combinaisons de problèmes. Est-ce que tu est sûr d'avoir réfléchis à tous les autres cas et d'avoir correctement évalué les avantages et inconvénients ? Si il faut donner ton principal, est-ce qu'il est toujours disponible et dans ta bouche ? Est-ce que le deuxième manomètre va gêner le déploiement du principale ? Est-ce que le deuxième manomètre ne vas pas augmenter les risque d'une fuite, et si oui, de combien ? Le fait de ne pas voir d’inconvénients à la configuration "isolateur fermé" n'est pas gage de leur inexistence,
  44. 4 points
    Ne le prend pas mal, mais ton problème, whodive, c'est que tu crois que les choses sont unidimensionnelles et polarisées. Et en plus, tu semble avoir une lecture de la réalité comme si c'était un film hollywoodien, tu sais, le genre de film où la NSA, c'est deux gars unilatéralement méchants qui se promènent en Range Rover noir et dans lesquels, le sort du monde, c'est un pauvre type en marge qui a compris, lui, ce qui se passe, en surfant sur internet depuis son chalet en Oregon... Bref, les "pharmaceutiques", c'est une chaîne complexe composée d'une multitude d'intervenants qui ont tous leurs propres motivations. À la base, le chercheur, il peut faire ça pour la gloire; il peut aussi faire ça parce que, comme plusieurs que je connais, il est fondamentalement motivé par un désir altruiste. Le boss du labo, elle encourage cette recherche peut-être parce que ça donne du boulot à ses employés et qu'elle aime son travail. L'administrateur, son boulot, c'est de s'assurer que la "machine" roule avec efficacité pour qu'elle puisse générer du profit et il se consacre à ça. L'actionnaire, lui, il veut un retour sur son investissement et oui, il n'a souvent d'intérêt que pour l'argent. Est-ce mal si cet intérêt le pousse à investir, ultimement, dans un truc fondamentalement bénéfique pour la société? Je ne pense pas. Les amateurs de théories du complot sont d'abord et avant tout des simplistes et des daltoniens des structures sociales.
  45. 4 points
    Un moniteur débile peut enseigner sous n'importe quelle bannière, ça ne changera rien au final... le contraire est tout aussi valable ! On peut citer comme exemple le gars (DP ou moniteur, je me souviens plus) qui disait qu'en cas de perte de son binôme, on remonte de toute façon en surface, on récupère le binôme et on redescend ensuite faire les paliers.
  46. 4 points
    Et vu que la plongée solo n'est pas autorisée au sein d'une structure, celui qui se perd devient ainsi hors-la-loi vis-à-vis du club de plongée. Du coup se perdre est interdit, il faut le marquer dans le CDS. Donc 1 seul parachute/palanquée c'est bon.
  47. 4 points
    J'ai déjà de la peine à supporter les gens qui rince leurs affaires entre deux plongées durant un séjour...
  48. 4 points
    Comme quoi il y a aussi des bonnes nouvelles avec ce virus .
  49. 4 points
    Ben non ! Tu ne plonges plus avec un N1 surlesté, tu plonges avec un N3 qui est équilibré ! Tu n'as donc pas à gonfler son gilet ! Ça c'est pour la théorie naturellement, après, effectivement, et c'est la que ton moniteur a raison, il faut être prêt à tout, y compris une rencontre avec un mauvais N3
  50. 4 points
    https://www.lefigaro.fr/sciences/2019/01/11/01008-20190111ARTFIG00273-la-plongee-remede-au-stress-post-traumatique.php https://www.hopital.fr/Actualites/Un-protocole-specifique-de-plongee-pour-favoriser-la-reinsertion-des-blesses-militaires-en-etat-de-stress-post-traumatique Attentions aux amalgames. La plongée seule ne peut guérir de stress post trauma, c'est un élément du protocole Maintenant, si respirer profondément et se relaxer c'est faire du yoga... - Les étirements d’après entrainement, c'est du yoga? - Les phases récupératrices en cours d'entrainement, c'est du yoga? On ne sait plus quoi inventer comme conneries et être en phase avec l'air du temps pour vendre sa tambouille. Juste un truc pour les apprentis marketeurs... la cible yoga est une cible qui ne dépense pas un kopec pour son activité (contrairement aux plongeurs, photographes, astronomes, sports de glisse, etc). Demandez aux marques qui se coltinent les salons du yoga, à part si vous vendez des graines... c'est pas un bon filon
×
×
  • Créer...