Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Pp_y

Membres
  • Posts

    616
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

Everything posted by Pp_y

  1. Oui, le harnais est en taille unique, entièrement réglable. Quatre types de poches à plomb existent ; la capture d'écran du site Xdeep résume bien. Les capacités indiquées nécessitent d'avoir des plombs de la bonne forme ; parfois ça rentre au chausse-pieds... Perso je ne suis pas fan de la 8x1.5 (appelée souvent D, double) car elle est assez haute et fait une « bosse » sous la wing. La 2x1.5 (S) est petite... Donc c'est plutôt 4x1.5 (M) ou carrément 4x2.5 (W, wide, même hauteur que la M mais plus large), en sachant que tu peux aussi prendre en option les poches à trim, assez pratiques pour répartir le lestage autour du plongeur (surtout avec 2 S80). Sinon, comme le dit @pmk, certains prennent à la place ou en plus un baudrier à mettre sous le harnais, afin de mettre moins de plomb dans celui-ci et de pouvoir le manipuler plus facilement. C'est ce que je fais quand je suis en étanche (baudrier de 7 kg et 2,5 kg dans le harnais). Pas facile de choisir, hein ? Dans tous les cas tu peux toujours racheter un élément (poche à plomb d'une autre taille, wing, ou même le système de bretelles réglables présent sur la Rec...) après coup si tu penses t'être trompé. Bon, tu te retrouves avec un élément en trop ensuite mais ça se revend...
  2. Mon expérience perso, qui n'a rien de scientifique. Le cérumen protège naturellement le conduit auditif et l'oreille externe des agressions extérieures. Je pense que l'eau de mer enlève ce cérumen protecteur. Il me semble, pour ma part en tous cas, que l'oreille s'adapte et se met à en produire plus quand on plonge fréquemment (un peu comme le fait de respirer de l'air sec en plongée augmente la production des sinus). Du coup, je ne suis pas sûr que mettre du gel douche qui va avoir tendance à « nettoyer » encore un peu plus l'oreille externe soit bénéfique. Mais un ORL pourrait confirmer / infirmer. Perso, c'est rinçage à l'eau douce systématiquement en sortant de l'eau, et séchage (+ bonnet l'hiver).
  3. Ça vaut ce que ça vaut et je ne sais pas si ça t'aidera mais je peux te donner l'exemple concret d'une plongeuse qui vient depuis plusieurs années dans le centre où je travaille. Dans sa jeunesse elle s'est noyée lors d'une baignade à la plage ; « léger » traumatisme. Aujourd'hui elle plonge en autonomie avec son mari jusqu'à 40 mètres de profondeur. Je suis sûr qu'on peut trouver de nombreux autres cas comme celui-là. Du temps, de bonnes conditions (la piscine, pour ça, c'est top !) de la mise en confiance, les bonnes personnes (psy et encadrement en plongée)... et tu passeras au-dessus de ce blocage. Ce n'est pas parce que ta première tentative a été difficile que ce sera le cas des autres. Courage ! Tu y arriveras.
  4. Super, merci pour le retour !
  5. Hello, Il me semble bien que c'est une ponte, ou le reste d'une ponte. En cherchant sur doris, c'est peut-être ça : bouche de sang (drôle de nom !), ou quelque chose du même genre...
  6. Je vais essayer aussi d'éclairer @aka74 sur cette majoration, en abordant le sujet un peu différemment. Je ne vais pas employer le mot « pénaliser » pour définir l'utilisation de la majoration, car j'ai l'impression que c'est de là que vient ton incompréhension. La majoration n'est pas une pénalité : je dirais plutôt que c'est un moyen d'adapter, ou de faire coller des tables calculées pour un plongeur ayant un taux d'azote « normal » (0.80) juste avant son immersion à un autre cas de figure : celui d'un plongeur ayant un taux supérieur à 0.80. Un plongeur ayant un taux d'azote résiduel de 0.89 a une différence de 0.89-0.80=0.09 d'azote en lui, et ne peut donc utiliser les tables directement. Il faut pouvoir rentrer ce paramètre dans le calcul des paliers. Un ordinateur de plongée se charge du calcul tout seul ; les tables non. C'est donc au plongeur de le faire et pour lui faciliter la tâche, on a converti cette différence d'azote résiduel en minutes de plongée. En partant avec un taux de 0.80, d'après le tableau II, le plongeur atteindrait 0.89 au bout de 16' à 15 m, 10'à 20 m, 7' à 30 m... C'est logique puisque plus on va profond, plus on absorbe l'azote rapidement. Donc si mon plongeur se met à l'eau avec un taux de 0.89 et va à 15 m, c'est comme s'il était déjà sous l'eau à cette profondeur depuis 16'. S'il va à 20 m, c'est comme s'il était déjà sous l'eau à cette profondeur depuis 10'. S'il va à 30 m, c'est comme s'il était déjà sous l'eau à cette profondeur depuis 7'. Etc. Pour calculer ses paliers il ne se pénalise donc pas, mais essaye de coller au modèle des tables en ajoutant cette durée au temps qu'il va réellement passer sous l'eau. Oui, cette durée est plus courte plus on va profond : c'est normal car ce n'est pas une pénalité, juste un moyen de calculer les paliers. Un petit dessin pour illustrer mes propos...
  7. Sinon, @fred0 si tu as l'impression d'avoir de l'eau dans ton 2ème étage, c'est peut-être effectivement qu'il n'est pas étanche. Pour en avoir le cœur net, tu peux tester son étanchéité au sec. Branche ton détendeur sur un bloc, n'ouvre pas le bloc, et essaie de respirer par le 2ème étage. Si tu as une sensation franche et nette qu'il n'y a pas d'air qui passe, c'est qu'il est étanche. Si tu arrives à tirer un peu dessus, même difficilement, et même si c'est juste un peu d'air qui passe, c'est qu'il n'est pas étanche et qu'il y a donc une fuite. Pour essayer de la trouver, tu peux le faire... à l'oreille ! Refais le test d'étanchéité et en même temps que tu inspires, tend l'oreille (ou demande à quelqu'un de coller sa tête au deuxième étage et d'écouter) et tu pourras peut-être déterminer d'où ça vient. Sinon, ben il faut vérifier étape par étape les pièces qui pourraient causer cette fuite : embout, membrane, soupape d'expiration, boitier (pas fendu ?)...
  8. Bonjour @bblune Les UC 1 & 2 du DEJEPS consistent à « Concevoir et réaliser un projet ». Le projet lui-même est évidemment important mais c'est bien la conception ainsi que la mise en place (en réel ou en simulation si nécessaire) du projet qui vont être pris en compte. Des stagiaires DE arrivent parfois avec une ou des idées de projet en tête, sans même connaître la structure d'accueil, son fonctionnement, ses besoins. Ce n'est pas ce qu'il leur est demandé : tu es en structure pro, et ce qui va compter, eh bien c'est de faire quelque chose qui soit utile à la structure - même si cela ne correspond pas à l'idée ou aux idéaux du stagiaire. Je te conseille donc de prendre le temps ; le temps de suivre la démarche qui te sera proposée (analyse de la structure, diagnostic, problématique...). En faisant cela, tu trouveras un projet qui intéressera la structure et qui, avec un peu de chance, te permettra d'y joindre les idées que tu avais en tête. Mais là, grâce à la démarche que tu auras réalisée auparavant, tu auras des arguments pour soutenir ton idée. Alors comme le dit @berny, courage ! Si tu y vas avec l'envie d'apprendre, ça sera forcément intéressant pour toi !
  9. avec @Scubaphil Autant avoir des contrôles histoire de voir que tout le monde respecte les règles (même si on peut se poser parfois la question du bien-fondé de certaines), pas de problème, c'est le jeu. Mais là, aller enquiquiner des gens qui viennent se détendre sous l'eau n'a vraiment aucun intérêt. Se mettre sur le bateau et attendre les palanquées à la sortie de l'eau revient au même, et dénote un tout petit peu de respect envers les plongeurs et leurs encadrants. Par ailleurs, l'invention d'obligation légales par certains contrôleurs, qui pensent sans doute en faisant cela donner l'impression de « s'y connaitre », leur fait perdre à mes yeux toute crédibilité. Que chacun reste à sa place et les mérous seront bien gardés. Dans le même genre, cela me fait penser à un contrôleur qui avait reproché à un club d'avoir le 12 L qui servait comme bloc de sécu de n'être gonflé qu'à 160 bars. Par contre, un 6 L gonflé à 200 bars lui aurait convenu...
  10. Le petit tuyau annelé relie l'intérieur du masque à l'intérieur de la « coque » qui protège les oreilles. Lorsque le plongeur souffle par le nez pour équilibrer son masque, l'air passe par ce tuyau et vient équilibrer la pression dans la coque et dans l'oreille externe - qui reste donc au sec, mais à la pression ambiante - et le plongeur peut ainsi équilibrer ses oreilles comme d'habitude.
  11. Les fabricants de combi n'ont pas tout à fait l'air d'accord avec ça... (même étiquette sur mon AQL)
  12. Pré-lavage, plongée, rinçage : belle organisation !
  13. Bah il y en a quand même un qui marchait sur l'eau... Et ça, ça permettrait d'aller sur les sites de plongée carrément sans bateau ! Intéressant... Plus sérieusement, l'idée d'un bateau électrique est séduisante. Mais le problème pour plus d'un centre de plongée reste à mon avis le coût. Même s'il est précisé que le surcoût est amorti en 8 ans, il faut quand même pouvoir se permettre l'investissement / l'emprunt de départ. Pour ma part j'aimerais bien déjà un bateau hybride, comme on en trouve dans les calanques : manœuvres au port en électrique, navigation en thermique, approche du site de plongée en électrique. Un jour peut-être...
  14. Étant un petit peu de la partie et @aquanaut n'étant pas toujours devant P.com, je me permets d'intervenir histoire d'apporter quelques précisions et de répondre à certains commentaires de ce fil qui s'auto-alimente de façon... surprenante Le bi qui a disparu date de 2021 ou 2022 et celui qui a été retrouvé (en photo dans le premier post) de 2014 ; pas tout à fait la même date. Ils sont quasi identiques à la différence des fixations de stab : celui qui a disparu n'a pas de fixations à poste donc le plongeur qui l'a récupéré devrait se rendre compte de son erreur quand il voudra monter sa stab... Mais quand ? Le but du fil est simplement de donner de la visibilité à la recherche, des fois que le propriétaire du bloc, ou une de ses connaissances passe sur le forum et reconnaisse le bi. Bien sûr qu' @aquanaut cherche également dans les fiches de sécurité en croisant avec l'emprunt ou non d'un bloc. Mais éplucher quasiment quatre semaines de plongées en saison d'un centre de taille moyenne, ça prend un peu de temps, d'autant que le centre continue de tourner et qu'il faut bien qu'il fasse aussi son boulot de patron Alors autant essayer en même temps d'autres canaux de recherche pour maximiser les chances de retrouver le propriétaire du bloc. Juste en passant, je l'ai lu quelque part dans le fil, penser que le gonfleur peut se souvenir du propriétaire du bloc ben heu... Non, désolé, autant je (puisque je suis un des gonfleurs du centre) peux me souvenir des plongeurs que j'ai vus, également des blocs des plongeurs réguliers du centre, autant non, je n'arrive pas à me rappeler tous les blocs que je gonfle en saison. Mémoire de poisson rouge ou grand âge, je ne sais pas, mais non, pas possible. En tous cas, pas la peine de s'exciter, ce n'est à mon avis qu'une question de temps, l'affaire sera un jour résolue ! Merci à ceux qui apportent des idées ou suggestions constructives et merci aux autres également ; c'est rigolo. Bonnes plongées !
  15. Tu peux effectivement décaler le mousqueton de quelques degrés vers l'arrière du bloc (i.e. à l'opposé de la sortie d'air) pour compenser le diamètre plus petit du 8,5 L
  16. pour les 8,5l Roth, qui font effectivement environ 8,5 kg / fût. Et les plongeurs que je connais qui y sont passés ne le regrettent pas non plus. Comme le dit @El_TiTeP, ils sont très agréables hors de et dans l'eau et en bonus ont une pression de service de 230 bars. Seul bémol parfois entendu, ils sont longs. Mais vu ton gabarit, ça ne devrait pas poser de problème particulier.
  17. J'avais le souvenir d'un épisode similaire de mortalité des gorgones en 1998 ; en fait c'était en 1999. Une publication trouvée sur le web en parle. Certes... Mais c'est quand même triste et rageant à la fois d'observer cela et de se sentir totalement impuissant, comme avec ces fichues algues barbapapa qui reviennent annuellement ou bien avec les grandes nacres décimées fin 2018.
  18. @Norman76, lorsqu'on parle de « respirer par le ventre », c'est imagé. Ce sont bien les poumons qui se remplissent d'air. En fait on contracte le diaphragme, ce qui augmente le volume des poumons, y crée une dépression et y fait rentrer l'air. C'est cette contraction du diaphragme qui fait gonfler le ventre, d'où l'expression. En respirant avec « le haut du corps » (les épaules), on mobilise d'autres muscles au niveau des côtes entre autres, qui permettent de faire rentrer un plus gros volume d'air dans les poumons. C'est normalement la respiration qu'on peut utiliser lorsqu'on fait un effort cardio pour augmenter l'apport en oxygène aux muscles qui travaillent. Nul besoin de cela lorsqu'on se balade tranquille en plongée. @Scubaphil me corrigera si j'ai écrit des bêtises
  19. Un petit smiley histoire de ne vexer personne... Je suis sûr qu'il y a un peu plus d'un siècle, quand l'automobile a commencé à remplacer les calèches, charrettes et autres véhicules tirés par des chevaux, le même genre de débat a dû avoir lieu... J'imagine les remarques et conversations : « L'automobile ? Pouah ! Ça pollue et ça pue ! - Et le crottin des chevaux de ta calèche, tu crois qu'il sent bon ? » « Ah ça, je n'irais pas stocker ces automobiles et leur essence dans ma grange ! Vous imaginez le risque d'incendie ? » « Vous êtes marrants avec votre mélange d'essence pour vos autos, là. Mais aujourd'hui, vous le trouvez où ? Alors qu'on a du foin à tous les coins de rue ! » « On veut nous imposer ces automobiles ! - Oui ! Je suis sûr que c'est un coup de MM. de Dion et Bouton ! » « Vous avez vu dans le journal ? La Jamais Contente a dépassé les 100 km/h ! - Ah oui, j'ai vu ! Et c'est une voiture électrique ! C'est sûrement ça, l'avenir... » Toute ressemblance...
  20. Je ne connais pas le Triton. Par contre, en CO, je m'amuse parfois à desserrer légèrement les lèvres de l'embout ce qui met le deuxième étage en (faible) débit continu. En « ouvrant le passage vers le nez » (détente complète des voies aériennes supérieures, pas facile à expliquer !), l'air se met à sortir tout seul par celui-ci. J'ai déjà vu des plongeurs faire ça de façon involontaire. Peut-être que le positionnement ventral du Triton lié à un réglage pas optimal de celui-ci a occasionné une légère surpression qui a provoqué ce phénomène ? Question aux « Tritonneux » : quels réglages sont possibles sur la position du Triton ?
  21. Il est intéressant de comparer les vitesses préconisées dans la notice de l'Aladin Pro, dont tu montres un extrait, avec celles indiquées dans la notice du successeur du successeur du successeur de son successeur (ouf !), le Galiléo G2
  22. Tu peux avoir des blocs en acier lourds dans l'eau (ex : 12 l long de 14,5 k) ou bien des blocs acier légers dans l'eau (12 l long de 12.5 kg comme ceux de @val74700 ) qui sont un peu plus lourds en plongée que des S80 (environ 1 kg de plus à vide) mais restent très agréables. Par chez nous ça permet de réduire un peu le lestage, tout en en profitant pour avoir plus de gaz (ce sont des 230 b). Après, il est vrai des blocs alu facilitent pas mal l'entretien et évidement si tu n'as pas besoin de lest avec tes 2S80, l'intérêt se réduit un peu...
  23. J'utilise également la même méthode que toi, @Nemo83. Comme dit @bardass, ça dépend du placement du mousqueton en bas. Et ça dépend aussi des robinets qu'on utilise (symétriques ou non, avec ou sans ergot) et de la façon dont on souhaite positionner les 1ers étages et/ou les volants des robinets. En gros, on peut faire un peu comme on veut du moment que le résultat est conforme à ce qu'on souhaite avoir Ça donne une gymnastique mentale bien sympathique à faire quand on n'a pas toujours le même matériel Si tu as un lien vers la vidéo, je suis aussi preneur.
  24. Pp_y

    Bonjour

    Bonjour et bienvenue @MR94 ! Il me semble bien que l'on s'est croisés quelques fois (voire un peu plus !) dans le coin...
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.