Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

abgech

Membres
  • Compteur de contenus

    515
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

20 Excellent

À propos de abgech

  • Rang
    Blup Blup
  • Date de naissance 28/01/1942

Informations personnelles

  • Localisation
    Genève
  • Passions
    Informatique et plongée
  • Profession
    Enseignant

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM
  • Niveau en plongée
    E3 (MF1), Moniteur nitrox confirmé
  • Professionnel de la plongée
    Non
  1. abgech

    Examen N4

    C'est une approche qui me parait simple de la docimologie. De nombreuses études ont montré que pour, c'est un exemple, un travail de math (on ne fait pas plus pur et dur comme science), anonyme, les résultats peuvent varier de plus de 40 % (en plus ou en moins) selon les correcteurs. Et c'est logique, il y a le correcteur qui pense "le résultat est faux, mais il semble que la démarche est comprise" et un autre qui pense "le résultat est faux, rien compris".
  2. abgech

    Age et plongée

    Ça y est, j'ai cliqué sur "Envoyer la réponse".
  3. abgech

    Age et plongée

    J'aimerais apporter mon grain de sel, que je crois autorisé, à cette discussion. Né en 1942, j'ai donc 74 ans. Plus de 40 ans de plongées, entre 5000 et 6000 plongées (c'est une estimation, il y a belle lurette que je n'en prends plus note). Jusqu'à 2014, je faisais encore plus de 120 plongées par année dont un assez grand nombre dans la zone 40-60 mètres et passablement en lac, en augmentant simplement la durée du palier à 3 m. C'est du passé. En janvier 2015, j'ai fais un petit infarctus, à terre (heureusement), chez moi, je m'en suis vite aperçu, traité en moins d'une heure et demi, pose de 3 stents. Aucun facteur de risque : jamais fumé, pas d'alcool sauf un verre de bon vin en mangeant mais pas plus de 3-4 par semaine, pas diabétique, actif, tension artérielle plutôt basse 70/120, pulsations basses (50 au repos, voire 45 le matin). Indice de masse corporelle (IMC) à la limite supérieur de l'acceptable. Pas d'antécédents familiaux. Seul points négatifs : taux de cholestérol (je paie sans doute ma passion pour la charcuterie, le fromage et les glaces), le sexe (holà, pas ce que vous croyez, je suis simplement de sexe masculin qui semble un peu plus exposé que les femmes à l'infarctus. En revanche, ces dernières semblent souffrir un peu plus d'AVC, je ne suis pas sûr qu'elles y gagnent). À 18 mois de date, sous aspirine et statines (pas d'autres médicaments), je suis en pleine forme. Selon mon cardiologue, aucune lésion ou cicatrice visible à l'échocardiographie, volume d'éjection normal, le test d'effort me place à 30 % au dessus de la moyenne des hommes de mon âge, taux de cholestérol normal (au prix de lourds sacrifices alimentaires). IMC pile poil au centre de la zone acceptable. Bref tout baigne, je fais quotidiennement 20-22 km à vélo, si le temps est mauvais, c'est vélo d'appartement, le but ce n'est pas la performance, mais l'endurance, maintenir les pulsations à 110-120 durant au moins 3/4 d'heures. Bien sûr, je nage 2-3 fois par semaine. J'ai fais plusieurs voyages avec, pour certains, de longues heures d'avion (15 heures). Pour la plongée, le cardiologue (plongeur) me dit que je peux y aller. Comme MF1 c'est exclu : je ne veux pas prendre la responsabilité d'autres personnes. Pour moi-même, je me dis que si j'avais eu le même problème en plongée, je ne serais plus là pour en parler. Alors je n'ai pas repris et je ne reprendrai sans doute pas. Si je n'avais pas eu ce problème, je plongerais sans aucun doute, toujours dans la zone des 40, malgré me 74 ans. Cela fait plusieurs mois que je voudrais évoquer ici ma "carrière" de plongeur, mais je n'y arrive pas, j'ai un blocage, j'ai le sentiment que si je le fais, si j'appuie "Envoyer la réponse", c'est définitivement fini, alors que dans le cas contraire ... Bon, peut-être que ce message est la première tentative de forcer le blocage.
  4. Sans le même genre : la vie est une maladie sérieuse dont l'issue est toujours la mort. À surveiller particulièrement à la remontée : candidat idéal à la surpression pulmonaire.
  5. Je ne t'ai pas attendu pour reprendre son détendeur, son bloc était vide. Je te rappelle (ou je t'apprends) qu'à l'époque les manos étaient rares et qu'il arrivait que des débutants "suce" la réserve. C'est vrai, je n'aurais pas du lui donner mon détendeur, comme cela je suis sûr qu'il se serait noyé.
  6. Je ne suis pas l'homme qui a vu, mais l'homme qui a fait. Il y a, environ, 25-30 ans (à la suite d'une connerie de ma part, on va y venir). Le contexte, sortie printanière du club en mer, prise en charge des N1 formés piscine plus 2 plongées du bord en lac. Le bateau part, après une demi-heure, un copain, MF1 comme moi, s'écrie "merde, j'ai oublié mes détendeurs". Pas vache, je lui dis : "je te passe mon deuxième détendeur" (à l'époque pas obligatoire d'avoir deux détendeurs pour un encadrant, simplement recommandé). Et l'on part, j'ai deux N1 sous ma bienveillante protection. Tout se passe bien, on évolue vers 15-20 m. Après une vingtaine de minutes l'un des N1 me signe "je suis sur réserve", je signe "ok, on remonte". Une dizaine de secondes après, le N1 signale "plus d'air". Je le tiens et lui passe mon détendeur, l'échange se passe bien, je fait signe aux deux N1 "OK, on remonte" et on amorce la remontée. Lorsque je veux récupérer mon détendeur, le N1 refuse absolument de me le rendre. Je n'ai plus que deux solutions, soit je lui reprend de force le détendeur au risque de le noyer, soit j'entame la remontée en RSE tout en maintenant le N1 en panne et en m'assurant que l'autre N1 remonte également. Tout au long de la remontée, je contrôle que le N1 assisté expire correctement même s'il a en détendeur en bouche. Quant à moi, je fais une RSE sans aucun problème. Et je dois dire que, physiquement, je suis assez loin d'être l'athlète qui fait l'admiration des foules. Je suis plutôt du genre maigrelet de taille moyenne. Mais, j'avais fait, à l'époque, environ 2500 plongées, quelquefois faites dans des conditions olé-olé (par exemple plus de 90 m. à l'air en lac). J'avais très bonne expérience et technicité. La RSE ne posait strictement aucun problème. Maintenant, ma connerie c'est d'avoir donné mon deuxième détendeur, c'était au copain d'assumer son oubli et pas à moi.
  7. abgech

    Aimez-vous l'asperge ?

    Aimez-vous l'asperge ? Est-que l'on demande à un malade s'il aime la santé ?
  8. Tout en se plaignant, bien entendu, du niveau insupportable des primes d'assurance !
  9. Là, je suis vraiment inquiet, cela remettrait-il en cause, ma possible rémunération pour mon cours ?
  10. J'ai une question pour Lagrange67. Je suis titulaire d'un master* en économie et je suis MF1. J'aimerais conjuguer mes deux savoirs et offrir un cours, par exemple, l'influence des taux de change flottants sur la vitesse de remontée. Je suis un bénévole en plongée, mais un pro en économie (pas taper, pas taper...), puis-je être rémunéré ? Je te serai reconnaissant de continuer à nourrir le troll en me répondant. * Avant on disait maîtrise, mais master, cela fait beaucoup mieux.
  11. Solo en structure, légal, pas légal ? Je n'en sais fichtre rien, mais j'en ai profité. Bien souvent, après avoir ramené une palanquée au bateau, s'il me restait de l'air, le DP me disait à haute et intelligible voix : "va voir comment est le mouillage, il est sur 25 m. cela ne devrait pas te prendre plus de 10 minutes". Bêtement, je comprenais : "va te faire plaisir, maxi 25 m. et 10 min.".
  12. Il manque une donnée essentielle à la question : quelle capacité, parce que, 50 b dans une 8 l ou 50 b dans 2x10l, ce n'est pas tout à fait la même chose. Lorsque, il y a bien longtemps, j'ai commencé à plonger, il n'y avait pas de mano, mais un dispositif à ressort, appelé "réserve", qu'il fallait "tirer" lorsque l'inspiration devenait impossible (ou pour certains dispositifs, difficile plutôt qu'impossible). Les "réserves" étaient tarées à 30 b pour les monos et 50 b pour les bi (difficile d'expliquer ici la raison de cette différence). le gonflage initial était à 177 b. Bien souvent la remontée commençait lorsque le premier plongeur de la palanquée tirait la réserve, c'est à dire que 30 bars devait suffire à assurer la remontée et les paliers. Et il n'y avait pas plus, proportionnellement au nombre de plongées, sans doute moins, d'accident que maintenant. Et on faisait le Donator sans Fenzy, et encore moins de stab ! Que l'on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas, je suis bien loin de regretter la réserve. Le mano est un élément incontestable de sécurité, j'ai été parmi les premiers à en utiliser, mano que j'avais ramené des USA et libellé en PSI
  13. Moi, je n'ai pas d'antivirus et pas de virus. Je suis simplement sous Linux. J'utilise parfois clamav pour désinfecter les clés usb de mes connaissances.
×
×
  • Créer...