Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Cath & Vince

Membres
  • Compteur de contenus

    1 495
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

À propos de Cath & Vince

  • Date de naissance 10/05/1960

Informations personnelles

  • Localisation
    Aghjacciu
  • Passions
    la plongée et la bio marine
  • Profession
    fonctionnaires (hôpital et culture)

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM & PADI, pas d'ostracisme
  • Niveau en plongée
    N2 Nitroxée, AOW pour elle, N3+E1+IFBS+DM pour lui
  • Professionnel de la plongée
    Non

Cath & Vince's Achievements

Mentor

Mentor (12/14)

  • Conversation Starter
  • First Post
  • Collaborator
  • Posting Machine Rare
  • Week One Done

Recent Badges

10

Réputation sur la communauté

  1. élasmo ? Bonjour, Pardonnez la relance ce vieux post, mais l'étang de Berre enregistrait au début du XXe siècle, une soixantaine d'espèces de poissons, sans compter ensuite les crustacés et autres espèces... Dans les années 2000, le chiffre est de 40 espèces. Le Provençal, en aout 2004, fait écho de l'échouage d'un requin sur une plage. Ce dernier point m'intéresserait, si jamais certain(e)s ont eu l'occasion de plonger finalement dans ces eaux pour y observer la faune et la flore : des raies ont-elles été observées ???
  2. Je vois, j'ignorais ça... mais je suis frustré de ne rien voir : aucune photo jusqu'ici, aucune capture. Le jour où ça se produira ça fera un bel enregistrement !
  3. Voila des limules photographiés par Pascal Zani, qui fait état de témoignage oraux pour la Méditerranée, dans le secteur de Marseille. Malheureusement, aucune photographie ni capture ne permet de certifier officiellement la question. http://www.seriousplay-info.fr/apps/blog/le-limule-de-pascal-zani
  4. Ces animaux sont des migrateurs, les chances de les voir en été semblent plus fréquentes dans nos eaux. Aucun spot n'est identifié comme étant permanent donc. Il n'y a pas de limule en Méditerranée, ni d'espèce ressemblante. Il serait sans doute intéressant de faire un tout sur le site DORIS pour tenter d'identifier l'animal que tu as eu la chance de voir ?
  5. Fishbase n'est pas pour autant la bible, d'autant plus quand les données ne sont pas à jour. Relis ce que j'ai écrit sur les confusions assez largement généralisées ; de ce fait l'espèce est bien considérée comme endémique à la Méditerranée, notamment par le spécialiste (italien) de M. mobular, et d'autres avec lui Il sera possible d'avoir un (petit) condensé ici : sur la fiche UICN L'IUCN (dont l'identification bio n'est absolument pas le rôle ni la finalité) n'est également pas pour autant la bible, donc ne pas prendre pour argent comptant
  6. La littérature scientifique n'affiche aucun enregistrement pour cette espèce hors du proche atlantique, sauf erreur. Certains supposent qu'elle fréquente aussi l’Atlantique Nord-Est, depuis la Manche et l’Irlande jusqu’au Sénégal, allant par le golfe de Gascogne, les Asturies et les côtes lusitaniennes, l'archipel des Canaries et les Açores. Le doute sur cette distribution est lié à une difficulté d’identification avec Mobular japanica. A cette distribution large, la plupart des auteurs opposent un endémisme méditerranéen strict quand d'autres affirment que si Mobula mobular vit probablement dans l’Atlantique Nord (Irlande, Manche), on ne connaîtrait aucun signalement à l’ouest de Gibraltar. Pour ma part, jusqu'à ce que la question soit tranchée, je la considère comme endémique à la Méditerranée.
  7. Molo molo, il y a effectivement des M. mobular en proche Atlantique mais apparemment pas bien loin hors des limites de la Méditerranée, même si cela demande encore à être précisé.
  8. Merci FMA ; peux-tu me donner en MP la date, les paramètres, des précisions sur l'observation ? Y a-t-il photos ou vidéo ? Merci à toi
  9. Mare Nostrum a raison : Corsica - Groupe de Recherche sur les Requins de Méditerranée recense les observations de Diables de mer dans les eaux de Corse. FMA, n'hésite pas à en dire un peu plus !
  10. Molo molo, il ne s'agit pas de Mobula mobular, qui est endémique à la Méditerranée. En fait, Fishbase[/url] reconnait les espèces suivantes de par: Mobula eregoodootenkee Bleeker, 1859 (Pygmy devil ray) Mobula hypostoma Bancroft, 1831 (Lesser devil ray) Mobula japanica J. P. Müller & Henle, 1841 (Spinetail mobula) Mobula kuhlii J. P. Müller & Henle, 1841 (Shortfin devil ray) Mobula mobular Bonnaterre, 1788 (Devil fish) Mobula munkiana Notarbartolo di Sciara, 1987 (Munk's devil ray) Mobula rochebrunei Vaillant, 1879 (Lesser Guinean devil ray) Mobula tarapacana Philippi {Krumweide}, 1892 (Chilean devil ray) Mobula thurstoni Lloyd, 1908 (Bentfin devil ray)
  11. Excellents conseils réitérés... mais pour le coup, je peux dire que professionnellement je suis en mesure d'apporter des infos, ouvrir des pistes de recherche ou mettre en contact... en respectant la liberté de l'inventeur... mais sans encourager au pillage, çà va de soi V
  12. Avis entièrement partagé sur la question géologique... Comme Mariana ou... la golfe d'Ajaccio... ou celui de Piantarella... ... ... autant de spécificités !
  13. Bonjour Rayman, Notre groupe en effectue la collecte pour le littoral de Corse afin d'en faire l'identification. Cela permet de confirmer la présence des espèces ovipares et de mieux cerner les aires de pontes. Les populations d'élasmobranches méditerranéens sont en mauvais état et demeurent trop insuffisamment connues. Bien à toi V
  14. des précisions Bonjour, J'exhume un vieux fil resté sans réponse... En Corse aussi, avec la possibilité d'avoir accès à une riche documentation archéo et historique, je souhaiterai savoir si tu as pu progresser dans ton identification ou s'il reste des inconnues. Tu n'as rien dit de la zone... Merci V
  15. Petite intervention pour signaler l'existence d'une structure consacrée aux raies et requins dans les eaux territoriales de Corse : Corsica - Groupe de Recherche sur les Requins de Méditerranée, avec un site web consacré et une page Facebook. Dans le cadre de l'inventaire engagé, tous les témoignages documentés sont les bien venus, quelque soit l'espèce ! Deux enquêtes spécifiques concernent, d'une part, le Diable de mer méditerranéens (Mobula mobular) qui ressemble à une raie manta (cette enquête est également menée, dans les eaux continentales par l'association AILERONS), d'autre part le Requin pèlerin (en lien avec un groupe de chercheurs italiens). Nous collectons également les oeufs de raies qui pourraient se trouver sur le littoral (en partenariat et complémentarité avec l'APECS). Merci de votre aide éventuelle et bonnes bulles
×
×
  • Créer...