Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

nobubble

Membres
  • Compteur de contenus

    2 336
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    5
  • Pays

    France
link1
link2
link3

nobubble a gagné pour la dernière fois le 11 septembre

nobubble a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

683 Excellent

À propos de nobubble

  • Rang
    Inspirafon

Informations personnelles

  • Localisation
    trop loin de la belle bleue
  • Passions
    Devinez ?
  • Profession
    -

La Plongée

  • Féderation(s)
    Toutes sans ségrégation
  • Niveau en plongée
    MF1/IDCS Inst. PADI. Plongeur Recycleur Trimix.
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Comme le précise @Nicolas Duguay cela ne change en rien que la préconisation reste à 1,4 alors que dans le cadre des cours FFESSM on ne fait pas trop cette distinction. La valeur de 1,6 reste historique mais aujourd'hui rare sont les structures (hormis France) qui te feront des nitrox fond avec une PpO2 de 1,6. Les valeurs de PpO2 ou autres préconisées durant une formation ne sont pas là pour couvrir l'instructeur lors de sa formation mais bien pour l'élève et ne se limite pas à la seule formation. Les standards sont également des références pour l'instructeur qui permet de fixer des limites. Sinon dans le cours on dirait explicitement la PpO2 recommandée par la NOAA est de 1,4 mais pas de souci vous pouvez aller largement au-dessus sans crainte. Dans la vraie vie ce n'est pas le cas. On donne les limites mais comme dit plus haut rien n'empêche au plongeur de faire sa vie plus tard. Sur ces valeurs il y a un consensus mondial donc pourquoi une agence irait à l'encontre.
  2. En effet la CMAS demande 1.4 max pendant les formations au même titre que la CMAS suisse d'ailleurs puisque tu en parles. Cette valeur n'est en rien une simple recommandation de formation mais bien une recommandation tout court. Par contre si la FFESSM organise des exos à 20m pour son N2 cela n'a aucun lien avec la capacité de ce dernier à aller à 40 accompagné mais cela correspond à sa profondeur d'autonomie et donc celle ou le plongeur devra se débrouiller sans chaperon. Aucun rapport donc avec une quelconque recommandation. Chaque chose a une bonne raison. Lors des cours FFESSM on fait de même. La seule chose qui change en France est que cette valeur est de plus inscrite dans le CDS. Ce qui devient, de fait, un max légal en France. Dans tous les cas le plongeur qu'il soit CMAS, PADI ou autre reste libre de faire sa vie une fois la formation terminée. Tout mes cours TEC recycleur et ouvert ont été fait avec TDI et la recommandation max est également à 1.4 en gaz fond (plongée loisir) et 1.6 en déco au même titre que toutes les agences nord-américaines et cela que ce soit en formation comme après. En terme de consensus, ces dernières recommandations sont largement majoritaires dans le monde et la France est l'une des rares à préconiser une valeur différente pour le gaz fond (pour la plongée loisir). Bien ou mal ? Les deux ne m'ont jamais posé de problèmes.
  3. Ce n'est seulement pas ce que tu prétendais plus haut, hors sujet ou non.
  4. La partie TEC est plus récente au même titre que pour toutes les agences. Les cours TEC FFESSM ont d'ailleurs été copiés des agences américaines. Concernant la PPO2 max usité par PADI, cette dernière reste à 1.4 au fond et 1.6 en déco. Pour ton info voici une copie du manuel TEC40 : As you recall, in recreational enriched air diving, the maximum oxygen partial pressure (PO2) is 1.4 ata/bar. 2. Technical diving uses the same limit for the bottom or working part of dive.
  5. PADI comme la FFESSM fait de la plongée engagée au trimix et même à l'air à 50m avec déco. Il y a, comme chez toutes organisations nord-américaines, deux cursus REC et TEc et que malheureusement la majorité des plongeurs ne connaissent que la partie REC. La CMAS au même titre que la très grosse majorité des agences plongée de par le monde recommande également 1,4b en PpO2 fond et 1,6 en déco. Rien n'empêche d'aller au-delà, Ce n'est qu'une recommandation qui s'appuie tout de même sur des études et non un choix arbitraire. Il me semble que tu dois avoir quelques soucis de lecture. De plus n'hésite pas à lire les études postés par les collègues.
  6. Pour information quelques liens vers la NOAA : https://www.omao.noaa.gov/find/media/articles/2015-10-30/diving-nitrox-po2-level-reduced-14-ata Avec les tables nitrox qui vont bien : https://www.omao.noaa.gov/sites/default/files/documents/1.4 Nitrox Tables New ver 7 Oct 2016.pdf
  7. Perso je ne vois aucun problème à ce que les sujets pros ne soient vus que par ces derniers et que cela reste de leur initiative de porter une discussion ou non vers le forum public. Je ne suis pas partisan pour que ce soit du rôle de l'administrateur/modérateur. De toute façon, il y a de fortes chances pour qu'un tel sujet ait déjà été lancé dans le forum public. A la question de savoir qui est pro ou non j'abonde dans le sens de @Scubaphil. Un pro doit pouvoir prouver son état en tant que tel et seule la carte pro (en cours de validité ?) le permet. Le diplôme est juste une point d'entrée pour accéder au statut de pro mais ne prouve en rien l'activité professionnelle effective du récipiendaire. Vous pouvez faire le choix de demander une carte en cours de validité ou encore de moins de x années. Un ex pro peut aussi avoir un avis intéressant et tout à fait pertinent. Vient ensuite la question du pro expatrié à l'étranger comme un OWSI ou DM et non possesseur du fameux BE/DE. C'est, en effet, un vrai pro au même titre qu'un BE/DE de chez nous mais sans le sésame franco-français. La question est de savoir sur quels critères objectifs l'accepter ? Un contrat de travail ou autre document officiel, à vous de voir ?
  8. On peut se permettre de critiquer mais il est préférable de le faire sur des bases solides et des affirmations vérifiées. Ce qui est loin d'être ton cas comme nous le constatons régulièrement. L'échange est intéressant quand il est profitable pour les deux partis et qu'il nous permet un enrichissement partagé. Mais pour qu'il y est enrichissement faut-il encore que les deux partis aient des éléments tangibles, objectifs et authentiques à faire valoir. En matière de système RSTC tes argumentaires s'appuient essentiellement sur des affabulations basées sur des bribes d'informations glanées ici et là sans la moindre connaissance ou vérification. Clairement tu n'as jamais lu ni même entrevue le programme de formation de l'OWD. Commençons par cette première affirmation globale : un OWD est un N1. Dans le système français, qui dit premier niveau dit obligatoirement encadré et donc non autonome. Cette philosophie propre à la France s'éloigne singulièrement du système CMAS ou RSTC ou les niveaux d'entrée sont appelés à devenir des autonomes. Malheureusement, du point de vue français, une autonomie ne peut s'acquérir que via un diplôme mais en aucun cas par l'expérience (OWD ou CMAS 1* avec expérience). Si tu t'intéressais un tant soit peu à l'environnement fédéral tu te serais certainement posé quelques questions au sujet du niveau 1 français VS le CMAS 1*. Tu sais cette double face que l'on donne d'office à nos niveaux 1 piscine. Ce n'est pas faute d'en avoir parlé sur ce forum mais il va de soit que ce n'est surement pas le type de sujet que tu abordes sereinement. Cela te serais d'un grand secours car les programmes de l'OWD et du CMAS 1* sont proches. Voici les compétences du CMAS 1* (à ne pas confondre avec le Niveau 1 français) : https://www.cmas.org/technique/one-star-diver-training-programme Competencies of a certified CMAS One Star Diver : 4.1 A CMAS One Star Diver shall be trained such that when assessed by a CMAS Instructor, he shall be deemed to have sufficient knowledge, skill and experience to procure air, equipment, and other diving services and to plan, conduct, and log open-water dives that do not require mandatory inwater decompression stops, without the supervision of a CMAS Instructor or CMAS Dive Leader, when properly equipped and accompanied by another certified diver of at least the same level, provided the diving activities undertaken, the diving conditions and the diving area are similar, equal or better to those in which training was received. Mais revenons plus précisément à l'OWD. Tu affirmes qu'il n'est "absolument pas autonome" et "ne sait pas non plus gérer de paliers et planifier sa plongée". Tout ces points font partie intégrante de son programme au même titre que le niveau 2 français ou du CMAS 1* (dans sa vraie définition). C'est justement les points principaux qui font la différence entre le niveau 1 français et l'OWD/CMAS 1*. L'OWD voit dans son programme toutes les notions d'autonomie, de planification (table RDP et ordi) de la plongée avec gestion du binôme. Il apprend, bien sûr, à gérer sa décompression et réaliser ainsi qu'effectuer des paliers de sécurité voire des paliers obligatoires en cas de faible dépassement d'une limite. A l'inverse du niveau 1, il assiste son binôme du fond à la surface et même une fois arrivé en surface jusqu'au bateau. Pas de nounou pour prendre le relai au fond. Pour de plus amples informations, je t'invite à passer en revue le programme du CMAS 1* comme de l'OWD. Je me doute bien cependant que cela ne t'intéresse aucunement. Un dernier point intéressant est la fameuse "remontée assistée", saint Graal de l'autonomie à la française. Après plus de 20 ans d'enseignement de la plongée dans le système français et PADI je me suis quelques temps posé la question de l'utilité réelle de cette remontée, beaucoup moins aujourd'hui. Tous les ans nous faisons des révisions pour les niveaux 2 lors de la formation Rescue PADI + RIFAP. Idem pour les formations N3 et de même pour les préparations niveau 4 (assistance à 40 et/ou démo technique au gilet). Dans tous les cas si je prends les N2 un an plus tard après leur passage de brevet les premières remontées sont globalement catastrophiques. Soit nous sommes satellisés vers la surface soit on se retrouve à labourer les posidonies. Pour les N3 le résultat n'est guère mieux et cela dans seulement 20m d'eau. Pour les prépa N4 (niveau comité départemental ou régional) les résultats sont plus mitigés mais les surprises sont tj au rendez-vous avec de franches rigolades. Dans la vrai vie il est clair que nos sauveteurs en herbe n'auront pas 4 ou 5 essais devant eux pour réussir leur remontée. Donc au final qu'en retenir, si ce n'est que la meilleure option reste tout de même de revenir en surface même si cela doit se faire un peut rapidement. Il est tj mieux d'aller au caisson que de se noyer. Et pour en revenir à notre OWD ou CMAS 1*, on se passera allègrement de cette assistance et on lui demandera tout simplement d'aider son binôme à regagner la surface et d'appeler les secours, au besoin. Bref tout ce qui fait parti de son programme. Les formations RSTC avec les (vrais) CMAS doivent représenter bien plus de 90% des formations dans le monde si ce n'est pas plus. Aurons-nous, nous petits franchouillards, la prétention d'affirmer (sur quelle bases ?) que seul le plongeur français est capable de plonger en sécurité grâce à sa p... d'assistance ô combien salvatrice ?
  9. Il y a, en effet, beaucoup de centres qui refusent que tous les plongeurs amènent leur gros sac sur le pont du bateau et cela se comprend aisément. Par contre, et généralement, il n'y a aucun souci pour un sac filet qui contiendra uniquement PMT et autres accessoires (lampes, parachute, etc.). Perso c'est la solution que j'utilise et toujours sans souci. Jamais eu de remarque à ce sujet et je ne suis d'ailleurs pas le seul. Une fois équipé sur le bateau, tout l’attirail est accroché au plongeur à de très rares exceptions. Il me reste les poches de ma combi étanche pour mettre les gants (si pas sur les mains) et autres babioles si petites. Pour info je plonge en recycleur ou alors avec harnais/wings. Donc hormis mes poches de combi étanche je n'ai aucune poche sur mon équipement. Une fois de retour sur le bateau je mets immédiatement tout l'attirail dans le sac filet. Mon credo est "Ce qui n'est pas rangé est perdu". Et cela s'avère malheureusement souvent vrai. Donc autant être ordonné et correctement équipé.
  10. La particularité de la Polynésie est qu'elle est un territoire d’outre-mer et donc dotée d’un statut lui donnant une autonomie propre. Ceci lui permet de modifier l'arrêté plongée français pour l'adapter à son contexte et sortir du carcan protectionniste prôné par l'état français et les organisations de plongée. Ceci se concrétise par l'intégration (dans leur code du sport) des plongeurs mais aussi des instructeurs d'organisations autres que françaises et CMAS avec les prérogatives définies par leurs soins. La Polynésie a su faire preuve d'intelligence en s'ouvrant au plus grand nombre et non en protégeant des intérêts particuliers. La France pourrait en faire de même mais pour cela il nous faudrait un état moins paternaliste et une fédération moins égocentrée. Ce qui dans les 2 cas est loin d'être gagné.
  11. Comme dans bien des cas ce n'est qu'une question de volonté des instances dirigeantes. Pour s'en convaincre il suffit d'aller voir du côté de la Polynésie française pour constater qu'ils ont su adapter leur règlementation en intégrant plus largement, non seulement les plongeurs (qu'ils soient encadrés ou autonomes) mais aussi les instructeurs de diverses obédiences. https://www.plongee-plaisir.com/fr/pf/ Le reste n'est qu'histoire de politique et de combat d'arrière garde.
  12. Je pense que @berny faisait allusion au CDS pour les plongeurs RSTC comme système français pour éviter de passer par l'arbitraire d'un individu dont l'objectivité peut être à géométrie variable.
  13. Je vois que tu n'as pas évolué d'un iota depuis tes nombreux délires anti-systèmes autres que "clubs associatifs fédéraux". Cette haine de la différence que tu viens disséminer sur le forum en devient franchement nauséabonde. Pour ta gouverne le monde fédéral ne s'arrête pas à l'associatif. Et l'été tu plonges tj en piscine ou tu vas dans une structure commerciale pour faire de belles plongées dans le monde réel ? Ces même structures ne vivent-elles pas des formations bien françaises (ou non) qu'elles dispensent (fédérales, ANMP, PADI/SSI ou autres)? Et crois-tu qu'il n'existe pas des structures pros ou l'on peut avoir son diplôme facilement voire à coup sûr ? Cette dernière remarque s'applique également aux structures associatives. La délivrance d'un diplôme n'est pas que binaire et de cela s'applique aussi pour les formations de cadres fédéraux. Comme toujours et selon ta vision restrictive le moniteur français (des clubs associatifs fédéraux) est intègre/droit/compétent alors que l'étranger et le pro de manière générale est perverti/vénal/cupide/incompétent plus intéressé par l'argent que par la passion qu'il transmet ? Il serait, en effet, bon que tu arrêtes de venir cracher ton venin sur tout ce qui ne rentre pas dans le champs de ton microcosme. Comme tj nos pros (comme tous les moniteurs bénévoles y compris et un tant soit peu ouvert d'esprit) de la plongée apprécieront ta prose de haut niveau. Modération : le message n'a que plus de poids sans les invectives personnelles entre membres, merci
  14. En effet, sur le site de l'ANMP il n'est plus fait allusion au CEDIP. Les cartes ne présentent plus le visuel CEDIP mais une simple inscription "International Diver" avec le niveau français suivi de "Diver 1 à 3*. Sur le site du CEDIP la France ne semble plus avoir de représentant de cette organisation : http://www.cedip.org/contacts/?lang=fr Bref fini le côté un peu international (ou plutôt Européen) de l'ANMP ! En matière de plongée la France n'a jamais été très ouverte mais au fil du temps elle devient de plus en plus franco-française et se replie sur elle-même.
  15. Gonflé au 28% pour avoir 1,4b de PpO2 à 40. Sur la base des préconisation des écoles nord-américaines, recommandations NOAA. C'est un peu le souci des croisières Egypte. Il faut bien choisir la période. Typiquement éviter en ce moment (qui correspond à la haute saison) et jusqu'à début novembre car les croisières sont pleines ras la gueule. En ce qui me concerne c'est fin novembre et début décembre.
×
×
  • Créer...