Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

jportemer

Membres
  • Compteur de contenus

    31
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Pays

    France
link1
link2
link3

jportemer a gagné pour la dernière fois le 19 mars 2019

jportemer a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

9 Neutral

À propos de jportemer

Informations personnelles

  • Localisation
    Pression ambiante 1 bar (voire un peu moins)
  • Profession
    Géomaticien

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM
  • Niveau en plongée
    3
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Hello Cyril, Si tu n'as pas trouvé ta réponse depuis, je pense que tu peux aller jeter un œil à cette carte : https://ffessm.fr/clubs-de-plongee Si j'ai bien compris les conditions du pass, tout club de la liste (associatif ou commercial) peut donc l'accueillir. Méditerranée, lac du Bourget, d'Annecy ou Léman pour ne citer que ça... bref, tu n'as que l'embarras du choix ! Sinon, deux clubs que je connais dans tes critères : Marseille : Atoll Plongée. J'y ai fait mon baptême et des explos avec mon club. Super content à chaque fois. De la place pour s'équiper (grand local et dans la cour du club) et peu de portage car le matos est embarqué par camion pour le (court) trajet vers la pointe rouge. https://www.atollplongee.com/ Aix-les-Bains, lac du Bourget : CPALB. J'y ai refait un baptême à l'époque après une pause plongée de 10 ans (je ne retrouvais pas ma carte niveau 1 ). Nickel rien à dire. https://www.cpalb.fr/ Bonnes bulles !
  2. Oui, enfin, je ne pratique pour le moment pas assez régulièrement la plongée pour justifier pour le moment l'achat/l'utilisation d'une voiture Mais quand l'inverse se produira, nécessités de la vie obligent, je ne dirai pas non
  3. Grenoble. Euh... Quand on dit palier à 6 mètres, ça ne veut pas dire que 6 mètres est la profondeur plafond ? Du coup, je croyais que c'était incompatible avec l'O2 vu que sa MOD est de 6 mètres (Mais bon, palier à 6 mètres, pour le moment ça ne m'est arrivé qu'une seule fois : 1 mn ) Oui, je me doutais un peu... Mais je voulais avoir une confirmation. Et effectivement dans la démarche tech de l'apprivoisement de sa config' perso (pas plus d'une inconnue à la fois), ça semblait compliqué. À réfléchir donc ! Merci pour les différentes manières d'utiliser le bi. Par curiosité, quelle est l'approche la plus utilisée selon toi ? (j'imagine qu'il doit y avoir beaucoup de débats là-dessus dans le forum tech )
  4. Merci à tous pour vos retours Ça m'aide beaucoup. Pour résumer l'approche partagée par la plupart (n'hésitez pas à me corriger) : Le rôle de la déco est d'augmenter la sûreté ; du "bonus". Pas pour augmenter le temps fond. Trop de possibilités que ça parte en vrille même si les probabilités individuelles sont faibles. Si on planifie "à la bardass", il n'y a donc pas lieu de chercher à adapter la méthode : on planifie à l'air comme si on n'avait pas de déco. Au pire l'air en réserve peut servir à "vadrouiller" à faible profondeur et éventuellement adapter avec l'expérience, le site... Possibilité de préparer ses run-times, approche plus tech, pour les plongées les plus engagées. Si on veut augmenter le temps fond, on augmente la quantité de gaz fond, d'où l'intérêt de passer au bi 2 x 10 par exemple (voire au CCR pour ceux qui en ont les moyens ). Comme j'ai passé le Nx confirmé avant tout pour augmenter ma sécurité ces principes dictés par la sagesse de l'expérience me vont bien <HS> (j'ouvrirai un autre fil si besoin) Depuis un moment je me dis que justement j'aimerais bien tester la plongée en bi-bouteilles. Mais comme je suis de "l'intérieur" et que je vadrouille pas mal sans voiture je loue la plupart de mon matos sur place (sauf combi, ordi, lampe). Du coup pour le moment j'avoue que ça me freine un peu... Ça se fait couramment dans les centres de louer wing et bi ? Est-ce qu'il y a des formations spécifiques pour l'apprentissage de la plongée en bi-bouteilles ou bien ça s'inscrit toujours dans une formation tech, type extended range TDI/IANTD par exemple ? (Tu me diras, ça peut aussi être une occasion de s'y mettre... Même si je ne pense pas aller jusqu'au Trimix.) </HS>
  5. Merci pour vos retours ! OK si on veut l'utiliser simplement pour augmenter sa sécu. Mais il y a aussi l'approche de l'utilisation pour augmenter son temps fond, non ? (si tout le monde est équipé, ça va de soi) En tout cas, ça faisait des possibilités abordées durant la formation (même temps de palier mais temps fond rallongé). OSTC réglé avec des GF 80/80. Gaz de la pony rajouté en temps que gaz déco. Je ne suis pas rentré dans les détails pour ne pas alourdir mon premier post, c'est pour ça que j'ai considéré que la déco permettait de faire les paliers quel qu’ils soient. Mais j'ai conscience qu'il manque quelque chose. Je dirais comme pour ta méthode originale convenir également d'une DTR max (compatible avec ce que dit le DP) qu'on s'autorise qui est également une condition de décollage. Non bien sûr ! On part dès qu'une des deux conditions est rencontrée. Du coup, 1 se produira avant 2 C'est plus clair ?
  6. Bonjour à tous (En écrivant je me rends compte que je suis en train de pondre un pavé... si vous voulez aller directement à la question c'est en paragraphe 5 ) Cela fait un moment que je n'avais pas posté sur le forum, du coup, je vais présenter un peu plus afin de mettre en relief la question que je me pose. J'ai une centaine de plongées au compteur et "jeune" plongeur N3 (dans le sens où je ne le suis que depuis l'été dernier) ; je n'ai donc pas eu l'occasion de plonger beaucoup dans ces nouvelles prérogatives (et à ces occasions jamais très profond ; jamais dépassé les 35 mètres passé le stage final. Je pense de toute façon que mes occasions de pratique étaient pour le moment trop disparates pour gagner une accoutumance à la profondeur. Breeeeeef...). Durant ma formation associative N2 puis N3, sans remettre en cause la qualité indéniable du contenu et de la pédagogie de mes moniteurs, je restais sur ma faim sur la question de la planification notamment au regard de l'autonomie en air. Certes nous avons fait des exercices sur les tables ainsi que les calculs pratiques à la sauce Mariotte pour la conso à telle profondeur. Mais dans la pratique, jusqu'au stage final, les principes qui nous étaient donnés me semblaient "light" ; en caricaturant : "Depuis X mètres tu remontes en général quand ton binôme ou toi atteint Y bars ; tu auras normalement assez pour faire tes paliers. Sauf si le DP te donne une consigne plus précise, dans ce cas tu la suis.". Bref, cela me semblait un peu trop pifométrique, pas assez argumenté (alors que tout le reste l'était) et surtout pas du tout personnalisé en fonction du profil de plongeur et de sa conso. D'où deux questions qui me sont venues à l'esprit assez vite en pratique : Comment personnaliser le plan de la plongée connaissant ma consommation équivalent surface (calculée sur PC à l'aide de l'historique de profils déchargés depuis l'ordi, des pressions notées sur mon carnet de plongée ainsi que le volume de la bouteille) et celle de mon binôme ? La crainte : mon mano m'indique 110 bars, je suis à 40 m, j'ai tant de palier à faire. Euh... je dois remonter tout de suite ou j'ai encore du temps devant moi ? Bref, j'ai pris conscience que j'avais encore à apprendre si je voulais vraiment maîtriser mes plongées. J'ai regretté de ne pas avoir posé ce genre de questions durant mon stage final, j'avoue que dans le "feu de l'action" je n'y avais juste pas vraiment pensé... Il fallait donc dorénavant que je cherche les renseignements par moi-même afin de sécuriser ma pratique. C'est alors en parcourant ce forum que je suis tombé sur le thread de @bardass qui propose une méthode pour planifier une plongée basée sur la DTR et la connaissance de la conso personnelle : https://www.plongeur.com/forums/topic/59799-méthode-de-planification-de-plongée-loisir-à-lair Je voulais donc en profiter pour te remercier au passage Laurent, pour cette méthodo qui m'a remis les idées au clair et que j'applique maintenant à toutes mes plongées. Méthodo que j'ai pu passer au crible de mon sens critique et que j'accepte de part ses arguments objectifs (il me semble en effet important de d'abord se convaincre de la solidité d'un enseignement, d'une méthodologie, avant de l'appliquer soi-même, mais cela n'engage que moi ). Maintenant, j'ai passé mon Nitrox confirmé. La méthode de @bardass fonctionne déjà à l'air et au Nx fond, mais comment l'adapter quand on embarque une pony de gaz supplémentaire, Nx ou O2 ? En y réfléchissant j'ai envie de répondre ceci, mais j'aimerais bien avoir votre avis : Je pars du principe que j'ai assez de gaz déco pour assurer mes paliers (bien sûr, il faut s'en assurer en pratique , pony pleine par exemple) ; CONDITION DE PRESSION : On décolle du fond lorsque mon binôme ou moi atteint la pression donnée par le calcul sans paliers (DTR = Pabs : 4 mn à 30 mètres, 5 mn depuis 40, 6 mn depuis 50...). Sauf si bien sûr on décide d'une condition plus contraignante lors du briefing (suite consigne DP par exemple) ; OU CONDITION DE PALIER : On décolle dès que l'ordi commence à afficher un palier (d'une minute) à une profondeur inférieure ou égale au MOD de la déco. Par exemple, 1' de palier à 6m alors que la déco est à l'O2 (MOD 6 m si on se cale à 1,6 bar de pp max en décompression). Arguments pour cet "embryon" de méthodo : De cette manière, nous nous assurons d'avoir au moins la pression de réserve lorsque nous arrivons aux paliers et que nous "switchons" de gaz, avec une petite marge vu que je considère le trajet jusqu'à la surface alors qu'on change au palier. En cas de pépin (perte de déco par exemple), nous sommes proches de la surface avec au moins 50 bars de gaz fond chacun pour demander une éventuelle assistance depuis la surface ou faire nos paliers en mode dégradé, si c'est possible. Dans tous les cas, on a de la marge pour anticiper. La dernière condition sur la profondeur du palier (je ne pense pas qu'elle se produise beaucoup en plongée loisir pour des couples temps/profondeur raisonnables) permet de s'assurer qu'on fera dans le pire des cas 1 minute de palier avec le gaz fond, et comme la condition de pression est respectée par ailleurs, il nous restera bien la pression de réserve voulue au moment du "switch". Est-ce que ces principes de départ vous paraissent raisonnables ou est-ce que d'après vous il faudrait modifier certaines choses ? Ou alors, tout ça vous semble hors de propos car par expérience vous avez d'autres manières de faire fiables et éprouvées ? "La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien." : Je n'ai pas encore d'expérience pour l'utilisation de la déco depuis ma formation. Je n'ai donc pas la prétention d'arriver avec mes grands sabots à proposer la-méthode-à-laquelle-personne-n-aurait-pensé-jusque-là. Mais d'un autre côté, dans la continuité de ce que j'ai pu dire au début, il me paraît nécessaire de me poser ce genre de questions justement pour pouvoir planifier et gérer le briefing correctement dès la première plongée (même si pour cette reprise elle bien sûr sera peu profonde, et avec un binôme de confiance). Merci de m'avoir lu jusqu'ici en tout cas !
  7. Bonjour, Le cro-magnon désignait déjà un homo sapiens. My two cents...
  8. Bonjour à tous J'ai un OSTC 3. Pour le moment, je l'alimente avec des piles alcalines de base 1.5V. Mais en 8 plongées la pile est à changer ^^ (pour le moment, plongées de type loisir < 40 m la plupart du temps). J'ai cru comprendre qu'il valait mieux utiliser des piles Li-on, peut-être 3.6V. Exemple : https://www.innodive.com/store/accessoires-46/pile-saft-ls-14500-599.html Qu'est ce que vous utilisez de votre côté ? Pile ou batterie ? Quelle marque ? Quelle durée de vie ? Merci pour votre aide
  9. [Hors débat] Si vous souhaitez savoir à quoi ils ont ont plongés pour atteindre telle profondeur max, il suffit d'ouvrir les carnets en question. La plupart des plongeurs qui ont choisi de partager leur carnet semblent également avoir indiqué avec quoi ils ont plongés. Un petit Ctrl+F pour rechercher par profondeur et le tour est joué !
  10. OK c'est bon j'ai pu résoudre le problème Je mets ici la résolution au cas où, pour ceux qui rencontreraient les mêmes difficultés. Je faisais fausse route, OSTC Planner ne permet pas de récupérer les profils mais uniquement de récupérer ou de mettre à jour les paramètre de la décompression (modèle, GF...). J'ai donc utilisé : OSTC Companion, qui permet de tester la connexion avec l'OSTC (et faire des petites choses comme rebaptiser l'ordinateur ou mettre à jour le firmware). Ça a fonctionné avec les paramètres OSTC 3+ (version la plus récente de l'OSTC 3 apparemment) et le port COM 6. Il n'y avait donc pas de problème au niveau du hard ; Subsurface pour récupérer les profils, car ce logiciel qui a une fonctionnalité de téléchargement depuis l'OSTC. En rentrant les paramètres OSTC 3 et port COM 6, ça a marché comme sur des roulettes Voilà, je connais maintenant l'historique de mes consos, je suis paré pour la planif', ça tombe bien je plonge à Estartit le WE prochain Bonnes bulles.
  11. Bon OK... Le sujet a finalement largement dérivé sur la question de la pO2 max avec débat transatlantique, comme pas mal d'autres posts. J'ai un peu l'impression d'avoir lancé un SCUD en fait alors que mon but n'était pas du tout de prendre parti Mea culpa, si personne n'a d'élément sur la plongée en Russie (mais je me doutais qu'il serait difficile de trouver des infos), je laisse à la modo le soin de restructurer le contenu si elle le souhaite.
  12. Bonjour à tous ! Je vous rassure tout de suite (ou pas...), CECI N'EST PAS UN TROLL ! Un plongeur m'a dit il n'y a pas longtemps qu'en Russie, la fédération principale autorisait la plongée à l'air avec une limite de 1,8 bars de pression partielle d'O2. Ne voulant pas prendre cette information pour argent comptant (c'est peut être d'ailleurs totalement faux), je me suis mis à la recherche de textes pouvant donner des indications sur les fédérations de plongées principales en Russie, leurs niveaux de plongeur et le cadre de pratique qu'elles préconisent. Comme première piste, j'ai regardé du côté de la CMAS. Une fédération russe en est membre, la Russian Underwater Federation (RUF). (Liste des fédérations membres de la CMAS : https://www.cmas.org/federation-list Site de la RUF : http://www.ruf.ru) Malheureusement, le site est en russe et bien qu'un bouton pour passer en anglais existe, il ne marche pas chez moi... J'imagine que des organisations RSTC sont présentes dans le pays mais cela me semble hors sujet vis-à-vis de la possibilité de plonger à ces profondeurs... Quelqu'un pourra-t-il satisfaire ma curiosité intellectuelle (un peu trop débordante je sais...), et aurait des infos sur la RUF ou bien de l'organisation de la plongée en général. Ou si pas plus d'info simplement confirmer ou m'infirmer la véracité de cette limite, histoire de démystifier le truc... Qui sait, peut-être qu'un jour j'irai plonger là bas, mais certainement pas à ces profondeurs, je narcose très bien à 40 m merci ! Πока!
  13. EDIT : j'ai bien le port COM6 dans les réglages de l'OSTC Planner. Cependant, lorsque je tente de lire le contenu cela affiche "Connexion COM6" puis cela frise. Côté OSTC, je n'ai rien d'autre que "Début... Ok.". Est-il censé afficher quelque chose en plus lorsque la connexion est établie ?
  14. Bon je rame... J'ai connecté un dongle bluetooth 4.0 et installé le pilote. J'ai également réussi à détecter l'OSTC et l'ajouter dans le gestionnaire des périphériques bluetooth. Mais dans le gestionnaire de périphérique, la clé bluetooth apparaît sous le port COM6. Or dans OSTC Planner, il ne me propose que les ports COM4 et COM5... Des idées ?
  15. Bonjour DuboisP, Merci beaucoup pour votre aide. Ça marche, je vais retenter avec une clé neuve version 4 minimum. Je ferai un retour pour dire si ça marche !
×
×
  • Créer...