Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

nobubble

Membres
  • Posts

    2,547
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    14
  • Country

    France
link1
link2
link3

nobubble last won the day on October 12

nobubble had the most liked content!

Personal Information

  • Localisation
    trop loin de la belle bleue
  • Passions
    Devinez ?
  • Profession
    -

La plongée

  • Féderation(s)
    Toutes sans ségrégation
  • Niveau en plongée
    MF1/IDCS Inst. PADI. Plongeur Recycleur Trimix.
  • Professionnel de la plongée
    No

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

nobubble's Achievements

Veteran

Veteran (13/14)

  • Dedicated Rare
  • Reacting Well Rare
  • Conversation Starter
  • First Post
  • Collaborator

Recent Badges

856

Reputation

  1. Comme toi j'ai souvent fréquenté l’Indonésie et les Philippines et le moins que l'on puisse dire est que les guides s'arrêtent plus souvent que nous pour nous montrer les p'tites bêtes. A l'époque ou j'étais photographe c'était le paradis et je pouvais prendre tout le temps que je voulais sans subir les remarques de mes camarades. Quant-au guide il avait certainement le plus beau métier du monde surtout dans ces contrées ou tout le monde enviait ceux qui avait un boulot au contact des touristes. Jackpot quasi assuré au vu du niveau de vie local. Il est clair que je ne fais jamais sauf dans un cas... pour prendre en photo ou filmer les petits canards que j'encadre. Là au moins on est sûr de tj garder un œil sur eux.
  2. J'ai regardé les caractéristiques de tes flashs. Et en effet avec 5500°K le rendu est obligatoirement (bien) froid. C'est ce que je prends, en phare, pour la carrière car c'est du genre violent. Cela fait bien longtemps que je ne fais plus de photo. Avant l'époque du numérique j'avais eu plusieurs Nikonos et un caisson Ikelite avec un F70 puis F90 Nikon et 2 gros flashs Nikon. Depuis le recycleur, en 2004, j'ai doucement abandonné la photo pour passer bien plus tard à la vidéo avec les petites caméras sportives (PNJ puis GOPRO). Le caisson et la photo avec 2 flashs cela faisait beaucoup trop avec le recycleur. Avec le temps j'en ai eu un peu raz la citrouille de tj balader 15 tonnes de matériel. La rigueur de la photo et l'entretien m'ont été cependant bien profitable pour le recycleur. Pour les cours c'est un plus si tu en as l'occasion mais avec du temps et un peu de rigueur tu peux y arriver sans souci. Entraine-toi déjà chez toi avec tes flashs. Pas besoin d'être sous l'eau pour acquérir la méthode d'autant que tes flashs ont moultes réglages de puissance. C'est un gros plus. La seule différence à terre est que tes flashs marins vont balancer un max de watts dans la nature, beaucoup plus que sous l'eau (pas de filtre). Une fois que tu as bien compris la méthode sur terre passe sous l'eau et réitère en vraie grandeur. Et tu ne peux pas plonger juste avec ta binômette ou un seul binôme en règle générale ? D'où l'intérêt de jouer sur la puissance. Tes flash on des réglages de puissance, sers-toi en et surtout apprend à les utiliser. Le résultat n'en sera que meilleur. De plus tourner tes flashs vers l'extérieur n'est pas la bonne solution car soit tu les utilisent soit tu les retires complètement. Il ne peut pas y avoir de demi-mesure sinon tu vas avoir des effets de bord indésirables. Oui, perso je faisais tj mes photos en mode manuel. Très rarement la TTL sauf dans les cas ou le sujet et le substrat proche étaient d'une teinte avec même réflexion/absorption de lumière. Typiquement pas de TTL avec un sujet blanc et substrat noir (sujet cramé) ou inversement (sous-ex). Plus le flash sera puissant (avec bonne couverture) et plus de possibilités tu auras mais plus cher il sera . Il n'y a pas de secret. Il faut que tu prennes le temps de connaitre tes flashs. Sans cela tu adopteras tj la méthode pifométrique.
  3. Tu utilises un flash, OK. La lumière de ton flash te servira à éclairer le premier plan et l'ouverture de l'appareil sera par contre réglée sur le second plan. Dans ta photo le premier plan est bien mais le second un peu sombre (trop pour la seconde photo Maldives). Si tu augmentes la puissance du flash tu crameras le premier plan. C'est pour cela qu'il est bien d'avoir un flash avec réglage de puissance ou alors il faut jouer sur la distance flash/sujet. je ne sais pas si c'est le cas du tien ? Si tu as un réglage de puissance de flash il faudrait faire des tests avec une ouverture réglée sur le second plan dans un premier temps (sans flash) et ensuite amener le flash et jouer sur la puissance de celui-ci (et/ou la distance) pour correctement éclairer le premier plan. En fait il faut que tu fasses des test pour apprendre à connaitre la bonne distance flash/sujet en fonction du réglage de puissance de ton flash. Si ton flash n'a pas de réglage de puissance alors les tests n'en seront que plus courts car il n'y aura qu'une seule distance sujet/flash. Pour un type de sujet car entre un sujet blanc et noir la distance flash/sujet ne sera pas la même. Sans parler d'un sujet noir sur du corail blanc. Le casse tête ! En fait il faut te créer un abaque avec les distances flash/sujet/puissance. Ahhh oui pour la froideur tu ne pourras malheureusement rien faire car cela dépend du flash. A moins d'en acheter un autre avec un température de couleur dans les 3500 à 3800°K tu devras faire avec le tien. Ou sinon il y a des filtres que l'on peux mettre sur le flash. Contrepartie, la puissance résultante du flash en prend un coup.
  4. Sympa la photo de la gravière. L'éclairage est bien adapté au contexte et cela fait ressortir les tuyaux/palmes mauves de madame. Ça pète dur . Par contre celles des Maldives manquent, à mon goût, de chaleur. On a l'impression de tj être dans la gravière... avec des coraux et des petites demoiselles. Ou cela fait penser à des plongées profondes alors que l'on se trouve à faible profondeur. Un éclairage avec une température de couleur plus basse me semblerait mieux convenir. Mais je reconnais que c'est affaire de goût.
  5. Tout à fait d'accord avec @nics les vis sont plus là pour tenir l'ensemble une fois désolidarisé du bloc que monté. D'ailleurs le raisonnement serait également valable avec le STA. Mais plus tu empiles de couches et plus l'ensemble a tendance à vouloir bouger. Certains utilisent également la wing avec une seule sangle. Dans ce cas je pense que les vis seront bien utiles que l'ensemble soit monté ou non.
  6. Perso j'ai beaucoup plongé à l'étranger (Asie, Caraïbes, Afrique) et je ne me lasse jamais de nos mers. D'ailleurs il y a des plongées que je ne retrouve jamais ailleurs comme Le Donator et Le Grec que je ne suis pas prêt à échanger contre d'autres qui font pourtant rêver bien du monde. Sur ces épaves (entre autres) l'ambiance est unique (les couleurs, la faune, le décors, etc.). Un vrai régal.
  7. On m'a tj dit que l'adaptation du plongeur devait se faire doucement et graduellement . C'est bien ça, j'ai tout bon ?
  8. Les facteurs favorisants sont nombreux et pas tj connus de chacun mais comme je l'aime dire on est comme on est et on fera avec. En bref et selon la théorie un jeune en forme a statistiquement moins de chance de faire un ADD qu'un vieux en mauvaise santé. Ou appliqué à chacun cela veut dire qu'avec l'âge on a généralement plus de chance de faire un ADD. Partant du principe que l'on est comme on est il ne reste plus qu'a limiter les facteurs sur lesquels on peut jouer sur le moment comme la fatigue, la boisson, la déshydratation, etc. L'obésité, l'âge c'est déjà plus dur à corriger ou alors avec du temps. Pour l'âge il est clair que ça se gâte de jour en jour et c'est inéluctable. En résumé et de façon individuel l'âge, le poids et toutes les choses de ce genre je les mets de côté même si on peut admettre que l'on peut tj faire un régime pour limiter les risques.
  9. Je fais régulièrement ce type de plongée en Méditerranée et j'organise également des sorties pour mon club pour des N3 Nx Confirmé depuis de nombreuses années. En plus de vingt ans nous avons tout de même eu un ADD (au moins 60mn après la sortie de l'eau) qui a imposé une évacuation (par hélicoptère). Sur le bateau j'ai cependant souvent assisté, pour d'autres groupes, à des évacuations pour diverses raisons; ADD suite paliers non ou mal effectués, pannes d'air, malaises sur le bateau, etc. Attention cependant car le Nx est globalement peu utilisé dans les clubs. Ceci explique peut-être cela ? Au début je faisais des sorties sur la semaine (5 jours, 10 plongées) et je me suis rapidement aperçu que les gens fatiguaient au bout de 2 ou 3 jours. Du coup je prends généralement un contrat pour 8 plongées avec au minimum une matinée de repos en milieu de semaine. Je dois dire que mes N3 ne sont pas tous des plongeurs réguliers et la moyenne d'âge est plus proche de la retraite que du début de carrière. Même en ce qui me concerne je plongée assez régulièrement mais j'apprécie de faire une halte de temps en temps. Comme je dis souvent, on n'a plus 20 ans. Depuis je suis passé au recycleur mais cela ne m'empêche pas de plonger en CO. Voilà pour le décors. Perso, je conçois difficilement des plongées au-delà des 40 avec juste un 15 litres rempli avec le bon air du seigneur. Sur ce point je rejoins beaucoup plus le modèle nord-américain de la plongée profonde que celui de la FFESSM qui aujourd'hui me semble obsolète. La formation N3 est pour moi ce que j'appelle une formation au juste nécessaire (avec la bite et le couteau) pour plongée dans la zone 40-60. Il faut dire que cette formation n'a quasi pas bougé depuis ses débuts dans les années 80. Par contre le profil moyen des plongeurs à bien évolué mais pas dans le bon sens. En ce qui me concerne je propose tj au N3 du club de compléter leur formation par un Nx Conf. Cependant ma formation est plus axé sur un Extended Range TDI. Pour moi le Nx Conf n'apporte pas grand chose par rapport au simple nitrox si ce n'est de balader une déco. AMHA la formation à la plongée profonde fédérale aurait besoin d'une sérieuse mise à jour. Pour résumer, nos profils sont des plongées profondes entre 40 et 60 le matin (Togo, Donator, Grec, Rubis, Sec du cap d'arme, Trafik, Hellcat, etc.) et un peu moins l'APM (40 max, Prophète, Espingole, Port-Cros, etc.). Toutes les plongées se font avec un 15L et une déco O2 ou Nx80. Rarement des déco intermédiaires de type Nx50. Comme le dit @NetGear il y a aussi sur le même bateau des plongeurs qui font ce type de programme uniquement à l'air. Par contre avec la déco on reste généralement un peu plus longtemps. Donc au final pas tj sûr que ce soit beaucoup mieux. On sature plus mais on désature également beaucoup mieux. Généralement on fait des décos de 10 à 20mn à l'O2. On reste également raisonnable. C'est à dire que si on a tartiné le matin on se fait tranquillement la Gab (20/25m) l'après-midi. On ne cherche pas à embrayer sur le Rubis. On le garde pour le lendemain matin. Si il y a un coup de fatigue dans le groupe on n'hésite pas à faire un stop. D'où l'intérêt de ne pas s'engager sur 10 plongées dans la semaine.
  10. Cinq minutes chrono c'est, en effet, un peu court quelque soit l'objectif de la plongée. Mais comme dit @pparis il faudrait nous en dire un peu plus. je suppose que tu as entamé une formation chez un pro ? Quel est le contrat avec le pro (nbre de plongées prévues, sur combien de jours/WE ou autres, théorie, etc.) ? Quel est le point de départ (ton niveau actuel, ton expérience) ? En quoi consistait cet exercice (en 5mn on ne fait pas grand chose entre la descente, l'équilibrage, un ou deux signes, lancement de l'exercice et remontée). En 5mn, tout inclus, tu fais un LRE+VM. As-tu fais un débriefing après l'exercice ? Je rejoins @brochet sur le profondimètre. Ok c'est la première plongée... à 8 mètres (prise de contact, évaluation... très rapide). Mais pour la suite toute formation d'autonome doit se faire avec tous les moyens pour assurer l'autonomie. Un ordinateur de plongée est le minimum même pour une formation dans 8 mètres d'eau. L'élève doit s'entrainer à gérer sa décompression et donc lire ses instruments. Je suppose que ton moniteur t'a parlé de cet aspect de la formation ?
  11. Pouahhh !!! Ce ne sont pas des FFESSM . On ne mélange pas les... Tu connais la suite ?
  12. Les différentes hausses ne justifient pas les augmentations de tarifs de ces dernières années. Une grosse part revient aux prestataires locaux. Cette remontée tarifaire ne date pas d'aujourd'hui et est surtout arrivée avec les bateaux dit "haut de gamme" (nautile EVO, Exocet, etc.). Les autres ont doucement suivi la voie. Avec la ruée des plongeurs post COVID cette année cela ne va pas s'arranger. La demande a été très forte et de plus beaucoup de monde avait reporté leur croisière depuis 1 ou 2 ans. Du coup c'est aujourd'hui le rush. Pour cette raison j'ai fait l'impasse sur l'Egypte cette année et je privilégierais les basses saisons comme le mois de juin plutôt que l'automne. Beau bateau mais 32 c'est pour moi rédhibitoire. A voir en basse saison là ou les bateaux ne sont pas bondés.
  13. Ceci s'explique assez facilement. Les PA/PE ne sont que des rustines franco-françaises et quand je parle de certification PA on me répond : "et il y a quelle équivalence CMAS pour l'étranger ?". Ben aucune ! Ok donc on attaque le N2.
  14. L'idée est bien de dire que le N1, au contraire d'un OWD ou un (vrai) CMAS 1*, ne peut absolument pas prétendre à l'autonomie même avec plusieurs centaines de plongées au compteur. Il devra dans tous les cas faire appel à la formation que ce soit un N2 ou PA20. Et pourtant il est CMAS 1*. Et la confédération précise bien qu'un CMAS 1* est autonome dans 20 mètres d'eau. J'ai souvent encadré des N1 qui avaient de la bouteille et en fin de plongée je leurs demandais pourquoi ils ne passaient pas le N2 car au vu de leur comportement il étaient déjà autonome. Dans le cas d'un OWD ou (vrai) CMAS 1* je leur dis : pas de souci tu peux maintenant voler de tes propres nageoires. Pour un N1 on ne peut que lui dire : passe ton N2 !!! Oui en effet c'est le cas pour tout plongeur qui ne barbote qu'occasionnellement. Que ce soit un N1 ou un N3.
  15. Tout à fait et comme je l'explique souvent la filière des encadrés a été mise en place pour faire vivre celle des encadrants. Sauf que cette logique qui date des années 60 trouve aujourd'hui ses limites. On connait tous les courbes de délivrance des brevets d'encadrant qui sont en chute régulière depuis les années 2000 et cela est accentué par d'autres phénomènes déjà évoqués sur le forum comme la crise du bénévolat ou vu différemment par une autre vision plus consumériste (et donc moins productive si je puis m'exprimer ainsi) du bénévolat. Les temps changent et en corollaire il serait peut être temps de changer la recette... qui justement ne fait plus recette. D'accord sur l'aspect niveau de formation (presque) équivalent. Cependant ce qui change foncièrement, de mon point de vue, est que l'un est formé comme un encadré et on insiste lourdement sur ce point avec aucun échappatoire possible (sauf formation de niveau supérieur) alors que l'autre est éduqué pour être autonome. On admet qu'un niveau 1 ou un OWD seront a un point de départ technique équivalent et un encadrement sera le bienvenu sur les premières plongées. Au bout d'une vingtaine voire trentaine de plongée une différence pourra alors apparaitre. Un niveau 1 restera un niveau 1 ad vitam æternam et il n'aura pas d'autres solutions que de passer le niveau supérieur alors qu'un OWD avec cette expérience pourra revendiquer de partir en autonomie (dans les pays où l'on n'impose pas un guide quelque soit le niveau). Dans notre zone CMAS on retrouve également des plongeurs autonomes en Suisse ou encore en Grande Bretagne. Le plongeur CMAS 1* est d'ailleurs un autonome selon la confédération. L'autonomie, dans tous les cas, devrait pouvoir s'acquérir à l'expérience. Mais cela veut dire que la formation, dès le premier niveau, doit dispenser des cours sur l'autonomie. Ce que ne fait pas le niveau 1 français.
×
×
  • Create New...