Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Beautyfool

Membres
  • Compteur de contenus

    21
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France
link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

22 Excellent

À propos de Beautyfool

  • Rang
    Autorisé au grand bain
  • Date de naissance 01/07/1985

Informations personnelles

  • Localisation
    Hong Kong
  • Passions
    De tout et de rien
  • Profession
    Concierge ou chef d'orchestre selon l'humeur

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM / BSAC / GUE
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

165 visualisations du profil
  1. Il me semble que la volonté devrait être celle de la federation pour comprendre l'accidentologie de ses membres et travailler dessus. Je fais du parapente également qui fait l'objet d'un rapport accident par la FFVL. Pour les données je suis d'accord que c'est du travail mais faisable même si imparfait comme l'illustre les données ci dessus. Je triche un peu étant BSAC...donc oui mon club le fait Pas complètement d'accord avec ce point ! Pour collecter de la donnée il faut que les instances poussent pour le faire du niveau national au local avec une adhésion des clubs qui sont en première ligne. Comme le dit Bardass il faut une volonté. Visiblement elle n'existe pas chez la 2F. Ma question est pourquoi? Je suis curieux d'avoir le retour de personnes de la fédération ou ayant été membre. Et du coup il serait intéressant de savoir combien de questionnaire la commission reçoit sur la base de démarches volontaires.
  2. Et hop je déterre ce sujet ayant pris le temps de lire le dernier rapport accident de la BSAC. Une lecture intéressante même si le rapport a ses limites ! La video qui va avec est aussi instructive pour les anglophones. https://www.bsac.com/safety/diving-incidents/annual-diving-incident-report/ Attention le post ne vise pas à alimenter une quelconque guerre entre agences de formations ! En effet, le rapport compile les accidents de toutes les agences (BSAC , PADI, etc) et d’organismes publics (Gardes Cotes, etc) au UK. A noter que ce rapport existe depuis 50 ans ! Bonne lecture ! Quelques éléments clés du rapport : - Le rapport compile 250 incidents dont 36 à l’étranger dans des clubs affiliés BSAC en 2018 - Le nombre d’accidents affiche une tendance à la baisse depuis les années 2000. Il serait intéressant de connaitre la tendance de la pratique sur la même période. - Les plongeurs impliqués (et non seulement victimes) dans des accidents se répartissent très majoritairement de Sport Divers à Advanced Divers que l’on peut traduire de N2 à N4. La catégorie Advanced Divers enregistrant le nombre le plus élevé. Il y a un biais lié au fait que les plongeurs les plus expérimentés sont aussi plus susceptibles d’intervenir sur un accident encours. Il est dommage que le rapport n’isole pas la qualification par accidentés - Les accidents de décompressions sont les plus nombreux - Le rapport ne tire pas de conclusion sur une éventuelle causalité entre profondeur et nombre d’accidents. L’équipe en charge de l’étude cherchera à mieux l’appréhender et documenter à l’avenir. Affaire à suivre ! - Les tendances sur 5 ans sont nettement à la baisse sur les accidents de type DCI, accidents de surface / bateaux ou ascent. De façon plus surprenante pour moi, on note une légère tendance à la hausse des accidents dans la catégorie Equipment - Les DCI sont fortement en hausse dans le cadre de plongées répétitives. Pourquoi plus ces dernières années ?! - Les accidents sont détaillés dans le rapport Les principales conclusions des auteurs : - The number of incidents reported has plateaued over the last four to five years. - The monthly reporting trend follows the now usual pattern identified over the previous four years where the number of incidents rises in the spring to a peak over the summer and declines again in the autumn and winter months. - The seventeen fatalities in the UK are unfortunately higher than the average (13.2) for the previous 10 years. - There were three fatalities of divers over the age of seventy and the average age of the divers who died was 56. - There are still strong indications for likely pre-existing medical causes or immersion pulmonary oedema from the description of the incident in some of the fatalities. We will continue to use the BSAC database with the support of consultant and diving medical referee Peter Wilmshurst to try to understand more about IPO. - Diver age and potential related health and fitness issues are still featuring and may be critical factors in this and recent years’ fatalities. - The numbers of DCI cases per year is falling. - Analysis of the efficacy of the diver rescue techniques of CBL and AS show that even in an incident scenario these techniques are deployed with a high chance of success and lives saved. - Analysis of the resuscitation techniques implemented by divers when the casualty is unconscious and not breathing gives indication that, whilst our numbers are small, the recovery rates are comparable with the <10% reported by the Resuscitation Council for bystander CPR. Enfin, je me pose des questions existentielles : - Sauf erreur et après avoir regardé les différents fils de discussion, j’ai conclu que la 2F ne produit pas de rapport public similaire. Question un peu bête mais pourquoi sachant que c’est quand même un élément central des discussions entre plongeurs ? Ne devrions nous pas la pousser à le faire ? - Est-ce qu’il existe cependant un rapport interne préparé par la commission médicale ?
  3. Beautyfool

    Plongée et vie en altitude

    Dans le sens restrictives, rigides et difficiles à mettre en oeuvre en temps réel ? C'est sûr que ce n'est pas ce qui a de plus intuitif
  4. Beautyfool

    Plongée et vie en altitude

    Les tables BSAC incluent une table d'altitude qui permettent justement de planifier ces plongées ou d'être utilisées dans ce genre de cas. J'avais abordé le sujet avec mon instructeur. Elles se commandent facilement sur internet. Au pire ne faut il pas régler l'ordinateur sur l'altitude à laquelle tu vis et non celle à laquelle tu plonges ? Il y aura un effet conservateur mais au moins tu plongeras en sécurité sans te poser des questions.
  5. Beautyfool

    Présentation Lothak

    Top Et plein d'humour ! Bonne reprise !!!
  6. Beautyfool

    Stab da plongée

    Bah au pire elle changera d'avis plus tard...ou pas si elle est à l'aise avec. Fais nous un petit retour d'expérience apres quelques plongées avec ce que tu aimes et peut être ce que tu aimes moins dans ta nouvelle stab @Mell
  7. Beautyfool

    Stab da plongée

    Oui je veux dire le parachute ou DSMB pardon. Hors Sujet: Qu'est ce qui empêche de l'accrocher à un anneau mais dans une poche pour ne pas qu'il pandouille ? Est ce qu'il y aurait un inconvenient ? C'est une vraie question.
  8. Beautyfool

    Stab da plongée

    Ben non justement. Des wetnotes ou SMB ca reste des instruments (question de semantique tu me diras ) et ca peut très bien se mettre dans les poches ! Après si on ne fait référence qu'à l'ordinateur ou au compas ce n'est sans doute pas le meilleur emplacement en effet Au contraire on propose une solution moins chère, qui peut parfaitement être à la couleur souhaitée, qui peut s'adapter à différentes plongées (la wing est parfaite pour de la plongée loisir) et plongeuses. Enfin on ne force personne ni ne juge personne - tu y vas un peu fort - puisque l'on fait part de nos expériences personnelles et on invite à faire l'essai. Si ça c'est pas être ouvert d'esprit Sinon pour en revenir à la question de base, le mieux ca reste d'essayer en condition réelles. C'est ca mon analyse
  9. Beautyfool

    Stab da plongée

    Pour les instruments,les poches des stabs sont rarement pratique car soit pas assez grandes soit difficiles à ouvrir. Il vaut mieux un short à poches ou des poches coller sur la combi qui sont bien plus simples à utiliser. Pour les poches à lest larguable, si vraiment tu y tiens, tu peux parfaitement en avoir sur une wing. Ci-dessous deux vidéos (en anglais) qui résument assez bien l'intérêt de la wing: Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais sans essayer durant plusieurs plongées, comment sauras tu ce que tu préfères vraiment ?
  10. Pas très utile tout ca. Le papier de Bardass l'est en revanche.
  11. Beautyfool

    Stab da plongée

    Pareil je recommande la wing avec back plate ! Je ne sais pas ce qu'il en est pour passer les niveaux si les gens sont fermés d'esprit mais le comfort est incomparable à mon goût. Le mieux serait sans doute d'essayer ! C'est moins encombrant à transporter (faut pas prendre une 22L, hein !), plus facile d'entretien, modulable et évolutif. Et pour le coup tu peux en trouver de toutes les couleurs ! J'avais acheté une stab dorsale qui est désormais inutilisée depuis que je suis passé à la wing. Je l'ai d'ailleurs acheté sur Gidive qui offre des prix top pour un bon service apres vente même pour un client situé à Hong Kong (erreur sur commande rectifiée très vite suite email avec photo à l'appui). A noter que le lien plus haut est pour le site International, c'est à dire les acheteurs situés en dehors de l'Europe. Les prix seront donc plus chers si vous achetez depuis la France.
  12. Beautyfool

    Lampe de plongée

    Quelle est la marque ? Je viens de commander la lampe suivante via une commande groupée de mon club....au prix imbattable de 190€ directement auprès du fabricant. Ça donne une idée du coût de revient réel On verra ce que ca donne dans le temps... https://www.dirdirect.com/divepro-cl4200b.html
  13. Beautyfool

    DIR : Wing + équipement

    A choisir je recommande le short à poche. J'ai testé la poche de cuisse mais le maintient n'est pas terrible quand on fait des exercices , elle finit toujours par bouger. Le short reste parfaitement en place et la différence de prix est négligeable.
  14. Pour en revenir au sujet de base.... Je n'ai pas une vaste expérience mais je n'ai jamais eu de problème pour plonger en dehors de France. En revanche, c'est bien la reconnaissance CMAS de mon N2 qui permettait à mon interlocuteur pour apprécier mon niveau. Étant désormais résident à Hong Kong, le niveau français ne parle pas (mais alors vraiment pas) aux structures locales que ce soit associative ou pro. Cette équivalence CMAS est mon sésame pour plonger avec un guide mais aussi en autonomie à 20m ce qui fut plus surprenant en raison des sites. Bon ok l'eau est à 28° (en ce moment) mais la visibilité ne dépasse pas souvent les 3 ou 5m et les filets sont nombreux au fond de l'eau. Il ne faudrait donc pas que cette équivalence disparaisse car il en resulterait sûrement de plus grandes difficultés. Je suis désormais dans un cursus BSAC qui est l'équivalent anglais de la FFESSM (structure associative). Je verrai si la reconnaissance à l'étranger sera similaire et j'essaierai de plonger en France avec ;). Ce sera une bonne base de comparaison et je vous ferai un retour d'experience
  15. Ce qui n'est pas avéré c'est la responsabilité de l'instructeur dans le décès des deux plongeurs et si les plongées étaient entre pote ou à caractere professionnel. Les autres manquements sont des faits constatés. Chacun est ensuite libre de juger/interpréter si un instructeur refusant de se plier aux contrôles légitimes, de respecter les obligations de déclaration, etc est susceptible de prendre d'autres libertés pouvant accroître le risque de la pratique. Cela reflete a minima un état d'esprit mais pas forcement une éventuelle incompetence de l'instructeur.
×
×
  • Créer...