Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

clm

Membres
  • Posts

    2,151
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by clm

  1. Il ne s'agit pas uniquement du manuel d'un ordinateur de plongée, mais également de facteurs de risques et de prévention, normalement enseignés lors du passage des niveaux... La fatigue ? De combien as-tu besoin d'heures de sommeil en principe ? Sinon, il y a des tableaux en ligne avec des moyennes en fonction de l'âge. Le stress ? Tu ne sais pas si tu es en période de stress ou pas ? Intéressant... L'obésité ou surpoids ? Y a pas un truc qui s'appelle IMC, à tout hasard ? Le propos est de dire qu'il y a des règles d'utilisations des instruments de décompression et que ce n'est pas parce qu'on a respecté ce qu'indiquaient l'ordinateur ou les tables, que pour autant on en a respecté le mode d'emploi. Avec au moins un facteur de risque, il faudrait envisager de durcir le modèle de calcul. Avec plusieurs facteurs de risque, il faudrait envisager de reporter la plongée. J'en parle notamment pour avoir été témoin ou informé de plusieurs ADD avec "respect de l'affichage de l'ordinateur", parfois dans la zone des 20 m en mer chaude et en no-déco, qui pour autant sont des cas d'école quand on considère les facteurs de risque et éventuellement le déroulement de la plongée.
  2. Combien de ces plongeurs avaient correctement paramétré leur ordinateur pour tenir compte de leurs facteurs de risques personnels ? Combien de ces plongeurs avaient suivi scrupuleusement les recommandations reçues lors de leur enseignement en prévention des ADD ? Combien de ces plongeurs étaient porteurs d'un FOP ? Extrait du manuel du Suunto D6, chapitre 5.9.5. Réglages personnalisés : " Les facteurs personnalisés qui tendent à augmenter les risques d'ADD comprennent, mais ne sont pas limités à : • l'exposition au froid - température de l'eau inférieure à 20 °C (68 °F) • le plongeur a une condition physique en-dessous de la moyenne • la fatigue • la déshydratation • les antécédents d'accidents de décompression • le stress • l'obésité " On pourrait éventuellement ajouter l'âge, l'alcool, les efforts pendant et après la plongée, etc etc Donc, sans jeter la pierre à ces plongeurs, et reconnaissant que je suis moi-même très loin d'être irréprochable, suivre "scrupuleusement" les indications de l'ordinateur est très loin d'en respecter le mode d'emploi, voire de respecter le mode d'emploi de la plongée...
  3. Perso, j'ai un Bauer Junior II électrique et j'en suis très content. Points à prendre en compte : - marque : fiabilité, disponibilité des pièces de rechange, prix et durée de vie des cartouches (env. 10 h à 30°c pour le Junior) - utilisation : intérieur / extérieur (électrique ou thermique) - bruit : environ 95 db pour le Junior électrique, soit en gros le bruit d'une débroussailleuse ou d'une grosse tondeuse (prévoir un casque antibruit pour le gonflage en intérieur et des voisins éloignés) - prix et fréquence d'utilisation Pour la durée de remplissage, je gonfle un bi 8,5 l et un 12 l en simultané (reliés par une lyre) en une heure environ (env 200 b), je tourne généralement à 5,7 - 5,8 m3 par heure (à chaud). Donc en une heure, en gros, on gonfle 2 bouteilles de 15 l.
  4. Même constatation. En gros, sur les sites régulièrement nettoyés, on ne voit pratiquement pas de gros mais quelques petits (10 cm ou moins) dans les rochers dans peu de fond. Dans d'autres coins moins fréquentés, c'est l'invasion des "ados" de 15-20 cm. Par exemple, j'en ai compté environ une trentaine sur les restes d'un casier l'autre jour, sur une surface de 2m2... Ça correspond tout à fait à ce que me disait Eric Rolland (auteur d'un livre sur le poisson-lion) il y a 3 ans, une invasion par phases...
  5. Ou comment dire une chose et son contraire en deux paragraphes L'AOW se retrouvera à des niveaux différents en fonction du DP ou de son carnet, je ne comprends pas ? Pourquoi limite discriminatoire ? Peux-tu développer ?? Mon commentaire est une réponse au post de Berny. De toute évidence, tu n'en as pas saisi le deuxième degré. Ou tu fais semblant de ne pas avoir compris par tartufferie. Je trouve que tu as plus "d'humour" quand il s'agit de critiquer la FFESSM...
  6. Moi, je voudrais porter plainte contre PADI pour vente liée, vente pyramidale, et diverses autres clauses contraires au droit européen. Je m'adresse à qui ? Ah, et puis pour publicité mensongère aussi. Parce que je suis allé dans une structure PADI, et sur les 3 instructeurs, il n'y avait ni femme, ni noir, ni asiatique. Et ils ne souriaient pas.
  7. A papapoulpe et DuboisP. Un petit tour par le simulateur de Suunto me donne des résultats assez proches (sur d'autres profils que je pratique régulièrement dans l'eau). Néanmoins, quelques remarques : 1) Si vous comparez avec les tables MN90, ayez bien à l'esprit que vous raisonnez sur du profil carré, parfaitement carré. Sur une épave près de chez moi : le fond est pile à 40 m et l'épave n'est pas très haute. Dans l'eau en pratique, les paliers donnés à l'ordi correspondent au simulateur à une profondeur de 35 m (en gros, pour 20 mn et 25 mn). 2) Au delà des simulations sur ordinateur, j'ai fait le test dans l'eau. D'un côté un Vyper Air et de l'autre une D9 Tx en P-1 (paliers profonds désactivés). Un tiers de paliers en moins pour la D9 et surtout un plafond à 3 m quand celui du Vyper Air était à près de 5. Après, c'était quasiment un profil inversé... Donc, concrètement, je suis moniteur de plongée, je plonge beaucoup et je pense correspondre d'après le mode d'emploi au profil P-1, voire P-2 en étant un peu prétentieux. Seulement, j'ai pris l'habitude de plonger avec des algorithmes sécurisants, choisis précisément pour cette caractéristique il y a maintenant un moment, après comparaison dans l'eau avec d'autres sur des profils un peu particuliers. Et le D9 est revenu en P-0...
  8. Bon, pour faire simple : Bühlmann : plusieurs versions, notamment une "propriétaire" (non publique) utilisée par Scubapro Uwatec, et une autre publique, la ZHL-16 utilisée dans des ordis ou pour faire des tables Suunto : un algo Spencer avec une surcouche RGBM sensée tenir compte de l'azote circulant et sécuriser les profils à risque (yo-yos, etc...) Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des algorithmes "néo Haldaniens" qui utilisent des compartiments en parallèle "perfusés". Pour Suunto, il y a plusieurs algorithmes, avec paliers profonds en option ou pas, et la dernière version orientée Tec, la "Fused", est loin de faire l'unanimité. La précédente, la "Tec" suscitait moins de débats.
  9. Flo et Mare Nostrum, ne vous enflammez pas, "le gars" il plongeait Trimix. L'EON se comporte peut-être comme il l'a décrit dans ce cadre. Bon, et entre temps, il y a eu quelques mises à jour. Enfin, pour ce qui est des modes "allégés" P-1 et P-2, quand on est jeune, beau, en forme, et qu'on veut le rester, on évite. Sur le D9 Tx, rien qu'en P-1 la différence est ENORME par rapport à un Suunto classique : plus d'un tiers de paliers qui sautent, le plafond 1,5 m plus haut... Fichtre le P-2 doit faire passer les GERS 65 pour un truc de fillette !
  10. Ça non. Comme dit précédemment, j'ai plongé avec un plongeur équipé de l'EON et d'un D6i. Rien de particulier du côté du D6i, mais l'EON lui affichait des paliers à 12 m pour une plongée à 20 m, entre autres joyeusetés. Et justement, EON et DX partagent le même algorithme "Fused". Et contrairement à la réponse initiale de Suunto, il y a eu des mises à jour. Peut-être insuffisantes, certes.
  11. OK, mais comprend que des marques comme Suunto et Uwatec ont une forte réputation de fiabilité, justifiée à mon sens. Pour ce qui est d'évaluer la justesse d'un algorithme de décompression, difficile. On a tendance à comparer avec ce qu'on utilise déjà. Après, jouer les testeurs avec du matériel de petite diffusion, c'est un choix. Mais pour un ordinateur de plongée, la fiabilité est cruciale, de même dans une moindre mesure que la solidité. Et tout le monde n'a pas de back-up...
  12. Je parlais du VPM "premier du nom", c'est pas par hasard... Un très bon algo pour ceux qui veulent être les premiers à l'apéro, ou au caisson...
  13. Ouais, enfin bon, ils ne développent pas leur algo maison, en général c'est du ZHL-16. Et parfois, ils ne sont même pas foutus de le paramétrer correctement, et interdisent de le modifier. Le ZHL-16 meilleur que l'algo Suunto, pas sûr. Faut se rappeler qu'à une époque, les plongeurs Tx juraient tous par VPM, premier du nom... Après ce qui manque à l'EON, c'est peut-être ça : pouvoir utiliser au choix le Spencer ou le ZHL, paramétrable. Moi, ce que j'ai du mal à comprendre c'est pourquoi certains plongeurs se précipitent sur du matériel "tek" parce que c'est tek et que c'est à la mode sur les forums. Quitte à être des précurseurs et galérer entre pannes et mises à jour de firmware. Faut regarder les sujets sur l'OSTC ou l'XDEEP, vu de l'extérieur, ça fait très "geek". Et encore, le meilleur exemple, c'est pour les détendeurs. Payer plus cher pour moins bien et galérer avec l'entretien, super !
  14. Peut-être que Mare Nostrum bénéficie d'une version mise à jour ? http://www.suunto.com/fr-FR/Assistance/Products/Mise-a-jour-logiciel-12-pour-le-SuuntoEONSteel-novembre2015/
  15. Qu'est ce que tu ne comprends pas ? Je t'explique que sur les quelques centaines de plongeurs que je vois passer chaque année il y a beaucoup de "déchet" chez PADI, plus qu'ailleurs globalement. Connaissant (bien) le contenu des formations, j'ai de gros doutes sur le respect de leur standard, doutes souvent confirmés lorsque je discute avec les plongeurs de ce qu'ils ont fait comme plongées de formation (OW). Donc forcément, j'ai de gros doutes sur l'efficacité de leur contrôle qualité, le taux de remplissage des formulaires et par qui (représentativité des réponses). C'est mieux que rien sans doute. C'est plus clair ??
  16. Il y a un sujet sur ce forum. J'ai moi-même discuté avec un plongeur équipé de ce modèle en plus d'un D6i : paliers absurdes sur l'EON, y compris sur des plongées air à 20 m. Il était question à un moment devant la grogne des utilisateurs que Suunto propose un retour à l'algorithme Sunnto Tec RGBM (du D9 TX) en remplacement du Suunto Fused RGBM qui pose problème. Donc la question est un peu là, s'il est possible de revenir sur un algo type D9 Tx, pourquoi pas l'EON, la qualité de fabrication est là ainsi que le SAV. En revanche, avec l'algo initial "Fused", même pas en rêve...
  17. Ça c'est la théorie. Parce que le grand problème de PADI, c'est la dispersion. Présent partout, numéro 1, ok. Après la qualité des formations varie énormément. On le constate régulièrement en pratique dans l'eau, il y a quand même pas mal de boulets encartés RSTC avec de très grosses lacunes : gilet, stabilisation, respiration, avance en brasse,... Ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu'il n'y a que de mauvais plongeurs. Il y en a aussi de très bons, comme il y a aussi de mauvais plongeurs de l'école française. Par contre, mettre en avant le "système de qualité" comme un plus, mouais mouais mouais...
  18. Pour ccr et guyloup : L'évaluation dans l'eau passe généralement par des fiches de suivi, souvent de format A4, qui sont des tableaux regroupant les "exercices" associées aux diverses compétences, et qui permettent de savoir ce qui a été fait à chaque plongée et le commentaire de l'encadrant. Ça permet de savoir où on en est et de faciliter le passage d'un moniteur à l'autre. C'est une évaluation continue qui n'exclue pas des plongées de validation à certains moments du cursus (ex: gestion d'une palanquée en autonomie pour un N2). Le système de formation, moins linéaire que PADI, impose des moyens de suivi précis. Dans les bonnes structures... Pour la théorie, il y a plusieurs possibilités. De ce que j'ai vu, c'est souvent comme ça : N1 : oral ou écrit N2 et + : écrit Dans ma structure actuelle, on a un QCM amélioré qu'on corrige avec l'élève. Le but étant qu'il comprenne ses erreurs, pas de le recaler. Le QCM est très orienté "pratique concrète". On a rarement de mauvais résultats au QCM, ce qui semble montrer que les cours ne sont pas trop mauvais
  19. Tu as oublié les longimanus... Ceci étant dit, si les conditions sont vraiment mauvaises, la décompression risque de ne pas être optimale... Après, question(s) de choix !
  20. Quand je sors à la plage, c'est même encore plus simple, j'ai juste à marcher doucement...
  21. Sur certains ordi comme les Uwatec, la vitesse est dégressive, 20m/mn au fond et 6-7 m près de la surface, ce qui est déjà trop rapide de mon point de vue.
  22. C'est ce que j'essaie de faire sur de "grosses" décompressions à l'air (20 mn de paliers et plus).
  23. Tu as loupé la deuxième partie de la phrase "et remonter à 10 m / mn". La grande question qui se pose est "quel temps pour remonter de 6 m à la surface ?". Et effectivement, les tables IANTD sont calées sur 4,5 m et je trouve que c'est une excellente idée en pratique (en enseignement, autant rester sur 3 m, c'est plus simple). Pour ma part, je préconise une vitesse de remontée très lente dans les derniers mètres. Au moins une minute pleine pour faire les 3 derniers mètres. Par ailleurs, cette pratique d'effectuer le palier à 6 m et de remonter ensuite en surface directement (trop vite ?) a été impliquée dans deux accidents de décompression sur ces trois dernières années (une amie + une monitrice PADI qui accompagnait ma palanquée). Évidemment, ce n'était pas le seul facteur relié aux accidents. Dans le premier accident, c'est un facteur directement mis en évidence pas le médecin hyperbare du caisson. Je n'ai pas le compte-rendu pour le deuxième accident, à l'étranger.
×
×
  • Create New...