Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

jportemer

Membres
  • Compteur de contenus

    38
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Pays

    France
link1
link2
link3

jportemer a gagné pour la dernière fois le 19 mars 2019

jportemer a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

11 Good

À propos de jportemer

  • Rang
    Rang du forum : Poisson perroquet
  • Date de naissance 01/02/1992

Informations personnelles

  • Localisation
    Pression ambiante 1 bar (voire un peu moins)
  • Profession
    Géomaticien

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM
  • Niveau en plongée
    3
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. jportemer

    PE20 en piscine

    Hello, Pour passage N2 -> PA40 à priori planification de la plongée à 40m (situation où le moniteur joue un autonome) la remontée assistée à 40m et les nouvelles épreuves physiques du N3 : apnée 5m profondeur 15m horizontal et capelé 300m. Note : je ne parle que de la chapelle FFESSM. C'est dans le MFT qui rassemble PA40/PE60/N3 : https://mft.ffessm.fr/c3a43e2b-3926-4905-95e7-34ff1702316b + Rappels théoriques mais à priori tout a été vu dans le N2/PE40, peut-être une information plus poussée sur la gestion de l'ordi. Pour le PA12, je n'ai pas regardé dans le détail mais à priori le volet autonomie et l'assistance https://mft.ffessm.fr/6505f49d-bceb-4988-b792-3bbaaa61320b
  2. Merci bardass pour ton éclairage. Donc c'est comme au départ : une histoire de pouvoir et de gros sous... J'aurais du m'en douter ^^ Comme quoi ploutocratie et création de standards pour les plongeurs ne font pas bon ménage Pour remettre deux sous dans le bouzin, hors de ces considérations de batailles de chiffonniers fédérales, je me demande si le CMAS 2* et le CMAS 3* (et le vide entre les deux que certains pourraient reprocher) ne sont pas des réminiscences du 1er et 2ème échelon, à l'époque où le N3 n'existait pas
  3. Hello ! Je me permets ce déterrage de post car j'ai trouvé des éléments de réponse à mon post initial par hasard en cherchant autre chose. En plus de la RUF qui est CMAS, la Russie comporte 2 fédérations qui sont membres du CEDIP : LDPI et CDRUS (http://www.cedip.org/contacts ; survoler la Russie sur la carte) Pour la LDPI, pas trouvé plus d'info mais le CDRUS, j'ai trouvé cette page (en langue locale uniquement...) : http://www.geogr.msu.ru/student/p_plav/standart_CDRUS.php Cette page détaille les niveaux définis par cette fédération, du Diver 1* à 4*. À grands coups de Google Trad' je crois avoir compris en résumé que les niveaux sont des équivalents des niveaux français (modulo quelques détails que je n'ai pas compris, comme le courant) : 1* : encadré 20m par un 4* ou supérieur <=> niveau 1 2* : autonome 20m avec 2* ou supérieur, encadré 40m par 4* ou supérieur <=> niveau 2 3* : autonome jusqu'à 40/60m (limite en fonction de considérations médicales) avec 3* ou supérieur <=> niveau 3 4* : GP 20m pour 1*, 40m pour 2* ou plus + préro 3* <=> niveau 4 Je suppose que ces niveaux sont calqués sur ceux de l'ANMP qui a fondé le CEDIP si je ne dis pas de c******es, ce qui pourrait expliquer la similitude. Bref, en conclusion, pour ce pan de la plongée là-bas, la limite semble être de 60m comme en France.
  4. Bonjour à tous ! J'ai pu lire d'après des "anciens" posts, autour de 2013 - 2014 (voir ici et ici), que le N3 FFESSM (+ FSGT pour ne citer qu'elle) avait "perdu" l'équivalence CMAS 3* (perdu entre gros guillemets car cette équivalence me semble pour le moins fumeuse [pas taper : ce n'est qu'un avis personnel...] : un N3 reconnu comme ayant des prérogatives de GP à l'étranger !? ). Or, la carte de N3 que j'ai reçue en 2019 suite à mon passage de niveau est double face CMAS 3*. Marquée "Autonomous diver to 60 m" et pas dive leader mais CMAS 3* quand même... J'en déduis donc (thanks Cap'tain Obvious!) que cette équivalence est de nouveau d'actualité. Si je n'avais pas été curieux sur ce genre de considérations (qui somme toute ne m'empêchent aucunement de plonger ^^), je n'aurais même pas été au courant que cette équivalence avait été suspendue pendant un temps. Qui donc pourrait m'éclairer sur : La date où cette équivalence a été rétablie / la FFESSM (+ la FSGT) a recommencé à délivrer des cartes double-face / "la FFESSM et la CMAS se sont rabibochés" Les raisons de ce revirement dont la négation semblait quand même largement motivée ? Bonnes bulles !
  5. Content que ça se résolve ainsi Tout le meilleur pour la suite de ta formation N2
  6. Un autre aspect du problème qui m'inquiète un peu, c'est cette phrase dans le MFT de la FFESSM : http://ffessm-ctr-aura.fr/wp-content/uploads/2019/02/07-N2-PA20-PE40.pdf Bref, à la fin de ta formation, tu peux avoir le PE40 (ANMP) et le PA20 (FFESSM), mais pas le N2 (#NœudsAuCerveau), ce qui peut limiter la reconnaissance de ton niveau. Ce n'est pas rationnel du tout je te l'accorde, mais certains DP pourront être rassuré par une "vraie" carte de niveau plutôt que par des "PE/PA machins trucs". Mais j'espère que ce genre de personnes représentent une minorité. Il faudrait donc que ton futur formateur soit OK pour valider un PE40 FFESSM sur la base de la formation ANMP que tu as reçue (c'est la partie compliquée) + ton PA20 que tu vas effectuer. Si ton formateur n'a pas cette intelligence, il peut effectivement exiger que tu refasses les exercices du PA40 Ou alors l'autre solution radicale serait de passer ton PA20 en structure ANMP afin d'obtenir un niveau 2 ANMP, et là, pas de problème car les niveaux sont équivalents.
  7. Bonjour, En attendant que les habitués du forum apportent des réponses plus précises que moi Tout d'abord, corrige-moi si je me trompe mais je pense que tu fais référence à l'ANMP (un seul P) : l'Association Nationale des Moniteurs de Plongée. https://www.anmp-plongee.com/ Du coup, point par point : L'organisme qui t'a formé délivre les cartes correspondantes. En l'occurrence l'ANMP. Ta carte doit donc avoir une face avec leur blason. Comme ce n'est pas la FFESSM c'est logique que tu ne retrouves pas le niveau dans ton espace licencié. L'ANMP est une association de plongée au même titre de la FFESSM. Elle gère ses propres cursus mais qui sont d'un point de vue extérieur similaires en terme de contenu et de prérogatives. Elle est habilitée à délivrer des diplômes et des cartes qui sont tout aussi valides que ceux de la FFESSM et reconnaissent ainsi ton niveau et tes aptitudes (PE40 en l'occurence). Cette reconnaissance est garantie par le Code du Sport. Aucun souci donc pour aller plonger avec ta carte : le DP connait. De la même manière tu t'adresses à l'organisme qui t'a délivré ton N1. Si ce n'est pas la FFESSM c'est peut-être l'ANMP, la FSGT, la SNMP... Pour retrouver cette info. tu peux aller sur le site web du centre qui t'a délivré ton N1 pour voir à qui ils sont affiliés ou regarder les tampons dans ton carnet de plongée. En espérant que ma réponse t'éclaire un peu Bonnes bulles ! Jean
  8. Hello Cyril, Si tu n'as pas trouvé ta réponse depuis, je pense que tu peux aller jeter un œil à cette carte : https://ffessm.fr/clubs-de-plongee Si j'ai bien compris les conditions du pass, tout club de la liste (associatif ou commercial) peut donc l'accueillir. Méditerranée, lac du Bourget, d'Annecy ou Léman pour ne citer que ça... bref, tu n'as que l'embarras du choix ! Sinon, deux clubs que je connais dans tes critères : Marseille : Atoll Plongée. J'y ai fait mon baptême et des explos avec mon club. Super content à chaque fois. De la place pour s'équiper (grand local et dans la cour du club) et peu de portage car le matos est embarqué par camion pour le (court) trajet vers la pointe rouge. https://www.atollplongee.com/ Aix-les-Bains, lac du Bourget : CPALB. J'y ai refait un baptême à l'époque après une pause plongée de 10 ans (je ne retrouvais pas ma carte niveau 1 ). Nickel rien à dire. https://www.cpalb.fr/ Bonnes bulles !
  9. Oui, enfin, je ne pratique pour le moment pas assez régulièrement la plongée pour justifier pour le moment l'achat/l'utilisation d'une voiture Mais quand l'inverse se produira, nécessités de la vie obligent, je ne dirai pas non
  10. Grenoble. Euh... Quand on dit palier à 6 mètres, ça ne veut pas dire que 6 mètres est la profondeur plafond ? Du coup, je croyais que c'était incompatible avec l'O2 vu que sa MOD est de 6 mètres (Mais bon, palier à 6 mètres, pour le moment ça ne m'est arrivé qu'une seule fois : 1 mn ) Oui, je me doutais un peu... Mais je voulais avoir une confirmation. Et effectivement dans la démarche tech de l'apprivoisement de sa config' perso (pas plus d'une inconnue à la fois), ça semblait compliqué. À réfléchir donc ! Merci pour les différentes manières d'utiliser le bi. Par curiosité, quelle est l'approche la plus utilisée selon toi ? (j'imagine qu'il doit y avoir beaucoup de débats là-dessus dans le forum tech )
  11. Merci à tous pour vos retours Ça m'aide beaucoup. Pour résumer l'approche partagée par la plupart (n'hésitez pas à me corriger) : Le rôle de la déco est d'augmenter la sûreté ; du "bonus". Pas pour augmenter le temps fond. Trop de possibilités que ça parte en vrille même si les probabilités individuelles sont faibles. Si on planifie "à la bardass", il n'y a donc pas lieu de chercher à adapter la méthode : on planifie à l'air comme si on n'avait pas de déco. Au pire l'air en réserve peut servir à "vadrouiller" à faible profondeur et éventuellement adapter avec l'expérience, le site... Possibilité de préparer ses run-times, approche plus tech, pour les plongées les plus engagées. Si on veut augmenter le temps fond, on augmente la quantité de gaz fond, d'où l'intérêt de passer au bi 2 x 10 par exemple (voire au CCR pour ceux qui en ont les moyens ). Comme j'ai passé le Nx confirmé avant tout pour augmenter ma sécurité ces principes dictés par la sagesse de l'expérience me vont bien <HS> (j'ouvrirai un autre fil si besoin) Depuis un moment je me dis que justement j'aimerais bien tester la plongée en bi-bouteilles. Mais comme je suis de "l'intérieur" et que je vadrouille pas mal sans voiture je loue la plupart de mon matos sur place (sauf combi, ordi, lampe). Du coup pour le moment j'avoue que ça me freine un peu... Ça se fait couramment dans les centres de louer wing et bi ? Est-ce qu'il y a des formations spécifiques pour l'apprentissage de la plongée en bi-bouteilles ou bien ça s'inscrit toujours dans une formation tech, type extended range TDI/IANTD par exemple ? (Tu me diras, ça peut aussi être une occasion de s'y mettre... Même si je ne pense pas aller jusqu'au Trimix.) </HS>
  12. Merci pour vos retours ! OK si on veut l'utiliser simplement pour augmenter sa sécu. Mais il y a aussi l'approche de l'utilisation pour augmenter son temps fond, non ? (si tout le monde est équipé, ça va de soi) En tout cas, ça faisait des possibilités abordées durant la formation (même temps de palier mais temps fond rallongé). OSTC réglé avec des GF 80/80. Gaz de la pony rajouté en temps que gaz déco. Je ne suis pas rentré dans les détails pour ne pas alourdir mon premier post, c'est pour ça que j'ai considéré que la déco permettait de faire les paliers quel qu’ils soient. Mais j'ai conscience qu'il manque quelque chose. Je dirais comme pour ta méthode originale convenir également d'une DTR max (compatible avec ce que dit le DP) qu'on s'autorise qui est également une condition de décollage. Non bien sûr ! On part dès qu'une des deux conditions est rencontrée. Du coup, 1 se produira avant 2 C'est plus clair ?
  13. Bonjour à tous (En écrivant je me rends compte que je suis en train de pondre un pavé... si vous voulez aller directement à la question c'est en paragraphe 5 ) Cela fait un moment que je n'avais pas posté sur le forum, du coup, je vais présenter un peu plus afin de mettre en relief la question que je me pose. J'ai une centaine de plongées au compteur et "jeune" plongeur N3 (dans le sens où je ne le suis que depuis l'été dernier) ; je n'ai donc pas eu l'occasion de plonger beaucoup dans ces nouvelles prérogatives (et à ces occasions jamais très profond ; jamais dépassé les 35 mètres passé le stage final. Je pense de toute façon que mes occasions de pratique étaient pour le moment trop disparates pour gagner une accoutumance à la profondeur. Breeeeeef...). Durant ma formation associative N2 puis N3, sans remettre en cause la qualité indéniable du contenu et de la pédagogie de mes moniteurs, je restais sur ma faim sur la question de la planification notamment au regard de l'autonomie en air. Certes nous avons fait des exercices sur les tables ainsi que les calculs pratiques à la sauce Mariotte pour la conso à telle profondeur. Mais dans la pratique, jusqu'au stage final, les principes qui nous étaient donnés me semblaient "light" ; en caricaturant : "Depuis X mètres tu remontes en général quand ton binôme ou toi atteint Y bars ; tu auras normalement assez pour faire tes paliers. Sauf si le DP te donne une consigne plus précise, dans ce cas tu la suis.". Bref, cela me semblait un peu trop pifométrique, pas assez argumenté (alors que tout le reste l'était) et surtout pas du tout personnalisé en fonction du profil de plongeur et de sa conso. D'où deux questions qui me sont venues à l'esprit assez vite en pratique : Comment personnaliser le plan de la plongée connaissant ma consommation équivalent surface (calculée sur PC à l'aide de l'historique de profils déchargés depuis l'ordi, des pressions notées sur mon carnet de plongée ainsi que le volume de la bouteille) et celle de mon binôme ? La crainte : mon mano m'indique 110 bars, je suis à 40 m, j'ai tant de palier à faire. Euh... je dois remonter tout de suite ou j'ai encore du temps devant moi ? Bref, j'ai pris conscience que j'avais encore à apprendre si je voulais vraiment maîtriser mes plongées. J'ai regretté de ne pas avoir posé ce genre de questions durant mon stage final, j'avoue que dans le "feu de l'action" je n'y avais juste pas vraiment pensé... Il fallait donc dorénavant que je cherche les renseignements par moi-même afin de sécuriser ma pratique. C'est alors en parcourant ce forum que je suis tombé sur le thread de @bardass qui propose une méthode pour planifier une plongée basée sur la DTR et la connaissance de la conso personnelle : https://www.plongeur.com/forums/topic/59799-méthode-de-planification-de-plongée-loisir-à-lair Je voulais donc en profiter pour te remercier au passage Laurent, pour cette méthodo qui m'a remis les idées au clair et que j'applique maintenant à toutes mes plongées. Méthodo que j'ai pu passer au crible de mon sens critique et que j'accepte de part ses arguments objectifs (il me semble en effet important de d'abord se convaincre de la solidité d'un enseignement, d'une méthodologie, avant de l'appliquer soi-même, mais cela n'engage que moi ). Maintenant, j'ai passé mon Nitrox confirmé. La méthode de @bardass fonctionne déjà à l'air et au Nx fond, mais comment l'adapter quand on embarque une pony de gaz supplémentaire, Nx ou O2 ? En y réfléchissant j'ai envie de répondre ceci, mais j'aimerais bien avoir votre avis : Je pars du principe que j'ai assez de gaz déco pour assurer mes paliers (bien sûr, il faut s'en assurer en pratique , pony pleine par exemple) ; CONDITION DE PRESSION : On décolle du fond lorsque mon binôme ou moi atteint la pression donnée par le calcul sans paliers (DTR = Pabs : 4 mn à 30 mètres, 5 mn depuis 40, 6 mn depuis 50...). Sauf si bien sûr on décide d'une condition plus contraignante lors du briefing (suite consigne DP par exemple) ; OU CONDITION DE PALIER : On décolle dès que l'ordi commence à afficher un palier (d'une minute) à une profondeur inférieure ou égale au MOD de la déco. Par exemple, 1' de palier à 6m alors que la déco est à l'O2 (MOD 6 m si on se cale à 1,6 bar de pp max en décompression). Arguments pour cet "embryon" de méthodo : De cette manière, nous nous assurons d'avoir au moins la pression de réserve lorsque nous arrivons aux paliers et que nous "switchons" de gaz, avec une petite marge vu que je considère le trajet jusqu'à la surface alors qu'on change au palier. En cas de pépin (perte de déco par exemple), nous sommes proches de la surface avec au moins 50 bars de gaz fond chacun pour demander une éventuelle assistance depuis la surface ou faire nos paliers en mode dégradé, si c'est possible. Dans tous les cas, on a de la marge pour anticiper. La dernière condition sur la profondeur du palier (je ne pense pas qu'elle se produise beaucoup en plongée loisir pour des couples temps/profondeur raisonnables) permet de s'assurer qu'on fera dans le pire des cas 1 minute de palier avec le gaz fond, et comme la condition de pression est respectée par ailleurs, il nous restera bien la pression de réserve voulue au moment du "switch". Est-ce que ces principes de départ vous paraissent raisonnables ou est-ce que d'après vous il faudrait modifier certaines choses ? Ou alors, tout ça vous semble hors de propos car par expérience vous avez d'autres manières de faire fiables et éprouvées ? "La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien." : Je n'ai pas encore d'expérience pour l'utilisation de la déco depuis ma formation. Je n'ai donc pas la prétention d'arriver avec mes grands sabots à proposer la-méthode-à-laquelle-personne-n-aurait-pensé-jusque-là. Mais d'un autre côté, dans la continuité de ce que j'ai pu dire au début, il me paraît nécessaire de me poser ce genre de questions justement pour pouvoir planifier et gérer le briefing correctement dès la première plongée (même si pour cette reprise elle bien sûr sera peu profonde, et avec un binôme de confiance). Merci de m'avoir lu jusqu'ici en tout cas !
  14. Bonjour, Le cro-magnon désignait déjà un homo sapiens. My two cents...
  15. Bonjour à tous J'ai un OSTC 3. Pour le moment, je l'alimente avec des piles alcalines de base 1.5V. Mais en 8 plongées la pile est à changer ^^ (pour le moment, plongées de type loisir < 40 m la plupart du temps). J'ai cru comprendre qu'il valait mieux utiliser des piles Li-on, peut-être 3.6V. Exemple : https://www.innodive.com/store/accessoires-46/pile-saft-ls-14500-599.html Qu'est ce que vous utilisez de votre côté ? Pile ou batterie ? Quelle marque ? Quelle durée de vie ? Merci pour votre aide
×
×
  • Créer...