Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Martigan

Membres
  • Compteur de contenus

    31
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

10 Good

À propos de Martigan

  • Rang
    Rang du forum : Poisson perroquet

Informations personnelles

  • Localisation
    Paris
  • Profession
    Responsable marketing

La Plongée

  • Professionnel de la plongée
    Non
  1. Cela dit, pour avoir mangé à deux reprises des salades de méduses, et bien c'est très bon! C'est croquant et ça a bon gout. Au niveau des apports nutritifs, je ne suis pas sur, il faudrait demander à des spécialistes, mais pour le palais, je vote pour. Je précise, car je m'étais renseigné après coup, les méduses sont cuites! Comme quoi, il ne faut pas rejeter si vite ces idées. Une autre piste, évidement, c'est d'encourager activement la reproduction de l'un de ses plus grands prédateurs : la tortue marine! Au lieu de la chasser pour ses soi-disant propriétés magiques...
  2. Le débat site de plongée vs immersion de déchet est limitatif, à mon sens. On peut immerger des épaves sans en faire des sites de plongée, mais plutôt des zones de récif artificiels. Même si la topologie des navires n'est pas la topologie optimale pour favoriser les récifs artificiels, cela permet tout de même la colonisation par un grand nombre d'espèce, et ce dans des zones qui peuvent être très faibles en biodiversité. De plus ce sont des zones qui sont alors structurellement protégées de la pêche, tout en constituant des réserves.
  3. J'ai déjà essayé de respirer sur un embout qui fuse (en le faisant fuser exprès). C'est possible, même si c'est désagréable. Mon interrogation portait sur les risques de surpression pulmonaire lorsqu'on remonte en respirant sur un embout qui fuse, justement. Je pense que ces risques sont limités, mais je n'en suis pas sur, et je ne vais pas tenter l'expérience... Mais dans le cas d'une remontée d'un syncopé, et si on a du mal à bien "fermer" la bouche autour du détendeur (cas soulevé par le papier américain, qui suppose qu'il est risqué de mettre le détendeur si on assure pas une parfaite
  4. J'ai lu également le document fourni par Poune, trouvé via scubaboard. Je suis assez déçu, car en réalité il a l'apparence d'un document de recherche, très documenté, contradictoire et étayé. Et en regardant en détails, on s'aperçoit justement que ce document est très pauvre. Tout d'abord la seule source de procédure issue du monde de la plongée est justement PADI. Il n'est pas fait référence à des autres cursus de formation, ce qui est très étonnant (il y en a d'autres des cursus, y compris américains). Ensuite, il n'y a pas d'explication de leurs recommandations. Pas d'étud
  5. Martigan

    Archives FFESSM

    Entre cette file ou Marc_wl loue l'effort de la FFESSM et la file sauvetage détendeur en bouche ou Christophe38 nous montre que PADI fait preuve de flexibilité et de pragmatisme sur la question du sauvetage, j'ai l'impression d'être dans la quatrième dimension aujourd'hui... Mais on ne va pas s'en plaindre .
  6. Troll ou champion de la mauvaise foi? J'hésites. Christophe38 a dit qu'il y avait deux cas: - La victime est morte (pas d'urgence ) - Elle va se remettre à respirer, et probablement, si l'on part de profond et qu'on ne cherche pas à se mettre soi-même en vrac avec une remontée à 80m/min (ce qui rajoute à la noyade potentielle un ADD garanti pour deux, c'est les soldes, il faut en profiter!), quand elle sera encore sous l'eau Dans le second cas, Christophe (ainsi que 99.99% du forum), estime qu'il est préférable que la victime ait le détendeur en bouche (purgé c'est mieux ).
  7. Ca parait bien, mais je lui trouve un désavantage majeur: celui de ne pas pouvoir maintenir un contact visuel avec l'assisté. Si il est inconscient, on s'en fiche. Mais si il est conscient, le fait de pouvoir voir le gonz qui le remonte, et, même mieux, le regard de celui qui le remonte, est un facteur calmant majeur. Ce n'est pas garanti, mais cela peut faciliter le travail et calmer l'assisté, ce qui entraîne plus de sécurité.
  8. Martigan

    FLECAINE et plongée

    Pour ma part, je fais parfois des ESV sans cardiopathie, disparaissant à l'effort, et je peux pratiquer tous les sports, y compris la plongée (confirmé par médecin fédéral ET cardiologue). Pour les personnes se demandant si ce type de pathologie est rédhibitoire, il faut systématiquement aller voir un pro et identifier très clairement la pathologie pour le médecin fédéral.
  9. La première fois qu'on m'a montré la prise en passant la main sous la sangle pectorale, j'ai trouvé instinctivement que c'était dangereux. Oui il est ainsi facile de maintenir le détendeur en bouche (si besoin, ce qui n'est pas forcément le cas), mais cela signifie éventuellement, dans le monde moderne ou nous portons ordinateurs, montres et autres joyeusetés au poignet (boussole aussi...), que cela puisse devenir un risque si l'assisté par en live. Si il remonte d'un coup, je veux pouvoir me détacher très facilement de lui. C'est pourquoi je préfère ne pas passer mon bras sous la sangle
  10. Je note surtout que le moniteur (quel que soit son diplôme) avait tout juste 18 ans...
  11. Ils ont l'air de dire qu'ils envisagent éventuellement de soulever le bateau pour le poser sur un autre! Je ne suis pas très optimiste.
  12. Je croyais avoir lu figer-glass... Une erreur d'un journaliste! Le bois et la couche de plastique (renforcée à la fibre de verre tout de même), c'est mieux pour la pollution, mais ça ne réglera pas le problème du renflouage!
  13. D'autant plus que la coque n'est pas en acier, mais en fibre de verre, vu que c'est un chasseur de mines. Avec les vagues, le cisaillement doit être maximum. Même le déhaler en dehors du récif ne sera pas de la tarte, il va laisser des gros morceaux de fibre un peu partout, et il ne sera clairement pas renflouable. Je penche pour un déshabillage en règle et ensuite un échouage à proximité.
  14. Martigan

    [URGENT] Besoin d'aide

    Nous avons en Ulmo in ingénieur / physicien, qui a fait une brillante démonstration de l'importance du volume d'eau déplacé pour Archimèdes, et les flotabilités relatives des blocs alu/acier longs/courts (on voit aussi qu'un bloc court alu serait extrêmement gros et épais, et donc pas vraiment pratique). La petite leçon, c'est qu'on voir bien qu'il faut prendre en compte tous les éléments lorsqu'on calcule son lestage, et qu'il faut affiner quand on découvre des nouveaux équipements. Quand je vois des gens d'un jour sur l'autre changer de blocs (12l court, long, puis même 15l) sans qu'ils
×
×
  • Créer...