Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Midnight Joker

Membres
  • Compteur de contenus

    83
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France
link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

26 Excellent

À propos de Midnight Joker

  • Rang
    Rang du forum : Tortue verte

Informations personnelles

  • Localisation
    Paris
  • Profession
    Enseignant

La Plongée

  • Niveau en plongée
    3
  • Professionnel de la plongée
    Non
  1. Suite aux bons conseils reçus sur ce fil (et à la redécouverte de l'eau tiède, qui m'a permis de faire enfin fonctionner mes flashs en TTL), les deux séries de retour des Philippines : Romblon : Anilao : Amitiés
  2. Bonjour Merci pour les compliments ! Pour répondre aux deux questions : c'est bien un poulpe à anneaux bleus et donc, particulièrement venimeux (et photogénique). j'utilise normalement deux flashs externes, un seul la nuit (un bras étant pris par la lampe). Amitiés
  3. Bonjour C'était notre deuxième séjour à Anilao (combo Planet Dive / Herbert, sur les bons conseils de Martinoo) et notre premier passage à Romblon. Voyage ficelé (impeccablement) par ledit Martinoo, avec les transferts, hébergements, etc. Romblon, ça se mérite. Il faut presque plus de temps pour rejoindre cette île depuis Manille que pour venir à Manille depuis Paris ! Cela dit, cela a été l'occasion d'une découverte, celle d'un ferry où des dizaines de gens dorment (?) sur des couchettes superposées, dans un grand dortoir, avec ceux qui regardent des vidéos sur les portables (sans casque, bien sûr), ceux qui ont des coqs dans leurs bagages, sans compter la télévision qui braille dans un coin en diffusant un improbable soap-opéra. Ce n'est certes pas la nuit la plus reposante que j'ai connue, mais bon, on s'en remet, et cela fait des souvenirs ! Le centre de plongée est les 3P. Rien à dire, c'était très bien, avec une mention spéciale pour les chambres, particulièrement spacieuses et aménagées (un vrai espace travail pour les photographes ou écrivains compulsifs, multiprise, etc.). Les plongées sont un peu particulières. Sans être ennuyeuses, elles sont généralement relativement peu spectaculaires – le corail, comme dans beaucoup d'endroits aux Philippines, a beaucoup souffert de la dynamite. La grosse attraction locale, ce sont quatre ou cinq espèces endémiques de nudibranches (dont l'emblématique et somptueux « butterfly » et le fantomatique « melibe colemani »). Les guides savent où les trouver, les sortent de leur habitat et les posent sur des noix de coco. Après avoir été mitraillées par les photographes, les bestioles sont remises chez elles jusqu'à la prochaine fois. Mon sentiment général est que quand on aime ces animaux, cela vaut le coup de passer quelques jours dans ce lieu, mais que c'est son seul intérêt réel étant donné la distance. Deuxième partie de séjour, donc, à Anilao. Rien à dire chez Planet Dive, hormis deux petits bémols : une chambre plus modeste, avec une seule prise électrique... placée derrière un lit ! Et surtout, une connexion internet wifi au-dessous de tout (c'est bien dommage, parce qu'il serait manifestement possible d'assurer quelque chose de correct : on a fini par acheter une carte sim locale, et tout de suite, la lumière s'est allumée !). Côté plongées, toujours aussi intéressant (même si, là aussi, les ravages des destructions passées sont encore bien visibles) et Herbert au top. Une anecdote : je lui confie qu'après 500 plongées, je n'ai encore jamais vu (et donc, photographié), une seule squille avec ses œufs. Résultat des courses, il en a dégoté une à la plongée suivante. Au total, vraiment un super séjour où nous ne regrettons absolument rien. Pour qui veut regarder les photos : la série Romblon la série Anilao Amitiés
  4. Un appareil sony a6300 avec une lentille zeiss 50mm macro, un caisson ikelite et deux flashes Inon.
  5. Eh bien, je découvre peut-être la lune, mais je ne connaissais pas cet technique aussi simple que redoutable en effet pour parvenir à un simili - snoot (je viens de la tester sur la squille, c'est au poil). Un grand merci pour cette découverte !
  6. Oui, je crois qu'on est d'accord sur toute la ligne. ;-) On pourrait faire mieux, mais ça demande un boulot qui ne se justifie pas vraiment...
  7. Le TTL, j'aurais bien voulu, mais le nouveau caisson Ikelite ne sait pas le transmettre à mes flash Inon. Donc pas le choix, tout en manuel. Balance des blancs (comme souvent quelques autres choses) rectifiée après coup, sous Camera Raw. La lentille est une Zeiss Touit 50mm macro (super pour les toutes petites choses, mais dès que la bestiole dépasse 20 cm du coup, ça devient compliqué à prendre – on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre !)
  8. Merci de ce retour. En fait je me sers de Camera Raw, qui ne gère pas vraiment les claques. Et j'ai un réglage général de saturation (a priori, le même par défaut pour toutes les photos sauf cas particulier). C'est vrai que pour celle-là, à défaut des calques, j'aurais pu désaturer spécifiquement les rouge-orange, et ça aurait marché. J'ai pensé à le faire parfois pour d'autres, mais là je n'y ai tout simplement pas pensé. Pour le Bokeh, tu parles d'un truc en post-production ? C'est jouable mais compliqué, ça me rajoute un étage de traitement en plus de Camera Raw (qui m'occupe déjà pas mal comme ça...).
  9. Bonjour Des photos de retour de : Lembeh : https://www.flickr.com/photos/104946...57671941017028 et Bangka : https://www.flickr.com/photos/104946...57671942028588 Vos avis, suggestions, critiques, etc. sont les bienvenus !
  10. Midnight Joker

    CR Lembeh + Bangka

    Ma compagne et moi connaissions déjà un peu le coin, ayant passé deux semaines en 2013 chez Bastianos (Lembeh) et la même durée en 2014 chez Nomad Divers (Bangka). Nous avons cette fois opté pour un séjour à peine plus long, partagé à parts à peu près égales entre les deux destinations (pas très éloignées l’une de l’autre, je le rappelle). À Lembeh, sur les bons conseils de Martinoo, nous avons opté pour NAD, un club spécialisé dans la gestion des photographes (dont je suis) et qui garantit des groupes de deux plongeurs maximum par guide. Un seul mot pour les caractériser : professionnalisme. Tout est réglé au millimètre, depuis les plongées jusqu'aux chambres en passant par la nourriture. Il n’y a pas un accroc, c’est impeccable. Quant aux plongées, pour qui aime la petite bête improbable, c’est toujours un régal et notre guide était au top (c’est bien simple, j’avais toujours à peine le temps de faire mes réglages qu’il m’appelait pour une autre bestiole). Et comble de bonheur, en plus du poulpe à anneaux bleus, que nous n’avions jamais vu, il nous a même dégoté le très improbable poulpe « poilu » (hairy octopus). Mes seuls petits bémols - il faut bien en trouver – seraient le prix (cette qualité de service, forcément, se paye, et étonnamment, NAD ne propose qu’un seul forfait, qui inclut trois plongées par jour. Nous, cela nous convenait très bien, mais ce n’est pas un endroit pour les plongeurs occasionnels). Et puis, les soirées qui n’étaient pas follement animées, mais là c’est comme toujours, tout dépend sur qui on tombe. Bref, pour les amateurs de macro qui veulent un séjour intensif avec une organisation irréprochable, NAD c’est le top. À Bangka, nous avions envie de changer là aussi (Nomad, c’était sympathique, mais quand même un peu roots au niveau des conditions). Martinoo nous proposait Murex, mais j’avais trouvé les tarifs un peu dissuasifs, et je me suis orienté vers Coral Eye. C’est une structure italienne, au départ pensée pour accueillir des étudiants en biologie marine (et qui, dans une certaine mesure, le fait), mais dont l’activité penche en réalité davantage vers le « dive shop » classique. La première chose extraordinaire avec Coral Eye, c’est l’architecture du lieu. D’ordinaire, je ne suis pas exagérément sensible à cet aspect mais là, ceux qui ont conçu le bâtiment ont vraiment frappé un grand coup. C’est à la fois esthétique et fonctionnel, collectif et individuel, bref, cette grande bâtisse qui réunit toute la vie du centre est une magnifique réussite. Pour le reste, l’équipe qui gère le centre est elle aussi irréprochable et sympathique, les guides sont très bien, et on peut plonger à gogo pour un budget tout à fait raisonnable. Evidemment, pour les soirées, la vie sociale est plus facile si l’on parle italien (voire allemand). A noter que le house reef du centre est ouvert aux plongeurs expérimentés et que c’est un vrai bonheur de pouvoir, en fin d’après-midi ou en soirée, tremper ses palmes dans quelques mètres d’eau pour y dégoter (liste non exhaustive) quatre murènes dont une à gueule blanche, deux antennaires dont un de la couleur de la Panthère rose, une crevette marbrée, un pipefish à bandes jaunes, divers nudibranches, etc. Bref, pour ceux qui veulent aller sur Bangka et ses très beaux coraux, Coral Eye c’est vraiment hautement recommandable. En ce qui concerne les plongées, j’ai parfois eu un petit sentiment de moins bien par rapport au dernier séjour (mais peut-être est-ce par ce que je vieillis et que je deviens plus difficile ?) – ma compagne, elle, a eu exactement l’impression inverse. Comme quoi… Et pour ceux qui veulent jeter un œil aux photos : le best of Lembeh : https://www.flickr.com/photos/104946...57671941017028 le best of Bangka : https://www.flickr.com/photos/104946...57671942028588 Amitiés
  11. Bonjour à tous et merci pour les compliments ! Effectivement, j'ai tendance à faire pour les photos comme pour les blagues : je les produis en grosses quantités, et le tri se fait après (hélas). Pour les photos, disons que quand je tiens un truc qui me plaît, je n'hésite pas à en prendre une dizaine, en variant l'éclairage, histoire d'avoir une chance de tomber sur une combinaison lumière-attitude qui donne quelque chose de chouette. Disons que j'en prends entre 20 et 90 par plongée, et ça doit en faire peut-être 1500+ sur la quinzaine. Après, je dégage pas mal et je passe un peu de temps sur CameraRaw pour que celles qui restent aient la meilleure mine possible. Matériel : un sony Nex5N avec la lentille macro 30mm, un ou deux flashs Inon (deux le jour, un la nuit). Voilà... PS : merci pour les coups de pouce à certaines identifications, ça a bien l'air d'être ça ! PPS : La saron, c'est l'exception qui confirme la règle. J'ai eu droit à un shoot, pas deux. Au déclenchement du flash, elle a déguerpi aussi sec au fond de son trou. La photo n'est pas idéale, mais vu les conditions, je ne m'en sors pas trop mal. Et il va de soi que tout cela ne serait pas possible sans le guide Herbert-oeil-de-lynx et aussi ma compagne, qui dégotent tous ces machins que je n'aurais pour la plupart jamais vus tout seul.
  12. 14 nuits - 13 jours de plongée, deuxième quinzaine d'avril. J’avais choisi Anilao et Planet Dive suite aux différents commentaires positifs sur le forum, et je dois bien dire que les résultats ont été largement à la hauteur de mes attentes. Côté centre, après plusieurs séjours dans des endroits au confort assez (voire très) sommaire, je ne cache pas une certaine volupté à avoir bénéficié d’une chambre en dur, d’une literie très confortable et d’une douche chaude à volonté. Sans parler de la climatisation qui, quoique bruyante, est efficace et extrêmement bienvenue – la chambre light green qui donne sur la mer et le soleil couchant est aussi une serre chauffée toute l’après-midi par le soleil qui darde sur la baie vitrée. Et de toute façon, les Philippines, c’est quand même assez loin de la calotte glaciaire. Le centre est fleuri et agréable, et les employés souriants et sympathiques. La nourriture est tout à fait satisfaisante et abondante, même si les Philippins ont un peu tendance à mettre du sucre partout et que quelques recettes nous ont laissés perplexes (le dessert à base de gelée verte, de maïs et de vache qui rit baignant dans le lait très sucré, c’est, hem… exotique). Le week-end, le centre est très fréquenté (mais rien d’insupportable tout de même) ; en revanche, la semaine, c’est quasi-désert. Surtout, il y a très peu d’occidentaux – nous avons été quasiment les seuls tout au long du séjour. La clientèle est donc très majoritairement composée de locaux. C’est un de nos petits regrets : on n’aurait pas été contre un peu de compagnie, mais ça, a priori, personne n’y est pour rien. En ce qui concerne les plongées, là aussi c’est le grand confort : un bateau et un guide pour deux, et qui plus est, on choisit tout : le nombre, le rythme, le lieu et même les horaires de chaque plongée. C’est vraiment du sur-mesure. Le guide (Herbert en l’occurrence) a vraiment un œil de lynx et se fait une fierté de dégoter les bestioles les plus petites et les plus introuvables. La bonne surprise a été la durée des plongées : ce n’est vraiment pas à l’économie. Toujours, ou presque, plus d’une heure, avec des pointes à 90 minutes ! Sur la trentaine de plongées guidées effectuées, je me suis amusé à calculer la moyenne du temps passé sous l’eau et je suis arrivé au résultat assez impressionnant de plus de 70 minutes. Et le pire (ou le meilleur), c'est que les plongées de nuit, très intéressantes, n'échappent pas à cette règle. Il ne faut surtout pas passer à côté. On peut aussi, et c’est un plus, pratiquer à loisir, de jour ou de nuit, le site qui est au bord du centre (c’est gratuit et illimité quand on a pris un forfait par ailleurs). Ce n’est certes pas la plongée du siècle, mais c’est suffisamment intéressant pour que d’autres centres viennent régulièrement y faire des bulles. J’y ai vu plusieurs espèces de nudibranches, des seiches, des murènes, et quantité de petits poissons sympathiques. C’est d’ailleurs la diversité de la faune qui est impressionnante ici. Il y a vraiment du nudibranche à foison – pour donner une idée, sans même chercher à être systématique, j’en ai photographié plus de 50 espèces différentes en 13 jours ! – mais aussi des vers plats (plus de dix espèces différentes), des crustacés (dont les vedettes, crevettes dragon, tigre, arlequin, marbrée et commensales des comatules), des céphalopodes (seiche flamboyante, poulpes mimique et à anneaux bleus) et de nombreux poissons de récif. Bien sûr, à part des tortues (qui accompagnent souvent les plongées) et des dauphins (qu’on voit parfois du bateau), il n’y a guère de choses qui dépassent la trentaine de centimètres. Mais c’est vraiment très riche, en quantité et en diversité. Et du coup, je suis étonné qu’une destination aussi remarquable (et, en termes de rapport qualité-prix, aussi intéressante) soit ici infiniment moins célèbre que Lembeh, par exemple. Les locaux, eux, ont su reconnaître les bonnes choses, puisqu’il y a semble-t-il autour de 70 centres de plongée dans la zone ! Celle-ci étant relativement étendue, il n’y a pas de problème de surfréquentation des sites, sauf peut-être parfois le week-end. En tout cas, la semaine, on est vraiment tranquilles sous l’eau. Bref, on l’aura compris, nous avons vraiment passé un excellent séjour. Un détail pratique qui a son importance : n’étant jamais parvenu à obtenir une réponse par mail de Planet Dive, je suis passé, comme d’autres sur ce forum, par Martinoo. Je n’ai eu que des motifs de satisfaction : il s’est occupé de tout, a sélectionné le guide et la chambre pour les connaître personnellement et a même négocié un très intéressant rabais sur le prix du séjour. En conclusion, ce fut vraiment une bonne pioche – et ceux qui veulent jeter un œil à mes photos histoire de voir un échantillon des bestioles qu’on croise là-bas peuvent aller consulter cette galerie (mon premier choix), mais aussi mon second choix et pour mémoire, la galerie des autres nudibranches et vers plats. En résumé, les gros plus : Le rapport global qualité-prix, excellent Les conditions d’hébergement Les plongées guidées pour deux La durée des plongées La richesse de la faune La qualité du guide et la gentillesse du personnel en général Et, comme il en faut, les petits moins : Internet, vraiment capricieux et poussif La climatisation de la chambre, efficace mais pas franchement discrète sur le plan sonore L'absence de bouquins sur la faune dans le centre Le rhinopias mauve, présent la semaine précédente, et qui nous a fui jusqu’à la fin Post-scriptum : mention spéciale « grosse frayeur » pour le retour, où les routes philippines ajoutées à je ne sais quelles circonstances spéciales ont provoqué une série d’embouteillages monstrueux sur la route. Du coup, on a mis plus de 4h30 à rejoindre Manille en taxi et à un poil près, on a bien failli rater l’avion. Mon conseil : prenez beaucoup, beaucoup de marge. Un bon bouquin à l’aéroport vaut mieux qu’un avion raté – sans parler des dégâts sur le système nerveux.
  13. Merci à vous pour cette réponse qui confirme mes craintes...
  14. Bonjour à tous Heureux possesseur d'un Sony NEX-5N équipé d'un objectif macro 30 mm, je me pose depuis longtemps la question de pouvoir accéder à de plus forts grossissements sur certains sujets. Il n'existe aucun objectif pour NEX montant au-delà de 1:1, et je me disais qu'une lentille (ou une "super-lentille") amovible pourrait être une solution. Mais j'ai souvenir que l'effet produit est d'autant plus faible que la focale de l'objectif est courte, ce qui est le cas ici. J'avais ainsi essayé une lentille x10, et le résultat n'était pas vraiment convaincant. En fouinant le net, je vois qu'il existe des lentilles à plus fort grossissement (x20, voire x25). Cela vaut-il le coup pour moi, ou suis-je en train de faire fausse route ? Merci d'avance aux spécialistes
  15. Un grand merci à Martinoo pour sa réponse. Je ne connaissais pas Romblon, qui a l'air vraiment très tentant. Et du coup, je me demande si deux semaines là-bas ne pourraient pas être une idée encore meilleure que tout... Le seul club qui dispose d'un site web décent est le 3P... il y a des forumeurs qui connaissent ? Et tant que j'y suis, question subsidiaire : Romblon est-il une destination pouvant être programmée pour juillet-aout ?
×
×
  • Créer...