Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Amore

Membres
  • Compteur de contenus

    2 308
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    30
  • Pays

    France
link1
link2
link3

Amore a gagné pour la dernière fois le 28 avril

Amore a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

2 056 Excellent

À propos de Amore

  • Rang
    Valsalva de Wien
  • Date de naissance 1 janvier

Informations personnelles

  • Localisation
    Terre
  • Profession
    Mer

La Plongée

  • Féderation(s)
    CMAS SDI TDI FFESSM SSI ANMP
  • Niveau en plongée
    Vers l'infini et au delà
  • Professionnel de la plongée
    Oui

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Amore

    Licence ?

    Ni la licence ni le CM ne sont obligatoires pour plonger en exploration dans la mesures des prérogatives de son niveau de certification et avec l'accord du DP en charge. Cependant les centres de plongée sont libres de l'exiger.
  2. Au nouvelles récentes, une mesure de réciprocité semble se mettre en place entre la France et l'Espagne pour une quarantaine imposé aux visiteurs ...
  3. Amore

    et de 1 :(

    Et un accident vestibulaire dans la région de Nice... Pas de séquelles malgré que le plongeur avait de multiples facteurs favorisant les risques d'ADD Etat de santé + Etat physique + Sortie de confinement + 2nd plongées à 40m ...
  4. Il faut voir les lents dégâts que cette javel va aussi faire sur les bateaux de plongée ... Il faut dire qu'il se répand l'idée qu'avec la javel diluée aux doses anti-covid préconisées par l'Institut Pasteur ou l'OMS, l'impact sur l'environnement "est négligeable". Du coup les litres vont couler ...
  5. Amore

    Plonger après le COVID

    Pour faire suite à cette question sur laquelle l'Ifremer travaille : Le coronavirus ne survit pas dans l'eau de mer : "C’est tout à fait rassurant" 06h47, le 21 mai 2020 , modifié à 08h02, le 21 mai 2020 Il y a quelques semaines, des chercheurs avaient détecté des traces du virus dans les eaux usées, suscitant le doute sur son éventuelle circulation dans l'eau de mer. L'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer a mené une première étude sur le sujet, et les résultats sont, dit-il, "rassurants". Alors que débute le long week-end de l’Ascension, de nombreuses plages ont déjà pu rouvrir en France, dans le Nord, dans le Finistère, dans les Côtes-d'Armor, en Vendée, ou encore dans les Alpes-Maritimes et les Pyrénées-Atlantiques. Et les Français pourront en profiter sans crainte. S'il y a quelques semaines encore, un doute subsistait sur une possible circulation du coronavirus dans l’eau de mer, l’Ifremer (l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) a mené une première étude sur le sujet, et les résultats sont, dit-il, "rassurants". "Pas de trace de Sars-Cov 2 dans les coquillages" Pour mener cette étude, les chercheurs ont réalisé des tests PCR dans les tissus digestifs d’huîtres, de moules. Des analyses réalisées également sur des échantillons d’eau de mer dans toutes les zones maritimes du pays. "Pour le moment, dans les coquillages, nous n’avons jamais détecté de trace de Sars-COV 2. Surtout que pour cette étude, nous nous sommes mis dans des zones très contaminées par le rejet des eaux usées, on a donc maximisé les chances de trouver du virus", assure Soizick Le Guyader, virologiste à l’Ifremer, au micro d'Europe 1.
  6. Le Monde de demain ... https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pollution-on-commence-a-retrouver-enormement-de-masques-et-de-lingettes-sur-les-plages-deplore-l-association-explore-preserve_3974679.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1590070577&fbclid=IwAR0nOwsf3an4NCif21yXYIAtTPjuReUUEEQyDTwbAhTfZ_CCCJO3F8KZY8w#xtor=CS1-746
  7. Amore

    Lampes Orcatorch

    Et le bouton magnétique ... quand il y en a. Mais il est vrai que d'autres marques ont cette faiblesse également.
  8. Ce qui est déjà conséquent pour une reprise post-confinement covid
  9. Et ... autant faire des baptêmes au delà de 500m pour avoir un peu de bleu à montrer aux novices
  10. Pour ce qui concerne la Méditerranée (qui est la seule mer d'intérêt bien entendu), on peut lire : La navigation des navires de plaisance est libre, sans limite de distance du port d’attache ou de la bouée d’amarrage, en revanche : l’escale dans un port, l’arrêt et le mouillage ne peuvent se faire au-delà de 54 milles marins (environ 100 km) du port d’attache ou de la bouée d’amarrage, en cohérence avec les restrictions de déplacement à terre ; l’arrêt et le mouillage, la mise à l’eau d’embarcations et la plongée sous-marine sont interdits à moins de 500 mètres des zones du littoral dont l’interdiction d’accès n’a pas été levée par les préfets. La pratique des loisirs nautiques (kite-surf, planche à voile, kayak, paddle, plongée en apnée, etc.) est libre, en revanche elle peut être restreinte par la possibilité locale de rejoindre l’espace maritime. Donc chaque centre de plongée doit connaitre avec exactitude la liste quotidienne des littoraux interdits dans son coin pour se tenir à plus de 500m et choisir ses sites de plongée en conséquence. La bande des 300m aurait été d'une simplicité d'identification trop aisée, il faut croire ... Rien de bien neuf, à ce stade, car tout dépend encore des accords Mairie/Préfecture qui restent modifiables selon les situations (3 plages refermées par la mairie dans le Morbihan).
  11. Non, je ne réponds pas "Oui" J'avais bien compris pour le "fly" Ah, ouf alors !
  12. Mince ostc n'est pas DIR alors !?
  13. Les centres de plongée doivent aussi respecter les 500m ? Peux tu nous donner le club stp ? Si c'est FB, c'est public
  14. En fait, c'est bien ce qu'ils disent Poursuite des prélèvements et des analyses « Même si elle ne vaut pas pour certitude pour l’ensemble des coquillages et des eaux marines métropolitaines, l'absence de traces du SARS-CoV-2 révélée par notre étude est une bonne nouvelle, souligne Soizick Le Guyader. Prouver l’absence réelle du virus est un art difficile : nous n’avons pas prélevé d’échantillons dans toutes les zones littorales sensibles aux contaminations par des rejets humains ; d’autre part, sur les 7 à 9 grammes de tissus de coquillages prélevés, nous n’en analysons qu’une petite partie. Nous avons donc décidé de poursuivre nos prélèvements et nos analyses sur les mêmes sites tous les 15 jours pendant encore plusieurs mois, afin de suivre les éventuels effets d’une circulation potentiellement accrue du virus dans la population dans le contexte de la levée progressive des mesures de confinement ».
  15. l'ARS des Pays de la Loire a publié des recommandations et conseils pour la réouverture des piscines
×
×
  • Créer...