Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

nobubble

Membres
  • Compteur de contenus

    2 404
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    6
  • Pays

    France
link1
link2
link3

nobubble a gagné pour la dernière fois le 6 octobre

nobubble a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

712 Excellent

À propos de nobubble

  • Rang
    Inspirafon

Informations personnelles

  • Localisation
    trop loin de la belle bleue
  • Passions
    Devinez ?
  • Profession
    -

La Plongée

  • Féderation(s)
    Toutes sans ségrégation
  • Niveau en plongée
    MF1/IDCS Inst. PADI. Plongeur Recycleur Trimix.
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. A quel(s) endroit(s) constates-tu cette porosité ? La mienne à un peu plus de 2 ans et autant de plongées que la tienne et tj nickel. Pour l'instant j'en suis très content. J'ai pris les renforts uniquement sur les genoux.
  2. A priori tu étais en plongée entre amis et non en structure d'après ce que je comprends. De plus tu n'étais pas là en tant que guide (au sens N4) mais en tant que chef de palanqué et vous étiez tous des "FULL" autonomes. Sur le plan de la réglementation plongée française, tu es blanc comme neige. Pour être plus clair le CDS ne s'applique pas si tu étais dans le cadre d'une plongée entre amis mais même dans le cas contraire vous étiez entre autonomes et conforme au CDS.
  3. Cela peut-être le cas mais c'est généralement lié à une pratique locale qui veut que tel ou tel plongeur soit encadré ou non (variable suivant les pays). Dans certains pays l'encadrement est obligatoire quel que soit le niveau. Dans ce cas il y a une réelle responsabilité du guide et du centre.
  4. Ce qui différencie la France du reste du monde est que la plongée est réglementé. Dans le cas du GP (N4) ce dernier est responsable pénalement des plongeurs qu'il encadre car la réglementation prévoit qu'il y a des plongeurs encadrés qui par définition n'ont pas été formé à l'autonomie et donc non capable de s'auto-gérer. A l'étranger les plongeurs sont autonomes et la notion d'encadrement au sens français n'a alors plus de sens. Cependant attention tout de même car un plongeur peut demander explicitement, comme service, à être encadré. Dans ce cas il sera prié de s'acquitter d'un supplément pour le travail de l'encadrant qui là prendra la responsabilité de l'emmener et de le ramener. En France l'encadrement est défini au départ par le niveau du plongeur (ce n'est plus à la demande mais de l'imposé), ce qui n'est pas le cas dans les autres systèmes (à de rares exceptions). Dans ce cas particulier tu sors du cadre normal du déroulement de la plongée et cela pourrait s'appliquer à n'importe quel activité.
  5. Ne pas confondre ratio dans le cadre d'une formation et ration en explo. Dans le cadre d'une formation le ratio est défini par instructeur. Cela fait partie des standards et se trouve dans le manuel de l'instructeur. En explo c'est extrêmement simple, il n'y a pas de ratio vu que tous les plongeurs sont autonomes. On peut donc retrouver un DM avec mille et un plongeurs. Cela voudra dire qu'il y a un divemaster avec 500 binômes de plongeurs ou ce que vous voulez car si en France la chose est réglementé, ce n'est pas le cas dans la très grosse majorité des pays. En règle générale les agences privilégient la notion de binôme mais rien n'est imposé, les gens sont responsables. En France on vous explique et on vous impose la façon de plonger. Bref on vous tient la main en permanence... Pour votre sécurité vous dira t-on.
  6. Pour les reconnaissances entre agences nord-américaines il n'y a absolument aucun souci. Ce n'est pas pour rien que ces mêmes organisations ont fondé le RSTC (dont PADI et SSI sont les principaux acteurs) afin de standardiser leurs cursus respectifs. Même si la spé "Dry Suit" n'est pas spécifiquement standardisée, sa pratique reste identique d'un bout du globe à l'autre. Pour cet aspect tu peux donc partir les yeux fermés.
  7. Pour le recycleur comme le CO il n'y a pas de règle universelle que tout le monde applique. Cela relève encore et tj des histoires de chapelle et de préférence des uns et des autres. Personnellement j'ai tj appris (formation TDI et FFESSM) qu'on met, par convention, le bailout Tx à gauche (ouvert car c'est le bloc de secours en cas de défaillance du recycleur) et les Nx/O2 à droite (fermés sous pression). Pourquoi ? Parce que cela correspond à la config recycleur ou le bloc diluant est généralement à gauche et celui d'O2 à droite. On garde donc une config homogène.
  8. nobubble

    Bloc préféré

    J'ai coché la S80 (ou 12l ALU) c'est le standard quand je suis en CO. Cependant comme je voyage autant que faire se peut en recycleur, je n'ai pas trouvé la bonne case. La dernière m'irait bien mais j'évite comme la peste de mettre les palmes dans de l'eau à 4°c. A l'étranger c'est plutôt eau chaude.
  9. nobubble

    PE40 sans PA20

    Les conditions d'accès FSGT sont donc un peu plus exigeantes que celle de la FFESSM. Ce qui me semble être tout de même un strict minimum. Ce qui nous fait au total, dans le cas de la FSGT, 8 plongées en milieu naturel pour accéder à la formation PE40.
  10. nobubble

    PE40 sans PA20

    La question, sans plus de précision, de savoir en combien de plongée on peut faire un PË40 n'a pas vraiment de sens. La condition d'entrée en formation du PE40 est d'avoir réalisé au moins 4 plongées (en milieu naturel), dixit le MFT. C'est à dire un N1, milieu naturel, fraichement moulu sans aucune expérience. Cela signifie qu'en 7 plongées de formation vous formez un PE40 à partir de zéro ?
  11. nobubble

    Epreuves Dive Master

    L'objectif de cette épreuve est de voir comment les futurs DM réagissent devant une situation présentant des difficultés (situation de stress). Au-delà cela permet aussi de voir comment les deux élèves vont s'organiser pour réaliser l'épreuve (préparer et discuter des procédures à mettre en place, synchro/coordination dans les gestes pour échanger le matos tout en gérant l'échange d'embout, etc.). Ce n'est pas une épreuve physique mais bien technique. Elle peut cependant le devenir si les élèves sont mal organisés. Ce qui arrive souvent au début et fini en surface le temps que les deux élèves arrive à se coordonner. Beaucoup préfèreraient faire une apnée à 10m plutôt qu'un 400 mètres nage libre. Cela reste une question de choix. Même le 800m PMT du DM est différent de celui du N4 car il se fait sans les bras et cela va en gêner plus d'un.
  12. nobubble

    PE40 sans PA20

    Tout dépend ce que tu appelles souplesse. D'autres qualifient cela de complexité entre les PA/PE et les niveaux. Les PA/PE sont sorties en 2010 et pourtant tous les encadrants ne sont pas encore à l'aise avec ces notions. Voire d'autres qui préfèrent les ignorer et rester avec les niveaux. Sans compter les DP qui gèrent tj leurs feuilles de sécu avec des niveaux ! C'est le principe du niveau acquis à vie. Mais cela ne concerne pas que la plongée. Pour remédier à cela en plongée on a inventé et imposé le DP "Dieu le Père" qui est obligé de se coltiner les quidams et prendre la responsabilité de les faire plonger (ou non) avec l'aptitude qui lui semblera la plus adaptée. Le plongeur est complètement déresponsabilisé et on transfère ladite responsabilité d'un éventuel incident/accident sur le dos du DP qui comme tout humain n'est pas infaillible.
  13. nobubble

    PE40 sans PA20

    Le système français forme globalement de bons plongeurs mais cela ne veut pas dire que la réputation est bonne. Du moins il y a plusieurs réputations. Bon plongeur oui, mais arrogant, condescendant et d'autres adjectifs pas très reluisants.
  14. nobubble

    PE40 sans PA20

    La question ne porte pas sur ce qu'est ou n'est pas l'autonomie mais sur le système de formation français qui est pervers et se repose principalement sur le dos de l’encadrement. Je forme, par principe, des plongeurs à l'autonomie hormis les N1. Je conçois qu'un plongeur puisse être autonome et avoir besoin d'être encadré/accompagné pour se faire de l'expérience à plus forte profondeur (dans certaines limites, bien sûr). A l'étranger les CMAS 1* (15 à 20 mètres) et 2* (35/40 mètres) sont normalement autonomes. Par contre un CMAS 1* qui ne se sent pas autonome peut demander à être accompagné (et non encadré) ou encadré le temps d'acquérir suffisamment d'expérience avant de partir en autonomie. Pas besoin de repasser un nouveau diplôme. Pourquoi en est-il autrement chez nous ? Je regrette, par exemple, que l'on n'accorde pas une tranche d'autonomie supplémentaire à nos N2 après avoir acquis une certaine expérience (à définir) sans avoir à repasser une nouvelle certif. Il pourrait en être de même pour les N1 si on les formait à l'autonomie dès le départ. Un OWD comme un CMAS 1* est autonome. Concernant le PE40, J'ai beaucoup de mal à concevoir qu'un plongeur puisse se décharger (pénalement) sur une hauteur de 40 mètres d'eau. Cette aberration (telle que je la définie) est arrivée avec les PA/PE en 2010. Cette remarque concerne également le PA20/PE60. Le système français est très particulier dans le sens où une partie importante des responsabilités reposent, au sens pénal du terme, sur le dos des encadrants GP/MF jusqu'au DP. Le système déresponsabilise et infantilise volontairement les plongeurs. Ceci est unique en Europe. Dans ce contexte j'accepte (un peu à contre-coeur) cette notion d'encadrement forcé mais uniquement dans certaines limites qui sont les PE20, PA20/PE40. Je refuse de former et d'encadrer tout autre forme de PE.
  15. nobubble

    padi vs ssi

    Aujourd'hui une partie de la solution c'est le recycleur. Mais il faut tout de même remonter un jour.
×
×
  • Créer...