Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Scubaphil

Membres
  • Compteur de contenus

    3 561
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    41
  • Pays

    France
link1
link2
link3

Scubaphil a gagné pour la dernière fois le 2 décembre

Scubaphil a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 934 Excellent

1 abonné

À propos de Scubaphil

  • Rang
    Génération bleu
  • Date de naissance 9 mars

Informations personnelles

  • Localisation
    Guadeloupe
  • Profession
    Médecin spécialiste hospitalier

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM/CMAS
  • Niveau en plongée
    MF2 - Nitrox conf
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

443 visualisations du profil
  1. @Travelping, est-il possible d'en savoir un peu plus sur ton itinéraire, tes plongées, ton ressenti général de cette croisière ? ça m'intéresse.
  2. Scubaphil

    Ordinateur

    J'en pense que c'est un instrument adapté à la situation. Rien de plus.
  3. De bien belles images ! J'adore les bancs de poissons compacts et la tortue accoudée au bar d'Acropra. Ca donne envie d'y aller ! Merci pour le partage.
  4. Méthode qui conviendra parfaitement à certains, mais pas tous, loin de là ... Alors que celle-co conviendra mieux à d'autres. On est là sur une des problématique de l'individualisation (évoquée par @nanobulle), face à un groupe avec plusieurs individus différents.
  5. J'en penses qu'il est tard et que je vais me coucher. Mais pour faire simple, au N4, la problématique dépasse largement celle du cours sur la désaturation. En fait tout réside dans le fait qu'on considère que le N4 doit posséder le bagage théorique nécessaire pour enseigner comme MF1 (notion qu'on désignait auparavant sous le terme de "capacitaire"). Ce qui, de mon point de vue, est une hérésie pédagogique. Si la fonction du N4 c'est d'être GP, on lui donne en formation ce qu'il faut pour être GP. Et quand il veut enseigner (passer le MF1), on lui donne les compléments nécessaire. Cela étant dit, pour la désaturation, il faut relativiser sérieusement : depuis 2019, il n'y a plus de calculs demandés. Le cours sur la théorie de la désaturation devient donc purement qualitatif. Dés lors, difficile de dire qu'il est un obstacle à l'obtention du niveau.
  6. @pparis est moniteur professionnel, c'est noté sur son profil. Il doit donc avoir une idée de ce que peut être ce cours sur la théorie de la décompression au N4.
  7. Dans les Antilles "originales", je proposerais Saba, qui répond à tous tes critères, mais aussi Saint Barthélémy. Dans l'Océan Indien, je pense que Rodrigues devrait aussi faire l'affaire.
  8. Je ne connaissais pas cette rubrique du site, mais elle m'interroge. D'où sortent ces sélections de destinations ? A quoi correspondent les étoiles attribuées en bout de ligne ? Par exemple, en janvier, pourquoi trouve-t-on la Martinique et pas les autres îles de la caraïbe, qui bénéficient pourtant des mêmes conditions climatiques au même moment ? Inversement, en juin, pourquoi ne trouve-t-on aucune destination caribéenne alors que c'est la meilleure période pour venir y plonger ? Bref, tout cela semble très subjectif. A l'inverse, le site proposé par @aka74 (https://www.cabaigne.net/mers/), même s'il ne donne que la température de surface, a au moins le mérite de l'objectivité en donnant le résultat en direct d'une mesure.
  9. Scubaphil

    plongée solo

    Au pire, oui. Mais plus vraisemblablement en respirant les dernières goulées d'air dans les 2 détendeurs, si besoin était. Mais avec 2 détendeurs séparés, 1 mano et une sonde de pression, une alarme sonore, la possibilité de fermer l'un ou l'autre robinet au cas ou, la probabilité d'arriver à ces extrémités paraît quand même bien faible. Au pire, admettons qu'un tuyau MP ou un joint pète et que je n'arrive pas à fermer le robinet, j'ai toujours la possibilité de remonter en quelques poignées de secondes, avant que le bloc ne soit vide.
  10. Scubaphil

    plongée solo

    solo en milieu ouvert, ça m'arrive aussi, sans bi et sans isolateur, comme @berny et @la philoche, avec un mono. Mais sans dépasser 15-20 m, avec la possibilité de regagner la surface en vrac, en dernier recours.
  11. Le Directeur de Plongée a eu raison sur un point, le principal, un essoufflement survenu en plongée peut majorer le risque d'ADD. Pour appuyer @LGF et @Matt, le pourquoi du comment et les contre-arguments fondés sur tel ou tel détail du modèle de truc ou de machin sont sans grande importance. Oui, c'est vrai, dans le modèle de Henry, la ventilation n'a aucun impact sur la saturation/désaturation. Sauf que dans ton cas, on ne parle pas du modèle de Henry, on parle de TOI, de TON risque d'ADD. Ce risque est estimé par ton ordinateur (par le calcul, non par une mesure de ce qui se passe dans ton corps), à partir du modèle de Henry, mais d'autres éléments interviennent à coup sûr dans ton organisme. Tu as fait un essoufflement, c'est à dire, pour faire simple, que pendant un moment de ta plongée, ta ventilation a été inadaptée aux besoins de ton organisme. Tu as été incapable d'éliminer suffisamment de CO2 pendant quelques minutes au moins. Ca, c'est sûr et certain. A ce titre, pendant ce temps là, et probablement aussi les minutes nécessaires au retour à un semblant de normalité, ton organisme (dans son ensemble, peu importe le paramètre précis concerné) s'est très probablement éloigné assez fortement des différents modèles avec lesquels les ordinateurs simulent ce qui se passe dans la viande. A partir de là, il est tout simplement bon de relativiser fortement ce que peut te dire l'ordinateur et de se méfier. Typiquement, je ne replongerais pas dans la journée après un évènement de ce type. Pour finir, j'ajouterais que dans la conception actuelle de la genèse des ADD, on incrimine notamment des micronoyaux gazeux au niveau de la paroi des vaisseaux dans la formation des bulles. L'origine et la composition de ces micronoyaux gazeux reste discutée, mais certains auteurs proposent que ces noyaux soient initialement formés avec du CO2 ...
  12. On en parlait récemment sur une autre discussion. Je disais justement que équilibrer les blocs pouvait parfaitement s'envisager, sous condition que les conditions de réalisation soient "safe", notamment profondeur faible et paliers terminés ... Comme @PlongeurSDF et @nanobulle, je trouve aussi que cette plongée ne s'y prête pas du tout (40 m, point culminant à 25 m ...).
  13. Tout à fait @PlongeurSDF, d'autant plus que les chiffres pour la France datent de 2004-2005. Il y a probablement plus de plongeurs réguliers depuis. Par ailleurs, les données américaines estiment à 1% (en gros) la proportion de la population qui a au moins une plongée, autrement dit qui a au moins fait un baptême. 1% des français, ça nous amènerait autour de 650-700 000 personnes ayant au moins fait un baptême. Si on part sur la base de 350 000 plongeurs réguliers, il ne faudrait ajouter qu'un baptême par plongeur régulier pour atteindre les chiffres américains. Franchement, sans aucune étude, mais à simplement fréquenter les clubs et centres de plongée, il apparaît évident qu'il y a bien plus d'un baptisé par "plongeur régulier" en France.
  14. Absolument. Même en mettant la dose, avec la crème solaire, on est très (mais alors TRES) loin du millimètre d'épaisseur. Cela étant dit, pour répondre à la question initiale : En fait, oui, je pense qu'il y a beaucoup de pratiquants qui utilisent la graisse comme isolant ... mais pas entre la combi et le corps, plutôt entre la peau et le reste du corps ... et ça peut vite se compter en centimètres !
  15. Du coup le temps limité à 35' (hors paliers) paraît tout à fait approprié. Merci.
×
×
  • Créer...