Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Scubaphil

Membres
  • Compteur de contenus

    3 504
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    38
  • Pays

    France
link1
link2
link3

Scubaphil a gagné pour la dernière fois le 19 septembre

Scubaphil a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 900 Excellent

À propos de Scubaphil

  • Rang
    Génération bleu
  • Date de naissance 9 mars

Informations personnelles

  • Localisation
    Guadeloupe
  • Profession
    Médecin spécialiste hospitalier

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM/CMAS
  • Niveau en plongée
    MF2 - Nitrox conf
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

253 visualisations du profil
  1. Oui, c'est sûr qu'en parlant néerlandais, tu n'affiches pas explicitement ta francophonie ...
  2. Entre 2-3 jours et plusieurs semaines selon le cas. Pourquoi ?
  3. Un barotraumatisme ? Pourquoi pas. Mais avec ça : j'ai un peu de mal à y croire vraiment.
  4. Et ? Ca protège des accidents ? Pour revenir à ton histoire, de mon point de vue, je retiendrais 2 diagnostics possibles, éventuellement combinés : - une migraine sur déshydratation - une sinusite frontale bilatérale. Une évaluation par un médecin, en consultation, serait optimale. Les symptômes étant apparus au fond, l'hypothèse d'un ADD peut être écartée.
  5. Oui j'étais un peu trop général, c'est vrai. Je répondais à cette proposition : qui paraît très restrictive et inexacte, sous réserve d'en avoir saisi le sens exact ...
  6. En fait ce principe n'est pas nouveau, il apparaissait déjà dans les versions précédentes du MFT. Oui, le MFT est plus restrictif que le CDS en la matière. Mais l'objet de mon intervention était de souligner qu'un Initiateur, même E1, peut parfaitement enseigner en milieu naturel. Edit : je comprends la rédaction du MFT comme @Youdivemecrazy : possibilité d'enseigner du débutant au prépa N2, mais pas au delà, ce qui paraît assez cohérent somme toute.
  7. Merci de cette information. Je mets un extrait de traduction (Google) ci-dessous pour que ce soit plus explicite :
  8. Non non, pas du tout. Un Initiateur E1 peut tout à fait enseigner en milieu naturel (dans la limite de 6 m), sou réserve de la présence d'un DP E3 sur site, quel que soit le niveau des élèves (même baptême).
  9. Comme déjà dit par @Matt, toutes les épreuves d'un examen n'ont pas forcément vocation à simuler une réalité. Plus qu'une évaluation de compétence à secourir, cette épreuve doit être vue comme une évaluation de synthèse des compétences fondamentales : propulsion-ventilation-équilibre. C'est une démonstration technique avec handicap, aux sens propre. Démonstration minimale de qualité technique de nage avec palmes, d'apnée, de résistance, de capacité à forcer un peu et de coordination. Un minimum bienvenu avant de prétendre enseigner ces bases.
  10. Oui, j'ai déjà vu des fiches de sécurité pour cette plongée, avec marqué "PE-40". Et je ne vois vraiment pas ce qui est choquant.
  11. C'est pourtant une pratique tout à fait courante sur un site comme le Franjack en Guadeloupe (épave, fond à 23 m maxi). Tu as donc des "collègues" (nombreux) qui s'engagent régulièrement là dessus !
  12. Scubaphil

    PpCO2

    Pour compléter les réponses précédentes : - Le CO2 atmosphérique est quantité négligeable au regard du CO2 endogène (produit par l'organisme). - 0,04% de CO2 atmosphérique, ça fait 0,0004 bar de PCO2 en surface, alors que la PCO2 alvéolaire est de l'orde de 0,05 bar, soit 125 fois plus. - La PCO2 de l'air inspiré augmente avec la profondeur, comme pour les autres gaz. On considère souvent qu'en surface, on peut tolérer un mélange contenant jusqu'à 2% de CO2, soit une PCO2 inspirée de 0,02 b. Pour atteindre une PCO2 équivalente par la simple augmentation de profondeur, il faudrait descendre à 500 m ! Donc l'augmentation de PPCO2 n'est pas la cause du désordre.
  13. De mon point de vue, La Dominique répond parfaitement à tes critères. Mexique, Guadeloupe (nord Basse Terre), Martinique (nord), peuvent aussi coller en choisissant une période un peu creuse (mai-juin). Je te dirais bien aussi Saba ou St Eustache, mais tu risque d'être juste sur le budget et sur les "autres que la plongée". Bonaire, probablement à garder avec un peu plus d'expérience pour savourer pleinement.
  14. Scubaphil

    nitrox mais deco à l'air

    Oui, j'avais noté ta précision. Sauf que tu ne l'a pas mise en application dans le reste de ta phrase. Cette dernière devrait donc plutôt s'apparenter à : "... tu ne sais pas si tu peux sortir, tu n'es pas tranquille, coté "sécu théorique" tu ne sais pas où tu en es ..."
  15. Scubaphil

    nitrox mais deco à l'air

    Bon allez, malgré des passages du genre : qui n'incitent guère à la discussion, puisque l'interlocuteur pose les conclusions d'emblée ... reprenons quand même point par point : Faire autrement, sous entendu, plonger nitrox avec réglage air, n'est pas dangereux, du moment que les principes de la plongée nitrox sont respectés (contrôle O2 et détermination MOD). La gestion de ppO2 (CNS), en circuit ouvert, franchement, on s'en fiche complètement. Quant aux modèles, ils ne sont absolument pas faussées. Le modèle reste le même quel que soit le choix de réglage. C'est juste le résultat, l'estimation de la charge azotée, qui sera systématiquement supérieure en mode "air", fournissant ainsi une marge de sécurité constante. C'est UN des avantages possibles du nitrox. Mais il y en a un autre. C'est de réduire le risque d'ADD, en plongeant nitrox avec ordi réglé air. Choix particulièrement intéressant quand on souhaite continuer à plonger malgré la présence d'un facteur favorisant (comme le FOP par exemple). Evidemment, ces 2 avantages ne sont pas cumulables. Non, ce n'est pas la seule sécurité. Le bénéfice de la plongée nitrox avec procédure en mode air a été rigoureusement démontré expérimentalement. Rares sont les protocoles à avoir été aussi bien étudiés. A ce titre, ce n'est pas du bricolage. Par contre, rajouter des minutes de paliers au pif, ça c'est du bricolage, sans aucun doute. Une fois de plus, ce raisonnement repose sur une base solidement ancrée, mais FAUSSE, qu'il existerait un modèle mathématique quasi-parfait qui frise la limite ADD/pas-ADD. Ce modèle servirait alors de référence en cas de sortie urgente, pour définir si on va avoir un ADD ou non, et donc pour envisager ou non une évacuation. Sauf que cette vision est purement théorique. Ce modèle universel idéal n'existe pas. De nouveau, j'ose rappeler, qu'aucun ordinateur ne mesure ce qui se passe dans le plongeur (dans "la viande" comme dirait un ancien forumeur). Ils ne font que simuler (modéliser) avec plus ou moins de marge de sécurité. Ne pas pouvoir assurer un palier, que l'on soit à l'ordi réglé Nitrox ou Air, finalement ça ne change rien : le problème c'est qu'on raté un palier qu'on avait prévu de faire ! L'angoisse générée par la situation ? Elle pourra être plus ou moins pondérée par le fait de savoir qu'on avait une bonne marge, tout comme d'autres seront rassurés parce qu'un de leurs 3 ordis n'est pas en mode SOS ... Plonger au Nitrox avec ordi réglé sur "Air" est un choix personnel tout aussi respectable que de sélectionner un niveau de GF ou de microbulle, que de décider de se limiter à 20 m aujourd'hui ou encore de ne pas plonger. En cas d'accident, l'ordinateur PEUT être analysé. ET après ? Les paramètres de plongées seront rigoureusement exacts (profondeur, temps, profil). Le % d'O2 ne sera pas le bon. Il sera surestimé. Mais ça n'aura aucun impact péjoratif pour la mise en oeuvre du traitement. Au final, plonger au nitrox avec l'ordinateur à l'air est tout à fait possible, parfaitement validé, pour peu que celà soit fait pour une bonne raison (diminuer le risque d'ADD). Un élément qui me gène dans cette discussion, c'est le coté "obligatoire" de cette attitude, imposé par le club. Celà s'apparente à imposer une procédure aux individus, comme si on leur imposait tel u tel modèle d'ordinateur ou telle table. Je ne trouve pas cela très pertinent.
×
×
  • Créer...