Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

RenaudMars

Membres
  • Compteur de contenus

    298
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Pays

    Soudan
link1
link2
link3

RenaudMars a gagné pour la dernière fois le 26 octobre 2017

RenaudMars a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

20 Excellent

À propos de RenaudMars

  • Rang
    Respire sous l'eau

Informations personnelles

  • Localisation
    Marseille
  • Profession
    ingénieur

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM et BSAC
  • Niveau en plongée
    E3, CAH 1B, CPS
  • Professionnel de la plongée
    Non
  1. Un BE qui travaille souvent à Niolon est passé au club, la sienne avait plusieurs milliers de plongées sans aucun soucis, j'en ai acheté une cette année, RAS (mais à peine 50 plongées).
  2. Bonjour, il y a quelques années un couple est venu au club, ils voulaient vaincre leur aquaphobie grâce à la plongée, ils ont fait une saison et sont repartit avec le niveau 1. Tu verras comme cela été dit qu'une fois avec la combinaison tu flotte, ce qui est très rassurant pour le début. Ils étaient venus avec une amie, qui voulait aussi apprendre à plonger mais qui n'avait pas peur de l'eau. Après quelques séances en piscine, au milieu des autres élèves mais avec un peu plus d'attention/ de notre part (moniteur dédié) et de temps pour eux, ils se sont détendus. Le fait de débriffer avec leur copine dans une ambiance tranquille a beaucoup aidé aussi je pense,l'envie de se faire plaisir ensemble... On a fini par faire un bapteme dans un endroit très calme un jour de beau temps (Bouleyjade) et on a continué tranquillement. Donc si tu as des amis qui veulent apprendre à plonger, partager avec eux dans un club cool va peu être t'aider aussi! Renaud
  3. Bonjour Canine, bonjour les Amis (Zorglub, Mare, Flo et les autres:-) je n'avais pas trop regardé le forum depuis quelques semaines et je tombe sur ce fil :-) Ca fait longtemps qu'on ne s'est pas croisés à la Pointe Rouge, pourtant on sort souvent depuis que la météo s'améliore le WE. Très bientôt on se fait une petite sortie ensemble? Ce WE c'est pas possible, le club participe au nettoyage du port et en plus pour mon Anniversaire (passé depuis belle lurette) ma femme m'a offert un WE épave au Lavandou, j'ai ressorti le bi, ca va être fun! Je rejoins ce qui a été dit plus haut, si tu n'es pas trop pressée et que tu veux plutôt apprendre tout en découvrant la rade, essaye une association. Renaud
  4. Les niveaux sont assez différents du système français. Sport Diver: Max 20 mètres (en autonomie), peut progresser jusqu'a 35 mètres avec un moniteur d'un certain niveau et plusieurs plongées. Dive Leader, 35 metres puis 50 mètres avec de l’expérience. Les DL encadrent (20 metres max de mémoire) mais n'ont pas l'experiene d'un N3 ou N4 (en général). Advanced diver: 50 mètres max. Une fois qu'on est DL c'est un peu la liberté, on peut descendre en autonomie sans avoir l’expérience d'un N4 français et dans des conditions en général plus compliquées que la la méditérannée,, d'ou le rissque plus important d'accident sur le nombre. Renaud
  5. Globalement, Le nombre d'accident augmente avec l’expérience, l'age et les diplômes car effectivement quand on encadre on est très attentif aux autres et peu profond, quand on se balade on est plus profond, voir très profond (pour BSAC la limite est 50 mètres) ce qui souvent entraine le fait d’être trop sur de soi, avec les risques accrus de panne d'air, mauvaises réactions... c'est une tendance qui a toujours été notée chez BSAC et probablement ailleurs (mais je ne connais pas les chiffres). Les N1 plongent en moyenne moins de 10 fois/an, les encadrants forcement en moyenne plus que les N1... Renaud
  6. L’intérêt de p.com pour moi c'est justement que l'info pertinente du bilan des accidents BSAC ou ce qu'a dit le Dr Coulange lors d'un séminaire ou vous étiez probablement quelques dizaines arrive jusqu'a tout les plongeurs, personne (ou presque) ne lit la littérature du Dr Coulange, mais on a l'essentiel par p.com et souvent très vite, ce qui permet d'adapter son activité au fur et à mesure. Jeune cinquantenaire je suis passé à l’étanche récemment, j'ai moins froid et de facto je diminue mes chances d'OPI (un peu plus de sport m"éloignerait vraiment de la zone à risque...). Renaud
  7. Bonjour, Je viens aussi de lire le rapport, comme tout les ans, il est mentionné d’ailleurs que ce rapport annuel existe depuis plus de 50 ans. Ce que je trouve nouveau c’est la proportion très importante d’incidents et surtout de décès (5 sur 11) dont la cause est attribuée par BSAC au moins en partie à un œdème pulmonaire d’immersion. Ils prennent d’ailleurs le temps d’expliquer les symptômes et la conduite à tenir. Je cite le rapport pour que l'information circule (BSAC fait ce rapport pour qu’on le partage avec le plus grand nombre), je n’ai pas traduit le texte, si vous ne comprenez pas google traduira très bien pour vous: « « Immersion Pulmonary Oedema (IPO) », We have previously highlighted in this report the growing belief that instances of IPO in divers may not be as rare as previously considered (see 2016 report). In this year’s reported incidents there are 2 cases from overseas where a diver was recovered from the water and survived thanks to the actions of other divers. In both instances the diver was confirmed to have suffered from IPO. Additionally, we have identified a further 13 incidents where IPO is suspected of being a factor. We aim to review these incidents further with the assistance of an expert to try and confirm or discount these cases. Of these 13 additional incidents, 12 were in the UK and 5 were fatalities. There is the potential that future coroner’s inquests may also provide further confirmation. » Ils attendent que les autopsies apportent des éléments dans ce sens. Cela sera probablement discuté l'année prochaine dans le rapport. L’expert cité dans le rapport pense que l’OPI est bien plus fréquente que ce que l’on pensait et que c’est un accident aussi très fréquent chez les triathlètes ! Les causes principales de l’IPO sont détaillées, comme nous le savons, les personnes à risque sont plutôt âgées et le risque augmente en eau froide, avec la fatigue due aux exercices physiques en immersion (le cas typique de la plongée en Angleterre). La nouveauté pour moi est que l’expert qu’il cite pense que l’hydratation excessive avant la plongée favorise l’IPO, l’inverse de ce que l’on préconise pour éviter la déhydratation, attendons de voir si d'autres sont d'accord avec ça. « At the 2017 BSAC Diving Conference, Dr Peter Wilmshurst stated that IPO is probably the most common cause of death during sub-aqua diving and triathlons; he pointed out that two thirds of triathlete fatalities occur during the swim phase of the event. He said that the precise numbers are not known because it can be easily mistaken for drowning. Dr Wilmshurst said that IPO can affect the super-fit, but that high blood pressure, undiagnosed heart disease and the normal effects of ageing are exacerbating factors. Cold water and exertion increase the likelihood of an IPO occurring and he also stated that divers should avoid excessive hydration before a dive. This runs counter to prior advice to be well hydrated before a dive to reduce the potential for DCI, which he said was unproven and probably of limited effect » Voilà selon BSAC les symptomes de l’OPI : In light of this developing body of information we believe it is increasingly important for divers to be aware of factors that could indicate IPO which include:-  Divers with breathing difficulties when not exercising particularly strenuously. Breathing difficulties may be indicated by rapid, uneven or heavy breathing, or coughing uncontrollably.  Confusion, swimming in the wrong or random directions.  Inability to carry out normal functions, whilst appearing to have to concentrate on breathing.  Belief that a regulator is not working properly.  Indication of ‘out of gas’ when their regulator(s) are found to be working correctly and with adequate gas supplies.  Divers refusing or rejecting an alternate source when ‘out of gas’.  Indication of difficulty of breathing when on the surface. Examples of one or more of these can be found in the reports of diving incidents which follow. Dans le cas ou vous ou votre Buddy à ces symptomes, la recommendation est d’arreter la plongée, de sortir de l’eau et se mettre sous oxy. Une fois de plus les Anglais nous montrent la bonne méthode, faire un rapport d’accident en tirer des leçons et communiquer la marche à suivre en cas d’incident. J’aime rappeler ici et ailleurs (dans mon club) qu’à la suite de la démocratisation de la stab, du manometre et de l’octopus dans les clubs BSAC au début des années 90, il avait été décidé d’interdire la RSA, exercice inutile et accidentogène… D'ailleurs, quand j'ai commencé la plongée en 94, dés le premier jour j'ai plongé avec une stab, un manometre, un octopus et un ordinateur (petit gris). Il était probablement plus simple pour BSAC, qui fait un rapport tout les ans avec tout les accidents de voir l’incidence des exercices tel que la RSA sur les statistiques d’accident par rapport au nombre de fois ou cela avait sauvé quelqu’un. Si on avait accès nous Français à un rapport complet et objectif tout les ans cela aiderait aussi à se faire une opinion. Renaud (BSAC OW Instructor, E3)
  8. Partant sur Brisbane pour un voyage pro, j’avais regardé sur p.com et pas trouvé grand chose pour plonger sur la barrière, malgré mes questions, j’avais reçu peu de réponses, je rentre de croisière et je vais donc donner quelques informations pour que le prochain ne parte pas de rien . Je suis Openwater instructor BSAC (E3 en France) depuis 1999 (pas PADI, BSAC est une federation de plongée anglaise affiliée à la CMAS). J’ai >500 plongées et fait seulement 2 croisières avant celle ci, sur le Mermaid II au large des Similan et sur le Nautilus Explorer autour des iles Socorro. J’ai finalement fait une croisière de 3 nuits avec Diverden sur le Oceanquest (https://www.diversden.com.au/oceanquest.html). J’ai choisi cette formule pour 3 raisons; la durée est à la carte, c’est pas trop cher et on peut faire 5 plongées par jour. Vu mes dates, il était compliqué de faire 7 jours sur un bateau car une fois mon travail terminé cela voulait dire que je devais attendre 3-4 jours pour le départ des croisières à la semaine avec un retour en France décalé d’autant. La formule Diverden est parfaite pour moi, on peut commencer et arrêter la croisière n’importe quel jour de la semaine! Un speedboat part tout les matins à 8h30 pour la barrière (1h30-2h00 de Mer) avec à son bord les plongeurs/snorkeleurs à la journée et ceux qui vont rester sur OceanQuest. A 14h30 (alors qu’on a fait 2 plongées à partir du speedboat le matin) on monte (ou on descend pour ceux qui ont terminé) sur Oceanquest qui reste toute la saison sur la barrière et navigue d’un ilot à l’autre en permanence en fonction de la météo (Saxon/Norman Reef dans mon cas mais la météo était mauvaise et on a du se mettre à l’abri ce qui a un peu limité les sites). Une fois sur OceanQuest le premier jour on refait 2 plongées (soit 4 au total), puis 5 les jours complets (6h/8h30/10h30/15h30/19h pour la plongée de nuit) et 3 le dernier jour avant de rentrer avec le speedboat sur Cairns. Prix: 665 € pour les 3 nuits/4 jours (17 plongées dans mon cas). Le prix comprend la pension complète, la cabine pour 2, les plongées (sans guide, sinon c’est 10 €/plongée, sans nitrox sinon c’est 5 €/plongée), le prêt du matériel complet (très bonne qualité). Il n’y a aucun frais annexe à rajouter (pas de pourboire, contrairement par exemple aux Socorro ou on devait rajouter 10% de la somme pour l’équipage). On peut passer le Nitrox, l’OW/AOW PADI si on veut mais evidemment il faut payer en plus (en partant de 0, on peut passer le OW et AOW en 3-4 jours, cout avec la croisière et les goodies dans les 1000 €). Il parait que les quelques bateaux qui sont sur la barrière forment 10 % des OW PADI annuel dans le monde… Faut dire que sur le bateau tout le personnel est Instructeur ou minimum DM (en formation gratuite vers instructeur contre 45 jours de “bénévolat”) et que sur le lot, il y a tout les jours des plongeurs qui valident un OW. Le bateau est bien fait pour la croisière, on ne se marche pas du tout dessus, les chambres sont très correctes, la nourriture bonne, le coin plongée très au point et spacieux, comme la mise à l’eau. Le bateau change de site 2 fois par jour mais pas plus de 30-60 minutes de navigation entre 2 sites, peu de chance d’avoir le mal de Mer. L’organisation globale, que ce soit sur le bateau que pour les plongées est excellente, pas facile de faire mieux, on voit que ça roule depuis longtemps (j’ai croisé dans l’avion du retour un moniteur qui travaillait avec eux il y a 10 ans, même organisation à l’époque), ça à l’air cool, et l’ambiance est super décontractée mais on est toujours à l’eau à l’heure… J’ai fait sans soucis les 5 plongées/jour, certain faisait moins, mais avec la faible profondeur (rarement sous 20 mètres) on est très loin des paliers et ça passe tranquille. La fin de la plongée c’est au 50/50 ; retour à 50 bars ou 50 minutes max, on signe en sortant et ils vérifient les paramètres (tout le monde à une console avec un ordi/mano, ils jettent un œil systématiquement à la sortie), si on dérape (pas 2-3 minutes) on est rappelé à l’ordre, si on insiste on vous colle un guide d’office (c’est la théorie, c’est pas arrivé). Coté combi c’est 5 mm shorty pour tout le monde (j’ai rajouté une souris, j’avais un peu froid, la plongée en étanche ça ramollit visiblement). Les plongées, parlons en J. Le profil est globalement toujours le même, le bateau se met dans une anse avec 3 mouillages (fixes, on est dans un parc) qui vont dans 3 directions, après le briefing on part d’un coté ou de l’autre selon le courant. Comme on était plutôt du genre à palmer pour essayer de trouver les requins et les raies sur le sable et que les conditions étaient mauvaises (eau à 26°c mais pluie hélas 2 jours), on a eu du courant à toutes les plongées, c’est bon pour les cuisses mais pour la première fois depuis longtemps j’ai regretté la boussole restée à Marseille… Disons le tout de suite j’ai été globalement déçu par la vie sous-marine, j’en attendais probablement trop, je voulais du gros, de la grosse densité de petits, les plongées ou on sort des étoiles pleins les yeux et la grosse banane, je n’ai pas eu ça mais globalement j’ai quand même bien aimé, simplement il y a mieux moins loin pour nous les français. Pas beaucoup de coraux mous, les autres coraux sont assez blanchit comme on l’a entendu dire ici et la. La faune était quand même globalement au rendez vous, très grande diversité des poissons de récifs, du petit bicolore d’un cm au Napoléon d’un bon mètre (4-5 sur le séjour), on a vu aussi 5-6 tortues et autant de raies aigles, on a bien cherché et on a quand même trouvé une quinzaine de requins en tout (pointe noire/blanche, tous d’une taille moyenne, un bon mètre). Ce que j’ai bien apprécié aussi c’est la possibilité pour tous les niveaux de prendre du plaisir à la carte. Si nous sommes parti en autonomie le plus loin possible du bateau à chaque fois pour avoir plus de chance de voir les requins avant qu’ils ne se sauvent, à chaque plongée il y avait la possibilité de prendre un guide mais aussi les OW pouvaient plonger en autonomie en restant pas trop loin du bateau, le tout en bonne sécurité. J’ai vu plusieurs OW validés le premier/deuxième jour (2 jours à Cairns en piscine/théorie avant de monter sur le bateau) partir en autonomie le reste de la croisière entre amis avec 6 plongées au compteur chacun, pour un moniteur Français formé à la CMAS ça fait bizarre mais tout le monde avait la banane. Pour finir j’ai passé un bon moment avec un excellent rapport qualité prix pour la croisière, manquait pour moi un peu de folie dans les plongées mais je recommande pour les plongeurs qui ne veulent pas de prendre la tête avec l’organisation et les conditions de plongées. Bien sur j’aurai aimé comparer avec les croisières qui vont plus loin (genre Mike Ball) mais cela coute le double, PepeLK, l’a fait cet été, il peut peu être raconter si ça vaut la peine de mettre le double… Renaud
  9. Bonjour, je vais être à Brisbane à la mi-Octobre et je vais en profiter pour monter faire une croisière à partir de Cairns. Il y a de nombreuses options de liveaboard sur le web, mais les conseils sur p.com autour de ce sujet son assez anciens, si vous avez des expériences récentes ou des conseils je suis preneur (en mp si besoin). Il y a t'il des frais important à rajouter au prix (assez élevé) de la croisière? Je suis moniteur nitrox, j'ai plongé dans plusieurs partie du globe et fait quelques croisières (Thailande et Socorro). J'aimerai voir de la diversité mais surtout plutôt du gros si c'est la saison. Merci de vos conseils. Renaud
  10. Les jours de beau temps en hiver bizarrement on est plusieurs à avoir la même idée On n'y voit pas tous la même chose par contre Ce dimanche, arrivé sur le site que j'ai choisi pour que les niveaux présent sur le bateau profitent au mieux des supers conditions du jour, je tombe sur les amis Flo, Mare Nostrum, Pierre et Patricia qui sortent de leur plongée avec la banane (pour les lents du bulbe j'ai aussi plongé sur les Impériaux ce WE), je prends la place sur la bouée (nous bizarrement on avait 13°c, on n'a pas les virgules...) et pendant que les niveaux 3 vont sur l'Impérial du milieu vérifier ce que vient de leur dire Flo et Françoise ("il y a plein de vie aujourd'hui") je pars sur l'impérial de terre (palanquée de niveau 1). Effectivement les N3 verront pleins de vie et rentreront super contents. De mon coté, suite à divers petits soucis, la plongée durera seulement 15 minutes au fond, juste le temps de voir un seul mérou En rentrant au port on voit que les copines Sylvies, qui ont le bateau pas loin de nous à la Poînte Rouge sont sorties. Le soir lors d'un petit échange de mail je leur demande ou elles ont plongé. "On était à l'Impérial du large et tu sais quoi, on a croisé pleins de poissons et un thon! VDM Renaud
  11. Salut, au final, une fois sur place j'ai trouvé un seul club avec qui j'aurai pu plonger. Globalement cela aurait pu le faire mais comme je n'avais pas mon matériel la journée (2 plongées du bord + matériel) coutait 110 $ et l'A/R en Uber pour me rendre au centre encore 60 $, j'ai donc décidé que 170 $ pour 2 plongées du bord cela faisait cher et je n'y suis pas allé. Si j'avais été dans le même coin que le club ou si j'avais eu une voiture j'aurai peu être fait les plongées. J'y retourne cette année aux mêmes dates, je vais essayer d'anticiper pour mieux m'organiser et en profiter (chez eux ou chez d'autres). Plus en MP si tu veux. Renaud
  12. RenaudMars

    Un apéro p.com à Marseille ?

    Pour moi c'est des dates possibles mais plutôt le 25 (le 26 j'ai piscine...). Renaud
  13. Ce matin sur le Grec, 16 à 45 et 22 en surface, beaucoup de vie (et de plongeurs...)
  14. RenaudMars

    Un apéro p.com à Marseille ?

    Si la date colle je viendrai boire un verre. Sur la Pointe Rouge (au hasard, hein les filles), c'est pas les endroits qui manquent pour boire un verre. Vu les conditions actuelles, on peut même, si ça vous dit, faire un apéro ou chacun amène un petit quelque chose sur la plage suivi d'un bain ou d'une plongée du bord. Renaud
  15. L'été dernier, petite plongée avec le némo wide (98eme plongées avec ce jour la) sur la Pierre de Cassis (Marseille), juste au pied de la Pierre, au moment ou s'affiche 51 ou 52 m l'ordi se rempli d'eau et s'eteind... Fin de plongée sur le collègue (j'ai noyé mon petit gris après 20 ans de loyaux service juste après avoir changé la pile... quelques mois avant). Le VP mets le NM au caisson, belle fuite au niveau du capteur de pression, ils avaient jamais vu ça. Mares n'a pas voulu le changer mais m'a fait le nouvel ordi très peu cher, du coup j'ai racheté le même (seulement 50 plongées, toujours Ok bien sur). je n'avais pas encore changé la pile, donc cela n'avait rien à voir avec ça.
×
×
  • Créer...