Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

jean.n

Membres
  • Compteur de contenus

    73
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

11 Good

À propos de jean.n

  • Rang
    Rang du forum : Tortue verte

Informations personnelles

  • Localisation
    La ou on m'invite
  • Profession
    Curieux

La Plongée

  • Professionnel de la plongée
    Non
  1. Pas sur que ce soit nécessaire, ni pratique sur le long terme d'ailleurs (tenir une pension c'est un job à plein temps). En Polynésie l'offre d'hébergement dans les pensions de famille me semble largement suffisante, notamment sur Morea. Beaucoup de centre essaient de négocier des accords avec les structures existantes, mais leurs marge de manoeuvre est réduite car la demande est là, et la vie est chère en Polynésie. Donc avoir quantité d'offres ne veut pas forcément dire que c'est bon marché ... Il faut bien voir que la destination étant assez onéreuse, il est un fait que les gens qui font le voyage bénéficient d'un revenu global plus élevé que la moyenne !!
  2. Bonjour, je vois que tu suis de près l'évolution de la règlementation Polynésienne ... sais-tu si l'arrêté fixant la liste des diplômes admis est paru ? Je ne l'ai pas encore vu en ligne. Petite question, es-tu Polynésien d'origine ? Je me pose la question car tu affiche ceci sur ton site LA CREATION D’ UN CENTRE DE PLONGEE POUR ET PAR LES POLYNESIENS Dans ton projet, je discerne mal en quoi il diffère d'un projet "classique" d'ouverture d'un club commercial. - Les remises évoquées sont du même ordre que les réductions déjà consenties par les professionnels en place. - Tu ne fais mention d'aucune spécificité capable de drainer un public particulier (trimix, recycleur, formation photo ... le Nitrox ça compte pas ça existe déjà un peu partout) - La volonté de n'employer que du personnel Polynésien est louable, cependant dans un premier temps elle risque d'être difficile à mettre en oeuvre, tout simplement par manque de personnes possédant les qualifications requises (comme ton texte le souligne, il n'y a que très peu de Polynésiens actuellement détenteurs des diplômes dans la filière), et les premières promotions du nouveau diplôme envisagé ne sont pas encore sur le marché je crois (en fait, il semblerait que les textes concernant ce nouveau diplôme ne soient pas encore parus). Dans un premier temps, cela risque quand même de mettre à mal la faisabilité de ta promesse ferme de n'engager qu'eux. Pour mémoire, il existe déjà depuis plusieurs année un titre de "Guide de Plongée Polynésien", qui permet à son titulaire d'être employé par un centre de plongée, un petit peu dans l'esprit du Divemaster. Le petit nombre de titulaires formés en plus de 5 ans d'existence ne semble pas très rassurant sur l'abondance de cette ressource rapporté à l'étendue du Territoire. A titre d'exemple, voici ce que déclare le ministère du Tourisme sur la plongée en Polynésie. Aujourd’hui, la plongée en Polynésie, cela représente 120 000 plongées de loisir touristique par an. Cela concerne seulement 18% des touristes — c’est déjà beaucoup, mais cela pourrait être bien davantage — et cela représente en équivalent temps plein — puisque l’on est peu sur des postes d’emplois salariés — à peu près 150 emplois. Là-aussi, pour vous donner une idée, aujourd’hui, on a 66 centres de plongée en activité sur 17 îles différentes. 94 % de l’activité est prise en charge par des guides professionnels de plongée et 6 % de l’activité concerne de la formation et de l’enseignement. Sur l’ensemble des plongées, 77 % sont des touristes, 23 % des résidents et 2/3 des plongeurs en activité sont détenteurs de brevets internationaux et 1/3 de brevets nationaux. Précision de la DJS En termes de brevet d’État (BES1, BES2 ou BES3), il y a entre 220 et 230 moniteurs d’État actifs. Sur ces 230 moniteurs, il y a 3 polynésiens qui sont formés. Aucun d’entre eux ne possède le BES3 et le BES2. Les trois polynésiens qui sont formés au brevet d’État sont 3 BES1. C’est le premier niveau du diplôme d’État. Pour les guides de plongée, c’est un diplôme polynésien. On a fait quatre sessions de guide de plongée polynésien depuis son existence et on a 30 Polynésiens qui sont formés à ce jour. D'une façon plus générale, et afin de rassurer tes investisseurs, peux_tu expliquer comment tu vas t'inscrire dans le paysage économique local ? Car des clubs de plongées, sur Morea, il en existe déjà quelques uns !!! Bien implanté localement, sur des zones propices à l'activité, au plus près des grands hôtels qui drainent la une bonne partie des touristes étrangers, ils captent déjà la quasi-totalité des plongeurs présents. A ma connaissance, bien peu de clients (voir aucuns) sont restés à terre par manque de place dans les structures existantes. En quoi ton offre diffère-t'elle des leurs, et permet donc d'envisager une implantation réussie en attirant (et en fidélisant) une clientèle qui pour l'instant ne trouverait pas chaussure à son pied dans les centres existants ? Au passage, dans tes projets, n'oublie pas de prendre en compte la concurrence à venir, je pense que d'autres moniteurs PADI/RSTC pourraient vouloir profiter des opportunités de la nouvelle règlementation !!! Notamment les polynésiens formés dans les filières PADI/SSI qui travaillent actuellement à l'étranger (Australie par exemple), et qui pourrait avoir envie de revenir chez eux. Sans compter que dans les propositions originelle de l'arrêté, les propositions d'équivalences pour le GPS Polynésien ne s'arrêtaient pas au monde RSTC, il était même question d'ouvrir la possibilité aux MF1 et MF2, et donc de pouvoir exercer contre rémunération .. et il en existe un paquet déjà sur place, (bien peu d'origine Polynésienne par contre).
  3. Pas d'image, mais en modèle à tourelle chez Spiro, je ne connais personnellement que le PIONEER qui est un détendeur à piston compensé, à peu près de la meme époque que le Supra, déjà cité, avec lequel il est souvent confondu dans les petites annonces.
  4. Très jolies photos, j'aime bien le couple "congre et murène" La visi avait l'air pas mal. Petite question : je vois que vos tuyaux remontent super haut au dessus de la tête, c'est pas gênant lorsque tu tourne la tête à droite et gauche ? Tout les recycleurs font pareil ? (J'y connais rien donc merci aux expert de pas taper trop fort)
  5. tu as aussi la possibilité de payer un supplément de poids pour ton sac, qui te permettra d'atteindre 32kg dans un bagage unique. Il coûte 70 euros, ce qui représente à peu près le prix d'achat d'un sac de bonne qualité. Par rapport au prix d'enregistrement d'un second sac, tu épargnes 30 euros. http://fr.airtahitinui.com/bagages-en-soute.html Comme le dit Julien, attention aux franchises bagages qui ne sont pas très élevés en voyages inter-iles. Acheter le supplément en même temps que le Pass Inter-iles t'évitera quelques discussions lors des enregistrements. Félicitations pour ton blog, je l'avais parcouru il y a déjà quelques temps, alors que je cherchais justement des infos sur les sacs de voyage
  6. Exact, sur ce coup ils n'ont pas eu de soucis, car emmenés là-bas gentiment par une connaissance d'une connaissance métropolitaine. Le stop marchait pas mal il y a quelques années, je ne sais pas maintenant. Pris en stop à Morea il y a quelques années, le conducteur n'a pas hésité à parcourir une dizaine de kilomètre de plus après sa maison pour nous poser à destination, avec le sourire et en chansons (il y avait des potes à lui avec un Ukulele dans la caisse du pickup).
  7. Bon je suis pas local, mais puisque tu veux des avis Si tu fais le tour de l'ile, profites-en pour faire une ballade au Jardin d'eau de Vaipahi, sur la côte Ouest en direction de Taravao. Plusieurs promenades sont possibles, la plus longue doit faire deux heures (même si on passe toutes les journées en tong, une paire de basket dans le coffre peut s'avérer utile à ce moment). Pour le déjeuner, quelques kilomètres plus loin, tu peux t'arrêter au resto "Terre et Mer" (anciennement "Baie Phaeton" à Taravao). Belle vue sur la mer, plats très corrects, MAIS un service parfois longuet (ça c'est quand même assez courant dans beaucoup de restos). De là tu peux aller faire un tour sur la presqu'ile selon le côté qui a ta préférence (soit Tautira d'un côté, soit Vairao et Teahupoo de l'autre, sans oublier le plateau). Au retour tu passeras par la côte est, avec un arrêt au trou du souffleur. La nuit tombant vite sur place, tu risques d'être un peu juste en temps pour faire la ballade des 3 cascades, la première n'étant qu'à 3 minutes du parking, autant y passer quand même. Si tu veux faire une ballade et prévoir un en-cas acheté dans une roulotte ou un snack : un "casse-croute" c'est un sandwich dans de la baguette, un "sandwich" c'est dans du pain de mie (type SNCF, mais en frais). Tu trouveras des snacks et des roulottes partout. Pour les autres commerces attention aux horaires, la plupart des magasins sont fermés le WE, et ferment en semaine à 17h30. Seule exception, les grands surfaces de Papeete, qui sont ouvertes 7 jours sur 7 typiquement de 6h à 20h ou 8h à 21h, et à Punauia une superette ouverte 24/24 (ça peut dépanner). Pour une restauration "à emporter" à Tahiti, dans chaque supermarché, et dans la plupart des boulangerie, tu trouveras des plats (le plus souvent asiatiques) à emporter, en barquette. Beaucoup de restaurants asiatiques et toutes les roulottes proposent également ce service. Dans les marchés, au bord de la route, possibilité de trouver à acheter des ananas locaux, des mangues, des melons ... La rando de l'Aoraï est très belle, quand même relativement physique, mais le coup d'oeil au lever du soleil puis sur la suite du parcours mérite bien une ou deux petites courbatures. Même si le temps est beau en bord de mer, sur les sommets un coupe vent te sera utile lors des haltes, il y a régulièrement de la brume et la température est moins "tropicale". La sortie aux Lavatubes (à faire avec un guide) te prendra une bonne partie de la journée, avec de la route, donc ne prévois pas un truc trop juste en horaire derrière. Si tu as encore de l'énergie après, tu peux toujours faire la ballade complète des 3 cascades, c'est sur la route de retour à Papeete. En ballade "relativement" courte tu peux aller sur le plateau des orangers (de 1 à 3 heures de marche aller selon ton niveau). De mémoire ça commence par un très beau dénivelé de 500 ou 600m. Se renseigner avant à l'office du tourisme, je crois qu'il faut acquitter un droit pour y aller. Le chemin est bien marqué au sol, et contrairement à beaucoup de ballades locales, tu ne risques pas de te perdre. Tu peux monter l'après midi, passer la nuit sur place, (il y a un grand refuge) et redescendre le lendemain, mais ça fais un peu lourd en organisation si tu ne passes que trois jours. Pour les ballades en dehors de la ville, un anti moustique peut servir, certains endroits étant plutôt abondamment fournis (plateau des orangers par exemple, ou diverses ballades en forêt). Pour les restos sur Tahiti, mes infos datent un peu. J'ai communiqué les adresses suivantes à des amis qui sont passés cet été en Polynésie, ils ont été satisfaits : à Arue, le Dahlia (resto asiatique, si tu aimes le poisson salé, la cassolette d'aubergine et poisson salé est pour toi (attention, il est VRAIMENT salé)), à Pirae, le Royal Tahitien, cadre plus atypique (ou un peu désuet, selon les goûts), les roulottes de la place Vaiete : "Chez Mamy" il y en a d'autres, j'en ai fréquenté plusieurs, la plupart se valent je ne te parle que de celle dont je me souviens du nom. La plupart des établissements sont référencés sur ce site : http://www.restoroulotte.com/sitio/principal.aspx Pour boire un coup en regardant un coucher de soleil sur Morea, soit tu te rends au bar d'un grand hôtel, soit un des bars de la Marina Taina à Punauia. Je vois que tu loue un véhicule, cet été mes amis sont passés par Tahiti Auto Center à Paea, d'après eux un des moins cher du territoire. Les plongeurs "locaux" du forum voudront bien corriger mes éventuelles erreurs, comme je l'ai dit certaines de mes infos datent un peu Bon voyage et belles plongées
  8. Dans les autres marques je ne sais pas, mais une Casio marquée 200m est très largement suffisante pour des plongées classiques (testé depuis longtemps sur la mienne, une Casio classique à aiguilles, même pas une G-Shock) ou même pour les trimixeux qui jouent bien plus bas (zone des 100). Bien sur, le fabriquant recommande de ne pas jouer avec les boutons au fond. Après si on aime le bel objet, il existe de magnifiques montres de plongée, dont beaucoup affichent une étanchéité à 1000m et parfois plus (bien trop profond pour que j'aille vérifier par moi-même). Le prix est bien entendu en relation avec les caractéristiques de l'objet ...
  9. Tu tricherais pas un peu sur les conditions de plongée par hasard ... ou alors je me goure et Bora Bora c'est un bout de caillou à côté de belle-ile Félicitations au plongeurs "caleçonné", fallait le faire
  10. Ca je n'en sais rien, je ne suis pas moniteur. Par contre j'ai deux premiers étages, et je savais le faire même lorsque je n'en avais qu'un ... et un voisin pour me filer un octopus:) Je ne décapelle pas pour fermer mes robinets, et ce n'est pas non plus la manoeuvre très bien décrite plus haut dans le fil. Je ne vois pas ce qui interdit à quelqu'un avec un peu d'expérience de savoir réaliser des actions qui ne sont pas formellement reprises dans un cursus de formation. A une époque, certains moniteurs faisaient réaliser cette action lors des exercices "d'aisances". C'est moins glamour que de faire des anneau de bulles dans l'eau, ou des pirouettes juste avec les mains, mais peut-être un peu plus utile de mon point de vue. Là on s'éloigne du sujet, désolé d'égratigner un mythe, mais certains plongent seuls, et ne s'en sortent pas si mal. Et même quand ce n'est pas le cas, le binôme n'est pas toujours si prêt que ça dans des plongées type "autonomes" (et même dans les autres d'ailleurs). Pour moi, la notion de "plongeurs autonome" devrait quand même regrouper un certain nombre de savoir-faire comme celui-ci.
  11. Je poste rarement sur le fil "débutant", n'étant pas formateur, mais là ça m'interpelle : - si je peux comprendre qu'un N1 débutant, avec très peu de plongées à son actif ne maitrise pas la manœuvre des robinets en plongée, autant j'étais persuadé qu'à partir du moment ou il prenait de l'expérience (donc bien avant de passer un N2 ou un "Deep") ça faisait partie des choses qu'il savait faire, sans avoir besoin de "formation" * pour ça. Surtout s'il veut prétendre à l'autonomie, et ce quelque soit la zone de profondeur ou l'école de formation. * Bien sur il faut au moins une fois lui faire une démonstration.
  12. Même résultat je dirais. Déjà il te faudra trouver quelqu'un qui a plongé avec le Petrel. Vu qu'il vient seulement d'être annoncé/présenté, il n'y a pas encore grand monde qui peut te répondre. Ensuite il suffit de le regarder : après une lecture (rapide, je le concède) du peu d'informations disponibles sur le net, j'en déduit que c'est un Predator Stand Alone, dans un boitier plus petit (c'est pas un mal), avec des batteries que tu peux changer toi même (ce qui est un critère intéressant pour beaucoup). La possibilité de mettre un soft RGBM est intéressante également pour les adeptes de ce mode de déco. Bref je serais pas étonné de voir les versions SA du Predator disparaitre rapidement du catalogue. Vu la ligne de produit de Shearwater, il est fort possible que Le Petrel intègre un jour une connectique pour les cellules des recycleur, et mette ainsi définitivement en retraite le Predator.
  13. jean.n

    [CR] Chuuk... et ses epaves

    Merci pour ce compte rendu, et ces images pas si ratés que ça je trouve (en tout cas supérieures à celles que je suis capable de réaliser). Il y a déjà longtemps j'avais pu acquérir un bouquin comprenant pas mal de photos des épaves. A l'époque on connaissait l'ile sous le nom de "Atoll de Truck". Un reportage était passé dans l'émission Thalassa il y a quelques années, qui montrait déjà la dégradation inexorable des épaves. Au delà de l'action du temps et de la nature, il faut aussi ne pas oublier les "récupérations" de vestiges divers sur les épaves par la population, notamment les pêcheurs qui se servaient des explosifs récupérés pour pêcher. Le reportage mentionnait également une tentative d'enrayer la dégradation de ces épaves, sous la forme 'eco-projet' animé par un australien je crois.
  14. Le long du bloc ou à la ceinture ou sur un anneau,le tout avec le même montage : sur le canister, tu fixe un bout de sangle le long du canister avec deux gros colliers électricien (ou 4 si tu veux jouer la sécurité), tu peux aussi utiliser des serflex. Tu fais passer la sangle du bloc dans le passant formé sur le canister. En fait tu copie honteusement ça : Ca fonctionne très bien. En montant également les anneaux et mousquetons, tu as le choix de l'attacher sur un anneau de ta stab ou sur la sangle du bloc, ou à la ceinture de la stab si tu change pour un modèle le permettant. Quand j'utilisais ce montage pour fixer le canister sur le bloc, je n'avais pas mis la ferraille, trouvant que ça faisais du bruit pour rien
  15. Marrant que le revendeur ne mette pas en avant que ce second étage est réversible .... tu est sur de toi sur cette affirmation ? A l'oeil, il ressemble bien à un G250, qui n'est pas réversible.
×
×
  • Créer...