Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

la philoche

Membres
  • Compteur de contenus

    1 398
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    11
  • Pays

    France
link1
link2
link3

la philoche a gagné pour la dernière fois le 18 septembre

la philoche a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 250 Excellent

À propos de la philoche

  • Rang
    Rang du forum : Requin baleine

Informations personnelles

  • Localisation
    paris
  • Passions
    parapente snowboard
  • Profession
    controleur de gestion

La Plongée

  • Féderation(s)
    ffs/padi
  • Niveau en plongée
    aucun
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Un détendeur c’est simple, ça marche , ça marche pas. Tu peux te tromper de bouteille, avoir une bouteille pourrie avec du co dedans mais globalement c’est rare. Un recycleur peut fonctionner « à moitié », tu brasses du gaz mais celui ci n’est pas bon et il peut t’empoisonner sans que tu te rendes compte. Pour une hypercapnie (intoxication au co2) ton corps te signale que tu as un problème, pour une hypoxie, tu n’as aucun signe, tu perds connaissance et c’est fini. On se dispute régulièrement pour savoir quelle machine est la meilleure, en réalité ce débat est vain. Tu peux préférer l’ergonomie, avoir un meilleur contact avec un moniteur, etc...mais ça n’a en réalité aucune importance. Pour moi ce qui est important c’est de bien connaître les points faible de sa machine(elles en ont toutes) . Mais il ne faut pas s’arrêter à ça, ce sont des machines fabuleuses qui permettent de faire des plongées extraordinaires. Pour moi c’est plus pour un passionné qu’un « expert ». Il faut accepter di consacrer du temps et de l’argent.
  2. la philoche

    nitrox mais deco à l'air

    Aucun, tu as paramétré le bon gaz et tu suis ce que te donne l'ordi. Faire du palier pour faire du palier est absolument stupide.
  3. Un problème récurent dans les discussions sur la PO2 max, c'est que l'on mélange des choses différentes. la limite de 1.6 bar est donné pour l'hyperoxie "classique". C'est celle de Kentteh Donald, tu colles les mecs au caisson(sec/humide avec et sans effort) et tu regardes. Globalement jusqu'à 7,5 mètres pas de soucis, en dessous, en fonction du temps d'exposition il déclenche tous une crise tôt ou tard. (ce qui n'est pas loin de la valeur Russe) A la fin des années 90 est apparu la notion de CNS "CLOCK" (ou horloge). la théorie derrière cette notion est que notre corps garde en mémoire l'exposition a de fort taux d’oxygène , les cumules et on fini par déclencher une crise en dessous de la valeur limite de 1.7 bar de PO2 défini par Kenetth. les tables NOAA ne sont rien d'autres que la mise en pratique de cette théorie. A partir de là, les agences on revu leur marge de sécurité avec des PO2 réduites (1.4 par exemple). Au USA , personne ne peut ignorer les recommandations de la NOAA. il faut voir ce que c'était que la plongée trimix dans les années 90 et les temps de paliers donc d’exposition à l'oxy qu'on avait, c'était sans commune mesure avec les plongées actuelles. j'ai le souvenir de plongée de 3h30 pour un aller retour à 100 mètres, actuellement je fait la mèmes en 1h15 /1h30. Les temps passé sous oxy ont été considérablement réduit. Pour revenir au sujet du cns clock, pendant très longtemps je l'ai balayé d'un revers de main(il est très difficile de trouver une accidentologie du a ce phénomène) . lors des rencontres d'Avignon sur la déco l'an dernier , j'ai eu une petite discussion en off à ce sujet. la position de mon interlocuteur avait varié en 20 ans, il m'a recommandé de me méfier, tout n'est pas forcément aussi simple et les zones d'incertitudes restes importantes. Dans ma pratique essentiellement spéléo , je dois composer en permanence avec un risque d'ADD ou l’oxygène reste mon meilleur ami et les problèmes que l’oxygène pose . Quand la plongée devient complexe par exemple : -30 pour 15 minutes/ surfaces courtes/-6 pour 5 minutes/surfaces longues /-90 1h30/ surfaces longues/6 5 minutes/surface courte & -30 20 minutes , j'ai tendance à ignorer le cns clock et à charger à mort en oxy. Pour des plongées avec des profils moins yoyo, je réagirais différemment: il est classique qu'a 6 mètres je ne me batte pas pour rester à 1.5-1.6 dans le recycleur.
  4. Les expériences de Kenneth Donald, aucune crise hyperoxique quelques soient la durée d’exposition. J’avais mis le lien quelques part. C’est là où ils avaient également fait des test avec des épileptiques
  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5524741/ Pour ceux qui lisent l'anglais l'article est vraiment intéressant. Pour tout le monde regardez la table 1, qui donne la recommandation us navy en fonction de la profondeur et du temps d'exposition à l'oxy. Les limites de 1.4 et 1.6 tiennent compte du cns, le problème que j'ai avec le cns c'est que j'ai toujours du mal à trouver autres choses que de l’expérimentation animale. c'est un peu comme la contre diffusuio n isobarique avec le trimix, tout le monde en parle mais pas grand monde l'a vu (appart des souris en labo)
  6. C'est ce qui a été fait sec, humide, avec effort et mêmes avec des épileptiques ( ce qui ne change absolument rien au résultat) . Des caissons sec / humide, c'est un classique pour les marines militaires un peu développé (voir les civils , la comex en a un par exemple)
  7. La ppo2 max c'est 1.725 bar contrairement à ce que pense les plongeurs bien pensant. Pour les nageurs de combat la limite est à 7 mètres à l'oxy pur. Donc que les russes aient choisis 1.8 bars pourquoi pas, il faudrait voir les études qu'ils ont faites. Pour l'étude c'est simple, on met les gens dans un caisson, on note dans quelles conditions ils déclenchent des crises (profondeur/temps d'exposition) et on trace une courbe.
  8. Je ne suis pas tout à fait d’accord, oui c’est une machine complexe, elle a des pannes différentes d’un circuit ouvert et souvent plus vicieuse, mais sur certains point c’est vraiment un plus pour la sécurité : le fait d’avoir du temps profond, dans certaines situations compliquées c’est un vrai plus, c’est vraiment une machine fantastique pour optimiser les décos. Par contre pour la narcose, rien ne remplace l hélium.
  9. Un pro, c'est celui qui en tire des revenus. Un N4 c'est un clampin qu'on exploite
  10. la philoche

    Statistiques ADD

    Tu ne confond pas 2 choses différentes ? l'effet Lauren Smith , c'est une inflammation des poumons avec risque d'oedeme etc .. c'est "à cause" de lui qu'on fait des break air régulier. Je fais des break air toutes les 30 minutes , a l'oxy pur (ça figure d'ailleurs dans toutes les procédures pro depuis au moins 30 ans,) Paul Bert, c'est la crise hyperoxique, (ppo2 supérieure à 1.76, travaux Kenneth Donald, qui est la référence : le seul à avoir fait des essais sur du matériel humain a grande échelle) la limite depuis est remonté a 1.6 bar ce qui donne une marge supplémentairement et en plus correspond a une profondeur de deco. Le cns clock, ce sont des travaux largement moins démontré, autant avec les deux premiers il y a une accidentologie claire, autant avec le cns clock ? Les % de cns clocks "explosé" ont commencé bien avant Xavier, en 30 ans je n'ai jamais vu de problème sur la petite population (une centaine ) de plongeur long/profond que j'ai pu côtoyé. Après nous restons des plongeurs sportif, je ne dis pas qu'un plongeur sur une barge qui enchaine un chantier pendant 3 semaines etc ... Mais c'est un autre monde et ils ont d'autres règles. Je pense que nous sommes tous égaux face à l'oxy, il y a très longtemps que l'on sait que les test de sensibilité à l’oxygène ne veulent rien dire (il était à la mode dans le petit monde spéléo dans les années 80, comme les paliers à l'oxy à 9/12 mètres). Au delà d'un 1.7 bar ton temps de survie sous l'eau est limité : la limite n'est pas un couperet (contrairement à l'hypoxie) mais il faut agir. Pour le cns clock ma position n'est pas figé, je reste conscient que l’oxygène est à la fois mon meilleur amie et peut être mon pire ennemie. Sur des plongées complexe, j'essaie juste d'équilibrer les risques entre un ADD, une Hyperoxie, un oedeme etc ... Avec ma modeste expérience, j'ai tendance à privilégier des ppo2 plutôt élevé.
  11. la philoche

    Statistiques ADD

    Des machines avec des canisters supérieures à 180 minutes, c'est classiques, le petit HH est donné pour 4 heures (je les faits sans problème) et le grand avec la cartouche standard c'est 6h00 et la aussi ça passe sans soucis . (il existe aussi la 8h00 pour les "vrais" plongeurs); Sans parler de mes EDO qui sont hors catégorie. Le cns , je m'en tamponne pour rester poli. Je crains beaucoup plus l'add, l'hyperoxi, l'hypoxie, ... je l'ai vu tellement de fois "explosé " en 25 ans que c'est le truc que je ne regarde plus.
  12. la philoche

    Ordinateurs de plongée

    Cette histoire de gaz directeur, c'est bien pour les newbee, après ça ce complique un peu. Un certain nombre de plongeur profond voir très profond joue justement sur ce GF bas pour moduler la profondeur de leur premier palier. Du 50/80 avec du diluant trimix 8/80 ca n'a rien extraordinaire. D'autres éléments rentre en compte, temps passé au fond , etc ... Tu ne gères pas un touch and go à 150 comme une heure passé à 80 mètres. Dans ce domaine personne ne détient la vérité et ce n'est pas nouveaux.
  13. la philoche

    Statistiques ADD

    C'est exactement ça. les médecins ont était très clair : à quel titre on a le droit pour un loisir de faire supporter à la collectivité (la mutuelle est une forme de collectivité) , un examen couteux et une opération qui l'est encore plus (entre 12 & 15 k€ de mémoire la fermeture d'un fop). Je n'ai pas de réponse simple à cette question.
  14. la philoche

    Desaturation

    C'est le cas, c'est pour ça qu'il existe des tables d'oxy en surface qui permettent de réduire les paliers de la plongée suivante. https://slideplayer.fr/slide/5146227/
  15. la philoche

    Statistiques ADD

    Ça ne sert à rien, une fois de plus on est dans le domaine du vaudou et du doigt mouillé. La question a déjà était posé à un spécialiste de la décompression (Gardette), si tu veux significativement réduire le risque par rapport à une déco standard, tu vas passer tellement de temps au palier que tu vas craquer avant la fin. Ok, tu paies tout de ta poche la petite mâtiné ambulatoire ou c'est supporté par la communauté (sécu ou mutuelle ) ? Si on trouve un FOP, tu fais quoi ? Tu paies pour le faire refermer ? Ce ne sont pas des questions en l'air, elles nous ont été posé par des médecins sur ce sujet là précisément.
×
×
  • Créer...